Berliner Boersenzeitung - Nouvelle lourde peine de prison pour un journaliste marocain

EUR -
AED 3.944433
AFN 75.706804
ALL 100.463167
AMD 417.088413
ANG 1.939774
AOA 917.698805
ARS 968.917779
AUD 1.620493
AWG 1.935706
AZN 1.824904
BAM 1.950126
BBD 2.173117
BDT 126.481998
BGN 1.95579
BHD 0.404789
BIF 3091.759425
BMD 1.0739
BND 1.452474
BOB 7.437361
BRL 5.75911
BSD 1.076314
BTN 89.913413
BWP 14.643531
BYN 3.522154
BYR 21048.449019
BZD 2.169427
CAD 1.476178
CDF 3055.246538
CHF 0.960024
CLF 0.035736
CLP 986.05734
CNY 7.788676
CNH 7.807842
COP 4451.854358
CRC 567.438456
CUC 1.0739
CUP 28.458362
CVE 110.715989
CZK 24.73327
DJF 190.853681
DKK 7.459667
DOP 63.79001
DZD 144.564148
EGP 51.235042
ERN 16.108507
ETB 61.776103
FJD 2.40092
FKP 0.842584
GBP 0.841917
GEL 3.076721
GGP 0.842584
GHS 16.151289
GIP 0.842584
GMD 72.783552
GNF 9240.913229
GTQ 8.360713
GYD 225.076183
HKD 8.387861
HNL 26.654472
HRK 7.537104
HTG 142.870324
HUF 397.010071
IDR 17496.738027
ILS 3.990244
IMP 0.842584
INR 89.70006
IQD 1406.809603
IRR 45197.781258
ISK 149.304433
JEP 0.842584
JMD 167.531004
JOD 0.76129
JPY 168.685058
KES 137.99432
KGS 93.556274
KHR 4421.247922
KMF 492.376756
KPW 966.510555
KRW 1478.508568
KWD 0.329086
KYD 0.896957
KZT 485.379697
LAK 23389.552082
LBP 96221.480842
LKR 327.096122
LRD 208.336631
LSL 19.792171
LTL 3.170949
LVL 0.649592
LYD 5.213759
MAD 10.699293
MDL 19.158348
MGA 4794.965607
MKD 61.6156
MMK 2308.885797
MNT 3704.956692
MOP 8.658865
MRU 42.39761
MUR 50.097404
MVR 16.59206
MWK 1861.069238
MXN 19.806666
MYR 5.058008
MZN 68.402096
NAD 19.770297
NGN 1616.220154
NIO 39.541245
NOK 11.439816
NPR 143.859099
NZD 1.744181
OMR 0.41339
PAB 1.076269
PEN 4.05773
PGK 4.127268
PHP 63.032563
PKR 299.215528
PLN 4.348557
PYG 8090.235256
QAR 3.91007
RON 4.976993
RSD 117.069157
RUB 94.367701
RWF 1419.696408
SAR 4.028789
SBD 9.082976
SCR 14.953006
SDG 629.305769
SEK 11.258622
SGD 1.451076
SHP 1.356819
SLE 24.535729
SLL 22519.157758
SOS 613.197073
SRD 33.920221
STD 22227.571329
SVC 9.41725
SYP 2698.207581
SZL 19.770671
THB 39.48843
TJS 11.596735
TMT 3.769391
TND 3.353757
TOP 2.52823
TRY 34.898536
TTD 7.314446
TWD 34.70256
TZS 2815.707937
UAH 43.852817
UGX 4014.338873
USD 1.0739
UYU 42.087741
UZS 13557.993384
VEF 3890260.833706
VES 39.072702
VND 27322.712458
VUV 127.495584
WST 3.007582
XAF 654.054014
XAG 0.037111
XAU 0.000466
XCD 2.90227
XDR 0.816532
XOF 656.695702
XPF 119.331742
YER 268.850917
ZAR 19.815558
ZMK 9666.465481
ZMW 28.386615
ZWL 345.79551
  • AEX

    -7.1700

    924.61

    -0.77%

  • BEL20

    -37.8900

    3868.77

    -0.97%

  • PX1

    -156.5000

    7708.02

    -1.99%

  • ISEQ

    -130.7000

    9550.51

    -1.35%

  • OSEBX

    -14.1400

    1400.14

    -1%

  • PSI20

    -95.9300

    6565.74

    -1.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    24.9800

    2106.95

    +1.2%

  • N150

    -73.6100

    3366.05

    -2.14%

Nouvelle lourde peine de prison pour un journaliste marocain
Nouvelle lourde peine de prison pour un journaliste marocain

Nouvelle lourde peine de prison pour un journaliste marocain

Le journaliste et défenseur des droits humains marocain Omar Radi a été condamné en appel dans la nuit de jeudi à vendredi à six ans de prison ferme dans une double affaire d'"espionnage" et de "viol", accusations qu'il a toujours niées.

Taille du texte:

"C'est un jugement très dur. Nous avons exposé l'ensemble des éléments prouvant l'innocence d'Omar Radi devant la cour mais rien n'a été pris en compte", a déclaré à l'AFP Miloud Kandil, avocat de la défense, qui va se pourvoir en cassation.

Il s'agit du deuxième journaliste indépendant marocain condamné en une semaine à une sévère peine de prison pour des accusations à connotation sexuelle, après son confrère Soulaimane Raissouni.

Mardi, le parquet avait réclamé "la peine maximale contre l'accusé au regard des éléments à charge". Le viol est passible de dix ans d'emprisonnement au Maroc.

La peine est assortie d'un dédommagement de 200.000 dirhams (19.000 euros) en faveur de la partie civile.

"Ce verdict inique est la conclusion logique d'un procès qui a perdu toute crédibilité à force d’atteintes aux droits de la défense", a estimé Ahmed Benchemsi, directeur de la communication chez Human Rights Watch (HWR).

"Les charges pour espionnage étaient irrecevables parce que basées sur rien. Quant à l'accusation de viol, elle aurait mérité un procès juste, autant pour l’accusé que pour la plaignante", a déploré M. Benchemsi qui a fustigé "une parodie de justice, une vendetta contre Omar Radi".

Dans un tweet, Reporters Sans Frontières (RSF) a dénoncé mardi "l'acharnement judiciaire" contre @OmarRADI et appelé le roi Mohammed VI à "intervenir enfin pour protéger la liberté de la presse".

Arrêté et inculpé en juillet 2020, le reporter de 35 ans, connu pour ses positions critiques envers le pouvoir, était poursuivi pour "atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat" avec "financement de l'étranger" et pour "viol", deux affaires distinctes, instruites et jugées conjointement.

Selon le procureur, M. Radi a rencontré des représentants diplomatiques néerlandais présentés par le parquet comme des "officiers de renseignement".

Le journaliste a également été accusé d'avoir "fourni des informations de l'ordre de l'espionnage" à deux sociétés de conseil économique britanniques.

M. Radi a expliqué avoir réalisé "des audits de vérification" pour ces deux cabinets mais, spécialisé en économie, il a dit n'avoir fait que son travail de journaliste en s'appuyant sur des données ouvertes au public.

- "Leur justice" -

Parmi les autres éléments à charge: un financement reçu d'une fondation philanthropique basée à Genève, Bertha. M. Radi assure qu'il s'agissait d'une bourse de recherche sur l’accaparement des terres au Maroc.

Mais le ministère public a jugé que le journaliste avait collaboré avec une fondation "hostile à l'intégrité territoriale du pays", en référence au Sahara occidental que se disputent le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario.

L'enquête pour "espionnage" avait été ouverte fin juin 2020 après la publication d'un rapport d'Amnesty International affirmant que le téléphone de M. Radi avait été piraté par les autorités marocaines via le logiciel israélien Pegasus. Rabat a démenti, dénonçant une "campagne internationale de diffamation".

Dans la seconde affaire, la plaignante, une ex-collègue du journaliste, témoignant à huis clos, a répété avoir été "victime de viol". M. Radi a évoqué des "relations librement consenties".

"Au nom de la partie civile, nous estimons que les dédommagements ne sont pas équitables pour tout ce qu’a subi la victime", a protesté l'avocate de la plaignante, Me Aïcha El Guellaa.

Omar Radi, soutenu par une campagne de solidarité au Maroc et à l'étranger, a toujours affirmé être poursuivi en raison de ses écrits, notamment en faveur des mouvements sociaux et contre la corruption.

Les autorités marocaines, elles, assurent que son procès "n'a rien à voir avec son travail journalistique".

Un autre journaliste Imad Stitou, 32 ans, a lui été condamné à un an de prison, dont six mois ferme, dans la même affaire de viol.

M. Stitou avait d'abord été présenté comme l'unique témoin à décharge avant d'être poursuivi en état de liberté au cours de l'instruction. Jugé en son absence, M. Stitou a quitté le Maroc pour la Tunisie.

"C’est leur justice et notre destin… Omar, tu étais le dernier test de l’état de santé de ce pays malade", a-t-il tweeté aussitôt après le verdict.

(A.Lehmann--BBZ)