Berliner Boersenzeitung - Au Caire, le tourbillon de couleurs des derviches tourneurs

EUR -
AED 4.011166
AFN 77.123349
ALL 100.441338
AMD 423.718062
ANG 1.962531
AOA 956.099223
ARS 1000.97698
AUD 1.616902
AWG 1.967339
AZN 1.86083
BAM 1.955631
BBD 2.19861
BDT 127.948966
BGN 1.957837
BHD 0.411265
BIF 3135.029648
BMD 1.092056
BND 1.462174
BOB 7.524351
BRL 5.929101
BSD 1.088906
BTN 90.953357
BWP 14.665735
BYN 3.562993
BYR 21404.294185
BZD 2.194911
CAD 1.489728
CDF 3131.474361
CHF 0.998984
CLF 0.036085
CLP 995.704135
CNY 7.917846
CNH 7.941824
COP 4289.955662
CRC 569.150919
CUC 1.092056
CUP 28.939479
CVE 110.789494
CZK 25.358196
DJF 193.88328
DKK 7.470649
DOP 64.364449
DZD 146.651353
EGP 52.376483
ERN 16.380837
ETB 62.908575
FJD 2.425242
FKP 0.841495
GBP 0.859785
GEL 2.981739
GGP 0.841495
GHS 16.769554
GIP 0.841495
GMD 73.987208
GNF 9374.19161
GTQ 8.477558
GYD 227.720362
HKD 8.526886
HNL 26.970674
HRK 7.543867
HTG 143.927588
HUF 392.441605
IDR 17597.988207
ILS 3.946116
IMP 0.841495
INR 91.207793
IQD 1426.476987
IRR 45961.903735
ISK 149.481023
JEP 0.841495
JMD 170.725277
JOD 0.773944
JPY 172.353754
KES 138.838027
KGS 93.15651
KHR 4470.614473
KMF 495.033049
KPW 982.850625
KRW 1501.690104
KWD 0.333929
KYD 0.907422
KZT 516.425466
LAK 24110.920777
LBP 97511.591018
LKR 329.421592
LRD 212.341689
LSL 19.589011
LTL 3.224557
LVL 0.660574
LYD 5.281545
MAD 10.687178
MDL 19.241341
MGA 4869.580068
MKD 61.519695
MMK 3546.954724
MNT 3767.592977
MOP 8.756945
MRU 43.110282
MUR 50.977579
MVR 16.872676
MWK 1888.137175
MXN 19.242902
MYR 5.099359
MZN 69.782357
NAD 19.589011
NGN 1747.595508
NIO 40.086543
NOK 11.752481
NPR 145.525451
NZD 1.783094
OMR 0.419994
PAB 1.088906
PEN 4.094847
PGK 4.260633
PHP 63.790807
PKR 303.151458
PLN 4.259433
PYG 8210.29198
QAR 3.976449
RON 4.976721
RSD 117.020509
RUB 95.44177
RWF 1426.576978
SAR 4.096048
SBD 9.216317
SCR 15.238589
SDG 656.325922
SEK 11.642014
SGD 1.465216
SHP 0.841495
SLE 24.95053
SLL 22899.86864
SOS 622.346332
SRD 32.330354
STD 22603.350742
SVC 9.528178
SYP 2743.823427
SZL 19.59831
THB 39.508437
TJS 11.5969
TMT 3.822195
TND 3.415409
TOP 2.573375
TRY 36.133401
TTD 7.391363
TWD 35.528184
TZS 2918.248343
UAH 44.666948
UGX 4028.652586
USD 1.092056
UYU 43.772084
UZS 13779.811688
VEF 3956029.59942
VES 39.836596
VND 27754.598812
VUV 129.651093
WST 3.061697
XAF 655.900438
XAG 0.035459
XAU 0.000453
XCD 2.951336
XDR 0.824729
XOF 655.900438
XPF 119.331742
YER 273.368915
ZAR 19.606716
ZMK 9829.816816
ZMW 27.848598
ZWL 351.64153
  • AEX

    8.8900

    944.91

    +0.95%

  • BEL20

    11.6800

    4040.06

    +0.29%

  • PX1

    96.8700

    7724.32

    +1.27%

  • ISEQ

    -3.9100

    9769.03

    -0.04%

  • OSEBX

    19.1100

    1434.43

    +1.35%

  • PSI20

    10.2000

    6811.86

    +0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    8.6400

    2408.05

    +0.36%

  • N150

    18.2400

    3395.27

    +0.54%

Au Caire, le tourbillon de couleurs des derviches tourneurs
Au Caire, le tourbillon de couleurs des derviches tourneurs / Photo: Khaled DESOUKI - AFP

Au Caire, le tourbillon de couleurs des derviches tourneurs

Au beau milieu d'un théâtre de pierres du Caire, Ali et Mohammed tournoient. Pied gauche, pied droit, bras levés et soudain, ce n'est plus qu'un festival de couleurs: en Egypte, les derviches s'envolent dans un tourbillon de jupes colorées.

Taille du texte:

Si Istanbul est connue pour ses derviches aux longues robes blanches inscrits au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'Unesco, au Caire l'art des adeptes du soufi Jalal al-Din Roumi se conjugue en couleurs sous le nom de "tannoura", la jupe en arabe.

Mohammed Adel, 20 ans, est fils, petit-fils et neveu de derviches tourneurs dans un pays qui compte plus de quinze millions de soufis et près de 80 confréries. Il a personnellement veillé au dessin de sa robe violette aux volutes cousues de vert et de jaune.

"C'est moi qui ai choisi les couleurs et les formes qui sont cousues sur les jupes", assure-t-il à l'AFP avant d'entrer sur la scène d'un festival folklorique.

Car ce sont ces jupes qui sont le clou du spectacle.

- "Je m'évade" -

A chaque fois, le rituel est le même: Mohammed commence par tourner dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, le bras droit tourné vers le ciel --pour recueillir les bénédictions divines-- et le bras gauche vers le sol --pour les distribuer au public.

Puis il accélère le rythme.

Au fur et à mesure de la chorégraphie, il délasse les cordelettes qui tiennent les différentes jupes qu'il a enfilées au-dessus de sa longue robe.

Celle du dessus représente le ciel, celle du dessous la terre et en faisant tournoyer la première au-dessus de sa tête alors que la seconde forme un disque ondoyant autour de sa taille, il raconte la création du monde et la séparation du ciel et de la terre.

Une prouesse physique car chaque épaisseur pèse près d'une dizaine de kilos et peut tomber à chaque instant s'il dévie de sa trajectoire ou perd le rythme de ses pieds qui le font tournoyer.

"Au début, bien sûr, j'avais le tournis, parfois même je tombais. Mais à force de m'entraîner tous les jours sans exception, soit sur une scène soit à la maison, je m'évade ailleurs avec la musique", assure Mohammed.

Au son d'incantations soufies, des basses des percussionnistes, des litanies lancinantes des flûtes traditionnelles et des rababs, ces instruments à cordes tendues sur des peaux de bêtes, il semble inarrêtable, tout comme l'autre danseur de tannoura de la troupe des Arts populaires de Giza, Ali Morsi, tout de bleu vêtu.

- "Pour l'amour de Dieu" -

L'un à côté de l'autre, mais sans que jamais leurs jupes ne se touchent, ils enchaînent les acrobaties, lançant leurs jupes en l'air avant de les rattraper en plein vol ou dépliant et repliant le fanion de leur confrérie tout en continuant de tourner.

"C'est comme si je volais, je ne sens plus mon corps, je ne suis plus sur terre, je ne pense qu'à Dieu et à rien d'autre", assure à l'AFP Ali Morsi, 25 ans et derviche tourneur depuis onze ans "pour l'amour de Dieu et du prophète Mahomet".

Car si en Egypte la tannoura s'est toujours voulue festive, s'invitant dans les concerts, les festivals ou les mariages, elle puise son origine dans la tradition mystique de l'ordre musulman mevlevi fondé au XIIe siècle par le grand poète et mystique persan Jalal al-Din Roumi à Konya, en Turquie actuelle.

Aujourd'hui, elle fait les beaux jours du tourisme égyptien qui tente de se relever de dix années de tourments politiques depuis la "révolution" qui renversa en 2011 l'autocrate Hosni Moubarak et de la pandémie de Covid-19.

Et ceux d'Ali et de Mohammed qui assurent ne pas pouvoir imaginer vivre d'autre chose que de leur art.

(T.Renner--BBZ)