Berliner Boersenzeitung - Au Japon, des freins persistants pour accéder à la pilule du lendemain

EUR -
AED 4.015568
AFN 77.462602
ALL 100.23676
AMD 424.436429
ANG 1.969812
AOA 954.017417
ARS 1008.815402
AUD 1.621988
AWG 1.968416
AZN 1.86165
BAM 1.955282
BBD 2.206789
BDT 128.406009
BGN 1.954876
BHD 0.41207
BIF 3147.099456
BMD 1.093261
BND 1.46516
BOB 7.552279
BRL 5.947639
BSD 1.092996
BTN 91.316938
BWP 14.769049
BYN 3.576858
BYR 21427.907663
BZD 2.20309
CAD 1.494799
CDF 3104.860599
CHF 0.969329
CLF 0.036075
CLP 995.410813
CNY 7.936198
CNH 7.94833
COP 4350.00738
CRC 571.345437
CUC 1.093261
CUP 28.971406
CVE 110.254471
CZK 25.292581
DJF 194.594297
DKK 7.459563
DOP 64.493841
DZD 146.677282
EGP 52.705875
ERN 16.398909
ETB 62.771205
FJD 2.433871
FKP 0.842423
GBP 0.839028
GEL 2.968217
GGP 0.842423
GHS 16.853082
GIP 0.842423
GMD 74.095741
GNF 9413.508082
GTQ 8.474191
GYD 228.659797
HKD 8.535731
HNL 27.066835
HRK 7.55219
HTG 144.276222
HUF 391.338091
IDR 17631.06828
ILS 3.968727
IMP 0.842423
INR 91.355971
IQD 1431.763269
IRR 46026.271127
ISK 149.30625
JEP 0.842423
JMD 170.973672
JOD 0.774795
JPY 171.200279
KES 142.124422
KGS 92.881012
KHR 4488.571347
KMF 494.20844
KPW 983.934918
KRW 1507.890108
KWD 0.334035
KYD 0.91078
KZT 519.670372
LAK 24209.688007
LBP 97875.553014
LKR 332.002113
LRD 213.125748
LSL 19.882001
LTL 3.228114
LVL 0.661302
LYD 5.284495
MAD 10.743274
MDL 19.355443
MGA 4917.530382
MKD 61.61757
MMK 3550.867767
MNT 3771.749431
MOP 8.788639
MRU 43.262548
MUR 50.913229
MVR 16.832832
MWK 1895.149676
MXN 19.437405
MYR 5.09842
MZN 69.859342
NAD 19.882001
NGN 1765.441372
NIO 40.236158
NOK 11.760511
NPR 146.112046
NZD 1.79696
OMR 0.420867
PAB 1.092996
PEN 4.060512
PGK 4.279591
PHP 63.695524
PKR 304.422814
PLN 4.295164
PYG 8253.815073
QAR 3.987045
RON 4.968103
RSD 117.037884
RUB 96.371801
RWF 1431.210956
SAR 4.100477
SBD 9.246366
SCR 14.832327
SDG 657.049748
SEK 11.511668
SGD 1.465762
SHP 0.842423
SLE 24.978056
SLL 22925.132054
SOS 624.640348
SRD 32.463288
STD 22628.287033
SVC 9.561469
SYP 2746.850447
SZL 19.877102
THB 39.283591
TJS 11.639763
TMT 3.837345
TND 3.391702
TOP 2.58168
TRY 36.182875
TTD 7.419291
TWD 35.551191
TZS 2901.823052
UAH 45.33757
UGX 4043.61384
USD 1.093261
UYU 43.888382
UZS 13753.359249
VEF 3960393.939438
VES 39.875717
VND 27686.82457
VUV 129.794125
WST 3.065075
XAF 655.894363
XAG 0.035359
XAU 0.000443
XCD 2.954591
XDR 0.824421
XOF 655.894363
XPF 119.331742
YER 273.670464
ZAR 19.87209
ZMK 9840.662648
ZMW 28.499278
ZWL 352.029466
  • AEX

    -11.1100

    922.33

    -1.19%

  • BEL20

    -7.6100

    3998.95

    -0.19%

  • PX1

    -34.8700

    7545.54

    -0.46%

  • ISEQ

    -45.1200

    9763

    -0.46%

  • OSEBX

    -1.4300

    1423.88

    -0.1%

  • PSI20

    7.4500

    6783.37

    +0.11%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    16.2200

    2401.01

    +0.68%

  • N150

    -5.4000

    3370.06

    -0.16%

Au Japon, des freins persistants pour accéder à la pilule du lendemain
Au Japon, des freins persistants pour accéder à la pilule du lendemain / Photo: Philip FONG - AFP

Au Japon, des freins persistants pour accéder à la pilule du lendemain

Quand Megumi Ota a eu besoin de la pilule du lendemain au Japon, elle n'a pas pu obtenir une ordonnance à temps en vertu d'une politique que des militantes qualifient de tentative de "contrôler" les droits reproductifs des femmes.

Taille du texte:

"Je voulais la prendre, mais je n'ai pas pu le faire pendant le week-end", la plupart des cabinets médicaux étant fermés, raconte-t-elle à l'AFP. Incapable d'obtenir un rendez-vous dans les 72h suivant le rapport sexuel, lorsque cette contraception d'urgence est la plus efficace, "j'ai dû m'en remettre au hasard et je suis tombée enceinte".

La pilule du lendemain ne peut être achetée sans l'accord d'un médecin au Japon, elle coûte jusqu'à 140 euros car elle n'est pas couverte par l'assurance maladie et c'est le seul médicament qui doit être pris devant un pharmacien pour éviter le marché noir.

Un panel gouvernemental d'experts a été formé en octobre 2021 pour étudier la possibilité de mettre en vente libre ce contraceptif d'urgence au Japon, comme c'est le cas en Amérique du Nord, dans la plupart des pays de l'Union européenne et dans certains autres pays d'Asie.

Mais des gynécologues ont émis des réserves, notamment sur le fait que cela pourrait favoriser la propagation de maladies sexuellement transmissibles en encourageant les rapports sexuels occasionnels et non protégés.

Megumi Ota a décidé d'interrompre sa grossesse après que son partenaire, qui avait refusé d'utiliser des préservatifs, a réagi froidement à la nouvelle.

"Je me suis sentie impuissante", explique cette femme de 43 ans, qui en avait 36 à l'époque et qui dirige aujourd'hui un groupe de soutien aux victimes de traumatismes sexuels.

- "Tendance paternaliste" -

Le Japon dispose de soins médicaux de grande qualité, mais il était classé 120e sur 156 pays dans le rapport 2021 du Forum économique mondial sur l'égalité hommes-femmes.

"Dans le système japonais, il y a une perception selon laquelle les femmes pourraient abuser" de leurs droits reproductifs, s'indigne Asuka Someya, une défenseure de ces droits âgée de 36 ans.

"Il y a une forte tendance paternaliste dans le monde médical. Ils (les médecins, NDLR) veulent garder les femmes sous leur contrôle".

Le débat au Japon intervient alors qu'aux Etats-Unis, la Cour suprême est sur le point d'annuler une décision de 1973 garantissant l'accès à l'avortement dans tout le pays.

On estime à 610.000 le nombre de grossesses non planifiées chaque année au Japon, selon une enquête réalisée en 2019 par le groupe pharmaceutique allemand Bayer et l'Université de Tokyo.

L'avortement - légal au Japon depuis 1948 - est possible jusqu'à 22 semaines, mais le consentement du conjoint est nécessaire, à de rares exceptions près, et la procédure chirurgicale est pour l'instant la seule option autorisée dans l'archipel.

Une compagnie pharmaceutique britannique, Linepharma, a déposé l'an dernier au Japon une demande d'autorisation de sa pilule abortive pouvant être utilisée en début de grossesse, mais des discussions se poursuivent.

L'interruption de grossesse n'est pas remboursée par l'assurance maladie et l'opération peut coûter entre 100.000 et 200.000 yens (entre 700 et 1.400 euros), les avortements tardifs étant parfois encore plus chers.

Asuka Someya, qui a subi un avortement quand elle était étudiante, confie qu'elle était "terrifiée" quand elle avait été informée du risque que l'opération pouvait la laisser stérile. "Mais je pensais alors que ce serait de ma faute".

- "Il faut que ça change" -

Le préservatif masculin est de loin la méthode contraceptive préférée au Japon, et les alternatives sont peu mises en avant.

La pilule contraceptive a été approuvée en 1999 dans le pays après des décennies de délibérations. Elle n'est prise que par 2,9% des femmes en âge de procréer, contre environ un tiers en France et près de 20% en Thaïlande, selon un rapport de l'Organisation des Nations unies en 2019.

La gynécologue Sakiko Enmi, qui mène campagne pour un meilleur accès à la pilule du lendemain, demande au gouvernement nippon d'arrêter de traîner les pieds: "Il faut que ça change".

Le lévonorgestrel, médicament utilisé dans la contraception d'urgence pour retarder ou empêcher l'ovulation, est légal au Japon depuis plus de dix ans. Mais "il ne parvient pas à celles qui en ont vraiment besoin en raison de sa faible accessibilité et de son prix", regrette Mme Enmi.

Les femmes peuvent désormais consulter un médecin en ligne pour obtenir une ordonnance, mais elles doivent toujours prendre la pilule du lendemain devant un pharmacien.

Un panel gouvernemental avait rejeté sa mise en vente libre en 2017 et de nombreux médecins y restent opposés.

En octobre dernier, un sondage de l'Association japonaise des obstétriciens et gynécologues (JAOG) a révélé que 92% des professionnels interrogés disaient avoir des inquiétudes sur le sujet, notamment sur un usage abusif cette pilule d'urgence.

(K.Lüdke--BBZ)