Berliner Boersenzeitung - Brésil: les sinistrés de Petropolis entre désespoir et solidarité

EUR -
AED 3.926175
AFN 77.213022
ALL 100.930094
AMD 417.028244
ANG 1.926875
AOA 893.649785
ARS 932.925067
AUD 1.64246
AWG 1.924126
AZN 1.823016
BAM 1.956383
BBD 2.158744
BDT 117.334985
BGN 1.955565
BHD 0.402952
BIF 3064.513727
BMD 1.068959
BND 1.455134
BOB 7.388168
BRL 5.480877
BSD 1.069119
BTN 89.076343
BWP 14.828491
BYN 3.498943
BYR 20951.591004
BZD 2.155143
CAD 1.46333
CDF 2998.429348
CHF 0.977595
CLF 0.037051
CLP 1022.341763
CNY 7.745645
CNH 7.772164
COP 4174.230372
CRC 536.259893
CUC 1.068959
CUP 28.327406
CVE 110.297887
CZK 25.240574
DJF 190.386766
DKK 7.457485
DOP 62.879042
DZD 143.647727
EGP 51.201315
ERN 16.034381
ETB 60.791526
FJD 2.451283
FKP 0.858119
GBP 0.859625
GEL 2.859447
GGP 0.858119
GHS 14.433236
GIP 0.858119
GMD 72.609048
GNF 9193.74124
GTQ 8.310478
GYD 223.805684
HKD 8.373058
HNL 26.392869
HRK 7.568399
HTG 141.752265
HUF 393.23459
IDR 17283.512588
ILS 4.036121
IMP 0.858119
INR 89.074994
IQD 1400.617613
IRR 44976.438604
ISK 150.31695
JEP 0.858119
JMD 166.539656
JOD 0.757675
JPY 165.629275
KES 144.309245
KGS 94.978375
KHR 4342.294715
KMF 493.992566
KPW 962.063226
KRW 1469.978697
KWD 0.329218
KYD 0.89097
KZT 474.491476
LAK 22813.802248
LBP 95742.947073
LKR 318.945098
LRD 206.52596
LSL 20.492206
LTL 3.156358
LVL 0.646602
LYD 5.218556
MAD 10.849335
MDL 19.030674
MGA 4746.415209
MKD 61.562989
MMK 2245.279963
MNT 3687.90797
MOP 8.626172
MRU 42.448279
MUR 49.636442
MVR 16.525775
MWK 1853.243902
MXN 18.077214
MYR 5.10695
MZN 67.882423
NAD 20.491433
NGN 1379.480333
NIO 39.351733
NOK 11.733356
NPR 142.522495
NZD 1.801126
OMR 0.4115
PAB 1.069119
PEN 3.96652
PGK 4.064212
PHP 61.650593
PKR 297.653149
PLN 4.318825
PYG 7942.368126
QAR 3.89165
RON 4.975892
RSD 117.162155
RUB 100.235925
RWF 1379.617805
SAR 4.009346
SBD 9.137067
SCR 14.571073
SDG 626.410197
SEK 11.622158
SGD 1.455115
SHP 1.350576
SLE 24.422824
SLL 22415.533895
SOS 610.943904
SRD 36.818684
STD 22125.287382
SVC 9.354921
SYP 2685.79126
SZL 20.49311
THB 39.610245
TJS 11.691295
TMT 3.741356
TND 3.372591
TOP 2.554117
TRY 34.762202
TTD 7.254163
TWD 34.848483
TZS 2771.809554
UAH 42.270101
UGX 4076.21538
USD 1.068959
UYU 41.022231
UZS 13584.050271
VEF 3872359.137398
VES 38.80502
VND 27172.930782
VUV 126.908958
WST 2.996942
XAF 656.152641
XAG 0.039445
XAU 0.000462
XCD 2.888915
XDR 0.813346
XOF 656.152641
XPF 119.331742
YER 267.640566
ZAR 20.507065
ZMK 9621.913877
ZMW 27.931328
ZWL 344.204273
  • AEX

    4.9900

    879.66

    +0.57%

  • BEL20

    8.5600

    3899.2

    +0.22%

  • PX1

    27.5600

    8133.14

    +0.34%

  • ISEQ

    -79.5300

    9987.65

    -0.79%

  • OSEBX

    10.8500

    1350.71

    +0.81%

  • PSI20

    -57.3600

    6535.59

    -0.87%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    60.5800

    2093.61

    +2.98%

  • N150

    -3.0300

    3366.76

    -0.09%

Brésil: les sinistrés de Petropolis entre désespoir et solidarité
Brésil: les sinistrés de Petropolis entre désespoir et solidarité

Brésil: les sinistrés de Petropolis entre désespoir et solidarité

Des familles, certaines en pleurs, descendaient la colline d'Alto da Serra, emportant avec elles les maigres affaires qu'elles ont pu sauver après les pluies "extrêmes" qui ont endeuillé une partie de la ville touristique de Petropolis, dans le sud-est du Brésil.

Taille du texte:

"C'est désespérant, on n'aurait jamais pu imaginer qu'une telle chose allait arriver", déplore Elisabeth Lourenço, les larmes aux yeux, agrippée à deux grands sacs dans lesquels elle a fourré quelques vêtements, tout en descendant la pente raide rendue glissante par la pluie.

Comme tous les habitants du quartier, cette manucure de 32 ans a dû quitter sa modeste demeure, les pompiers craignant de nouveaux glissements de terrain.

"Au plus fort de la pluie, énormément de boue s'est écoulée du haut de la colline et des branches d'arbres sont tombées sur l'arrière de ma maison", confie-t-elle à l'AFP.

À quelques dizaines de mètres de là, le chaos. Un pan entier de la colline est recouvert de boue, jonché de briques et de tôle ondulée.

Selon les autorités, le drame a fait une quarantaine de morts et près de 80 maisons ont été détruites.

Les secouristes creusent pour tenter de trouver des survivants, tandis que des habitants assistent à la scène, incrédules, frémissant à chaque passage des hélicoptères qui font un vacarme assourdissant.

"J'étais en train de dîner quand l'orage a commencé. Mon frère est venu me chercher et m'a dit: 'il faut qu'on parte, la colline est en train de s'effondrer'", explique Jeronimo Leonardo, 47 ans, dont la maison, relativement préservée, surplombe le pan de colline mangé par le glissement de terrain.

Tous les habitants d'Alto da Serra, quartier populaire bâti à flanc de colline, à une vingtaine de minutes du centre historique, ont été contraints d'évacuer les lieux.

Destination: l'église Santo Antonio, située à une dizaine de minutes à pied, en haut d'une autre colline.

- "De l'eau jusqu'à la ceinture" -

Du parvis de cette petite église coloniale à la façade bleu ciel, on peut voir la zone dévastée par la coulée de boue, à travers la brume.

Des dizaines de familles affluent, chargées de sac, ainsi que de nombreux bénévoles venus apporter des dons.

"Dès le début de la tragédie, nous avons ouvert les portes de la paroisse pour accueillir les sinistrés, (mardi) en début de soirée. On a reçu environ 150, 200 personnes, dont un grand nombre d'enfants", explique le père Celestino, curé de la paroisse.

Derrière l'église, des matelas sont installés à même le sol dans la grande salle paroissiale.

"Je n'ai pas dormi de la nuit", raconte Yasmin Kennia Narciso, assistante scolaire de 26 ans, qui allaite son bébé Luana, 9 mois, assise sur un matelas.

La jeune femme, qui vit avec son autre fille, de 6 ans, et ses grands-parents, n'a pu quitter son domicile qu'à 23h00.

"Nous avons essayé de partir plus tôt, mais il y avait plein de rochers au milieu du chemin et tout était inondé. On avait de l'eau jusqu'à la ceinture et il a fallu attendre que le niveau baisse", dit cette jeune femme noire, qui porte un bonnet.

"Je n'ai pas de nouvelles de plusieurs voisins, une dame âgée et ses trois petits enfants qui vivaient quelques mètres plus haut ont été ensevelies dans la boue".

Dans les locaux de la paroisse, elle a réussi à changer les couches de sa filles grâce à des dons arrivés dans la matinée.

Sur le parvis de l'église, une dizaine de bénévoles déchargent des bouteilles d'eau d'un pick-up, pendant que d'autres trient les vêtements à l'accueil.

"Je peux avoir des chaussures?", demande un garçonnet, pieds nus, les vêtements maculés de boue.

Les sinistrés ont entamé une longue attente avant de savoir s'ils pourront un jour rentrer chez eux. Quand leur maison ne s'est pas effondrée.

(K.Müller--BBZ)