Berliner Boersenzeitung - Cinq ans après la dernière attaque, comment La Réunion a éloigné le "risque requin"

EUR -
AED 3.987017
AFN 77.869411
ALL 100.412136
AMD 420.250791
ANG 1.954036
AOA 920.877782
ARS 965.218555
AUD 1.636733
AWG 1.95658
AZN 1.849627
BAM 1.956036
BBD 2.189165
BDT 127.17537
BGN 1.959782
BHD 0.408949
BIF 3112.176134
BMD 1.085481
BND 1.463977
BOB 7.491905
BRL 5.608903
BSD 1.084231
BTN 90.115691
BWP 14.73078
BYN 3.548229
BYR 21275.431322
BZD 2.185464
CAD 1.484016
CDF 3050.202536
CHF 1.000585
CLF 0.035751
CLP 986.469223
CNY 7.861099
CNH 7.882748
COP 4195.107015
CRC 555.867181
CUC 1.085481
CUP 28.765252
CVE 110.278328
CZK 24.653887
DJF 193.043331
DKK 7.471046
DOP 63.847717
DZD 145.87063
EGP 51.153182
ERN 16.282218
ETB 62.296329
FJD 2.461492
FKP 0.86415
GBP 0.857105
GEL 2.942078
GGP 0.86415
GHS 15.774907
GIP 0.86415
GMD 73.568531
GNF 9320.126419
GTQ 8.422018
GYD 226.837415
HKD 8.478807
HNL 26.793238
HRK 7.576611
HTG 144.147421
HUF 384.325891
IDR 17416.545692
ILS 3.972042
IMP 0.86415
INR 90.158711
IQD 1420.271652
IRR 45671.621447
ISK 150.01764
JEP 0.86415
JMD 169.680507
JOD 0.769502
JPY 170.371743
KES 141.4871
KGS 95.474262
KHR 4422.534502
KMF 494.599921
KPW 976.932742
KRW 1483.531255
KWD 0.333254
KYD 0.903509
KZT 480.208037
LAK 23205.804625
LBP 97091.034301
LKR 324.789254
LRD 210.122064
LSL 20.060106
LTL 3.205144
LVL 0.656597
LYD 5.253635
MAD 10.814807
MDL 19.234325
MGA 4804.580676
MKD 61.627448
MMK 2276.87518
MNT 3744.909859
MOP 8.725054
MRU 43.137434
MUR 49.996042
MVR 16.78195
MWK 1879.827194
MXN 18.127323
MYR 5.114249
MZN 68.932104
NAD 20.060102
NGN 1593.986117
NIO 39.904823
NOK 11.487496
NPR 144.185426
NZD 1.773228
OMR 0.41755
PAB 1.084231
PEN 4.05329
PGK 4.213509
PHP 63.179894
PKR 301.615653
PLN 4.264167
PYG 8154.985601
QAR 3.952784
RON 4.978238
RSD 117.16106
RUB 99.457256
RWF 1425.772317
SAR 4.07034
SBD 9.199654
SCR 14.818791
SDG 652.374563
SEK 11.793265
SGD 1.465512
SHP 1.371452
SLE 24.800317
SLL 22761.998832
SOS 619.810126
SRD 35.033367
STD 22467.269053
SVC 9.487147
SYP 2727.303897
SZL 19.933409
THB 39.775328
TJS 11.687813
TMT 3.810039
TND 3.385345
TOP 2.56695
TRY 34.950436
TTD 7.36289
TWD 35.002973
TZS 2818.940694
UAH 43.51826
UGX 4125.498603
USD 1.085481
UYU 41.725043
UZS 13783.665877
VEF 3932212.63556
VES 39.620872
VND 27648.291388
VUV 128.870487
WST 3.042705
XAF 656.036288
XAG 0.035773
XAU 0.000465
XCD 2.933568
XDR 0.818999
XOF 656.036288
XPF 119.331742
YER 271.75061
ZAR 19.993978
ZMK 9770.63718
ZMW 28.937497
ZWL 349.5245
  • AEX

    0.9100

    915.21

    +0.1%

  • BEL20

    -5.9600

    3969.92

    -0.15%

  • PX1

    -7.2900

    8094.97

    -0.09%

  • ISEQ

    -49.6000

    10071.84

    -0.49%

  • OSEBX

    -1.5700

    1423.46

    -0.11%

  • PSI20

    -24.2400

    6900.34

    -0.35%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    12.5900

    3509.44

    +0.36%

Cinq ans après la dernière attaque, comment La Réunion a éloigné le "risque requin"
Cinq ans après la dernière attaque, comment La Réunion a éloigné le "risque requin" / Photo: Richard BOUHET - AFP/Archives

Cinq ans après la dernière attaque, comment La Réunion a éloigné le "risque requin"

Entre 2011 et 2019, onze personnes ont été tuées par des requins à La Réunion et plusieurs autres grièvement blessées. Mais depuis cinq ans, aucune attaque n'a été enregistrée: la raison, une complexe stratégie de réduction des risques.

Taille du texte:

Sur la vedette de la Ligue réunionnaise de surf, Norbert Sénescat envoie ses scaphandriers à l'eau pour un rapide test: huit mètres de visibilité, la zone est validée. Un message sur les réseaux sociaux et, dès 09H00, drapeau vert hissé, les surfeurs afflueront.

Sous l'eau, les plongeurs arpenteront inlassablement jusqu'à 15H00 ce spot de surf des Trois-Bassins, dans l'ouest de l'île, à l'affût du moindre requin-bouledogue ou tigre, les deux espèces à l'origine des attaques contre les humains.

Parallèlement, deux bateaux patrouillent en surface et des caméras sont immergées pour observer les fonds sous-marins. A terre comme en mer, un duo de chefs d'équipe scrute en permanence les images, prêt à donner l'alerte si un squale est aperçu.

Mis en place il y a une dizaine d'années, d'abord de façon artisanale, ce système baptisé "vigies requin renforcées", qui fonctionne désormais sept jours sur sept, a fait ses preuves. Depuis le 9 mai 2019, aucune attaque n'a été recensée à La Réunion. La fin d'une série noire: entre 2011 et cette date, trente attaques, dont onze mortelles, s'étaient succédé.

"Le bilan, c'est que du positif. Quand on voit le nombre de personnes qui reviennent à l'eau, les manifestations, les associations qui ramènent les enfants...", sourit Norbert Sénescat, lui-même une figure locale de la glisse.

- Pêche préventive controversée -

Michael Hoarau, directeur des opérations du centre Sécurité Requins (CSR), salue "la plus longue période sans attaque à La Réunion depuis le début du recensement" des interactions avec les squales dans les années 1970.

C'est ce groupement d'intérêt public qui pilote, depuis 2016, la stratégie locale de réduction du risque. Vingt-six millions d'euros y ont déjà été consacrés.

Le coeur du dispositif, c'est un programme de pêche préventive extrêmement clivant entre ceux qui souhaiteraient plus de prélèvements et ceux qui dénoncent un scandale écologique.

Pour désamorcer le débat, le CSR vante un outil maison baptisé "Pavac", équipé d'appâts "technologiques" qui alertent des pêcheurs en cas de prise. Ceux-ci ont alors 90 minutes pour se rendre sur place, accompagnés de scientifiques qui veilleront que la prise soit relâchée correctement s'il ne s'agit pas d'un requin-tigre ou bouledogue.

Le CSR annonce un taux de survie des prises "accessoires" de plus de 82%, quand la pêche préventive en Australie ou en Afrique du Sud n'atteint pas 30% de survie. "On a pêché 59 requins bouledogues de 2018 à nos jours: ce n'est pas l'abattage dont on nous accuse", assure Michael Hoarau.

"Il y a énormément de prises accessoires, dont des espèces en danger critique d'extinction", répond Bernard Bonnet, de l'association Vie Océane, estimant que les animaux relâchés, même vivants, "ne sont pas indemnes".

- Trop-plein -

Loin de ces débats, le surf est de nouveau en vogue à La Réunion.

Le nombre d'écoles, tombé d'une douzaine en 2011 à deux, est remonté ces deux dernières années et l'activité économique redémarre. Sur la plage de Trois-Bassins, Marin Meier, gérant d'une école qu'il a lancée en 2022, initie quelques adultes aux fondamentaux de la pratique sur un bout de sable, à l'écart de la foule.

"On a des gens qui avaient très peur mais qui reviennent parce qu'on a mis en place tout un dispositif", salue l'homme originaire de l'île. Mais l'essor est tel que beaucoup de pratiquants et de professeurs de surf se sentent à l'étroit.

Car un arrêté préfectoral de 2013 interdit la baignade et les "activités mues par la force des vagues" (surf et bodyboard) à l'extérieur du lagon ou de zones spécialement aménagées, c'est-à-dire celles surveillées par les "vigies requins".

Thierry Martineau, le président de la Ligue réunionnaise de surf, assure craindre aujourd'hui les blessures dues à la surfréquentation des spots de surf plus que les requins.

Son objectif: "avoir deux spots ouverts en simultané pour pouvoir diluer ce nombre de personnes". Cela passerait nécessairement pas un allègement du lourd dispositif des vigies qui emploie une dizaine de salariés par zone.

Mais pas question d'oublier les drames: "On sait que le risque requin sera toujours présent à La Réunion", reconnaît-il. Début mai, un requin-bouledogue "agressif" a été aperçu par un plongeur sous-marin au large de Saint-Leu, spot connu pour sa vague à la réputation mondiale.

(A.Lehmann--BBZ)