Berliner Boersenzeitung - Brésil: Dom Phillips et Bruno Pereira, les deux disparus d'Amazonie

EUR -
AED 3.986208
AFN 75.969848
ALL 100.191809
AMD 420.991499
ANG 1.954999
AOA 947.055678
ARS 1004.984496
AUD 1.641108
AWG 1.953507
AZN 1.843176
BAM 1.953301
BBD 2.190198
BDT 127.456924
BGN 1.955788
BHD 0.409097
BIF 3131.036912
BMD 1.085281
BND 1.459433
BOB 7.49541
BRL 6.066942
BSD 1.084812
BTN 90.807116
BWP 14.738143
BYN 3.549958
BYR 21271.515937
BZD 2.186602
CAD 1.494486
CDF 3109.330899
CHF 0.967388
CLF 0.037257
CLP 1028.032879
CNY 7.895313
CNH 7.910366
COP 4357.220425
CRC 574.664739
CUC 1.085281
CUP 28.759958
CVE 110.752624
CZK 25.387997
DJF 192.876404
DKK 7.461964
DOP 64.438544
DZD 146.140192
EGP 52.481707
ERN 16.279221
ETB 62.701276
FJD 2.441612
FKP 0.836275
GBP 0.840892
GEL 2.946544
GGP 0.836275
GHS 16.838261
GIP 0.836275
GMD 73.527937
GNF 9121.790194
GTQ 8.414234
GYD 226.949627
HKD 8.475017
HNL 26.86263
HRK 7.49707
HTG 143.186798
HUF 390.321667
IDR 17597.187144
ILS 3.937499
IMP 0.836275
INR 90.833225
IQD 1421.081782
IRR 45695.774792
ISK 149.714956
JEP 0.836275
JMD 169.453191
JOD 0.769244
JPY 168.992409
KES 143.798027
KGS 91.56161
KHR 4465.933161
KMF 491.360906
KPW 976.753663
KRW 1503.769571
KWD 0.331836
KYD 0.903943
KZT 514.022329
LAK 24032.251685
LBP 97140.412687
LKR 329.558343
LRD 211.529357
LSL 19.911224
LTL 3.204554
LVL 0.656476
LYD 5.243291
MAD 10.688824
MDL 19.243379
MGA 4920.704154
MKD 61.531273
MMK 3524.951735
MNT 3744.221293
MOP 8.723638
MRU 42.908101
MUR 50.541329
MVR 16.658761
MWK 1880.993343
MXN 19.670296
MYR 5.070465
MZN 69.349473
NAD 19.911224
NGN 1744.047012
NIO 39.928913
NOK 11.960903
NPR 145.291106
NZD 1.823094
OMR 0.417801
PAB 1.084712
PEN 4.076085
PGK 4.250562
PHP 63.445365
PKR 301.997806
PLN 4.277548
PYG 8208.497552
QAR 3.953442
RON 4.972868
RSD 117.073683
RUB 95.340264
RWF 1420.882038
SAR 4.07103
SBD 9.178881
SCR 14.87055
SDG 635.975458
SEK 11.678339
SGD 1.460262
SHP 0.836275
SLE 24.795753
SLL 22757.812826
SOS 619.906854
SRD 31.821563
STD 22463.134331
SVC 9.491856
SYP 2726.802541
SZL 19.907529
THB 39.233265
TJS 11.552719
TMT 3.809338
TND 3.37143
TOP 2.574993
TRY 35.632286
TTD 7.363579
TWD 35.562517
TZS 2913.980463
UAH 44.761629
UGX 4009.869531
USD 1.085281
UYU 43.903827
UZS 13660.521903
VEF 3931488.978058
VES 39.596489
VND 27528.163355
VUV 128.846822
WST 3.042704
XAF 655.118801
XAG 0.037279
XAU 0.000451
XCD 2.933027
XDR 0.818153
XOF 655.118801
XPF 119.331742
YER 271.700461
ZAR 19.966877
ZMK 9768.829904
ZMW 28.122019
ZWL 349.460176
  • AEX

    -2.0200

    914.97

    -0.22%

  • BEL20

    5.2400

    4038.15

    +0.13%

  • PX1

    -23.6300

    7598.63

    -0.31%

  • ISEQ

    39.3400

    9406.6

    +0.42%

  • OSEBX

    -5.6600

    1446.85

    -0.39%

  • PSI20

    -6.1700

    6854.32

    -0.09%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    11.2200

    2398.23

    +0.47%

  • N150

    -11.8900

    3385.69

    -0.35%

Brésil: Dom Phillips et Bruno Pereira, les deux disparus d'Amazonie
Brésil: Dom Phillips et Bruno Pereira, les deux disparus d'Amazonie / Photo: Joao LAET - AFP/Archives

Brésil: Dom Phillips et Bruno Pereira, les deux disparus d'Amazonie

Leurs familles, des ONG et des personnalités ont imploré Brasilia de tout mettre en oeuvre pour retrouver le journaliste britannique Dom Phillips et l'expert brésilien des indigènes Bruno Pereira, portés disparus en Amazonie depuis dimanche. Voici des éléments de portrait des deux hommes.

Taille du texte:

- Phillips, journaliste passionné d'Amazonie -

Dom Phillips, âgé 57 ans, est un collaborateur régulier du quotidien britannique The Guardian, qui travaille au Brésil depuis 15 ans. Il a d'abord vécu dans le Sud-est, à Sao Paulo, puis à Rio de Janeiro, avant de s'installer il y a quelques années à Salvador (nord-est), avec son épouse brésilienne, Alessandra Sampaio.

Ce passionné d'Amazonie a fait des dizaines de reportages dans les zones où il se trouvait ces derniers jours, enquêtant pour un livre sur la vallée de Javari, avec l'appui de la Fondation Alicia Patterson, basée aux Etats-Unis.

Au Brésil, Dom Phillips a souvent enquêté sur l'avancée des mineurs et des éleveurs clandestins dans des régions protégées pour divers médias tels que The New York Times, The Washington Post, The Financial Times ou The Intercept, outre The Guardian.

"Belle Amazonie", a-t-il écrit le 30 mai sur son compte Instagram, l'une de ses dernières publications, avec une vidéo où il navigue sur une rivière à bord d'une petite embarcation.

Avant d'arriver au Brésil en 2007, Phillips a été rédacteur en chef d'une revue musicale au Royaume Uni, Mixmag, et a publié un livre sur la culture des DJs.

C'est l'univers musical et culturel du Brésil qui l'a attiré pour un voyage à Sao Paulo, où il est resté finalement. "Il s'est senti à la maison au Brésil", ont écrit des correspondants étrangers dans une lettre publiée par le quotidien O Globo.

Il s'est impliqué dans divers projets sociaux, dans les favelas de Rio de Janeiro ou de Salvador.

"Pour ses amis, c'est un type souriant qui se lève avant le soleil pour aller faire du stand-up paddle", disent ses amis journalistes dans la même lettre. Phillips, ajoutent-ils, attendait "avec impatience" la fin des démarches "pour pouvoir adopter un enfant avec son épouse".

- Pereira, le défenseur menacé des indigènes -

Bruno Pereira, âgé 41 ans, a été des années durant un expert de la Funai, organisme chargé des affaires des indigènes du Brésil, et un défenseur reconnu des droits des autochtones.

Cet homme marié et père de trois enfants a été coordinateur régional de la Funai à Atalaia do Norte, municipalité vers laquelle il se dirigeait dimanche dernier avec Dom Phillips lorsqu'ils ont disparu.

Il a également été le coordinateur de l'unité des indigènes isolés ou récemment contactés de la Funai, pour laquelle il a été chargé de l'une des plus grandes expéditions récentes destinée à contacter des groupes ethniques isolés et éviter des conflits entre eux.

Il était actuellement en disponibilité de la Funai et se dédiait, avec diverses ONG, à des projets de surveillance de la sécurité des villages de la vallée de Javarí, un territoire indigène immense frontalier du Pérou sous la pression des narcotrafiquants, des pêcheurs, des bûcherons et des orpailleurs clandestins.

Son action en faveur des peuples indigènes lui a valu des menaces régulières, y compris de mort, de ces groupes criminels.

Quand ils ont disparu, Bruno Pereira servait d'accompagnateur et de guide à Dom Phillips, pour son deuxième voyage dans cette région très reculée.

Au vu de sa grande connaissance du terrain, il semble improbable que les deux hommes aient pu avoir un accident ou se soient égarés.

Il est "courageux et très impliqué", a dit à l'AFP Fiona Watson, directrice des recherches de l'ONG Survival International. "En fait il a été écarté de la Funai parce qu'il faisait ce que cet organisme devrait faire et ne fait plus depuis que (le président) Jair Bolsonaro est arrivé au pouvoir : défendre les peuples indigènes".

(F.Schuster--BBZ)