Berliner Boersenzeitung - Les bibliothèques, un refuge pour les Libanais face à la crise

EUR -
AED 3.93191
AFN 74.934023
ALL 100.192131
AMD 415.522218
ANG 1.928991
AOA 915.808176
ARS 969.607303
AUD 1.607077
AWG 1.926886
AZN 1.778553
BAM 1.951156
BBD 2.161036
BDT 125.761858
BGN 1.956169
BHD 0.403409
BIF 3063.748671
BMD 1.070492
BND 1.447841
BOB 7.396396
BRL 5.838506
BSD 1.070343
BTN 89.523495
BWP 14.483394
BYN 3.502265
BYR 20981.647082
BZD 2.157465
CAD 1.464979
CDF 3048.762005
CHF 0.954366
CLF 0.036176
CLP 998.212863
CNY 7.771879
CNH 7.805778
COP 4458.011234
CRC 559.463235
CUC 1.070492
CUP 28.368043
CVE 110.686817
CZK 24.905857
DJF 190.247651
DKK 7.45887
DOP 63.212278
DZD 144.025914
EGP 51.07233
ERN 16.057383
ETB 61.576478
FJD 2.400847
FKP 0.83991
GBP 0.845656
GEL 2.965407
GGP 0.83991
GHS 16.217803
GIP 0.83991
GMD 72.55263
GNF 9200.880601
GTQ 8.306928
GYD 223.927047
HKD 8.35525
HNL 26.789047
HRK 7.513183
HTG 142.013942
HUF 396.775824
IDR 17650.864132
ILS 3.992931
IMP 0.83991
INR 89.508509
IQD 1402.344779
IRR 45067.721549
ISK 149.098451
JEP 0.83991
JMD 166.455386
JOD 0.758656
JPY 170.137073
KES 137.555396
KGS 93.022453
KHR 4421.133413
KMF 492.373125
KPW 963.443119
KRW 1490.10337
KWD 0.328288
KYD 0.891969
KZT 492.872346
LAK 23499.981845
LBP 95916.101312
LKR 326.742344
LRD 207.675494
LSL 19.268445
LTL 3.160885
LVL 0.64753
LYD 5.19729
MAD 10.659929
MDL 19.137274
MGA 4792.593612
MKD 61.522827
MMK 3476.916902
MNT 3693.198188
MOP 8.604441
MRU 42.073804
MUR 49.938409
MVR 16.469537
MWK 1855.699432
MXN 19.651807
MYR 5.047388
MZN 68.185043
NAD 19.268584
NGN 1593.963098
NIO 39.372921
NOK 11.287168
NPR 143.238419
NZD 1.748128
OMR 0.412086
PAB 1.070353
PEN 4.082001
PGK 4.174438
PHP 63.015557
PKR 298.130219
PLN 4.327029
PYG 8054.829277
QAR 3.897127
RON 4.976291
RSD 117.054866
RUB 93.535166
RWF 1407.69724
SAR 4.015933
SBD 9.035137
SCR 14.617603
SDG 643.36556
SEK 11.237032
SGD 1.449981
SHP 1.352513
SLE 24.457859
SLL 22447.688199
SOS 611.251125
SRD 32.856082
STD 22157.027184
SVC 9.365797
SYP 2689.644219
SZL 19.268261
THB 39.328833
TJS 11.37234
TMT 3.746723
TND 3.343687
TOP 2.52433
TRY 35.153759
TTD 7.26963
TWD 34.629143
TZS 2810.042285
UAH 43.374273
UGX 4008.459751
USD 1.070492
UYU 42.160052
UZS 13531.021458
VEF 3877914.225098
VES 38.89468
VND 27249.378901
VUV 127.090948
WST 2.998037
XAF 654.393412
XAG 0.034787
XAU 0.000453
XCD 2.893059
XDR 0.812363
XOF 654.606448
XPF 119.331742
YER 267.99783
ZAR 19.24138
ZMK 9635.713166
ZMW 27.266106
ZWL 344.698051
  • AEX

    9.0600

    933.84

    +0.98%

  • BEL20

    27.8000

    3889.35

    +0.72%

  • PX1

    101.4400

    7671.34

    +1.34%

  • ISEQ

    -39.3000

    9545.64

    -0.41%

  • OSEBX

    5.0600

    1409.34

    +0.36%

  • PSI20

    109.2500

    6650.92

    +1.67%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    27.4900

    2094.59

    +1.33%

  • N150

    49.9300

    3378.63

    +1.5%

Les bibliothèques, un refuge pour les Libanais face à la crise
Les bibliothèques, un refuge pour les Libanais face à la crise

Les bibliothèques, un refuge pour les Libanais face à la crise

Chaque vendredi, Mounira Khalifé emmène son fils dans une bibliothèque publique de Beyrouth pour assister à "l'heure du conte", les livres étant devenus un "luxe" que peu de Libanais peuvent se permettre, en pleine crise économique.

Taille du texte:

Elia, 5 ans, déambule entre les étagères puis s'assied sur un canapé coloré en attendant l'arrivée de la conteuse.

"Entre la crise économique et la pandémie, on a fini par ne plus pouvoir l'emmener nulle part", raconte sa mère à l'AFP.

En raison d'une inflation galopante, la majorité des Libanais ne peuvent plus subvenir à leurs besoins de base dans un pays où plus de 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté de l'ONU.

Acheter des livres pour ses enfants est d'autant plus devenu un luxe. Pour Mounira, aller à la bibliothèque "permet d'économiser les coûts de transport et le prix des livres qui a augmenté, alors qu'il peut rapidement s'en lasser".

"On passe du temps dans un lieu sûr, confortable et proche de la maison où (Elia) peut jouer, dessiner et emprunter des livres", confie-t-elle.

Comme elle, des centaines de parents se rendent de plus en plus souvent dans l'une des trois bibliothèques municipales de Beyrouth --gérées par l'association Assabil, qui oeuvre depuis 1997 à promouvoir la lecture.

Celle de Bachoura, dans un quartier du centre, compte désormais plus de 3.000 membres inscrits, avec "une demande en hausse depuis un an", assure l'une de ses bibliothécaires, Samar Choucair.

"Les gens ne peuvent plus se permettre d'acheter des livres" importés de l'étranger, raconte-t-elle.

"Surtout ceux pour enfants, (...) qu'ils paient en dollars ou en euros", alors que la monnaie locale a perdu 90% de sa valeur depuis le début de la crise économique, qualifiée par la Banque mondiale de l'une des pires de l'Histoire moderne.

- "Besoin de lire" -

Dans les librairies et maisons d'édition, le prix des livres a augmenté en raison de leur prix en dollar, ce qui a eu un impact négatif sur la demande.

"Cela a fait exploser le prix (des livres) à un moment où le salaire minimum n'a pas changé", fixé mensuellement à 675.000 livres libanaises, soit actuellement 32 dollars, regrette Lana Halabi, cofondatrice de la librairie Halabi dans le quartier beyrouthin de Tariq Jdideh.

Résultat, "les livres ne sont plus une priorité pour les lecteurs", soupire-t-elle.

Dans la bibliothèque de Geitaoui, située dans un rare parc public de la capitale, la demande des romans augmente progressivement, notamment en arabe ou en français, explique la bibliothécaire Josiane Badra.

Pour répondre à cette demande croissante, la bibliothèque a enrichi ses étagères de 300 nouveaux livres au cours des deux derniers mois.

De temps à autre, Aline Daou, étudiante à l'Université Saint-Joseph, s'y rend pour étudier ou lire.

Cela "m'évite d'acheter des romans que j'aime lire et qui coûtent très cher", dit-elle.

"En tant qu'étudiante en littérature, j'ai toujours besoin de lire et comme j'économise pour acheter les ouvrages essentiels, je préfère emprunter des romans d'ici."

- Défis -

Si les bibliothèques publiques sont devenues une "échappatoire pour les gens", les défis se multiplient, souligne auprès de l'AFP un haut responsable de l'association Assabil, Ali Sabbagh.

"Nous gérons ces bibliothèques en partenariat avec la municipalité de Beyrouth, qui assurait auparavant environ 80% du budget opérationnel des bibliothèques en livres libanaises", explique M. Sabbagh.

Or avec la dévaluation de la monnaie nationale, la municipalité peine désormais à fournir des services de base.

"Fournir des livres, des services culturels et internet gratuitement représente un défi de taille désormais", regrette-t-il, d'autant que "les donateurs en temps de crise priorisent ce qu'ils considèrent comme des besoins de base."

Mais pour Valentina Habis, une étudiante, les bibliothèques sont aussi un besoin de base pour affronter la morosité actuelle.

"En pleine crise, nous avons besoin de lieux culturels, des lieux qui développent la pensée et la culture, car la culture est la base de la société", plaide-t-elle.

(A.Berg--BBZ)