Berliner Boersenzeitung - RD Congo: un siècle après l'étain, le lithium fait rêver Manono

EUR -
AED 3.93191
AFN 74.934023
ALL 100.192131
AMD 415.522218
ANG 1.928991
AOA 915.808176
ARS 969.607303
AUD 1.607077
AWG 1.926886
AZN 1.778553
BAM 1.951156
BBD 2.161036
BDT 125.761858
BGN 1.956169
BHD 0.403409
BIF 3063.748671
BMD 1.070492
BND 1.447841
BOB 7.396396
BRL 5.838506
BSD 1.070343
BTN 89.523495
BWP 14.483394
BYN 3.502265
BYR 20981.647082
BZD 2.157465
CAD 1.464979
CDF 3048.762005
CHF 0.954366
CLF 0.036176
CLP 998.212863
CNY 7.771879
CNH 7.805778
COP 4458.011234
CRC 559.463235
CUC 1.070492
CUP 28.368043
CVE 110.686817
CZK 24.905857
DJF 190.247651
DKK 7.45887
DOP 63.212278
DZD 144.025914
EGP 51.07233
ERN 16.057383
ETB 61.576478
FJD 2.400847
FKP 0.83991
GBP 0.845656
GEL 2.965407
GGP 0.83991
GHS 16.217803
GIP 0.83991
GMD 72.55263
GNF 9200.880601
GTQ 8.306928
GYD 223.927047
HKD 8.35525
HNL 26.789047
HRK 7.513183
HTG 142.013942
HUF 396.775824
IDR 17650.864132
ILS 3.992931
IMP 0.83991
INR 89.508509
IQD 1402.344779
IRR 45067.721549
ISK 149.098451
JEP 0.83991
JMD 166.455386
JOD 0.758656
JPY 170.137073
KES 137.555396
KGS 93.022453
KHR 4421.133413
KMF 492.373125
KPW 963.443119
KRW 1490.10337
KWD 0.328288
KYD 0.891969
KZT 492.872346
LAK 23499.981845
LBP 95916.101312
LKR 326.742344
LRD 207.675494
LSL 19.268445
LTL 3.160885
LVL 0.64753
LYD 5.19729
MAD 10.659929
MDL 19.137274
MGA 4792.593612
MKD 61.522827
MMK 3476.916902
MNT 3693.198188
MOP 8.604441
MRU 42.073804
MUR 49.938409
MVR 16.469537
MWK 1855.699432
MXN 19.651807
MYR 5.047388
MZN 68.185043
NAD 19.268584
NGN 1593.963098
NIO 39.372921
NOK 11.287168
NPR 143.238419
NZD 1.748128
OMR 0.412086
PAB 1.070353
PEN 4.082001
PGK 4.174438
PHP 63.015557
PKR 298.130219
PLN 4.327029
PYG 8054.829277
QAR 3.897127
RON 4.976291
RSD 117.054866
RUB 93.535166
RWF 1407.69724
SAR 4.015933
SBD 9.035137
SCR 14.617603
SDG 643.36556
SEK 11.237032
SGD 1.449981
SHP 1.352513
SLE 24.457859
SLL 22447.688199
SOS 611.251125
SRD 32.856082
STD 22157.027184
SVC 9.365797
SYP 2689.644219
SZL 19.268261
THB 39.328833
TJS 11.37234
TMT 3.746723
TND 3.343687
TOP 2.52433
TRY 35.153759
TTD 7.26963
TWD 34.629143
TZS 2810.042285
UAH 43.374273
UGX 4008.459751
USD 1.070492
UYU 42.160052
UZS 13531.021458
VEF 3877914.225098
VES 38.89468
VND 27249.378901
VUV 127.090948
WST 2.998037
XAF 654.393412
XAG 0.034787
XAU 0.000453
XCD 2.893059
XDR 0.812363
XOF 654.606448
XPF 119.331742
YER 267.99783
ZAR 19.24138
ZMK 9635.713166
ZMW 27.266106
ZWL 344.698051
  • AEX

    9.0600

    933.84

    +0.98%

  • BEL20

    27.8000

    3889.35

    +0.72%

  • PX1

    101.4400

    7671.34

    +1.34%

  • ISEQ

    -39.3000

    9545.64

    -0.41%

  • OSEBX

    5.0600

    1409.34

    +0.36%

  • PSI20

    109.2500

    6650.92

    +1.67%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    27.4900

    2094.59

    +1.33%

  • N150

    49.9300

    3378.63

    +1.5%

RD Congo: un siècle après l'étain, le lithium fait rêver Manono
RD Congo: un siècle après l'étain, le lithium fait rêver Manono

RD Congo: un siècle après l'étain, le lithium fait rêver Manono

Près de la carcasse rouillée de l'ancienne fonderie d'étain, hommes et femmes, pieds nus, fouillent le sol à la recherche de cassitérite, tout en espérant la renaissance de leur ville de Manono, en RD Congo, grâce au grand gisement de lithium découvert aux portes de la vieille cité minière.

Taille du texte:

Un peu plus loin, les "creuseurs" apportent leur récolte à la rivière Lukushi où des femmes, dans l'eau du matin au soir, lavent dans des bassines en zinc le gravier duquel émergeront les petits cailloux noirs de minerai d'étain, dont ils espèrent tirer assez d'argent pour vivre.

"Il n'y a rien d'autre à Manono, la vie est très difficile", constate simplement Marcelline Banza, 28 ans, mère de trois enfants, qui dit pouvoir gagner entre 15.000 et 18.000 francs congolais (7,5 à 9 dollars) par jour en lavant la terre sableuse.

Le secteur est parsemé de terrains bosselés, ravinés, fouillés par des centaines de ces mineurs artisanaux armés de pelles et de barres à mine.

"La majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté et, plutôt que de cultiver les champs, les gens préfèrent creuser, pour un gain plus rapide", regrette Patrice Sangwa, médecin chef de la zone de santé de Manono, territoire isolé qui fait face à la malnutrition, au choléra ou encore à une épidémie de rougeole qui a tué des dizaines d'enfants depuis décembre.

La ville est située dans la province du Tanganyika, née en 2015 du partage en quatre du Katanga, région du sud-est de la République démocratique du Congo regorgeant de minerais, cuivre et cobalt notamment. Elle a été créée au début du 20e siècle, avec la mise en exploitation par les colons belges d'un gisement de cassitérite, le minerai de l'étain.

Carrières, barrage, fonderies, chemin de fer, logements, les mines ont amené la prospérité.

- Ruines -

Mais peu à peu, avec la chute des cours, les années agitées d'après l'indépendance en 1960 et la mauvaise gestion, les équipements ont vieilli, la ville s'est endormie et le coup de grâce est venu de la guerre qui a accompagné la prise du pays en 1997 par Laurent-Désiré Kabila. "La guerre d'agression", comme l'appellent les gens de Manono, où les soldats rwandais ont laissé un très mauvais souvenir.

"Nous avons tous fui. La fonderie a été détruite, les maisons pillées, le quartier européen dévasté, celui des cadres africains aussi", raconte Paul Kissoula, dit "papa Paul", 70 ans.

Un quart de siècle après, la végétation envahit les ruines, deux locomotives à vapeur, une grue, des wagonnets, rouillent au bord du chemin, les terrils se couvrent d'arbres.

"Il n'y a plus rien depuis des années", regrette tristement "papa Paul".

Chauffeur, il a tout connu. Il a été embauché en 1974 par "Congo Etain", entreprise publique devenue "Zaïrétain" quand le pays a changé de nom sous la présidence de Mobutu, puis "Cominière" (Congolaise d'exploitation minière).

Aujourd'hui, Paul Kissoula est chauffeur pour l'entreprise australienne AVZ Minerals qui, à la recherche de lithium, métal devenu star des batteries de voitures électriques, a été la première à obtenir en 2016 un permis de recherche à Manono, où elle a monté une co-entreprise avec la Cominière.

- "On attend le permis" -

Après plusieurs années de forages, effectués en particulier dans une ancienne et vaste carrière de cassitérite appelée "Roche Dure", la société a découvert un gisement de "400 millions de tonnes de minerai à 1,6%, probablement la plus importante ressource non exploitée au monde", se félicite Nigel Ferguson, directeur général d'AVZ Minerals.

Cela représente des réserves de lithium de quelque 6 millions de tonnes, largement de quoi se mesurer aux habituels producteurs que sont l'Australie, le Chili, l'Argentine ou encore la Chine.

"La qualité du gisement rocheux est très bonne", assure Nigel Ferguson, meilleure selon lui que le lithium extrait de saumures, comme en Amérique du Sud.

Dans de grands hangars, l'entreprise stocke les "carottes" forées dans la roche, jusqu'à près de 400 mètres de profondeur. Dans les premiers mètres, il y a le sol, puis viennent la latérite, les schistes...

Erick Nkulu wa Kabamba, géologue, montre ensuite la "pegmatite" (roche magmatique) renfermant les "spodumènes", le minéral du lithium. Des échantillons sont prélevés et envoyés pour analyse à Perth, en Australie.

L'"étude de faisabilité définitive" est bouclée et a été transmise il y a plusieurs mois au gouvernement, dont la société attend maintenant qu'il lui délivre un permis d'exploitation.

Lorsqu'elle l'aura obtenu, AVZ "prévoit de consacrer 600 millions de dollars à la construction d'une usine", qui devrait produire environ 700.000 tonnes de produit fini par an, utilisable surtout dans les batteries, précise son patron.

Elle réhabilitera par ailleurs la vieille centrale hydroélectrique, dont elle augmentera la capacité, et emploiera des centaines de travailleurs locaux.

Si le permis arrive rapidement, la production pourrait commencer en 2023.

"Les gens souffrent... AVZ va nous aider", espère l'administrateur du territoire, Pierre Mukamba Kaseya qui, comme tout le monde "attend le permis".

"Le cahier des charges prévoit également des actions sur les routes, les écoles, les hôpitaux...", anticipe aussi Baccam Banza Cazadi, directeur d'école secondaire. "Nous voulons qu'ils puissent réussir, pour la province et pour le pays. Il y a l'espoir", assure-t-il.

(L.Kaufmann--BBZ)