Berliner Boersenzeitung - La pression monte en Europe pour une sanction "maximale" contre la Russie

EUR -
AED 3.931539
AFN 75.621895
ALL 100.232512
AMD 414.610392
ANG 1.925048
AOA 914.641261
ARS 967.444549
AUD 1.602121
AWG 1.926678
AZN 1.82389
BAM 1.955849
BBD 2.156654
BDT 125.503146
BGN 1.95818
BHD 0.40301
BIF 3071.376984
BMD 1.070377
BND 1.447136
BOB 7.380185
BRL 5.814398
BSD 1.068127
BTN 89.193736
BWP 14.395361
BYN 3.495488
BYR 20979.385849
BZD 2.152954
CAD 1.466363
CDF 3050.57435
CHF 0.95639
CLF 0.036076
CLP 995.457951
CNY 7.772332
CNH 7.803519
COP 4456.311698
CRC 558.313994
CUC 1.070377
CUP 28.364986
CVE 110.267764
CZK 24.956054
DJF 190.174767
DKK 7.465241
DOP 63.04158
DZD 143.800604
EGP 51.014279
ERN 16.055652
ETB 61.631245
FJD 2.400588
FKP 0.83982
GBP 0.845914
GEL 3.00245
GGP 0.83982
GHS 16.182406
GIP 0.83982
GMD 72.518447
GNF 9195.230479
GTQ 8.288208
GYD 223.335598
HKD 8.354452
HNL 26.420662
HRK 7.512373
HTG 141.573549
HUF 396.821217
IDR 17637.187719
ILS 4.024193
IMP 0.83982
INR 89.443846
IQD 1399.235072
IRR 45049.488876
ISK 149.214612
JEP 0.83982
JMD 166.344169
JOD 0.75858
JPY 171.0195
KES 138.323467
KGS 92.864507
KHR 4403.110364
KMF 492.962459
KPW 963.339286
KRW 1487.171273
KWD 0.328339
KYD 0.890122
KZT 497.142461
LAK 23479.588516
LBP 95649.597459
LKR 326.158175
LRD 207.325197
LSL 19.119879
LTL 3.160545
LVL 0.647461
LYD 5.17813
MAD 10.637567
MDL 19.119479
MGA 4836.121217
MKD 61.536542
MMK 3476.542188
MNT 3692.800165
MOP 8.584815
MRU 42.062054
MUR 50.136856
MVR 16.487805
MWK 1851.946419
MXN 19.385385
MYR 5.044728
MZN 68.177694
NAD 19.119879
NGN 1592.72109
NIO 39.320986
NOK 11.318438
NPR 142.709577
NZD 1.749411
OMR 0.41161
PAB 1.068127
PEN 4.064802
PGK 4.166104
PHP 63.013485
PKR 297.469856
PLN 4.328741
PYG 8040.201528
QAR 3.895698
RON 4.979932
RSD 117.058434
RUB 94.352365
RWF 1402.435152
SAR 4.017427
SBD 9.049442
SCR 15.71353
SDG 643.296837
SEK 11.246989
SGD 1.450579
SHP 1.352367
SLE 24.455224
SLL 22445.268968
SOS 610.4153
SRD 32.964436
STD 22154.639278
SVC 9.346234
SYP 2689.35435
SZL 19.111479
THB 39.288222
TJS 11.354085
TMT 3.757023
TND 3.349284
TOP 2.525822
TRY 35.140865
TTD 7.248182
TWD 34.653076
TZS 2803.770277
UAH 43.202683
UGX 4005.100388
USD 1.070377
UYU 42.071055
UZS 13500.338386
VEF 3877496.294765
VES 38.884603
VND 27246.442183
VUV 127.077251
WST 2.997713
XAF 655.973442
XAG 0.036234
XAU 0.000461
XCD 2.892747
XDR 0.81062
XOF 655.973442
XPF 119.331742
YER 267.969228
ZAR 19.228207
ZMK 9634.679752
ZMW 27.210682
ZWL 344.660902
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

La pression monte en Europe pour une sanction "maximale" contre la Russie
La pression monte en Europe pour une sanction "maximale" contre la Russie

La pression monte en Europe pour une sanction "maximale" contre la Russie

La pression s'accentue en Europe pour accroître encore les sanctions contre la Russie en l'excluant du système international Swift, malgré les réticences des pays qui craignent pour leur approvisionnement énergétique comme l'Allemagne ou la Hongrie.

Taille du texte:

Alors que la veille, lors d'un sommet européen, un accord n'avait pu être trouvé pour recourir à cette mesure financière considérée comme maximaliste dans la palette des mesures punitives, plusieurs Etats ont franchi le Rubicon vendredi.

"Nous plaidons en faveur d'une exclusion de la Russie de Swift", a déclaré le chancelier autrichien Karl Nehammer, dont le pays achète 70 à 80% de son gaz à la Russie et qui jusqu'ici y était opposé.

La France s'est aussi déclarée en faveur d'une telle exclusion. "Certains Etats membres ont fait part de réserves, la France ne fait pas partie de ces Etats", a déclaré le ministre des Finances Bruno Le Maire, prenant ainsi ses distances avec le partenaire allemand.

"Nous ne devons pas attendre qu'il y ait des fusillades dans les rues de Kiev et que des cadavres jonchent les sols", s'est indigné aussi sur le sujet le ministre des Affaires étrangères de la Lettonie, Edgars Rinkevics.

- Rouage clé -

Swift, acronyme de Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, est un rouage essentiel de la finance mondial, l'un des plus importants réseaux de messagerie bancaire et financière. Il permet les règlements interbancaires entre les établissements du monde entier.

Concrètement, ce système permet par exemple à un pays comme l'Allemagne de régler électroniquement ses achats de gaz russe, sans avoir à payer en liquide à Gazprom.

Selon le site de l'association nationale russe Rosswift, la Russie est le deuxième pays après les Etats-Unis en nombre d'utilisateurs de ce système, avec quelque 300 banques et institutions russes membres.

Bloquer un pays de ce système est considéré comme une "arme nucléaire économique", tant l'impact est important sur les relations économiques de ce pays avec le reste du monde.

Mais débrancher un Etat de Swift, c'est aussi empêcher ses propres banques de faire des transactions avec les banques du pays puni.

"Si les banques russes sont déconnectés de Swift, les paiements d'importations et exportations avec la Russie, seront rendus difficiles", confirme à l'AFP Eric Dor, directeur des Etudes Economiques de l'IESEG School of Management.

- Répercusions "massives" -

Du coup, plusieurs pays dépendant des matières premières russes sont très réservés, craignant pour leur approvisionnement.

"Une suspension de Swift aurait des répercussions massives (…) pour les entreprises allemandes dans leurs relations avec la Russie, mais aussi pour régler les paiements de livraison d'énergie", s'est justifié vendredi le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit.

En Hongrie, le Premier ministre Victor Orban s'est félicité que les sanctions décidées jeudi garantissent "l'approvisionnement en énergie" de son pays.

"Il faut toujours faire attention à ne pas se nuire à soi-même plus qu'aux autres", a ainsi déclaré le très écouté député allemand Jürgen Trittin, spécialiste de l'international pour le parti écologiste.

40% des importations de gaz en Europe viennent de Russie, un chiffre qui grimpe à 55% en Allemagne, mais n'est que de 17% en France.

Cet attentisme agace, notamment chez une partie des pays de l'est de l'Europe, qui se sentent les plus exposés à la menace russe, comme les pays baltes, ou la Pologne.

"Les gouvernements de l'UE qui ont bloqué les décisions difficiles (…) se sont déshonorés", a déclaré l'ancien président du Conseil européen, le polonais Donald Tusk, actuellement chef du parti de droite PPE au Parlement européen.

Les pays anglo-saxons tentent également de faire fléchir l'UE. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a ainsi plaidé, durant la réunion du G7, en faveur d'une telle mesure, selon un porte-parole.

Le chef de l'Etat américain, Joe Biden, a lui assuré jeudi que couper la Russie du réseau Swift restait "une option", tout en reconnaissant qu'"actuellement ce n'était (pas) une position partagée par les Européens".

(F.Schuster--BBZ)