Berliner Boersenzeitung - Combats dans Kiev, l'Otan se prépare à toute éventualité

EUR -
AED 3.9268
AFN 75.677586
ALL 100.305858
AMD 414.913785
ANG 1.926403
AOA 914.580027
ARS 968.340462
AUD 1.603463
AWG 1.924341
AZN 1.814721
BAM 1.95728
BBD 2.158232
BDT 125.590281
BGN 1.956599
BHD 0.402926
BIF 3073.509394
BMD 1.069079
BND 1.448195
BOB 7.385585
BRL 5.813668
BSD 1.068908
BTN 89.259004
BWP 14.405895
BYN 3.498045
BYR 20953.938752
BZD 2.154529
CAD 1.463531
CDF 3044.735655
CHF 0.953629
CLF 0.036108
CLP 996.328153
CNY 7.762259
CNH 7.790749
COP 4460.430732
CRC 558.722543
CUC 1.069079
CUP 28.33058
CVE 110.346903
CZK 24.945558
DJF 190.313928
DKK 7.457784
DOP 63.087121
DZD 143.956711
EGP 50.998894
ERN 16.036178
ETB 61.676344
FJD 2.397676
FKP 0.838801
GBP 0.845503
GEL 2.961293
GGP 0.838801
GHS 16.194247
GIP 0.838801
GMD 72.456804
GNF 9201.614587
GTQ 8.29404
GYD 223.499025
HKD 8.342394
HNL 26.439501
HRK 7.503261
HTG 141.675819
HUF 396.882529
IDR 17602.965624
ILS 4.008825
IMP 0.838801
INR 89.335833
IQD 1400.245861
IRR 45008.204922
ISK 149.093864
JEP 0.838801
JMD 166.465893
JOD 0.757658
JPY 169.843451
KES 137.379843
KGS 92.899607
KHR 4406.33236
KMF 491.722562
KPW 962.170797
KRW 1484.918058
KWD 0.327961
KYD 0.890774
KZT 497.506247
LAK 23496.769809
LBP 95719.589476
LKR 326.396843
LRD 207.476908
LSL 19.133333
LTL 3.156711
LVL 0.646674
LYD 5.181919
MAD 10.644952
MDL 19.13347
MGA 4839.660071
MKD 61.576568
MMK 3472.325291
MNT 3688.320956
MOP 8.591097
MRU 42.091257
MUR 50.075382
MVR 16.447742
MWK 1853.301589
MXN 19.529822
MYR 5.038594
MZN 68.094998
NAD 19.133512
NGN 1602.549002
NIO 39.349022
NOK 11.268317
NPR 142.814005
NZD 1.743138
OMR 0.411526
PAB 1.068908
PEN 4.067624
PGK 4.168997
PHP 62.903553
PKR 297.687531
PLN 4.321589
PYG 8045.783717
QAR 3.898494
RON 4.976989
RSD 117.052312
RUB 94.611643
RWF 1403.46139
SAR 4.010464
SBD 9.023205
SCR 14.567934
SDG 642.51627
SEK 11.243151
SGD 1.447046
SHP 1.350727
SLE 24.42556
SLL 22418.043818
SOS 610.861974
SRD 32.812692
STD 22127.76665
SVC 9.352942
SYP 2686.092279
SZL 19.124927
THB 39.159694
TJS 11.362393
TMT 3.741775
TND 3.351735
TOP 2.522758
TRY 35.122119
TTD 7.253486
TWD 34.578272
TZS 2806.331519
UAH 43.232678
UGX 4008.031138
USD 1.069079
UYU 42.101249
UZS 13510.027619
VEF 3872793.057869
VES 38.840321
VND 27216.066112
VUV 126.923112
WST 2.994077
XAF 656.453453
XAG 0.035025
XAU 0.000452
XCD 2.889238
XDR 0.811213
XOF 656.444236
XPF 119.331742
YER 267.644047
ZAR 19.135968
ZMK 9622.993081
ZMW 27.230594
ZWL 344.242843
  • AEX

    -7.3800

    926.5

    -0.79%

  • BEL20

    -3.8900

    3885.63

    -0.1%

  • PX1

    -30.6900

    7640.7

    -0.4%

  • ISEQ

    -130.7800

    9415.32

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -50.5500

    6600.56

    -0.76%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    27.4900

    2094.59

    +1.33%

  • N150

    -32.1000

    3346.45

    -0.95%

Combats dans Kiev, l'Otan se prépare à toute éventualité
Combats dans Kiev, l'Otan se prépare à toute éventualité

Combats dans Kiev, l'Otan se prépare à toute éventualité

Des combats se déroulaient vendredi à Kiev, au deuxième jour d'une invasion de l'Ukraine déclenchée par Vladimir Poutine, qui a appelé l'armée de ce pays à prendre le pouvoir, tandis que l'Otan se préparait à réagir à toute éventualité.

Taille du texte:

Conséquence de ce conflit qui pourrait être le plus grave en Europe depuis 1945, quelque 100.000 personnes ont déjà été déplacées et 50.000 ont quitté le territoire ukrainien, a déploré l'ONU, qui a réclamé un "accès sans entrave" pour l'aide humanitaire.

L'Alliance atlantique a pour sa part commencé à déployer des éléments de sa force de réaction pour être en mesure de rapidement faire face à toute éventualité.

Dans le même temps, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit avoir discuté avec son homologue américain Joe Biden d'un "renforcement des sanctions" et d'une "aide concrète à la défense", tandis l'Union européenne faisait savoir que Vladimir Poutine lui-même et son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov figuraient sur la liste des personnes qu'elle sanctionnait.

Une mesure que le Royaume-Uni s'apprêtait aussi à prendre, "de manière imminente".

"Toute guerre laisse le monde pire que dans l'état où elle l'a trouvé. La guerre est toujours un échec de la politique et de l'humanité, une capitulation honteuse, une déroute devant les forces du mal", a de son côté dénoncé le pape François dans un tweet traduit en plusieurs langues, dont le russe, un fait rarissime.

- "Prenez le pouvoir !" -

Malgré cela, le maître du Kremlin semblait résolu à poursuivre son offensive.

Et obtenir un changement de régime en Ukraine, qualifiant vendredi les membres de l'équipe du chef de l'Etat ukrainien de "drogués" et de "néonazis".

"Prenez le pouvoir entre vos mains !", a-t-il lancé à l'adresse des militaires ukrainiens. "Il me semble qu'il sera plus facile de négocier entre vous et moi", a-t-il ajouté.

En signe de défi, Volodymyr Zelenski a diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle il apparaît dans la rue, affirmant être toujours à Kiev et déterminé à "défendre" l'Ukraine.

Auparavant, le chef de la diplomatie russe avait appelé à une reddition de l'armée ukrainienne, condition préalable à des "négociations".

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov assurait quant à lui que Vladimir Poutine était prêt à envoyer une délégation à Minsk, la capitale du Belarus, "pour des négociations avec une délégation ukrainienne".

Mais les forces ukrainiennes paraissaient décidées à affronter les troupes russes, dont de premières unités sont entrées vendredi dans le nord de Kiev, y faisant des morts.

- Des milliers d'Ukrainiens sur les routes -

Dans le quartier d'habitation d'Oblon, l'AFP a vu un civil tué sur un trottoir et des ambulanciers en secourir un autre, prisonnier de la carcasse d'une voiture écrasée par un blindé.

Les militaires ukrainiens ont aussi signalé des affrontements dans deux localités à entre 40 et 80 km au nord de Kiev. Des troupes russes approchaient également, selon eux, de la capitale en provenance du nord-est et de l'est.

Après la fuite de nombreuses personnes jeudi, le centre de Kiev, une métropole qui compte en temps normal quelque trois millions d'habitants et désormais sous couvre-feu, ressemblait à une ville-fantôme.

Hommes en armes et blindés étaient positionnés aux principaux carrefours proches des bâtiments gouvernementaux. De rares passants s'arrêtaient pour échanger les dernières nouvelles, tandis que sirènes et explosions retentissaient sous un ciel nuageux.

"Cette nuit, ils ont commencé à bombarder des quartiers civils. Cela nous rappelle (l'offensive nazie) de 1941", a lâché M. Zelensky dans la matinée, prononçant cette phrase en russe, signe qu'elle était destinée aux Russes.

Il a salué l'"héroïsme" de la population face à une invasion qui, selon un bilan datant de la mi-journée jeudi, a fait au moins 137 morts et 316 blessés côté ukrainien. Et assuré que les soldats faisaient "leur possible" pour défendre le pays.

Le ministère ukrainien de la Défense a demandé aux civils à Kiev de l'"informer des mouvements ennemis : faites des cocktails Molotov, neutralisez l'occupant !".

Il a aussi affirmé, sans aucune preuve, que 2.800 soldats russes avaient été tués. La Russie n'a jusqu'ici donné aucune indication sur les pertes subies.

L'invasion a jeté sur les routes des milliers d'Ukrainiens, qui affluent aux frontières de l'UE - notamment en Pologne, Hongrie et Roumanie.

Kristian Szavla, 28 ans, arrivé de l'ouest de l'Ukraine, a été un des premiers à franchir la frontière hongroise.

"Nous ne voulons pas vivre ce que nos amis et compatriotes subissent dans l'est du pays, nous réveiller aux sons des sirènes à chaque bombardement russe", a confié cet homme, parti avec femme et enfant.

- La Russie privée d'Eurovision -

Le président Zelensky a reproché aux Européens d'être trop lents à soutenir l'Ukraine et il a appelé ceux ayant "une expérience de combat" à venir lutter avec les Ukrainiens.

Son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays est membre de l'Otan, a aussi reproché à l'UE et à l'Alliance atlantique leur inaction.

Cette organisation, dont les dirigeants se sont réunis vendredi en visioconférence, a répété ces derniers jours qu'elle n'enverrait pas de troupes en Ukraine.

Joe Biden a en revanche prévenu qu'aucun "pouce de territoire de l'Otan" ne serait cédé et le Pentagone dépêchera quelque 7.000 hommes de plus en Allemagne.

Pour l'instant, le camp occidental se concentre sur le durcissement des sanctions contre la Russie et a déjà adopté des mesures pour restreindre l'accès aux marchés financiers internationaux de ses institutions financières comme son accès aux technologies.

Mais 27 Etats de l'Union européenne ne sont pas allés jusqu'à exclure la Russie du système d'échanges bancaires internationaux Swift et Volodymyr Zelensky les a exhortés à aller plus loin.

"Annuler les visas pour les Russes ? Déconnexion de Swift ? Isolement total de la Russie ? Rappel d'ambassadeurs ? Embargo sur le pétrole ? Aujourd'hui, tout doit être sur la table, car c'est une menace pour nous tous, toute l'Europe", a-t-il dit.

Des pays tels que l'Autriche, initialement opposée à l'exclusion de la Russie du système Swift, semblaient désormais prêts à prendre une mesure considérée comme "une arme nucléaire économique".

Autres mesures de rétorsion : la Russie a été suspendue de toute participation aux instances du Conseil de l'Europe et l'OCDE ferlé la porte à son adhésion.

Elle a en outre été exclue du très populaire concours de l'Eurovision, cependant que le Comité international olympique a exhorté les fédérations sportives internationales à annuler ou délocaliser tout évènement prévu sur son sol ou chez son allié bélarusse.

- ONU -

Après avoir flambé jeudi, les cours des matières premières restaient très élevés, avec un baril de pétrole Brent au-dessus des 100 dollars même si le WTI américain était revenu autour de 95 dollars.

La Russie est un exportateur essentiel de pétrole, gaz, blé et autres matières premières.

Les grandes Bourses mondiales se reprenaient quant à elles après leur plongeon jeudi, mais le marché restait volatil.

L'offensive russe a commencé jeudi à l'aube, après la reconnaissance lundi soir par Vladimir Poutine de l'indépendance de territoires séparatistes ukrainiens du Donbass, parrainés par Moscou depuis 2014.

Pour tenter de justifier l'envoi de l'armée russe contre ses voisins ukrainiens, le maître du Kremlin a réitéré ses accusations infondées de "génocide" orchestré par Kiev dans les "républiques" rebelles du Donbass et dénoncé la politique "agressive" de l'Otan.

Après avoir interdit les rassemblements contre la guerre, la Russie a annoncé vendredi "limiter l'accès" à Facebook, accusé de censurer les médias russes.

Dans ce contexte, le Conseil de sécurité des Nations unies devait voter vendredi soir sur un projet de résolution présenté par Etats-Unis et Albanie condamnant l’invasion et demandant à Moscou le retrait immédiat de ses troupes.

Le texte était toutefois condamné d'avance, la Russie disposant d'un droit de veto dans cette instance.

Le président chinois Xi Jinping, aux relations étroites avec Poutine, s'est pour sa part entretenu au téléphone avec le maître du Kremlin.

La Chine, qui a aussi un droit de veto, "soutient la Russie dans le règlement (du conflit) par le biais de négociations avec l'Ukraine", a ensuite rapporté la télévision publique CCTV.

burx-cat-bds/fjb

(A.Lehmann--BBZ)