Berliner Boersenzeitung - Les villes ukrainiennes sous le feu de la Russie, qui évoque des pourparlers

EUR -
AED 3.946715
AFN 75.215833
ALL 99.983993
AMD 417.846819
ANG 1.937217
AOA 918.177147
ARS 973.326461
AUD 1.610731
AWG 1.935476
AZN 1.840494
BAM 1.95556
BBD 2.170405
BDT 126.294514
BGN 1.955837
BHD 0.405035
BIF 3086.907167
BMD 1.074518
BND 1.451152
BOB 7.427089
BRL 5.838605
BSD 1.074903
BTN 89.643028
BWP 14.506694
BYN 3.517783
BYR 21060.557546
BZD 2.166705
CAD 1.473095
CDF 3057.004435
CHF 0.950193
CLF 0.036317
CLP 1002.084595
CNY 7.798528
CNH 7.823363
COP 4474.433648
CRC 561.846793
CUC 1.074518
CUP 28.474733
CVE 110.621382
CZK 24.908192
DJF 190.964028
DKK 7.459517
DOP 63.717914
DZD 144.540939
EGP 51.267522
ERN 16.117774
ETB 61.5266
FJD 2.42782
FKP 0.843069
GBP 0.84484
GEL 3.051326
GGP 0.843069
GHS 16.228588
GIP 0.843069
GMD 72.798406
GNF 9240.857306
GTQ 8.340938
GYD 224.882425
HKD 8.388388
HNL 26.917213
HRK 7.54144
HTG 142.44602
HUF 395.948929
IDR 17612.052426
ILS 3.985335
IMP 0.843069
INR 89.646251
IQD 1407.618897
IRR 45223.789102
ISK 149.454777
JEP 0.843069
JMD 167.324154
JOD 0.761618
JPY 169.798568
KES 138.612654
KGS 93.807987
KHR 4437.760361
KMF 492.667029
KPW 967.066559
KRW 1485.381825
KWD 0.329469
KYD 0.895815
KZT 495.083115
LAK 23599.105737
LBP 96273.938138
LKR 328.010463
LRD 208.883231
LSL 19.328959
LTL 3.172773
LVL 0.649965
LYD 5.211531
MAD 10.704887
MDL 19.187272
MGA 4808.469517
MKD 61.612445
MMK 3489.993336
MNT 3707.08804
MOP 8.643762
MRU 42.13201
MUR 50.136864
MVR 16.551063
MWK 1861.614341
MXN 19.799505
MYR 5.05722
MZN 68.441482
NAD 19.28778
NGN 1601.032741
NIO 39.515387
NOK 11.35175
NPR 143.428417
NZD 1.752507
OMR 0.413666
PAB 1.074868
PEN 4.076184
PGK 4.188741
PHP 63.161257
PKR 299.387645
PLN 4.327276
PYG 8095.27104
QAR 3.911784
RON 4.976416
RSD 117.075159
RUB 89.7107
RWF 1407.618897
SAR 4.031143
SBD 9.122204
SCR 14.86929
SDG 645.78587
SEK 11.215871
SGD 1.451353
SHP 1.3576
SLE 24.549844
SLL 22532.112339
SOS 613.549998
SRD 33.45566
STD 22240.358169
SVC 9.405109
SYP 2699.759777
SZL 19.28732
THB 39.424321
TJS 11.367329
TMT 3.771559
TND 3.364294
TOP 2.536832
TRY 34.951708
TTD 7.301309
TWD 34.792365
TZS 2820.610267
UAH 43.567674
UGX 4014.50774
USD 1.074518
UYU 42.304616
UZS 13614.145991
VEF 3892498.781421
VES 39.046688
VND 27349.175558
VUV 127.568928
WST 3.009312
XAF 655.894886
XAG 0.036099
XAU 0.000462
XCD 2.903939
XDR 0.815823
XOF 656.004534
XPF 119.331742
YER 269.005815
ZAR 19.314471
ZMK 9671.958981
ZMW 27.437529
ZWL 345.994436
  • AEX

    -3.4300

    924.78

    -0.37%

  • BEL20

    -3.8700

    3861.38

    -0.1%

  • PX1

    -58.7400

    7570.2

    -0.77%

  • ISEQ

    86.4400

    9585.07

    +0.91%

  • OSEBX

    1.1200

    1404.23

    +0.08%

  • PSI20

    -28.9100

    6541.8

    -0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.9300

    2067.07

    -0.43%

  • N150

    -8.6800

    3328.77

    -0.26%

Les villes ukrainiennes sous le feu de la Russie, qui évoque des pourparlers
Les villes ukrainiennes sous le feu de la Russie, qui évoque des pourparlers

Les villes ukrainiennes sous le feu de la Russie, qui évoque des pourparlers

La Russie poursuit mercredi son offensive sur les villes ukrainiennes, notamment sur Kharkiv avec envoi de troupes aéroportées et des bombardements, tout en évoquant une reprise des pourparlers avec une délégation ukrainienne.

Taille du texte:

Au septième jour de l'invasion lancée par Vladimir Poutine, des troupes aéroportées russes ont débarqué à Kharkiv, deuxième ville du pays, a annoncé à l'aube l'armée ukrainienne, sans donner une idée de leur nombre.

Après plusieurs bombardements au centre-ville mardi qui ont fait au moins 21, morts selon le gouverneur régional, des frappes ont touché mercredi matin les sièges régionaux des forces de sécurité et de police ainsi que l'université de cette métropole située à 50 km de la frontière russe, selon les services d'urgence, qui ont fait état d'au moins quatre morts et neuf blessés.

"Il ne reste plus de zone à Kharkiv où un obus d'artillerie n'a pas encore frappé", a affirmé Anton Guerachtchenko, conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur.

Des hommes en tenue militaire ont enveloppé les corps - apparemment quatre membres d'une même famille et un journaliste de la télévision d'Etat - pour les emmener à la morgue, a constaté l'AFP.

"Cette tour, c'est notre symbole de vérité, d'informations libres, de vraies nouvelles, c'est notre vérité qu'ils veulent attaquer", a indiqué un avocat devenu combattant volontaire, Volodymyr Roudenko.

La tour domine le quartier du parc-mémorial de Babi Yar, où furent abattus en 1941, sous l'occupation nazie, plus de 33.000 Juifs.

Si aucun monument en hommage aux victimes de ce massacre n'a été touché, le président Volodymyr Zelensky, premier président juif ukrainien, a accusé Moscou de chercher à "effacer" l'Ukraine et appelé les juifs "à ne pas rester silencieux".

"Ils ont l'ordre d'effacer notre histoire, d'effacer notre pays, de nous effacer tous", a-t-il lancé mercredi dans une nouvelle vidéo.

Des photos de la société américaine d'imagerie satellitaire Maxar diffusées dans la nuit de lundi à mardi montraient un long convoi russe progressant vers la capitale. Un responsable du Pentagone a cependant indiqué que sa progression vers la capitale, qui compte en temps normal quelque trois millions d'habitants, semblait "au point mort", évoquant des problèmes d'approvisionnement en nourriture et carburant.

Le ministère ukrainien de la Défense a par ailleurs indiqué dans la nuit redouter une offensive depuis le Bélarus, au nord.

Le maire de Kiev, l'ex-boxeur Vitaly Klitschko, a fait état de combats dans la banlieue de la ville et appelé "tous les résidents de Kiev à faire preuve de résilience (...) Kiev tient et va tenir".

Dans le sud du pays, sur la mer d'Azov, l'armée russe a indiqué avoir pris "le contrôle total" de la ville de Kherson. Peu auparavant, son maire, Igor Kolykhaïev, assurait néanmoins que la cité restait sous contrôle ukrainien.

A Marioupol, plus à l'est, plus d'une centaine de personnes ont été blessées mardi dans des tirs russes, selon la mairie.

Le contrôle de ce port est clé pour l'armée russe, afin d'assurer une continuité territoriale entre ses forces venues de Crimée et celles venues des territoires séparatistes du Donbass. Les deux groupes ont fait leur jonction mardi, selon Moscou.

Dans ce contexte d'offensive généralisée, le porte-parole du Kremlin a annoncé qu'une délégation russe attendrait mercredi soir dans un lieu indéterminé "les négociateurs ukrainiens".

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba a quant à lui dit qu'aucune date n'avait été convenue. "On ne sait pas quand les pourparlers auront lieu", a-t-il dit, accusant la Russie d'émettre des "ultimatums".

Des premières négociations lundi étaient restés sans résultat tangible lundi, alors que Kiev réclame l'arrête immédiat de l'invasion russe quant Moscou laisse entendre vouloir une reddition.

- Poutine "isolé comme jamais"

Les frappes sur Kharkiv et Kiev témoignent de l'intensification d'une offensive russe qui a ressoudé les Occidentaux mais aussi ravivé la menace nucléaire.

Le président américain Joe Biden a estimé dans la nuit que Vladimir Poutine était maintenant "plus isolé que jamais du reste du monde".

Il a déclaré que le "dictateur" du Kremlin avait eu tort de "penser que l'Occident et l'Otan ne répondraient pas" à cette invasion. "Les démocraties sont au rendez-vous", "nous sommes unis", a-t-il martelé lors de son premier discours sur l'état de l'Union à Washington.

Mais Vladimir Poutine semble déterminé à poursuivre son offensive, malgré une pression internationale croissante et des sanctions économiques historiques.

Parmi les mesures inédites, certaines banques russes ont déjà été exclues du système de messagerie Swift, rouage-clé de la finance internationale. La mesure a poussé au dépôt de bilan la principale filiale européenne de la Sberbank, première banque russe, a indiqué mercredi le régulateur bancaire de l'UE.

Les émetteurs américains de cartes de paiements Visa, Mastercard et American Express ont annoncé mardi avoir pris des mesures pour empêcher des banques russes d'utiliser leur réseau.

Et plusieurs géants de l'économie américaine, d'ExxonMobil à Apple en passant par Boeing et Ford, ont annoncé mardi prendre leurs distances avec la Russie.

Joe Biden a par ailleurs annoncé l'interdiction de l'espace aérien des Etats-Unis aux avions russes, une mesure déjà annoncée par l'Union européenne et le Canada.

"L'économie de la Russie est frappée durement, mais il y a une capacité de résistance, un potentiel, on a des plans", a commenté le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

- Gaz et pétrole au plus haut -

Conséquence de ces tensions: des marchés financiers extrêmement secoués et volatils.

Les prix du pétrole et du gaz, dont la Russie est l'un des principaux fournisseurs mondiaux, continuaient leur flambée mercredi. Le baril de Brent à dépassé les 110 dollars pour la première fois depuis 2014, juste avant une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés (Opep+). Et le cours européen de référence du gaz naturel, le TTF néerlandais, a atteint le sommet historique de 194,715 euros le mégawattheure (MWh).

Idem pour blé et maïs, à un niveau record en Europe.

Outre les sanctions économiques, la Russie a été exclue d'une multitude d'événements sportifs et culturels, du Mondial de football 2022 à la Coupe Davis de tennis, en passant par le Festival de Cannes.

A travers le monde, les manifestations et actions de solidarité avec l'Ukraine se multiplient.

Même en Russie, certains bravent l'interdiction des autorités de manifester contre la guerre. Depuis sa prison, l'opposant Alexeï Navalny a appelé ses concitoyens à manifester tous les jours, qualifiant Poutine de "petit tsar complètement fou".

- 836.000 personnes en fuite -

Après bientôt une semaine de conflit, les Ukrainiens sont toujours plus nombreux à fuir.

Depuis le début de l'invasion le 24 février, plus de 836.000 personnes sont parties à l'étranger, a indiqué mercredi le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

Ils fuient surtout par l'ouest, notamment via Lviv, vers la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la Roumanie, tous pays membres de l'UE et de l'Otan.

Mais des milliers, venus notamment du grand port d'Odessa, sur la mer Noire, affluent aussi à la frontière moldave, a constaté l'AFP.

La Banque mondiale a annoncé une aide d'urgence de trois milliards de dollars pour l'Ukraine. Au moins 350 millions pourraient être débloqués cette semaine.

burs-cat/alf/pz

(Y.Berger--BBZ)