Berliner Boersenzeitung - Ukraine: 33 morts dans une frappe russe, accord sur des couloirs humanitaires

EUR -
AED 3.935672
AFN 76.021312
ALL 100.451015
AMD 417.240403
ANG 1.935134
AOA 916.691547
ARS 970.524041
AUD 1.608636
AWG 1.928744
AZN 1.761418
BAM 1.95736
BBD 2.167948
BDT 126.160572
BGN 1.957535
BHD 0.403753
BIF 3087.346759
BMD 1.071524
BND 1.452451
BOB 7.419984
BRL 5.843987
BSD 1.073766
BTN 89.810671
BWP 14.52714
BYN 3.513434
BYR 21001.874238
BZD 2.164346
CAD 1.466164
CDF 3051.700363
CHF 0.955476
CLF 0.036211
CLP 999.174685
CNY 7.780125
CNH 7.809467
COP 4462.308937
CRC 561.247414
CUC 1.071524
CUP 28.395391
CVE 110.355032
CZK 24.913576
DJF 191.184192
DKK 7.458891
DOP 63.330486
DZD 144.324831
EGP 51.124773
ERN 16.072863
ETB 61.946983
FJD 2.40316
FKP 0.84072
GBP 0.846311
GEL 2.967835
GGP 0.84072
GHS 16.26712
GIP 0.84072
GMD 72.622544
GNF 9242.454139
GTQ 8.332798
GYD 224.641176
HKD 8.360536
HNL 26.552167
HRK 7.520426
HTG 142.452896
HUF 396.704506
IDR 17637.288263
ILS 3.99019
IMP 0.84072
INR 89.58746
IQD 1406.634466
IRR 45111.168079
ISK 149.102245
JEP 0.84072
JMD 166.984675
JOD 0.759385
JPY 170.303782
KES 137.693631
KGS 93.11213
KHR 4426.508061
KMF 492.847736
KPW 964.371917
KRW 1489.636743
KWD 0.328605
KYD 0.894822
KZT 494.448778
LAK 23555.998166
LBP 96153.548874
LKR 327.784362
LRD 208.41003
LSL 19.451288
LTL 3.163932
LVL 0.648154
LYD 5.206199
MAD 10.684117
MDL 19.198484
MGA 4839.044694
MKD 61.580067
MMK 3480.26879
MNT 3696.75858
MOP 8.631881
MRU 42.116574
MUR 49.984132
MVR 16.48544
MWK 1861.6754
MXN 19.661558
MYR 5.054913
MZN 68.250776
NAD 19.451288
NGN 1595.499629
NIO 39.521875
NOK 11.295954
NPR 143.69455
NZD 1.750244
OMR 0.412442
PAB 1.073766
PEN 4.103872
PGK 4.186376
PHP 63.037706
PKR 299.144263
PLN 4.328417
PYG 8080.517024
QAR 3.916195
RON 4.975947
RSD 117.053996
RUB 93.625367
RWF 1409.636887
SAR 4.019829
SBD 9.043847
SCR 14.509577
SDG 643.986328
SEK 11.240616
SGD 1.450405
SHP 1.353817
SLE 24.481438
SLL 22469.328678
SOS 613.594871
SRD 32.887756
STD 22178.387455
SVC 9.395578
SYP 2692.237144
SZL 19.44168
THB 39.367678
TJS 11.408608
TMT 3.750335
TND 3.360041
TOP 2.526766
TRY 35.197208
TTD 7.292882
TWD 34.66372
TZS 2812.751144
UAH 43.504473
UGX 4021.243176
USD 1.071524
UYU 42.294506
UZS 13575.822351
VEF 3881652.691254
VES 38.932242
VND 27272.969594
VUV 127.213469
WST 3.000927
XAF 656.486463
XAG 0.035117
XAU 0.000454
XCD 2.895847
XDR 0.814813
XOF 656.486463
XPF 119.331742
YER 268.255683
ZAR 19.243701
ZMK 9645.000691
ZMW 27.353061
ZWL 345.030354
  • AEX

    9.0600

    933.84

    +0.98%

  • BEL20

    27.8000

    3889.35

    +0.72%

  • PX1

    101.4400

    7671.34

    +1.34%

  • ISEQ

    -39.3000

    9545.64

    -0.41%

  • OSEBX

    5.0600

    1409.34

    +0.36%

  • PSI20

    109.2500

    6650.92

    +1.67%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    27.4900

    2094.59

    +1.33%

  • N150

    49.9300

    3378.63

    +1.5%

Ukraine: 33 morts dans une frappe russe, accord sur des couloirs humanitaires

Ukraine: 33 morts dans une frappe russe, accord sur des couloirs humanitaires

Les négociateurs russes et ukrainiens se sont entendus jeudi sur des "couloirs humanitaires" pour l'évacuation des civils, alors que l'armée russe intensifie ses frappes sur les villes ukrainiennes, dont l'une a fait 33 morts dans une zone résidentielle de Tcherniguiv, dans le nord du pays.

Taille du texte:

Les négociateurs des deux pays s'étaient retrouvés à la frontière entre la Pologne et le Bélarus pour cette deuxième tentative, lors de laquelle Kiev espérait obtenir une trêve. "Malheureusement, il n'y a pas encore les résultats escomptés pour l'Ukraine. Il n'y a qu'une solution pour organiser des couloirs humanitaires", a écrit sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, un membre de la délégation ukrainienne.

Au même moment, dans des déclarations retransmises à la télévision russe, Vladimir Poutine n'avait donné aucun espoir.

- "Néonazis et mercenaires étrangers" -

"L'opération militaire spéciale se déroule strictement selon le calendrier, selon le plan", a-t-il déclaré, rendant hommage aux soldats russes et à leur "précieux combat contre des néonazis" et des "mercenaires étrangers" qui utilisent selon lui les civils comme "boucliers humains" en Ukraine.

C'est bien une zone résidentielle que la partie ukrainienne accuse l'armée russe d'avoir visé jeudi à Tcherniguiv, sur la route de Kiev, faisant 33 morts selon un denier bilan.

Outre des habitations, "l'aviation russe a attaqué deux écoles du quartier de Stara Podsoudovka", a écrit le gouverneur local, Viatcheslav Tchaous sur son compte Telegram, publiant des images de bâtiments éventrés.

Des images du service des situations d'urgence montraient notamment des sauveteurs transportant des corps.

Quelques heures auparavant, M. Poutine avait douché les espoirs de médiation du président français Emmanuel Macron, lui déclarant au téléphone que la Russie avait "l'intention de poursuivre sans compromis son combat contre les membres des groupes nationalistes qui commettent des crimes de guerre", et répétant son exigence d'une démilitarisation et d'un statut neutre pour l'Ukraine, selon le Kremlin.

"Le pire est à venir", M. Poutine veut "prendre le contrôle" de toute l'Ukraine, avait jugé le président français après cet appel, selon l'Elysée.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, devenu un héros dans son pays, a de son côté mis le maître du Kremlin au défi de le rencontrer. "Je dois parler à Poutine (...) car c'est le seul moyen d'arrêter cette guerre", a-t-il lancé à Kiev.

- "Jusqu'au mur de Berlin" -

Il a de nouveau exhorté les Occidentaux à accroître leur soutien, à "fermer le ciel" ukrainien aux avions russes, et les a mis en garde : "Si nous disparaissons, que Dieu nous protège, ensuite ce sera la Lettonie, la Lituanie, l'Estonie etc... Jusqu'au mur de Berlin, croyez-moi"..

Après que l'armée russe a pris le contrôle de Kherson, métropole de 290.000 habitants proche de la péninsule de Crimée, après de violents bombardements, le chef de l'administration régionale, Guennadi Lagouta, a appelé sur Telegram les habitants à rester chez eux : "Les occupants sont dans tous les quartiers de la ville et très dangereux", a-t-il mis en garde.

- "Blocus" de Marioupol

Plus à l'est, à Marioupol, le maire a accusé la Russie de vouloir assiéger la ville.

"Ils ont détruit les ponts, détruit les trains pour nous empêcher de sortir nos femmes, enfants et vieillards (...) Ils cherchent à imposer un blocus, comme à Léningrad", l'actuelle Saint-Péterbourg, victime d'un siège dramatique de l'armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale, a déclaré Vadym Boïtchenko sur Telegram.

Ce grand port ukrainien de la mer d'Azov, site clé pour la progression des forces russes, "résiste" pour l'instant, selon l'armée ukrainienne.

A l'autre bout du pays, dans le nord-est près de la frontière russe, la grande ville de Kharkiv, frappée par des bombardements meurtriers mardi et mercredi, a été pilonnée toute la nuit, selon les autorités régionales.

A 200 km au sud, le centre industriel de Dnipro, fort d'un million d'habitants, se préparait à son tour à un assaut russe, des habitants y entassant des sacs de sable et préparant des cocktails Molotov.

Des troupes russes se trouvaient aussi près de Zaporijjia, à 200 km au sud de Dnipro, où se trouve la plus grande centrale nucléaire ukrainienne.

A Kiev, où de fortes explosions ont été entendues dans la nuit de mercredi à jeudi, les habitants qui n'ont pas fui se préparent depuis des jours à un assaut. Des milliers de femmes et enfants dorment dans le métro pour échapper aux bombes.

- "Des centaines voire des milliers" de victimes -

Les Etats-Unis "soutiendront les efforts diplomatiques" pour obtenir un cessez-le-feu avec Moscou, même si "c'est beaucoup plus difficile d'y parvenir quand les tirs résonnent et les chars avancent", avait déclaré avant le nouveau round de négociations le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

"Des centaines voire des milliers de civils ont été tués et blessés", a-t-il déploré. Personne n'a avancé jusqu'ici d'estimation pour le bilan global du conflit.

M. Blinken entamait jeudi une tournée incluant Pologne, pays baltes et Moldavie.

Cette dernière, qui craint d'être la prochaine cible de Moscou, a annoncé jeudi avoir déposé offciellement sa candidature à l'entrée dans l'Union européenne, tout comme la Géorgie.

- Un million de réfugiés -

Le pilonnage meurtrier des villes ukrainiennes suscite une vive émotion dans le monde, où s'enchaînent manifestations et élans de solidarité avec les Ukrainiens.

Le chef humanitaire de l'ONU, Martin Griffiths, a indiqué jeudi avoir récolté 1,5 milliard de dollars d'aide d'urgence, et les cloches des cathédrales à Paris, Berlin, Madrid ou Vienne ont sonné à 11h00 GMT pour l'Ukraine.

Plus d'un million de personnes ont fui le pays, selon les derniers chiffres du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU, surtout vers la Pologne, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie.

Les ministres européens de l'Intérieur se sont mis d'accord à Bruxelles pour accorder à ces réfugiés une "protection temporaire" dans l'UE.

L'isolement de la Russie est apparu clairement mercredi à l'Assemblée générale des Nations unies, qui a voté à une écrasante majorité une résolution exigeant la fin de l'offensive russe. Cinq pays sur 193 s'y sont opposés, 35 s'abstenant, dont la Chine.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi soir l'"ouverture immédiate" d'une enquête pour crimes de guerre contre la Russie, et l'OSCE va mettre en place une mission d'experts indépendants pour enquêter sur les violations du droit international perpétrées par Moscou.

- Effondrement du rouble -

Les sanctions économiques infligées par le camp occidental à Moscou et aux proches de Poutine sont de plus en plus dures.

L'UE a confirmé que sept banques russes seraient, à compter du 12 mars, exclues du système de messagerie Swift, un rouage-clé de la finance internationale. La Banque mondiale a coupé tous ses programmes d'aide en Russie et au Bélarus.

Les agences de notation financière Fitch et Moody's ont rétrogradé la Russie dans la catégorie des pays risquant de ne pas pouvoir rembourser leur dette.

Après avoir perdu plus du tiers de sa valeur en devises étrangères, le rouble a plongé à nouveau jeudi.

Le numéro deux du pétrole russe, Loukoïl a déclaré jeudi prôner "un arrêt rapide du conflit armé" et une issue diplomatique, alors que ses titres en bourse, comme ceux d'autres groupes, se sont effondrés ces derniers jours.

Une source à Washington a cependant indiqué que les Etats-Unis s'apprêtaient à imposer de nouvelles sanctions contre les oligarques russes.

Un yacht de 86 mètres identifié comme appartenant via une société au patron d'Igor Setchine, un proche de Vladimir Poutine placé à la tête du géant pétrolier Rosneft, a été saisi jeudi dans le sud de la France.

Moscou multiplie les mesures pour défendre son économie, mais aussi pour étouffer toute voix opposée à la guerre: la radio indépendante Ekho Moskvy, a dû acter sa fermeture jeudi après avoir été interdite d'antenne, et la chaîne de télévision internet d'opposition Dojd, également interdite, a annoncé suspendre son travail.

Conséquence de l'isolement économique de la Russie, les prix des hydrocarbures et de l'aluminium, dont Moscou est un gros exportateur, continuent à s'envoler. Le baril de pétrole WTI dépassait les 115 dollars, un record depuis 2008.

La Russie est aussi désormais quasi-bannie du monde sportif et culturel. Le Comité international paralympique (CIP) a annoncé jeudi exclure les sportifs russes et bélarusses des Jeux d'hiver qui démarrent vendredi à Pékin.

burs-cat/lpt/fjb

(S.G.Stein--BBZ)