Berliner Boersenzeitung - MeToo : à J-1, le Festival de Cannes veut en finir avec le cauchemar des rumeurs

EUR -
AED 3.985516
AFN 77.8766
ALL 100.421405
AMD 420.287648
ANG 1.954217
AOA 920.538458
ARS 965.174268
AUD 1.635661
AWG 1.955859
AZN 1.840772
BAM 1.956145
BBD 2.189367
BDT 127.182421
BGN 1.955327
BHD 0.408687
BIF 3112.463426
BMD 1.085081
BND 1.464112
BOB 7.492321
BRL 5.576362
BSD 1.084331
BTN 90.123595
BWP 14.73214
BYN 3.548556
BYR 21267.593221
BZD 2.185666
CAD 1.48266
CDF 3049.078337
CHF 0.99196
CLF 0.035637
CLP 983.322198
CNY 7.858146
CNH 7.875129
COP 4193.557052
CRC 555.918495
CUC 1.085081
CUP 28.754654
CVE 110.286983
CZK 24.636773
DJF 193.061151
DKK 7.460803
DOP 63.85361
DZD 145.884095
EGP 51.150125
ERN 16.276219
ETB 62.30208
FJD 2.460584
FKP 0.863832
GBP 0.851615
GEL 2.940298
GGP 0.863832
GHS 15.775854
GIP 0.863832
GMD 73.541405
GNF 9320.986783
GTQ 8.422757
GYD 226.851036
HKD 8.476031
HNL 26.795712
HRK 7.57382
HTG 144.160728
HUF 384.119858
IDR 17416.639734
ILS 3.969851
IMP 0.863832
INR 90.153056
IQD 1420.350391
IRR 45654.795416
ISK 149.914851
JEP 0.863832
JMD 169.696171
JOD 0.769219
JPY 170.059904
KES 141.463031
KGS 95.439083
KHR 4422.942757
KMF 494.417124
KPW 976.57283
KRW 1481.900951
KWD 0.333131
KYD 0.903559
KZT 480.23466
LAK 23207.94681
LBP 97099.997016
LKR 324.819236
LRD 210.044607
LSL 20.052131
LTL 3.203963
LVL 0.656355
LYD 5.25412
MAD 10.815407
MDL 19.2361
MGA 4805.024198
MKD 61.630865
MMK 2277.085364
MNT 3743.530194
MOP 8.725498
MRU 43.120923
MUR 49.998814
MVR 16.775484
MWK 1880.000725
MXN 18.093944
MYR 5.106936
MZN 68.901516
NAD 20.052139
NGN 1593.398562
NIO 39.908507
NOK 11.480918
NPR 144.198736
NZD 1.769903
OMR 0.417589
PAB 1.084291
PEN 4.053515
PGK 4.213898
PHP 63.051895
PKR 301.643496
PLN 4.254358
PYG 8155.738408
QAR 3.951322
RON 4.976398
RSD 117.167015
RUB 99.420592
RWF 1425.903934
SAR 4.069702
SBD 9.196265
SCR 14.821149
SDG 652.133875
SEK 11.561199
SGD 1.464426
SHP 1.370946
SLE 24.791181
SLL 22753.613063
SOS 619.580851
SRD 35.020453
STD 22458.991866
SVC 9.487673
SYP 2726.299128
SZL 19.935249
THB 39.74218
TJS 11.688461
TMT 3.808635
TND 3.384097
TOP 2.566002
TRY 34.966967
TTD 7.363298
TWD 34.905954
TZS 2817.90198
UAH 43.522277
UGX 4125.746331
USD 1.085081
UYU 41.728702
UZS 13784.3665
VEF 3930763.965447
VES 39.606275
VND 27631.594968
VUV 128.823009
WST 3.041584
XAF 656.096848
XAG 0.035331
XAU 0.000463
XCD 2.932486
XDR 0.819075
XOF 656.096848
XPF 119.331742
YER 271.650339
ZAR 19.9668
ZMK 9767.025521
ZMW 28.940169
ZWL 349.395732
  • AEX

    0.9100

    915.21

    +0.1%

  • BEL20

    -5.9600

    3969.92

    -0.15%

  • PX1

    -7.2900

    8094.97

    -0.09%

  • ISEQ

    -49.6000

    10071.84

    -0.49%

  • OSEBX

    -1.5700

    1423.46

    -0.11%

  • PSI20

    -24.2400

    6900.34

    -0.35%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    12.5900

    3509.44

    +0.36%

MeToo : à J-1, le Festival de Cannes veut en finir avec le cauchemar des rumeurs
MeToo : à J-1, le Festival de Cannes veut en finir avec le cauchemar des rumeurs / Photo: Valery HACHE - AFP

MeToo : à J-1, le Festival de Cannes veut en finir avec le cauchemar des rumeurs

A J-1, le Festival de Cannes comme le site d'investigation Mediapart ont tordu le cou à des rumeurs sur une prétendue liste d'auteurs de violences sexuelles planant sur le cinéma français, forgées sur les réseaux sociaux, relayées par des médias, et qui hantaient la Croisette.

Taille du texte:

L'écho donné à cette "liste" d'auteurs présumés de violences sexuelles menaçait de devenir le sujet de cette 77e édition qui démarre mardi.

Le délégué général Thierry Frémaux a pris les devants pour balayer ces bruits : "il n'y a pas de polémiques qui vienne du festival", a assuré celui qui avait été critiqué l'an dernier pour avoir accueilli le come-back de Johnny Depp, après ses procès pour diffamation autour d'accusations de violences conjugales.

Mediapart, qui joue depuis plusieurs années un rôle central dans la libération de la parole autour des violences sexuelles, a clairement démenti lundi détenir une "liste" d'auteurs présumés d'agressions. Et a dénoncé "le spectacle médiatique pathétique" donné par ceux qui y ont donné crédit.

"Depuis plusieurs jours, nous assistons, médusé·es, au parcours fou d’une prétendue +liste+, voire d’une +liste noire+ d’auteurs de violences sexistes et sexuelles que Mediapart s’apprêterait à révéler en ouverture du Festival de Cannes", déplore le site d'information.

"C’est faux, évidemment", poursuit Mediapart, qui insiste sur son travail d'enquête et de croisement des sources. Il dénonce "une rumeur émanant d’un compte complotiste, reprise sur les réseaux sociaux, alimentée par plusieurs médias et finissant dans les journaux d’information d’une matinale".

Au final, "la rumeur (...) offre une esquive à celles et ceux qui ne veulent entendre ni Judith Godrèche, ni Adèle Haenel, ni Isild Le Besco et tant d’autres.

Qui refusent de bousculer leurs certitudes, de questionner le cinéma, le rôle de l’image et de l’art dans nos représentations et la reproduction des rapports de domination et de pouvoir".

- #MeToo présent -

En crevant l'abcès, le Festival espère braquer enfin les projecteurs sur l'essentiel : les stars attendues, des monuments du 7e art, la flamme olympique qui montera le tapis rouge, ou un cinéaste iranien en exil, qui pourrait finalement venir à Cannes.

La comédienne, qui a accusé de viols deux figures du cinéma d'auteur, Benoît Jacquot et Jacques Doillon, présentera un court-métrage. "Moi aussi" est réalisé avec un millier de victimes de violences sexuelles ayant répondu à son appel.

Le Festival de Cannes sera aussi politique. Le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof, dont le dernier film doit être projeté sur La Croisette, a annoncé lundi avoir quitté l'Iran, après avoir été condamné mercredi à une peine de cinq ans de prison dans son pays.

"Je suis reconnaissant envers mes amis, mes connaissances et les gens qui m'ont aidé, parfois au péril de leur vie, à franchir la frontière et me mettre en sécurité", écrit le réalisateur. Tout Cannes l'attend désormais.

Sur le plan social aussi, l'édition 2024 pourrait être agitée.

Un collectif, rassemblant des attachées de presse, projectionnistes, chargés de billetterie et autres travailleurs du cinéma, appelle à une grève.

Ils demandent à bénéficier du statut d'intermittents du spectacle et ont reçu le soutien d'acteurs. Le Festival s'est dit prêt au dialogue.

Autant de secousses qui feraient presque oublier la fête et les paillettes. À l'approche des JO de Paris (26 juillet-11 août), la flamme olympique gravira elle aussi les marches le 21 mai, portée par l'athlète paralympique français Arnaud Assoumani.

(B.Hartmann--BBZ)