Berliner Boersenzeitung - Emeutes en Nouvelle-Calédonie: le gouvernement local lance un appel au calme

EUR -
AED 3.985014
AFN 77.867561
ALL 100.40975
AMD 420.238869
ANG 1.95399
AOA 920.431634
ARS 966.428532
AUD 1.635077
AWG 1.955632
AZN 1.843369
BAM 1.955918
BBD 2.189113
BDT 127.16766
BGN 1.955254
BHD 0.408936
BIF 3112.102187
BMD 1.084955
BND 1.463942
BOB 7.491451
BRL 5.575715
BSD 1.084205
BTN 90.113135
BWP 14.73043
BYN 3.548145
BYR 21265.124859
BZD 2.185412
CAD 1.482386
CDF 3048.724854
CHF 0.992279
CLF 0.035632
CLP 983.207988
CNY 7.857256
CNH 7.875593
COP 4193.070339
CRC 555.853974
CUC 1.084955
CUP 28.751317
CVE 110.274183
CZK 24.646604
DJF 193.038744
DKK 7.461694
DOP 63.8462
DZD 145.954755
EGP 50.883971
ERN 16.27433
ETB 62.294849
FJD 2.417502
FKP 0.863732
GBP 0.851722
GEL 2.940138
GGP 0.863732
GHS 15.774023
GIP 0.863732
GMD 73.532834
GNF 9319.90497
GTQ 8.421779
GYD 226.824708
HKD 8.47457
HNL 26.792602
HRK 7.572941
HTG 144.143996
HUF 384.171294
IDR 17431.977608
ILS 3.974137
IMP 0.863732
INR 90.133643
IQD 1420.185542
IRR 45649.496765
ISK 149.929765
JEP 0.863732
JMD 169.676476
JOD 0.769125
JPY 170.106884
KES 144.027677
KGS 95.428007
KHR 4422.429421
KMF 494.360114
KPW 976.459486
KRW 1480.864244
KWD 0.332995
KYD 0.903454
KZT 480.178923
LAK 23205.253247
LBP 97088.727387
LKR 324.781537
LRD 210.020206
LSL 20.05008
LTL 3.203591
LVL 0.656279
LYD 5.25351
MAD 10.814151
MDL 19.233868
MGA 4804.466517
MKD 61.620699
MMK 2276.821081
MNT 3743.095712
MOP 8.724485
MRU 43.11671
MUR 50.201119
MVR 16.773526
MWK 1879.782528
MXN 18.096893
MYR 5.108514
MZN 68.948252
NAD 20.050208
NGN 1593.21395
NIO 39.903875
NOK 11.472909
NPR 144.182
NZD 1.770273
OMR 0.417534
PAB 1.084165
PEN 4.053044
PGK 4.213409
PHP 63.026681
PKR 301.608486
PLN 4.253527
PYG 8154.791836
QAR 3.950862
RON 4.976041
RSD 117.176246
RUB 99.409067
RWF 1425.73844
SAR 4.069233
SBD 9.195197
SCR 14.866069
SDG 652.057901
SEK 11.560009
SGD 1.464408
SHP 1.370787
SLE 24.788303
SLL 22750.972231
SOS 619.509821
SRD 35.016387
STD 22456.385228
SVC 9.486571
SYP 2725.982708
SZL 19.932936
THB 39.646428
TJS 11.687104
TMT 3.808193
TND 3.383705
TOP 2.563261
TRY 34.958113
TTD 7.362443
TWD 34.908422
TZS 2810.0345
UAH 43.517226
UGX 4125.267488
USD 1.084955
UYU 41.723859
UZS 13782.766658
VEF 3930307.752755
VES 39.601678
VND 27626.218076
VUV 128.808058
WST 3.041231
XAF 656.0207
XAG 0.035197
XAU 0.000463
XCD 2.932146
XDR 0.81898
XOF 656.0207
XPF 119.331742
YER 271.618044
ZAR 19.964317
ZMK 9765.898848
ZMW 28.93681
ZWL 349.35518
  • AEX

    -1.1000

    914.1

    -0.12%

  • BEL20

    -1.5900

    3968.22

    -0.04%

  • PX1

    -0.8100

    8093.86

    -0.01%

  • ISEQ

    -13.0900

    10058.78

    -0.13%

  • OSEBX

    -1.4200

    1422.05

    -0.1%

  • PSI20

    20.0100

    6919.81

    +0.29%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    4.2100

    3513.7

    +0.12%

Emeutes en Nouvelle-Calédonie: le gouvernement local lance un appel au calme
Emeutes en Nouvelle-Calédonie: le gouvernement local lance un appel au calme / Photo: Theo Rouby - AFP

Emeutes en Nouvelle-Calédonie: le gouvernement local lance un appel au calme

Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a lancé mardi un appel à "la raison et au calme" après les émeutes qui ont dévasté Nouméa la veille pendant l'examen, par l'Assemblée nationale à Paris, d'une révision constitutionnelle décriée par les indépendantistes.

Taille du texte:

"Nous appelons à la responsabilité de tous les Calédoniens, de nos responsables politiques, institutionnels, coutumiers, religieux, associatifs et familiaux. Nous leur demandons d'utiliser toutes les voies et les moyens à leur disposition pour ramener à la raison et au calme", a écrit le gouvernement local dans un communiqué.

"Toutes les raisons des mécontentements, des frustrations et des colères ne sauraient justifier de mettre à mal ou de détruire ce que le pays a pu construire depuis des décennies et d'hypothéquer l'avenir", a-t-il ajouté.

Les pompiers de Nouméa ont dit avoir reçu près de 1.500 appels dans la nuit de lundi à mardi et être intervenus sur environ 200 feux. Selon un regroupement patronal, une trentaine de commerces, d'usines et d'autres entreprises ont été incendiés.

- "Tristesse" -

"J'ai un sentiment de tristesse", confie à l'AFP Jean-Franck Jallet, propriétaire d'une entreprise de boucherie sauvée des flammes par les pompiers. "Nous avons 40 salariés, on est passé à côté de la catastrophe. On a cru que le vivre-ensemble était possible mais ça n'a pas marché, il y a trop de mensonges".

Mardi, les rues de Nouméa et de sa banlieue sont parsemées de carcasses de voitures incendiées et de restes fumants de pneus et de palettes, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Même si la situation est plus calme mardi, de nombreuses barricades restent actives. Dans la banlieue nouméenne, un supermarché, forcé à la voiture-bélier pendant la nuit, continue d'être pillé par la population, a rapporté ce correspondant.

Un couvre-feu a été décrété de mardi 18H00 (07H00 GMT) à mercredi 06H00 (19H00 GMT mardi), a annoncé le représentant de l'Etat dans ce territoire. En outre, tout rassemblement est interdit dans le grand Nouméa, de même que le port d'armes et la vente d'alcool dans l'ensemble de la Nouvelle-Calédonie, indique le haut-commissariat qui invite les 270.000 habitants du territoire à rester chez eux.

- Aéroport fermé -

Le gouvernement calédonien a annoncé la fermeture des lycées et collèges jusqu'à nouvel ordre. L'aéroport international est fermé et la compagnie Aircalin a suspendu ses vols pour la journée de mardi.

Le ministre néo-zélandais des Affaires étrangères, Winston Peters, qui devait se rendre à Nouméa cette semaine, a reporté sa visite "pour permettre aux autorités de se concentrer entièrement sur la situation actuelle".

Les émeutes ont éclaté lundi en marge d'une manifestation indépendantiste contre le texte examiné par les députés, qui vise à élargir le corps électoral pour les élections provinciales.

Conformément à l'article 77 de la Constitution, le corps électoral de ce scrutin est en effet gelé: il se limite essentiellement aux électeurs inscrits sur les listes lors du référendum d'autodétermination de 1998 et à leurs descendants, excluant de facto les résidents arrivés après 1998 et de nombreux natifs.

Un électeur sur cinq est ainsi privé du droit de vote aux élections provinciales, cruciales dans ce territoire où les provinces exercent de nombreuses compétences transférées par l'Etat français.

Pour le ministre français de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin, qui a porté cette réforme constitutionnelle, cette disposition "n'est plus conforme aux principes de la démocratie" et "mène à l'absurde".

Deux camps s'opposent: celui des non-indépendantistes, favorables à la réforme, et celui des indépendantistes qui y voient au contraire un passage en force de l'Etat pour "minoriser encore plus le peuple autochtone kanak", qui représentait 41,2% de la population de l'île lors du recensement de 2019, contre 40,3% dix ans plus tôt.

Au cours d'une séance tendue, Gérald Darmanin a appelé les députés à adopter sans modification la réforme, qui ouvre le scrutin provincial aux résidents installés depuis au moins dix ans sur l'île.

Alors qu'un vote solennel était normalement prévu mardi après-midi, les débats à l'Assemblée nationale n'ont pas pu être menés à leur terme dans la nuit, en raison d'un grand nombre d'amendements déposés notamment par le groupe Insoumis. Le nouveau calendrier sera acté mardi matin.

Après celle du Sénat, l'approbation de l'Assemblée est nécessaire pour faire cheminer ce texte, avant de réunir le Parlement en Congrès pour réviser la Constitution, à une date qui reste à fixer.

Prônant l'apaisement, le président Emmanuel Macron a promis dimanche de ne pas convoquer le Congrès "dans la foulée" du vote de l'Assemblée, selon son entourage, pour "privilégier le dialogue".

(Y.Berger--BBZ)