Berliner Boersenzeitung - Jeux paralympiques de Paris: pour une athlète d'Irak, de l'or plein les yeux

EUR -
AED 3.986748
AFN 77.996197
ALL 100.365182
AMD 421.557787
ANG 1.95626
AOA 923.14689
ARS 966.011532
AUD 1.633389
AWG 1.956454
AZN 1.846125
BAM 1.957461
BBD 2.19166
BDT 127.318058
BGN 1.957327
BHD 0.409189
BIF 3115.644326
BMD 1.085411
BND 1.464643
BOB 7.500366
BRL 5.574893
BSD 1.085421
BTN 90.334669
BWP 14.7275
BYN 3.552215
BYR 21274.059831
BZD 2.187957
CAD 1.483258
CDF 3039.151129
CHF 0.990651
CLF 0.035753
CLP 986.537299
CNY 7.864238
CNH 7.869226
COP 4155.637943
CRC 556.572377
CUC 1.085411
CUP 28.763397
CVE 110.358664
CZK 24.735654
DJF 193.264028
DKK 7.462523
DOP 63.804152
DZD 145.994281
EGP 51.159885
ERN 16.281168
ETB 62.364731
FJD 2.459655
FKP 0.864095
GBP 0.851788
GEL 2.952496
GGP 0.864095
GHS 15.793404
GIP 0.864095
GMD 73.536458
GNF 9330.919386
GTQ 8.434158
GYD 227.212841
HKD 8.474836
HNL 26.825768
HRK 7.576123
HTG 144.362524
HUF 387.075024
IDR 17397.513673
ILS 3.986113
IMP 0.864095
INR 90.346319
IQD 1421.906808
IRR 45655.11147
ISK 150.11003
JEP 0.864095
JMD 169.483845
JOD 0.76945
JPY 169.905933
KES 143.826411
KGS 95.510649
KHR 4425.756251
KMF 493.699306
KPW 976.869766
KRW 1476.755698
KWD 0.333145
KYD 0.904568
KZT 480.888142
LAK 23208.697807
LBP 97201.69753
LKR 325.746469
LRD 210.108486
LSL 19.852395
LTL 3.204937
LVL 0.656554
LYD 5.252458
MAD 10.796663
MDL 19.190287
MGA 4807.07989
MKD 61.658242
MMK 2279.434614
MNT 3744.668449
MOP 8.729109
MRU 43.123504
MUR 50.219541
MVR 16.769945
MWK 1881.997299
MXN 18.054567
MYR 5.106312
MZN 68.857518
NAD 19.852024
NGN 1571.135982
NIO 39.95391
NOK 11.516571
NPR 144.535671
NZD 1.770235
OMR 0.417689
PAB 1.085421
PEN 4.051138
PGK 4.21858
PHP 63.084211
PKR 302.079683
PLN 4.2636
PYG 8162.928083
QAR 3.952253
RON 4.975536
RSD 117.139783
RUB 97.899594
RWF 1427.311395
SAR 4.070955
SBD 9.226246
SCR 14.643782
SDG 652.332799
SEK 11.592951
SGD 1.463676
SHP 1.371363
SLE 24.798719
SLL 22760.531511
SOS 619.769899
SRD 35.287083
STD 22465.820731
SVC 9.498061
SYP 2727.128085
SZL 19.938923
THB 39.609365
TJS 11.690222
TMT 3.798939
TND 3.388107
TOP 2.567377
TRY 34.970093
TTD 7.366252
TWD 34.937543
TZS 2822.195081
UAH 43.360101
UGX 4151.523503
USD 1.085411
UYU 41.575286
UZS 13811.722357
VEF 3931959.150861
VES 39.618315
VND 27644.880962
VUV 128.862179
WST 3.042509
XAF 656.5142
XAG 0.035392
XAU 0.000458
XCD 2.933378
XDR 0.819996
XOF 656.5142
XPF 119.331742
YER 271.787948
ZAR 19.912694
ZMK 9770.002049
ZMW 28.73739
ZWL 349.501969
  • AEX

    5.1900

    915.65

    +0.57%

  • BEL20

    -15.5900

    3980.98

    -0.39%

  • PX1

    12.1400

    8104.2

    +0.15%

  • ISEQ

    72.3900

    10125.95

    +0.72%

  • OSEBX

    6.6700

    1424.98

    +0.47%

  • PSI20

    -7.6400

    6942.18

    -0.11%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    49.4400

    2059.11

    +2.46%

  • N150

    -1.7500

    3502.6

    -0.05%

Jeux paralympiques de Paris: pour une athlète d'Irak, de l'or plein les yeux
Jeux paralympiques de Paris: pour une athlète d'Irak, de l'or plein les yeux / Photo: Ahmad AL-RUBAYE - AFP

Jeux paralympiques de Paris: pour une athlète d'Irak, de l'or plein les yeux

Quand Najlah Imad s'initiait au tennis de table, son entourage en Irak pensait qu'avec son handicap elle s'épuiserait pour rien. Une décennie plus tard, la championne n'a rien perdu en ténacité: qualifiée pour les Jeux paralympiques de Paris, elle vise une médaille d'or.

Taille du texte:

"Ce sport a changé ma vie. J'y consacre tout mon temps", confie-t-elle à l'AFP, dans la cour d'un centre sportif délabré de sa bourgade de Baqouba, au nord-est de Bagdad, où l'athlète multimédaillée s'entraîne toujours,

Elle avait trois ans, le 19 avril 2008, quand elle a perdu ses deux jambes et son avant-bras droit, dans l'explosion d'un engin explosif fixé à la voiture de son père, ex-militaire. Cette histoire familiale, elle la raconte d'un ton presque détaché, tant des expériences semblables ont accompagné les générations ayant grandi dans un Irak déchiré par des décennies de guerre.

Petite brune de 19 ans, le visage encadré par des cheveux noirs sagement coupés au carré, Najlah Imad exhibe un sourire à toute épreuve, qui ne la quitte que quand elle empoigne sa raquette de ping-pong. Elle se concentre alors sur ses coups, ses sourcils se froncent et l'éclat de ses yeux rieurs durcit.

"En me lançant dans le sport, j'ai rencontré d'autres joueurs avec des handicaps, qui pratiquaient même s'il leur manquait un membre", poursuit-elle. "Ils avaient tellement d'énergie positive, ça m'a encouragée."

- "Surprise" -

Quand elle a dix ans, un entraîneur cherchant à monter une équipe paralympique se rend visite dans sa maison. Six mois d'entraînement, et Najlah Imad participe à son premier championnat, rassemblant toutes les provinces irakiennes. Elle gagne.

"J'étais la surprise de la compétition", se souvient-elle, d'une fierté candide.

A l'étage de la maison familiale, une étagère croule sous les trophées et médailles, glanés au fil de la trentaine de compétitions internationales auxquelles elle a participé.

Elle était à Tokyo en 2021 pour les JO paralympiques, avant de remporter en 2023 une médaille d'or en Chine au championnat paralympique d'Asie.

Généralement, elle s'entraîne quatre jours par semaine, dont deux à Bagdad, où elle se rend accompagnée de son père. Pour mieux préparer les rencontres internationales, elle s'envole vers l'étranger afin de profiter d'infrastructures sportives de pointe --au Qatar par exemple, où elle était en mars, en vue des Jeux paralympiques de Paris, du 28 août au 8 septembre.

Etoile montante du sport, elle bénéficie de subventions mensuelles --modestes-- du comité paralympique irakien, outre la prise en charge de certains voyages pour les compétitions.

Malgré les succès, son quotidien reste lié à Baqouba et à son centre sportif. Dans une salle poussiéreuse aux vitres cassées, quatre tables de ping-pong mangent tout l'espace. Le cliquetis incessant des balles résonne tandis que s'affrontent huit joueurs, femmes et hommes, l'un d'eux en fauteuil roulant.

"Les tables sur lesquelles on s'entraîne, c'est de la seconde main. On a dû les réparer pour les utiliser", confie à l'AFP l'entraîneur Hossam al-Bayati.

Même cette salle sommaire menace de leur être retirée, assure celui qui a rejoint en 2016 les entraîneurs de l'équipe nationale de tennis de table paralympique.

Un discours qui ne surprend pas, dans un pays pourtant riche en pétrole, mais miné par la corruption et des politiques publiques défaillantes: les professionnels du sport déplorent régulièrement infrastructures et équipements déficients ainsi que des subventions insuffisantes.

- "Défier le monde" -

Sur son moignon droit, la sportive enfile un tissu noir avant de fixer sa prothèse, qui l'aide à s'appuyer sur sa béquille. De sa main gauche tenant sa raquette, elle lance la balle dans les airs, l'expédie par dessus le filet.

A ses débuts, la famille était réticente.

"C'est un sport impliquant du mouvement, moi il me manque trois membres, j'étais jeune", se souvient-elle. "Mes proches, la société, disaient +C'est pas possible, tu vas te fatiguer pour rien+".

Après sa première victoire son père Emad Lafta réalise qu'il faut la soutenir, tant elle était "passionnée".

"Elle a persévéré. Elle a surmonté un défi personnel, et elle a défié le monde", reconnaît M. Lafta, qui a sept enfants en tout.

Avec le ping-pong, "elle se sent mieux psychologiquement, le regard de la société a changé", se réjouit-il. "Les gens nous félicitent, dans la rue il y a des filles qui veulent se photographier avec elle".

Lycéenne, Najlah Imad rêve d'être présentatrice. "Même quand elle voyage elle prend ses livres pour réviser pendant son temps libre. Durant le trajet pour Bagdad, elle étudie".

A Paris, l'objectif c'est la médaille d'or, espère le sexagénaire. "Quand elle nous promet quelque chose, elle s'y tient".

(A.Lehmann--BBZ)