Berliner Boersenzeitung - Hôpital: nouvelle mobilisation sous le signe de l'urgence

EUR -
AED 4.015806
AFN 77.081414
ALL 100.793644
AMD 424.462175
ANG 1.96993
AOA 958.308046
ARS 1009.13097
AUD 1.626175
AWG 1.970721
AZN 1.860099
BAM 1.9554
BBD 2.206922
BDT 128.413723
BGN 1.956086
BHD 0.412066
BIF 3146.593032
BMD 1.093326
BND 1.465248
BOB 7.552733
BRL 5.987383
BSD 1.093061
BTN 91.322425
BWP 14.769937
BYN 3.577073
BYR 21429.195077
BZD 2.203222
CAD 1.497086
CDF 3094.113117
CHF 0.966831
CLF 0.036646
CLP 1011.250126
CNY 7.938965
CNH 7.953971
COP 4373.305118
CRC 571.379764
CUC 1.093326
CUP 28.973146
CVE 110.884816
CZK 25.262833
DJF 194.306139
DKK 7.459754
DOP 64.889045
DZD 146.794386
EGP 52.695923
ERN 16.399894
ETB 63.082954
FJD 2.437241
FKP 0.842474
GBP 0.840686
GEL 2.968366
GGP 0.842474
GHS 16.869906
GIP 0.842474
GMD 74.129045
GNF 9211.273471
GTQ 8.4747
GYD 228.673535
HKD 8.536161
HNL 27.125432
HRK 7.552644
HTG 144.28489
HUF 390.999165
IDR 17646.72348
ILS 3.976444
IMP 0.842474
INR 91.394646
IQD 1432.257426
IRR 46015.362635
ISK 149.523706
JEP 0.842474
JMD 170.983945
JOD 0.77484
JPY 170.967823
KES 142.67618
KGS 92.886596
KHR 2807.106494
KMF 492.59815
KPW 983.994034
KRW 1509.92182
KWD 0.334033
KYD 0.910834
KZT 519.701595
LAK 24244.510646
LBP 97907.368044
LKR 332.02206
LRD 213.471946
LSL 19.953481
LTL 3.228308
LVL 0.661342
LYD 5.297193
MAD 10.738102
MDL 19.356606
MGA 4930.901642
MKD 61.570124
MMK 3551.081107
MNT 3771.976042
MOP 8.789167
MRU 43.432375
MUR 50.916016
MVR 16.837084
MWK 1896.920898
MXN 19.381767
MYR 5.098729
MZN 69.863539
NAD 19.9531
NGN 1765.547629
NIO 40.283635
NOK 11.740963
NPR 146.120825
NZD 1.800025
OMR 0.420902
PAB 1.093061
PEN 4.066122
PGK 4.277529
PHP 63.694458
PKR 304.493835
PLN 4.297755
PYG 8254.310972
QAR 3.980808
RON 4.970477
RSD 117.048218
RUB 96.870534
RWF 1439.91071
SAR 4.100783
SBD 9.246921
SCR 15.545938
SDG 657.089083
SEK 11.538774
SGD 1.466271
SHP 0.842474
SLE 24.979557
SLL 22926.509423
SOS 624.289813
SRD 32.402891
STD 22629.646567
SVC 9.562043
SYP 2747.015481
SZL 19.953458
THB 39.337619
TJS 11.640462
TMT 3.837575
TND 3.405685
TOP 2.581835
TRY 36.172126
TTD 7.419737
TWD 35.61018
TZS 2901.99736
UAH 45.340294
UGX 4043.856785
USD 1.093326
UYU 43.891019
UZS 13811.440156
VEF 3960631.884497
VES 39.862923
VND 27737.687709
VUV 129.801924
WST 3.065259
XAF 655.93377
XAG 0.036216
XAU 0.000446
XCD 2.954769
XDR 0.824471
XOF 658.732535
XPF 119.331742
YER 273.686901
ZAR 19.904629
ZMK 9841.245465
ZMW 28.500991
ZWL 352.050616
  • AEX

    -16.9000

    916.54

    -1.81%

  • BEL20

    11.6200

    4017.59

    +0.29%

  • PX1

    -9.1000

    7570.81

    -0.12%

  • ISEQ

    -51.0000

    9757.62

    -0.52%

  • OSEBX

    6.4100

    1431.74

    +0.45%

  • PSI20

    -10.1600

    6765.92

    -0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    0.6800

    3376.24

    +0.02%

Hôpital: nouvelle mobilisation sous le signe de l'urgence
Hôpital: nouvelle mobilisation sous le signe de l'urgence / Photo: - - AFP

Hôpital: nouvelle mobilisation sous le signe de l'urgence

En pleine crise des urgences et à quelques jours des législatives, neuf syndicats et collectifs hospitaliers organisent une journée de mobilisation mardi, pour réclamer des hausses de salaires et d'effectifs sans attendre le résultat de la "mission flash" commandée par Emmanuel Macron.

Taille du texte:

Pour cette première journée d'action du second quinquennat Macron, la CGT et ses alliés ont prévu des rassemblements dans au moins cinquante villes. A Paris, les manifestants sont attendus devant le ministère de la Santé à partir de 13H30.

D'autres actions sont annoncées, souvent devant les hôpitaux, à Grenoble, Marseille, Nantes et Toulouse, mais aussi dans de plus petites localités comme Aurillac, Epernay ou Cherbourg, où Emmanuel Macron est venu la semaine dernière annoncer une "mission flash" sur les services d'urgences.

Car c'est bien là que le feu couve: faute de soignants, au moins 120 services ont été forcés de limiter leur activité ou s'y préparent, selon un décompte fin mai de l'association Samu-Urgences de France. C'est d'ailleurs son président François Braun qui devra rendre les conclusions de la "mission flash" au chef de l'Etat d'ici fin juin.

Mais ses opposants y voient surtout un stratagème pour "repousser les décisions après les législatives" des 12 et 19 juin, alors que le système de santé est déjà "en situation de catastrophe", a dénoncé l'urgentiste Christophe Prudhomme, de la CGT-Santé, lundi sur RFI.

"On s'attend à un mois de juillet particulièrement difficile et un mois d'août horrible" et "cette mission flash, c'est un peu une insulte pour nous", a même estimé Pierre Schwob-Tellier, du collectif Inter-Urgences, lors d'une conférence de presse jeudi.

- "Secouer les tabous" -

La critique vise aussi le choix de M. Braun, chef des urgences du CHR de Metz et référent santé du candidat Macron lors de la récente campagne présidentielle.

L'intéressé a assuré mercredi sur Franceinfo qu'il n'entendait pas produire "un énième rapport" mais bien "rédiger l'ordonnance" attendue par les hospitaliers, ajoutant avoir "déjà des pistes".

Certaines figurent dans un courrier envoyé à la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, le jour de sa nomination et publié sur le site internet de Samu-Urgences de France.

Elles sont parfois consensuelles, comme la revalorisation du travail de nuit et du weekend, "très pénible" mais majoré de seulement un euro de l'heure pour les infirmières, ce qui est "complètement aberrant", a-t-il souligné.

D'autres idées inquiètent, comme l'obligation d'appeler le 15 pour filtrer l'accès aux urgences, mise en oeuvre à Cherbourg ou à Bordeaux. Un scénario "injouable" pour Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf), qui prédit une explosion des appels vers des Samu "déjà débordés". Avec un risque de perte de chance pour les patients.

L'option a toutefois des défenseurs dans la majorité, à l'instar du député de Charente Thomas Mesnier, lui aussi urgentiste, qui a jugé nécessaire dans le Journal du dimanche de "se remettre en mode gestion de crise pour passer le cap de l'été", quitte à "recentrer" ces services "sur leur vrai métier, les urgences vitales".

Désireux de "secouer les tabous", l'élu plaide même pour des "Smur sans docteurs", avec seulement des infirmiers dans l'ambulance pour pallier l'absence de praticiens par endroits, et suggère de transformer en "antennes de jour" les services d'urgence que "nous ne parvenons plus à maintenir ouverts" en permanence.

Des propositions peu à même d'apaiser le "bouillonnement de mécontentements" observé par la secrétaire générale de la CGT-Santé, Mireille Stivala. Pour accroitre la pression, M. Pelloux envisage d'ailleurs de "lancer un mouvement de grève aux urgences avant l'été".

(T.Renner--BBZ)