Berliner Boersenzeitung - Hôpital: nouvelle mobilisation dans toute la France sous le signe de l'urgence

EUR -
AED 4.011089
AFN 77.223401
ALL 100.572101
AMD 423.718062
ANG 1.965086
AOA 956.099223
ARS 1003.054501
AUD 1.614035
AWG 1.967339
AZN 1.86083
BAM 1.961018
BBD 2.201473
BDT 128.319067
BGN 1.95793
BHD 0.411265
BIF 3139.096692
BMD 1.092056
BND 1.464077
BOB 7.545077
BRL 5.928994
BSD 1.090324
BTN 91.070932
BWP 14.684828
BYN 3.567599
BYR 21404.294185
BZD 2.197748
CAD 1.490165
CDF 3131.474361
CHF 0.977625
CLF 0.035853
CLP 989.282884
CNY 7.917846
CNH 7.941824
COP 4289.955662
CRC 569.891885
CUC 1.092056
CUP 28.939479
CVE 110.789494
CZK 25.358196
DJF 194.135693
DKK 7.470649
DOP 64.448244
DZD 146.770163
EGP 52.376483
ERN 16.380837
ETB 62.990474
FJD 2.425242
FKP 0.841402
GBP 0.841402
GEL 2.981739
GGP 0.841402
GHS 16.829006
GIP 0.841402
GMD 73.987208
GNF 9386.352658
GTQ 8.477558
GYD 228.347605
HKD 8.526936
HNL 27.005787
HRK 7.543867
HTG 144.112322
HUF 392.441605
IDR 17597.988207
ILS 3.946116
IMP 0.841402
INR 91.207793
IQD 1430.593132
IRR 45961.903735
ISK 149.481023
JEP 0.841402
JMD 170.947541
JOD 0.773944
JPY 172.375595
KES 140.875585
KGS 93.15651
KHR 4494.902162
KMF 495.033049
KPW 982.850625
KRW 1501.690104
KWD 0.333929
KYD 0.909921
KZT 517.847929
LAK 24202.691366
LBP 97637.644287
LKR 330.328965
LRD 212.618132
LSL 19.657385
LTL 3.224557
LVL 0.660574
LYD 5.28842
MAD 10.72017
MDL 19.266214
MGA 4919.711874
MKD 61.519695
MMK 3546.954724
MNT 3767.592977
MOP 8.781065
MRU 43.376871
MUR 50.977579
MVR 16.872676
MWK 1893.082854
MXN 19.242902
MYR 5.099359
MZN 69.782357
NAD 19.651587
NGN 1747.595508
NIO 40.138547
NOK 11.752481
NPR 145.714907
NZD 1.784114
OMR 0.419994
PAB 1.091905
PEN 4.114325
PGK 4.26616
PHP 63.790807
PKR 303.546124
PLN 4.259313
PYG 8220.980798
QAR 3.976449
RON 4.976721
RSD 117.167803
RUB 95.886631
RWF 1428.434211
SAR 4.095898
SBD 9.216317
SCR 15.238589
SDG 656.325922
SEK 11.642014
SGD 1.465106
SHP 0.841402
SLE 24.95053
SLL 22899.86864
SOS 623.156552
SRD 32.330354
STD 22603.350742
SVC 9.555739
SYP 2743.823427
SZL 19.657373
THB 39.478221
TJS 11.628843
TMT 3.822195
TND 3.415409
TOP 2.573375
TRY 36.092886
TTD 7.411722
TWD 35.528184
TZS 2922.047668
UAH 44.725099
UGX 4039.749274
USD 1.092056
UYU 43.772084
UZS 13836.347677
VEF 3956029.59942
VES 39.836596
VND 27754.598812
VUV 129.651093
WST 3.061697
XAF 656.754342
XAG 0.035459
XAU 0.000453
XCD 2.951336
XDR 0.825803
XOF 656.754342
XPF 119.331742
YER 273.368915
ZAR 19.606803
ZMK 9829.816816
ZMW 27.884598
ZWL 351.64153
  • AEX

    8.8900

    944.91

    +0.95%

  • BEL20

    11.6800

    4040.06

    +0.29%

  • PX1

    96.8700

    7724.32

    +1.27%

  • ISEQ

    -3.9100

    9769.03

    -0.04%

  • OSEBX

    19.1100

    1434.43

    +1.35%

  • PSI20

    10.2000

    6811.86

    +0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    8.6400

    2408.05

    +0.36%

  • N150

    18.2400

    3395.27

    +0.54%

Hôpital: nouvelle mobilisation dans toute la France sous le signe de l'urgence
Hôpital: nouvelle mobilisation dans toute la France sous le signe de l'urgence / Photo: - - AFP

Hôpital: nouvelle mobilisation dans toute la France sous le signe de l'urgence

En pleine crise des urgences et à quelques jours des législatives, les personnels hospitaliers manifestaient mardi dans plusieurs dizaines de villes en France pour réclamer des hausses de salaires et d'effectifs sans attendre le résultat de la "mission flash" commandée par Emmanuel Macron.

Taille du texte:

Pour cette première journée d'action du second quinquennat Macron, neuf syndicats et collectifs de soignants organisent des rassemblements dans au moins cinquante villes.

A Paris, les manifestants sont attendus devant le ministère de la Santé à partir de 13H30.

D'autres actions ont lieu, souvent devant les hôpitaux, comme à Grenoble où plus de 200 personnes se sont rassemblées dans la matinée devant le CHU selon les syndicats, qui ont dénoncé dans un communiqué leurs conditions de travail "extrêmement dégradées", entraînant "une perte de chance réelle pour les personnes nécessitant des soins".

A Strasbourg également, "aucun service n'est épargné, l'hôpital public est en train de mourir par manque de moyens", a affirmé le responsable local de la CGT, Pierre Wach, lors d'une conférence de presse.

La mobilisation touche aussi de plus petites localités comme Aurillac, Epernay ou Cherbourg, où Emmanuel Macron est venu la semaine dernière annoncer une "mission flash" sur les services d'urgences.

Car c'est bien là que le feu couve: faute de soignants, au moins 120 services ont été forcés de limiter leur activité ou s'y préparent, selon un décompte fin mai de l'association Samu-Urgences de France. C'est d'ailleurs son président François Braun qui devra rendre les conclusions de la "mission flash" à l'Elysée d'ici fin juin.

Mais pour son opposante Marine Le Pen, "cette mesure n'a qu'un seul intérêt, c'est d'enjamber l'élection législative" des 12 et 19 juin. L'ex-finaliste (RN) de la présidentielle a dénoncé mardi sur franceinfo "une forme d'escroquerie politique" et accusé le chef de l'Etat réélu de n'avoir "strictement rien fait" durant son premier mandat pour l'hôpital qui "s'effondre sous nos yeux".

La méthode ne convainc pas non plus le premier syndicat français: "Le temps des enquêtes est dépassé", affirme le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, dans une tribune dans Libération. Il y réclame "des négociations urgentes sur l'organisation du travail" pour remettre sur pied un hôpital "au bord du KO".

- "Secouer les tabous" -

Sur le terrain, le temps presse: "On risque d'être dans une situation très, très problématique cet été" et "je crains fort qu'il y ait des drames", a alerté sur RTL le chef des urgences de l'hôpital Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis), Frédéric Adnet.

Attendu au tournant, M. Braun a assuré la semaine dernière qu'il n'entendait pas produire "un énième rapport" mais bien "rédiger l'ordonnance" attendue par les hospitaliers, ajoutant avoir "déjà des pistes".

Certaines figurent dans un courrier envoyé à la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, le jour de sa nomination et publié sur le site internet de Samu-Urgences de France.

Elles sont parfois consensuelles, comme la revalorisation du travail de nuit et du weekend, "très pénible" mais majoré de seulement un euro de l'heure pour les infirmières, ce qui est "complètement aberrant", souligne-t-il.

D'autres idées inquiètent, comme l'obligation d'appeler le 15 pour filtrer l'accès aux urgences, mise en oeuvre à Cherbourg ou à Bordeaux.

Un scénario "injouable" pour Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf), qui prédit une explosion des appels vers des Samu "déjà débordés". Avec un risque de perte de chance pour les patients.

L'option a toutefois des défenseurs dans la majorité, à l'instar du député de Charente Thomas Mesnier, lui aussi urgentiste, qui a jugé nécessaire dans le Journal du dimanche de "se remettre en mode gestion de crise pour passer le cap de l'été", quitte à "recentrer" ces services "sur leur vrai métier, les urgences vitales".

Désireux de "secouer les tabous", l'élu plaide même pour des "Smur sans docteurs", avec seulement des infirmiers dans l'ambulance pour pallier l'absence de praticiens par endroits, et suggère de transformer en "antennes de jour" les services d'urgence que "nous ne parvenons plus à maintenir ouverts" en permanence.

(T.Burkhard--BBZ)