Berliner Boersenzeitung - Ukraine: la Russie affirme gagner du terrain à Severodonetsk, "chantage" au blé de Moscou

EUR -
AED 3.981783
AFN 76.427146
ALL 100.280437
AMD 421.041788
ANG 1.954207
AOA 949.101497
ARS 1005.835648
AUD 1.647272
AWG 1.954035
AZN 1.840934
BAM 1.955907
BBD 2.18942
BDT 127.406996
BGN 1.955879
BHD 0.408532
BIF 3127.540577
BMD 1.08407
BND 1.45808
BOB 7.492411
BRL 6.130092
BSD 1.08436
BTN 90.765684
BWP 14.712808
BYN 3.548595
BYR 21247.762672
BZD 2.18572
CAD 1.496763
CDF 3105.859135
CHF 0.959723
CLF 0.037229
CLP 1027.275444
CNY 7.873268
CNH 7.877039
COP 4387.500381
CRC 574.831563
CUC 1.08407
CUP 28.727842
CVE 110.716138
CZK 25.394308
DJF 192.660736
DKK 7.462954
DOP 64.402165
DZD 145.793728
EGP 52.398277
ERN 16.261043
ETB 62.335998
FJD 2.443272
FKP 0.835341
GBP 0.839932
GEL 2.954055
GGP 0.835341
GHS 16.813842
GIP 0.835341
GMD 73.472877
GNF 9336.58765
GTQ 8.413462
GYD 226.862457
HKD 8.46496
HNL 26.881257
HRK 7.488699
HTG 143.127859
HUF 393.365232
IDR 17610.926232
ILS 3.953477
IMP 0.835341
INR 90.786432
IQD 1420.131077
IRR 45631.19526
ISK 149.503901
JEP 0.835341
JMD 169.699318
JOD 0.768279
JPY 166.827464
KES 144.180874
KGS 91.308246
KHR 4464.198457
KMF 492.411518
KPW 975.662951
KRW 1500.054111
KWD 0.331399
KYD 0.90365
KZT 513.928219
LAK 24045.745831
LBP 97132.629605
LKR 329.158073
LRD 211.800102
LSL 19.892786
LTL 3.200975
LVL 0.655743
LYD 5.246937
MAD 10.73066
MDL 19.285059
MGA 4918.968824
MKD 61.623384
MMK 3521.015527
MNT 3740.040233
MOP 8.722479
MRU 43.09154
MUR 50.658354
MVR 16.640293
MWK 1881.403613
MXN 19.915116
MYR 5.06532
MZN 69.272033
NAD 19.892705
NGN 1677.316012
NIO 39.920812
NOK 11.956365
NPR 145.224974
NZD 1.827263
OMR 0.417325
PAB 1.08436
PEN 4.073605
PGK 4.188853
PHP 63.496104
PKR 301.910282
PLN 4.296985
PYG 8212.450929
QAR 3.947086
RON 4.971115
RSD 117.063265
RUB 93.495684
RWF 1425.551424
SAR 4.066748
SBD 9.188515
SCR 15.827241
SDG 635.264635
SEK 11.682502
SGD 1.456234
SHP 0.835341
SLE 24.768065
SLL 22732.399857
SOS 619.003935
SRD 31.602793
STD 22438.05042
SVC 9.487521
SYP 2723.757602
SZL 19.914435
THB 39.123958
TJS 11.548134
TMT 3.799664
TND 3.368196
TOP 2.576398
TRY 35.597537
TTD 7.370405
TWD 35.517046
TZS 2926.987755
UAH 44.718555
UGX 4033.221456
USD 1.08407
UYU 43.52239
UZS 13653.855845
VEF 3927098.801895
VES 39.583727
VND 27492.00313
VUV 128.702943
WST 3.039306
XAF 655.993019
XAG 0.037514
XAU 0.000452
XCD 2.929752
XDR 0.817845
XOF 654.236858
XPF 119.331742
YER 271.39657
ZAR 19.894964
ZMK 9757.92826
ZMW 28.246551
ZWL 349.069944
  • AEX

    -11.5300

    903.46

    -1.26%

  • BEL20

    8.8800

    4047.18

    +0.22%

  • PX1

    -85.1100

    7513.73

    -1.12%

  • ISEQ

    -56.4400

    9349.85

    -0.6%

  • OSEBX

    -6.6600

    1440.21

    -0.46%

  • PSI20

    44.5500

    6898.82

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -5.0400

    2393.25

    -0.21%

  • N150

    -16.9300

    3368.77

    -0.5%

Ukraine: la Russie affirme gagner du terrain à Severodonetsk, "chantage" au blé de Moscou
Ukraine: la Russie affirme gagner du terrain à Severodonetsk, "chantage" au blé de Moscou / Photo: ARIS MESSINIS - AFP

Ukraine: la Russie affirme gagner du terrain à Severodonetsk, "chantage" au blé de Moscou

Les combats se poursuivent mardi pour le contrôle de Severodonetsk, ville-clé de l'est de l'Ukraine dont Moscou affirme avoir "libéré" les zones résidentielles, tandis que la Russie est accusée de "chantage" sur les exportations de blé ukrainien.

Taille du texte:

"Les zones résidentielles de Severodonetsk ont été totalement libérées", a affirmé dans un rare briefing télévisé le ministre russe de la Défense Serguëi Choïgou, ajoutant que "la prise de contrôle de sa zone industrielle et des localités voisines se poursuit".

"L'ennemi continue actuellement son assaut sur Severodonetsk, les combats se poursuivent", a indiqué de son côté mardi Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk, qui avait fait état la semaine dernière de poches de résistance dans les zones industrielles de cette ville connue pour son industrie chimique.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait affirmé lundi soir que les combattants ukrainiens "tenaient" leurs positions et étaient engagés dans d'intenses combats de rue" à Severodonetsk. Des sources ukrainiennes ont cependant souligné lundi que les Russes avaient un avantage écrasant en termes d'équipement d'artillerie.

Severodonetsk est, avec sa ville voisine Lyssytchansk, la dernière agglomération encore sous contrôle russe à Lougansk. Sa prise ouvrirait aux Russes la route de Kramatorsk, grande ville de la région de Donetsk.

Les régions de Donetsk et Lougansk forment le bassin du Donbass, partiellement sous contrôle de séparatistes prorusses depuis 2014, et dont Moscou cherche désormais à prendre le contrôle total.

- Mort d'un général russe -

Témoin de l'intensité des combats, le chef des séparatistes prorusses Denis Pouchiline a confirmé mardi la mort d'un général russe dans cette région, rapportée dimanche par un correspondant de guerre russe.

Dans un message publié sur Telegram, il a affirmé que le général Roman Koutouzov avait "montré par l'exemple comment servir la patrie".

Plusieurs hauts gradés russes sont morts depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février. Mais leur nombre exact est invérifiable, les autorités russes communiquant rarement sur leurs pertes.

La bataille se poursuit aussi dans le sud de l'Ukraine, où Kiev essaie de reprendre une partie du terrain occupé par les Russes dans les régions de Kherson et Zaporijjia. Les militaires ukrainiens ont affirmé avoir effectué des frappes contre des campements russes près de Kherson et des dépôts de munitions près de la ville de Mykolaïv.

Dans la région de Zaporijjia, les Russes occupent notamment la grande centrale nucléaire éponyme, qui fournissait avant-guerre 20% de l'électricité ukranienne. Alors que le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique Rafael Grossi a tweeté lundi que l'AIEA préparait une mission d'experts à la centrale, l'opérateur ukrainien Energoatom s'est dit mardi opposé à une telle visite tant que Kiev n'en reprendrait pas le contrôle.

Une visite sous contrôle russe viendrait à "légitimer la présence des occupants et approuver leurs actes", a estimé Energoatom sur Telegram.

Plusieurs responsables russes ont indiqué ces dernières semaines vouloir occuper ces régions du sud de l'Ukraine de façon durable. Un proche du Kremlin a évoqué un référendum sur une annexion à la Russie qui pourrait avoir lieu dès juillet.

- Chantage au blé -

L'autre grande bataille, économique celle-ci, est celle des ressources en blé de la superpuissance céréalière qu'est l'Ukraine.

Le président du Conseil Européen Charles Michel a souligné dans un tweet lundi que l'UE n'avait "aucune sanction contre le secteur agricole russe", et accusé Moscou d'utiliser les approvisionnemements comme un "missile furtif contre les pays en développement".

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a, lui, accusé Moscou de "chantage" à la levée des sanctions internationales par son blocage des exportations de blé de l'Ukraine.

Il a aussi jugé "crédibles" les informations selon lesquelles la Russie "vole" des tonnes de céréales, "pour les vendre à son propre profit", avec son blocus naval des ports ukrainiens, qui empêche les exportations de céréales et fait craindre des crises alimentaires, notamment en Afrique.

Selon le New York Times, Washington a averti mi-mai 14 pays, principalement en Afrique, que des cargos russes transportaient des "céréales ukrainiennes volées". Antony Blinken a fait référence à cet article du quotidien américain, sans toutefois confirmer directement l'alerte adressée aux pays africains.

L'ambassadeur d'Ukraine à Ankara avait accusé dès vendredi la Russie de "voler" et d'exporter des céréales ukrainiennes notamment vers la Turquie.

"Il est important pour nous de nous tenir prêts à exporter nos céréales. La Russie raconte que la pénurie alimentaire incombe à l'Ukraine... C'est faux", a martelé lundi le président Zelensky. La quantité de céréales destinées à l'exportation et bloquées en Ukraine par les Russes pourrait tripler d'"ici à l'automne" pour atteindre 75 millions de tonnes, selon lui.

"Nous avons besoin de couloirs maritimes et nous en discutons avec la Turquie et le Royaume-Uni" ainsi qu'avec l'ONU, a poursuivi le président ukrainien. Kiev évoque aussi ce sujet avec la Pologne et les Etats Baltes pour exporter de petits volumes par voie ferroviaire.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov était lui attendu mardi en Turquie, avec une délégation militaire, pour discuter de la mise en place de "corridors sécurisés" pour le transport des céréales ukrainiennes. Même si Moscou rejette toute responsabilité dans cette crise des céréales, due selon elle aux seules sanctions occidentales.

Le chef de la diplomatie russe a en revanche été obligé d'annuler une visite à Belgrade, prévue lundi et mardi. Trois pays européens ont en effet fermé leur espace aérien à son avion, une mesure dénoncée comme "scandaleuse" par le Kremlin.

De nombreux analystes y ont vu un moyen "élégant" de se sortir d'une situation délicate pour Belgrade, en équilibre difficile entre la Russie et l'Union européenne, avec laquelle il négocie une adhésion.

- Livraisons d'armes occidentales -

Sergueï Lavrov a par ailleurs mis en garde lundi les pays occidentaux contre des livraisons à Kiev de lance-roquettes de longue portée.

Cela n'a pas empêché Londres d'annoncer la livraison de lance-roquettes M270 MLRS d'une portée de 80 kilomètres, en complément des Himars de même portée promis la semaine dernière par Washington.

Les experts militaires soulignent que cette portée est légèrement supérieure à celle des systèmes analogues russes, ce qui permettrait aux forces ukrainiennes de frapper l'artillerie adverse en restant hors d'atteinte. Mais on ignore à partir de quand les Ukrainiens pourront utiliser ces nouvelles armes.

En attendant, à Kiev, les Ukrainiens se pressent pour observer casques, rations alimentaires et missiles récupérés suite au retrait de l'armée russe des zones occupées et montrés dans une exposition nommée "Ukraine - Crucifixion".

"Ici on peut voir et toucher la guerre du doigt", explique à l'AFP le commissaire Iouri Savtchouk. "C'est aussi le but: choquer les gens pour qu'ils se rendent comptent de ce qui se passe".

burx-cat/rbj/at

(T.Renner--BBZ)