Berliner Boersenzeitung - Dans les mines du Panchir, reconversion forcée pour les bannis du régime taliban

EUR -
AED 3.985487
AFN 78.312185
ALL 103.913093
AMD 437.144737
ANG 1.949108
AOA 902.774155
ARS 910.993837
AUD 1.660421
AWG 1.955829
AZN 1.848918
BAM 1.955106
BBD 2.183624
BDT 118.697841
BGN 1.955106
BHD 0.407655
BIF 3090.702256
BMD 1.085065
BND 1.456083
BOB 7.473346
BRL 5.373791
BSD 1.081516
BTN 89.648159
BWP 14.896709
BYN 3.539243
BYR 21267.266374
BZD 2.179926
CAD 1.473681
CDF 3005.629365
CHF 0.959472
CLF 0.037697
CLP 1040.170556
CNY 7.808997
COP 4245.991925
CRC 553.703338
CUC 1.085065
CUP 28.754212
CVE 110.22585
CZK 25.377535
DJF 192.5816
DKK 7.462102
DOP 63.507444
DZD 146.259158
EGP 33.418031
ERN 16.275969
ETB 61.072009
FJD 2.436192
FKP 0.857711
GBP 0.857284
GEL 2.875845
GGP 0.857711
GHS 13.735122
GIP 0.857711
GMD 73.703057
GNF 9294.698745
GTQ 8.447999
GYD 226.259638
HKD 8.494758
HNL 26.707514
HRK 7.628107
HTG 143.389072
HUF 394.551615
IDR 17037.630267
ILS 3.869453
IMP 0.857711
INR 89.893643
IQD 1416.796788
IRR 45618.833048
ISK 149.851563
JEP 0.857711
JMD 168.700082
JOD 0.769354
JPY 162.862816
KES 156.274495
KGS 97.004564
KHR 4398.43778
KMF 493.189035
KPW 976.521822
KRW 1445.201669
KWD 0.333987
KYD 0.90128
KZT 489.16626
LAK 22594.974804
LBP 96847.502077
LKR 333.621506
LRD 208.332783
LSL 20.728827
LTL 3.203914
LVL 0.656345
LYD 5.223145
MAD 10.890632
MDL 19.218174
MGA 4870.270196
MKD 61.608118
MMK 2271.093362
MNT 3680.245147
MOP 8.720403
MRU 43.30534
MUR 49.685519
MVR 16.714054
MWK 1820.653347
MXN 18.463355
MYR 5.149178
MZN 68.905652
NAD 20.728781
NGN 1712.297469
NIO 39.805862
NOK 11.46023
NPR 143.437055
NZD 1.777047
OMR 0.417707
PAB 1.081516
PEN 4.089348
PGK 4.124535
PHP 60.793462
PKR 302.006335
PLN 4.322217
PYG 7906.191909
QAR 3.950449
RON 4.974049
RSD 117.143393
RUB 99.429937
RWF 1397.303711
SAR 4.069268
SBD 9.196949
SCR 14.687383
SDG 652.1242
SEK 11.240993
SGD 1.459199
SHP 1.375591
SLE 24.570401
SLL 21430.026433
SOS 620.118401
SRD 38.405903
STD 22458.646709
SVC 9.462639
SYP 14107.539336
SZL 20.728638
THB 38.703211
TJS 11.842294
TMT 3.808577
TND 3.390868
TOP 2.574804
TRY 34.060074
TTD 7.339393
TWD 34.26016
TZS 2757.820488
UAH 41.27654
UGX 4232.496718
USD 1.085065
UYU 42.334964
UZS 13534.192977
VEF 3914530.874411
VES 39.10036
VND 26752.267982
VUV 130.7623
WST 2.954508
XAF 655.724102
XAG 0.046847
XAU 0.000521
XCD 2.932442
XDR 0.814911
XOF 655.724102
XPF 119.331742
YER 271.704077
ZAR 20.683545
ZMK 9766.88747
ZMW 25.495944
ZWL 349.390362
  • AEX

    5.6800

    854.1

    +0.67%

  • BEL20

    37.3500

    3698.82

    +1.02%

  • PX1

    7.1300

    7934.17

    +0.09%

  • ISEQ

    32.2600

    9521.49

    +0.34%

  • OSEBX

    8.9900

    1275.14

    +0.71%

  • PSI20

    41.8700

    6199.59

    +0.68%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    76.7700

    2203.45

    +3.61%

  • N150

    25.7600

    3286.41

    +0.79%

Dans les mines du Panchir, reconversion forcée pour les bannis du régime taliban
Dans les mines du Panchir, reconversion forcée pour les bannis du régime taliban

Dans les mines du Panchir, reconversion forcée pour les bannis du régime taliban

Par un froid mordant à plus de 3.000 m d'altitude, Mohammad Israr Muradi gratte la terre avec un peu d'eau et un tamis improvisé. S'il a de la chance, l'ancien policier trouvera quelques miettes d'émeraude qu'il revendra pour une poignée d'afghanis.

Taille du texte:

Comme lui, ils sont des dizaines à se précipiter, chaque fois qu'un trolley rempli de roches ressort d'un des innombrables puits s'enfonçant dans cette montagne de la vallée de Mikeni, dans le Panchir, environ 130 kilomètres au nord-est de Kaboul.

Comme nombre d'anciens policiers et militaires, il s'est brusquement retrouvé sans travail à l'arrivée au pouvoir des talibans, mi-août, après la chute de l'ancien gouvernement soutenu par les Etats-Unis.

Mohammad Israr Muradi a alors investi quelques milliers d'afghanis et tenté sa chance comme vendeur ambulant de vêtements d'occasion à Kaboul.

Mais "ça n'a pas marché" et sans argent, il a été "forcé" de rejoindre la mine où, comme tous les nouveaux venus, il se contente du travail le plus ingrat et le moins bien payé.

- Creusés à l'explosif -

Si la présence d'émeraude dans le Panchir est connue depuis des millénaires, son exploitation sérieuse ne date que des années 1970 et reste largement artisanale, alors que sa qualité et sa pureté est souvent comparée à l'émeraude colombienne, la plus recherchée de la planète.

A Mikeni, comme dans les autres mines de la région, chaque puits est possédé en copropriété par plusieurs dizaines d'associés et exploité par une équipe d'une dizaine de mineurs.

Les puits, qui s'enfoncent parfois sur plus de 500 m, sont creusés à l'explosif. Pour accéder au site depuis le bas de la vallée, il faut grimper via une piste tracée dans la neige, sillonnée par les chevaux et les ânes apportant le nécessaire, de la nourriture aux moteurs des générateurs électriques.

C'est, entre autres, cette difficulté d'accès qui a convaincu Gulabuddin Mohammadi de travailler à Mikeni. De l'armée afghane, où il a servi pendant sept ans, il se souvient que c'était "un très bon job" payé 35.000 afghanis (295 euros au taux actuel) par mois.

A la mine, en comparaison, "on est traité comme du bétail" soupire l'homme de 27 ans, avant d'énumérer: "Nous n'avons pas de vrai endroit où vivre, nous sommes sous des tentes. On n'a pas d'eau, pas de feu, pas de clinique si on tombe malade".

Mais Gulabuddin Mohammadi n'avait pas le choix: "J'ai la responsabilité de nourrir les 25 membres de ma famille".

Selon lui, de nombreux autres anciens soldats ou policiers sont venus travailler là, ne sachant pas très bien quelle allait être l'attitude des nouveaux maîtres du pays à leur égard.

A leur retour au pouvoir, ceux-ci avaient décrété une amnistie générale, mais plusieurs ONG ont depuis fait état de l'exécution ou de la disparition d'anciens membres des forces de sécurité.

- Inspection des mains -

Les talibans sont bien montés une fois jusqu'à la mine. C'était peu après leur arrivée au pouvoir, se remémore Mohammad Riyah Nizami, un haut gradé de la police de Kaboul ayant travaillé à Mikeni.

"Ils ont rassemblé les travailleurs dans leurs chambres", leur ont examiné les mains pour repérer les nouveaux venus et en ont embarqué une vingtaine qui seront plus tard relâchés, raconte-t-il, expliquant que les talibans cherchaient "des combattants".

Vallée encaissée et difficile d'accès, le Panchir est un bastion historique de la résistance contre les talibans et la dernière région à être tombée sous le contrôle total des islamistes, fin septembre.

Mohammad Riyah Nizami se souvient d'ailleurs du voyage angoissant de Kaboul au Panchir, la "peur d'une incompréhension" aux nombreux barrages où les téléphones des voyageurs étaient inspectés.

Lui a eu de la chance: son travail, trouvé par un ami, consistait à pousser le chariot. Un peu plus de stabilité, 400 afghanis par jour et une petite prime s'ils trouvaient un filon.

Mais dès qu'il l'a pu, rappelé à Kaboul par les talibans ayant besoin de ses connaissances informatiques, il est rentré.

Ce qu'est prêt à faire aussi Mohammad Israr Muradi, alors que les talibans ont dit vouloir rebâtir l'armée et la police afghanes. Pendant des années, son travail était de poursuivre les talibans mais aujourd'hui, confie-t-il, "s'ils me rappellent au travail, j'y vais".

(O.Joost--BBZ)