Berliner Boersenzeitung - L'OCDE entrevoit une année sombre pour l'économie et un risque d'aggravation 

EUR -
AED 4.011089
AFN 77.223401
ALL 100.572101
AMD 423.718062
ANG 1.965086
AOA 956.099223
ARS 1003.054501
AUD 1.614035
AWG 1.967339
AZN 1.86083
BAM 1.961018
BBD 2.201473
BDT 128.319067
BGN 1.95793
BHD 0.411265
BIF 3139.096692
BMD 1.092056
BND 1.464077
BOB 7.545077
BRL 5.928994
BSD 1.090324
BTN 91.070932
BWP 14.684828
BYN 3.567599
BYR 21404.294185
BZD 2.197748
CAD 1.490165
CDF 3131.474361
CHF 0.977625
CLF 0.035853
CLP 989.282884
CNY 7.917846
CNH 7.941824
COP 4289.955662
CRC 569.891885
CUC 1.092056
CUP 28.939479
CVE 110.789494
CZK 25.358196
DJF 194.135693
DKK 7.470649
DOP 64.448244
DZD 146.770163
EGP 52.376483
ERN 16.380837
ETB 62.990474
FJD 2.425242
FKP 0.841402
GBP 0.841402
GEL 2.981739
GGP 0.841402
GHS 16.829006
GIP 0.841402
GMD 73.987208
GNF 9386.352658
GTQ 8.477558
GYD 228.347605
HKD 8.526936
HNL 27.005787
HRK 7.543867
HTG 144.112322
HUF 392.441605
IDR 17597.988207
ILS 3.946116
IMP 0.841402
INR 91.207793
IQD 1430.593132
IRR 45961.903735
ISK 149.481023
JEP 0.841402
JMD 170.947541
JOD 0.773944
JPY 172.375595
KES 140.875585
KGS 93.15651
KHR 4494.902162
KMF 495.033049
KPW 982.850625
KRW 1501.690104
KWD 0.333929
KYD 0.909921
KZT 517.847929
LAK 24202.691366
LBP 97637.644287
LKR 330.328965
LRD 212.618132
LSL 19.657385
LTL 3.224557
LVL 0.660574
LYD 5.28842
MAD 10.72017
MDL 19.266214
MGA 4919.711874
MKD 61.519695
MMK 3546.954724
MNT 3767.592977
MOP 8.781065
MRU 43.376871
MUR 50.977579
MVR 16.872676
MWK 1893.082854
MXN 19.242902
MYR 5.099359
MZN 69.782357
NAD 19.651587
NGN 1747.595508
NIO 40.138547
NOK 11.752481
NPR 145.714907
NZD 1.784114
OMR 0.419994
PAB 1.091905
PEN 4.114325
PGK 4.26616
PHP 63.790807
PKR 303.546124
PLN 4.259313
PYG 8220.980798
QAR 3.976449
RON 4.976721
RSD 117.167803
RUB 95.886631
RWF 1428.434211
SAR 4.095898
SBD 9.216317
SCR 15.238589
SDG 656.325922
SEK 11.642014
SGD 1.465106
SHP 0.841402
SLE 24.95053
SLL 22899.86864
SOS 623.156552
SRD 32.330354
STD 22603.350742
SVC 9.555739
SYP 2743.823427
SZL 19.657373
THB 39.478221
TJS 11.628843
TMT 3.822195
TND 3.415409
TOP 2.573375
TRY 36.092886
TTD 7.411722
TWD 35.528184
TZS 2922.047668
UAH 44.725099
UGX 4039.749274
USD 1.092056
UYU 43.772084
UZS 13836.347677
VEF 3956029.59942
VES 39.836596
VND 27754.598812
VUV 129.651093
WST 3.061697
XAF 656.754342
XAG 0.035459
XAU 0.000453
XCD 2.951336
XDR 0.825803
XOF 656.754342
XPF 119.331742
YER 273.368915
ZAR 19.606803
ZMK 9829.816816
ZMW 27.884598
ZWL 351.64153
  • AEX

    8.8900

    944.91

    +0.95%

  • BEL20

    11.6800

    4040.06

    +0.29%

  • PX1

    96.8700

    7724.32

    +1.27%

  • ISEQ

    -3.9100

    9769.03

    -0.04%

  • OSEBX

    19.1100

    1434.43

    +1.35%

  • PSI20

    10.2000

    6811.86

    +0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    8.6400

    2408.05

    +0.36%

  • N150

    18.2400

    3395.27

    +0.54%

L'OCDE entrevoit une année sombre pour l'économie et un risque d'aggravation 
L'OCDE entrevoit une année sombre pour l'économie et un risque d'aggravation  / Photo: Eric PIERMONT - AFP

L'OCDE entrevoit une année sombre pour l'économie et un risque d'aggravation 

L'économie mondiale s'enfonce un peu plus avec la guerre en Ukraine et risque de creuser plus bas encore, alerte l'OCDE dans ses dernières prévisions, qui tablent sur un net recul de la croissance mondiale et une flambée de l'inflation cette année.

Taille du texte:

"Une crise humanitaire se déroule sous nos yeux, laissant des milliers de personnes décédées, forçant des millions de réfugiés à fuir leur foyer et menaçant une reprise économique qui était en chemin après deux années de pandémie", s'alarme la numéro deux et cheffe économiste de l'OCDE, Laurence Boone, dans un texte en préambule de ces prévisions intitulé "le prix de la guerre".

L'Organisation de coopération et de développement économique basée à Paris et qui regroupe 38 pays développés s'était refusée en mars à publier des prévisions détaillées, devant la grande incertitude que créait l'invasion russe en Ukraine trois semaines plus tôt.

Tout juste avait-elle calculé que la guerre coûterait plus d'un point de croissance mondiale et 2,5 points d'inflation sur un an.

Elle entrevoit désormais un PIB mondial en hausse de 3% en 2022, un niveau bien plus faible que la précédente prévision de 4,5% publiée en décembre dernier. "Le monde paiera un lourd prix à la guerre russe contre l'Ukraine", avertit Laurence Boone, précisant au cours d'une conférence de presse mercredi que "ce recul est une conséquence directe de la guerre".

Avant l'OCDE, la plupart des grandes organisations économiques ont rabaissé leurs prévisions: la Banque mondiale a évoqué mardi une croissance à 2,9% pour cette année et le Fonds monétaire international avait en avril ramené sa prévision à 3,6%.

La facture de la guerre va fortement varier selon les régions: la zone euro devrait afficher un maigre 2,6% contre 4,3% prévus en décembre, avec un plongeon pour l'Allemagne à 1,9% (-2,2 points) et la France à 2,4% (-1,8 point).

Le Royaume-Uni affiche 3,6% (-1,1 point) mais cale complètement à 0% pour 2023 contre 2,1% anticipé auparavant, en raison d'une "demande déprimée" selon l'OCDE et de fortes pressions inflationnistes.

Objet de nombreuses sanctions économiques des occidentaux, la Russie devrait subir une récession de 10%.

- Doublement des prévisions d'inflation -

L'inflation, elle, va continuer à flamber. Montrée du doigt depuis des mois comme un des boulets de la reprise, elle est citée plus de 800 fois dans le rapport de 229 pages de l'OCDE.

Fait rare, l'institution a doublé son anticipation d'inflation au sein des pays membres de l'organisation à 8,5% cette année, ce qui en ferait un plus haut annuel depuis 1988. Sans la Turquie toutefois, elle est plus proche de 6%.

Jugée encore "temporaire" en septembre 2021 par l'OCDE, l'inflation s'est nettement accélérée avec la persistance des blocages dans les chaînes d'approvisionnement et la flambée des prix énergétiques, alimentaires et des métaux après l'éclatement de la guerre.

Elle a engendré un plongeon de la confiance des ménages au sein des pays membres encore plus bas que lors des confinements du printemps 2020, montre l'OCDE. Cette inflation "érode le revenu disponible des ménages (...) et ralentit la consommation", résume Laurence Boone.

Au sein des régions fragiles, "la guerre envoie des ondes de choc partout en Afrique et au Moyen-Orient", a également dit Mme Boone, des régions menacées par les prix et pénuries alimentaires tant au Liban qu'en Egypte ou en Tunisie où les ménages dépensent jusqu'à 40% de leurs revenus en nourriture et en énergie selon elle.

Pour les Etats qui le peuvent, l'OCDE conseille la distribution d'aides "temporaires, opportunes et bien ciblées" à destination des ménages et entreprises vulnérables, et une meilleure coopération internationale pour les Etats fragiles.

L'organisation table sur un apaisement des pressions inflationnistes l'an prochain, mais prévient que rien n'est certain vu le contexte: "les pressions inflationnistes pourraient se révéler plus fortes qu'anticipé", "l'incertitude entourant ces prévisions est grande".

Elle met en avant les hypothèses d'un arrêt brutal des exportations russes de gaz en Europe, d'une hausse encore plus élevée des prix de l'énergie ou de perturbations continues sur les chaînes de distribution. Une fuite en avant de l'inflation pourrait entraîner des hausses brutales de taux d'intérêt des banques centrales, craint-elle aussi.

De là à anticiper une récession mondiale ? La directrice générale du FMI Kristalina Georgieva a écarté cette hypothèse lors du forum de Davos fin mai. Le rapport de l'OCDE cite le risque de "récession" que fait peser pour l'Europe en 2023 de potentiels chocs dans les approvisionnements en énergie russe.

(O.Joost--BBZ)