Berliner Boersenzeitung - Biden veut relancer la relation avec l'Amérique latine, mais sans annonces sonnantes et trébuchantes

EUR -
AED 3.984481
AFN 76.647787
ALL 100.147252
AMD 420.804469
ANG 1.954129
AOA 946.634516
ARS 1004.781094
AUD 1.640031
AWG 1.95535
AZN 1.847045
BAM 1.952432
BBD 2.189224
BDT 127.400242
BGN 1.954449
BHD 0.408884
BIF 3123.212634
BMD 1.084799
BND 1.458784
BOB 7.492077
BRL 6.046453
BSD 1.08433
BTN 90.766732
BWP 14.731589
BYN 3.548379
BYR 21262.056149
BZD 2.18563
CAD 1.493849
CDF 3071.065425
CHF 0.967533
CLF 0.037148
CLP 1025.123957
CNY 7.891474
CNH 7.908129
COP 4340.247387
CRC 574.409176
CUC 1.084799
CUP 28.747168
CVE 110.075127
CZK 25.411628
DJF 193.086936
DKK 7.46091
DOP 64.219225
DZD 146.325236
EGP 52.461412
ERN 16.271982
ETB 62.673392
FJD 2.440526
FKP 0.835903
GBP 0.840334
GEL 2.94526
GGP 0.835903
GHS 16.730141
GIP 0.835903
GMD 73.522263
GNF 9343.882328
GTQ 8.410492
GYD 226.848699
HKD 8.470028
HNL 26.850684
HRK 7.493736
HTG 143.123121
HUF 390.550892
IDR 17600.860256
ILS 3.931267
IMP 0.835903
INR 90.790987
IQD 1420.449804
IRR 45661.931677
ISK 149.701656
JEP 0.835903
JMD 169.377833
JOD 0.768687
JPY 169.249189
KES 143.733076
KGS 91.520895
KHR 4454.316554
KMF 491.142751
KPW 976.319284
KRW 1503.579939
KWD 0.33171
KYD 0.903541
KZT 513.793735
LAK 24021.564152
LBP 97097.212767
LKR 329.411783
LRD 211.435286
LSL 19.90237
LTL 3.203129
LVL 0.656184
LYD 5.24096
MAD 10.684071
MDL 19.234821
MGA 4918.515837
MKD 61.503909
MMK 3523.384132
MNT 3742.556177
MOP 8.719759
MRU 42.889019
MUR 50.519024
MVR 16.651883
MWK 1880.156835
MXN 19.61512
MYR 5.068197
MZN 69.318632
NAD 19.90237
NGN 1743.272025
NIO 39.911156
NOK 11.986322
NPR 145.226492
NZD 1.822043
OMR 0.417604
PAB 1.08423
PEN 4.074272
PGK 4.248671
PHP 63.455846
PKR 301.863502
PLN 4.279987
PYG 8204.8471
QAR 3.951684
RON 4.972607
RSD 117.071663
RUB 94.561266
RWF 1420.250148
SAR 4.06922
SBD 9.174799
SCR 14.74867
SDG 635.69193
SEK 11.687302
SGD 1.460188
SHP 0.835903
SLE 24.784726
SLL 22747.692057
SOS 619.631171
SRD 31.807347
STD 22453.14461
SVC 9.487634
SYP 2725.589887
SZL 19.898676
THB 39.237187
TJS 11.547581
TMT 3.807644
TND 3.370286
TOP 2.573848
TRY 35.609421
TTD 7.360304
TWD 35.577055
TZS 2912.684789
UAH 44.741723
UGX 4008.086277
USD 1.084799
UYU 43.884302
UZS 13654.446847
VEF 3929740.581046
VES 39.583962
VND 27515.921133
VUV 128.789522
WST 3.041351
XAF 654.827459
XAG 0.037398
XAU 0.000451
XCD 2.931723
XDR 0.817789
XOF 654.827459
XPF 119.331742
YER 271.578928
ZAR 19.9627
ZMK 9764.493785
ZMW 28.109513
ZWL 349.304766
  • AEX

    -2.0200

    914.97

    -0.22%

  • BEL20

    5.2400

    4038.15

    +0.13%

  • PX1

    -23.6300

    7598.63

    -0.31%

  • ISEQ

    39.3400

    9406.6

    +0.42%

  • OSEBX

    -5.6600

    1446.85

    -0.39%

  • PSI20

    -6.1700

    6854.32

    -0.09%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    11.2200

    2398.23

    +0.47%

  • N150

    -11.8900

    3385.69

    -0.35%

Biden veut relancer la relation avec l'Amérique latine, mais sans annonces sonnantes et trébuchantes
Biden veut relancer la relation avec l'Amérique latine, mais sans annonces sonnantes et trébuchantes / Photo: Brendan SMIALOWSKI - AFP

Biden veut relancer la relation avec l'Amérique latine, mais sans annonces sonnantes et trébuchantes

Joe Biden est arrivé mercredi à Los Angeles pour un Sommet des Amériques censé relancer la relation avec l'Amérique latine, avec de grandes promesses de partenariat mais sans annonces financières fracassantes.

Taille du texte:

Il a atterri en début d'après-midi en Californie afin de rencontrer les chefs d'Etat et de gouvernement conviés pour une semaine d'échanges aux Etats-Unis.

Parmi eux, le président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro, avec qui il aura jeudi sa première rencontre bilatérale.

Elle promet d'être délicate, la Maison Blanche assurant que Joe Biden entend aborder le sujet des prochaines élections au Brésil, hautement contentieux pour Jair Bolsonaro.

Ce dernier, qui brigue un second mandat mais qui est à la peine dans les sondages, critique à tout va le système électoral de son pays, comme s'il envisageait déjà de contester une éventuelle défaite.

Joe Biden veut redonner de l'élan à des relations régionales qui n'ont pas jusqu'ici été au premier plan de sa présidence, accaparée par la guerre en Ukraine et la rivalité avec la Chine.

Or la Chine, justement, a considérablement développé sa présence dans une région que Washington a longtemps considérée comme son pré carré, à coups de lourds investissements dans l'énergie, de généreux financements d'infrastructures, de ventes d'armement et de livraisons de vaccins contre le Covid-19.

- Onze visites de Xi Jinping -

Le Council of Foreign Relations a compté que le président chinois Xi Jinping s'était rendu onze fois dans la région depuis son arrivée au pouvoir en 2013.

Joe Biden n'a pas visité l'Amérique latine depuis son investiture en janvier 2021.

Washington n'entend pas répliquer à la Chine avec des annonces financières agressives.

"Les Etats-Unis n'ont jamais considéré que leur avantage dans le monde consistait seulement à lever d'immenses sommes d'argent public", a déclaré le principal conseiller diplomatique de la Maison Blanche, Jake Sullivan.

L'objectif américain serait plutôt de "débloquer des montants importants de financements privés pour permettre une croissance économique inclusive" sur le continent, a-t-il dit.

Les Etats-Unis n'en ont pas moins annoncé un plan de 100 millions de dollars pour former un demi-million de professionnels de la santé en Amérique latine. Et Joe Biden va dévoiler un programme de 300 millions de dollars consacré à la sécurité alimentaire, a indiqué Jake Sullivan.

L'exécutif américain a aussi présenté mercredi un "Partenariat des Amériques pour la prospérité économique".

Il s'agit, selon les Américains, de redynamiser des institutions régionales telles que la Banque inter-américaine de développement, ou encore de lutter contre le changement climatique et la corruption tout en développant les échanges commerciaux.

Mais il n'est plus question, comme lors du premier Sommet des Amériques de 1994, à Miami, de vanter de manière tonitruante les vertus du libre-échange, qui n'a plus les faveurs ni des gouvernements ni des opinions publiques.

Depuis cette première édition, les Etats-Unis ont perdu en influence dans la région, comme l'a montré le lancement plutôt chaotique du sommet.

- Immigration -

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador a ainsi décidé de bouder le rendez-vous pour protester contre le fait que ni Cuba, ni le Venezuela, ni le Nicaragua n'avaient été conviés par la Maison Blanche, en raison de "réserves" sur la démocratie dans ces trois pays.

Joe Biden a d'ailleurs eu mercredi, peu avant son arrivée, un entretien avec l'opposant Juan Guaido, que les Etats-Unis reconnaissent comme le président par intérim du Venezuela.

Selon la Maison Blanche, les Etats-Unis sont prêts à "calibrer" les sanctions contre le régime actuel de Nicolas Maduro, en cas de progrès vers une "solution négociée" à la crise politique au Venezuela.

L'absence du président mexicain risque de peser lourdement sur les discussions autour de l'immigration, un enjeu majeur de politique intérieure pour Joe Biden.

L'opposition républicaine le taxe de laxisme, alors que de nombreux migrants arrivent régulièrement à la frontière sud des Etats-Unis.

Washington entend faire adopter à Los Angeles une grande déclaration régionale sur le sujet, dont les contours sont encore flous.

Mardi, la vice-présidente américaine Kamala Harris avait annoncé des engagements du secteur privé totalisant 1,9 milliard de dollars pour soutenir la création d'emplois en Amérique centrale et décourager ces départs vers les Etats-Unis.

(Y.Berger--BBZ)