Berliner Boersenzeitung - Du pétrole dans la rivière: catastrophe écologique en Amazonie équatorienne

EUR -
AED 3.982855
AFN 78.614354
ALL 103.718911
AMD 440.407105
ANG 1.953726
AOA 901.1026
ARS 911.940346
AUD 1.656711
AWG 1.951846
AZN 1.844173
BAM 1.952746
BBD 2.188777
BDT 118.973915
BGN 1.955529
BHD 0.408718
BIF 3107.772816
BMD 1.084359
BND 1.456282
BOB 7.507189
BRL 5.350117
BSD 1.084005
BTN 89.801415
BWP 14.911265
BYN 3.547553
BYR 21253.435869
BZD 2.184992
CAD 1.467517
CDF 3003.67429
CHF 0.953428
CLF 0.03857
CLP 1064.276484
CNY 7.80565
COP 4263.385017
CRC 557.722533
CUC 1.084359
CUP 28.735513
CVE 110.604634
CZK 25.328678
DJF 192.712184
DKK 7.455405
DOP 63.678969
DZD 145.994872
EGP 33.509728
ERN 16.265385
ETB 61.499359
FJD 2.454445
FKP 0.85511
GBP 0.855245
GEL 2.884612
GGP 0.85511
GHS 13.635836
GIP 0.85511
GMD 73.620742
GNF 9322.770125
GTQ 8.460689
GYD 226.80317
HKD 8.484518
HNL 26.859809
HRK 7.623147
HTG 143.904921
HUF 391.030461
IDR 16979.001234
ILS 3.912682
IMP 0.85511
INR 89.943293
IQD 1420.510255
IRR 45589.173857
ISK 149.326765
JEP 0.85511
JMD 168.988675
JOD 0.768777
JPY 163.213386
KES 158.316366
KGS 96.974029
KHR 4424.184372
KMF 492.244605
KPW 975.917039
KRW 1443.704243
KWD 0.333647
KYD 0.903362
KZT 487.926594
LAK 22630.57214
LBP 97266.999522
LKR 336.659466
LRD 206.899849
LSL 20.6892
LTL 3.20183
LVL 0.655918
LYD 5.248604
MAD 10.91293
MDL 19.295642
MGA 4928.411228
MKD 61.606988
MMK 2276.444981
MNT 3689.831885
MOP 8.737054
MRU 43.298338
MUR 49.562695
MVR 16.694621
MWK 1824.975788
MXN 18.509902
MYR 5.160492
MZN 68.858812
NAD 20.689385
NGN 1712.289514
NIO 39.872134
NOK 11.423933
NPR 143.681945
NZD 1.757185
OMR 0.417402
PAB 1.08396
PEN 4.121595
PGK 4.038966
PHP 60.820634
PKR 303.081497
PLN 4.307185
PYG 7892.328221
QAR 3.947611
RON 4.968097
RSD 117.21269
RUB 99.815283
RWF 1400.449614
SAR 4.066694
SBD 9.190143
SCR 14.635796
SDG 651.699919
SEK 11.179123
SGD 1.457498
SHP 1.375238
SLE 24.405153
SLL 21416.090075
SOS 619.703898
SRD 38.281109
STD 22444.041427
SVC 9.484728
SYP 14098.617439
SZL 20.68984
THB 38.919744
TJS 11.880725
TMT 3.8061
TND 3.382929
TOP 2.561853
TRY 33.777132
TTD 7.358423
TWD 34.254592
TZS 2765.115945
UAH 41.498571
UGX 4262.333358
USD 1.084359
UYU 42.361789
UZS 13587.018265
VEF 3905976.95019
VES 39.064617
VND 26713.183297
VUV 130.086467
WST 2.952779
XAF 654.914541
XAG 0.048329
XAU 0.000534
XCD 2.930534
XDR 0.8168
XOF 654.376525
XPF 119.331742
YER 271.468859
ZAR 20.703018
ZMK 9760.533221
ZMW 25.149432
ZWL 349.163147
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

Du pétrole dans la rivière: catastrophe écologique en Amazonie équatorienne
Du pétrole dans la rivière: catastrophe écologique en Amazonie équatorienne

Du pétrole dans la rivière: catastrophe écologique en Amazonie équatorienne

Le pétrole a jailli dès que l'énorme roche a explosé le tuyau, racontent les ouvriers. Dans le nord-est de l'Equateur, le brut qui s'écoule depuis des jours d'un oléoduc endommagé par une chute de pierre empoisonne lentement la jungle amazonienne.

Taille du texte:

Les flaques noirâtres et poisseuses ont déjà tué des animaux et menace des communautés locales, a constaté l'AFP.

Jeudi était un jour de fortes pluies, explique Cesar Benalcazar, un ouvrier de 24 ans, présent dans la zone de la catastrophe, à Piedra Fina, à un peu moins d'une centaine de kilomètres à l'est de Quito.

La rivière Quijos était en crue, de gros rochers sont tombés dans la nuit depuis le sommet de la montagne. L'un a chuté "sur sa pointe" en plein sur l'oléoduc. "Lorsque le tuyau a explosé, le pétrole a jailli, comme une bombe à pression", selon César.

Tous les efforts des ouvriers, sautés aux commandes de leurs engins de terrassement pour contenir la fuite, ont été vains.

"Nous avons essayé d'empêcher le pétrole d'atteindre la rivière, mais il a dévalé la pente en cascade", regrette César. Pas eu le temps de creuser un trou ou un bassin avec des pelleteuses pour recueillir le brut avant qu'il ne contamine la rivière.

Géré par la société OCP, le pipeline de 485 kilomètres de long qui traverse au total quatre provinces, transporte vers la côte Pacifique près de 160.000 barils de brut par jour depuis des puits de pétrole en pleine jungle.

Environ 21.000 m2 -deux hectares- de la réserve Cayambe-Coca ont été touchés par la fuite de pétrole. D'une superficie de plus de 4.000 km2, ce parc national baigné d'eau, de sources et des cascades, entre hautes montagnes volcaniques et forêts humides du bassin de l'Amazone, abrite une faune très variée et près de 400 espèces d'oiseaux.

- Forte odeur et mal de tête -

Le brut s'est également écoulé dans la Coca, une rivière majeure de l'Amazonie qui se jette dans un fleuve, le Napo. Cette rivière et ce fleuve alimentent en eau de nombreuses communautés, y compris des peuples autochtones. "De petites traces (de pétrole) ont atteint les cours d'eau", a reconnu l'OCP.

A ce jour, ni le gouvernement ni l'OCP n'ont précisé la quantité de pétrole déversée dans la nature.

Toutefois, dans les petites exploitations agricoles à proximité du gazoduc, comme celle de Benjamin Landazuri, les conséquences de la pollution sont déjà visibles, tandis que les populations autochtones et les écologistes craignent un fort impact sur les populations isolées vivant plus en aval.

"Un ruisseau coule près de ma maison et il y a une source à laquelle nous puisons de l'eau pour notre consommation", explique M. Landazuri. "Nous avons déjà constaté la mort de quelques poulets qui s'abreuvent au ruisseau", déplore-t-il.

Lorsqu'il est rentré chez lui, il a senti une "très forte odeur de pétrole" qui lui a donné mal à la tête. Il a ensuite vu les barrières de confinement en forme de "saucisse" au-dessus du ruisseau.

De l'aveu même des techniciens qui se sont précipités pour colmater la fuite, et qui ce début de semaine continuaient leurs efforts pour endiguer l'avancée de la nappe noire, la "contamination est à long terme".

"Nous avons ici des bassins de tilapias, des échantillons d'eau ont été prélevés pour voir s'il n'y a pas de contamination", s'inquiète M. Landaruzi. "Sinon l'OCP devra nous indemniser", prévient-il.

En 2020, une fuite de quelque 15.000 barils avait déjà eu lieu dans la même zone. Le pétrole avait atteint trois rivières amazoniennes. Personne n'avait véritablement quantifié le désastre.

(B.Hartmann--BBZ)