Berliner Boersenzeitung - Des orques se mettent à la pêche aux poissons... des pêcheurs

EUR -
AED 3.985487
AFN 78.312185
ALL 103.913093
AMD 437.144737
ANG 1.949108
AOA 902.774155
ARS 910.993837
AUD 1.660421
AWG 1.955829
AZN 1.848918
BAM 1.955106
BBD 2.183624
BDT 118.697841
BGN 1.955106
BHD 0.407655
BIF 3090.702256
BMD 1.085065
BND 1.456083
BOB 7.473346
BRL 5.373791
BSD 1.081516
BTN 89.648159
BWP 14.896709
BYN 3.539243
BYR 21267.266374
BZD 2.179926
CAD 1.473681
CDF 3005.629365
CHF 0.959472
CLF 0.037697
CLP 1040.170556
CNY 7.808997
COP 4245.991925
CRC 553.703338
CUC 1.085065
CUP 28.754212
CVE 110.22585
CZK 25.377535
DJF 192.5816
DKK 7.462102
DOP 63.507444
DZD 146.259158
EGP 33.418031
ERN 16.275969
ETB 61.072009
FJD 2.436192
FKP 0.857711
GBP 0.857284
GEL 2.875845
GGP 0.857711
GHS 13.735122
GIP 0.857711
GMD 73.703057
GNF 9294.698745
GTQ 8.447999
GYD 226.259638
HKD 8.494758
HNL 26.707514
HRK 7.628107
HTG 143.389072
HUF 394.551615
IDR 17037.630267
ILS 3.869453
IMP 0.857711
INR 89.893643
IQD 1416.796788
IRR 45618.833048
ISK 149.851563
JEP 0.857711
JMD 168.700082
JOD 0.769354
JPY 162.862816
KES 156.274495
KGS 97.004564
KHR 4398.43778
KMF 493.189035
KPW 976.521822
KRW 1445.201669
KWD 0.333987
KYD 0.90128
KZT 489.16626
LAK 22594.974804
LBP 96847.502077
LKR 333.621506
LRD 208.332783
LSL 20.728827
LTL 3.203914
LVL 0.656345
LYD 5.223145
MAD 10.890632
MDL 19.218174
MGA 4870.270196
MKD 61.608118
MMK 2271.093362
MNT 3680.245147
MOP 8.720403
MRU 43.30534
MUR 49.685519
MVR 16.714054
MWK 1820.653347
MXN 18.463355
MYR 5.149178
MZN 68.905652
NAD 20.728781
NGN 1712.297469
NIO 39.805862
NOK 11.46023
NPR 143.437055
NZD 1.777047
OMR 0.417707
PAB 1.081516
PEN 4.089348
PGK 4.124535
PHP 60.793462
PKR 302.006335
PLN 4.322217
PYG 7906.191909
QAR 3.950449
RON 4.974049
RSD 117.143393
RUB 99.429937
RWF 1397.303711
SAR 4.069268
SBD 9.196949
SCR 14.687383
SDG 652.1242
SEK 11.240993
SGD 1.459199
SHP 1.375591
SLE 24.570401
SLL 21430.026433
SOS 620.118401
SRD 38.405903
STD 22458.646709
SVC 9.462639
SYP 14107.539336
SZL 20.728638
THB 38.703211
TJS 11.842294
TMT 3.808577
TND 3.390868
TOP 2.574804
TRY 34.060074
TTD 7.339393
TWD 34.26016
TZS 2757.820488
UAH 41.27654
UGX 4232.496718
USD 1.085065
UYU 42.334964
UZS 13534.192977
VEF 3914530.874411
VES 39.10036
VND 26752.267982
VUV 130.7623
WST 2.954508
XAF 655.724102
XAG 0.046847
XAU 0.000521
XCD 2.932442
XDR 0.814911
XOF 655.724102
XPF 119.331742
YER 271.704077
ZAR 20.683545
ZMK 9766.88747
ZMW 25.495944
ZWL 349.390362
  • AEX

    5.6800

    854.1

    +0.67%

  • BEL20

    37.3500

    3698.82

    +1.02%

  • PX1

    7.1300

    7934.17

    +0.09%

  • ISEQ

    32.2600

    9521.49

    +0.34%

  • OSEBX

    8.9900

    1275.14

    +0.71%

  • PSI20

    41.8700

    6199.59

    +0.68%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    76.7700

    2203.45

    +3.61%

  • N150

    25.7600

    3286.41

    +0.79%

Des orques se mettent à la pêche aux poissons... des pêcheurs
Des orques se mettent à la pêche aux poissons... des pêcheurs

Des orques se mettent à la pêche aux poissons... des pêcheurs

Une population d'orques de l'Océan indien austral s'est mise en quelques années à une forme de pêche opportuniste, la déprédation, en s'en prenant aux prises des flottes de pêche commerciale, selon une étude publiée mercredi.

Taille du texte:

Cette transition illustre la rapidité avec laquelle certaines espèces s'adaptent aux changements de leur environnement impliquant l'Homme.

Une équipe de chercheurs, affiliés notamment à l'Ifremer et au CNRS, a utilisé le suivi sur 18 ans, jusqu'en 2018, d'une population de deux espèces d'orques, endémiques aux eaux glacées des îles Crozet, un archipel des Terres australes et antarctiques françaises.

L'orque, un super-prédateur vivant jusqu'à plus de 80 ans, est aussi le plus fréquemment accusé de "déprédation" aux dépens des flottes de pêche, en se nourrissant directement de leurs prises avec des palangres, des lignes de traîne.

Un phénomène qui, dans les eaux australes et particulièrement à Crozet, a coïncidé avec le développement dans les années 1990 de la pêche à la palangre d'une espèce prisée des consommateurs, la légine australe.

L'étude, publiée dans Biology Letters, se base sur près de 120.000 photos d'épaulards, l'autre nom des orques, prises depuis les côtes ou directement depuis la flotte de sept bateaux de pêche autorisés à travailler sur la zone par la France.

On les distingue par la forme de leur nageoires et les taches blanches, oculaires et sur la nageoire dorsale, qui tranchent sur leur peau noire.

Leur technique de déprédation est imparable, comme en témoignent des films sous-marins. "L'orque vient +sucer+ le poisson, en laissant juste la tête, accrochée à l'hameçon", explique à l'AFP la biologiste de l'Ifremer Morgane Amelot, auteure principale de l'étude. Très habile, voire délicat, l'animal évite soigneusement de se blesser.

Mais il subit les représailles des pêcheurs, notamment illégaux, qui peuvent par exemple "utiliser des charges explosives pour se débarrasser des orques autour des bateaux", selon Morgane Amelot.

Dans les eaux policées de Crozet, où la chasse aux braconniers entamée au début des années 2000 a porté ses fruits, les chercheurs ont noté une très forte hausse du nombre d'épaulards "déprédateurs", passés d'une cinquantaine à près de 150 entre 2003 et 2018.

Ils ont observé que les orques dites régulières, qui chassaient d'ordinaire près des côtes, avaient rejoint par groupes la zone des chalutiers pêchant au large. Aujourd'hui, ces animaux "sont quasiment tous des déprédateurs, et on observe une accélération du processus de déprédation", remarque Morgane Amelot.

Plusieurs facteurs sont à l'œuvre. Les orques régulières sont des prédateurs généralistes, c'est-à-dire "mangeant à peu près tout ce qui passe" sous leur nez. Et par conséquent prompts à de nouvelles expériences gastronomiques.

Ensuite, l'animal a une organisation très sociale, avec des phénomènes de transmission et d'apprentissage qui favorisent l'échange de nouvelles techniques de pêche.

Enfin, l'épaulard est un animal très opportuniste. Les chercheurs supposent qu'en l'espèce il a saisi tout l'intérêt d'un accès facile à une source d'alimentation de choix et régulière: la légine australe, improprement appelé bar chilien, qui est un poisson gras des profondeurs.

"Ils ont accès à cette ressource à moindre coût", remarque Morgane Amelot, sans besoin de plonger profondément pour s'y repaître des plus gros individus. Il leur suffit d'attendre pour s'en saisir le "moment où on remonte les lignes de pêche"...

pcl/cel/ao

(G.Gruner--BBZ)