Berliner Boersenzeitung - Paquebot géant cherche client, un port allemand retient son souffle

EUR -
AED 3.979144
AFN 78.548246
ALL 103.840919
AMD 439.949015
ANG 1.952867
AOA 900.821845
ARS 907.316044
AUD 1.65273
AWG 1.950056
AZN 1.846021
BAM 1.957389
BBD 2.187906
BDT 118.928189
BGN 1.957868
BHD 0.408173
BIF 3104.922486
BMD 1.083364
BND 1.457003
BOB 7.487078
BRL 5.411952
BSD 1.083595
BTN 90.06458
BWP 14.956348
BYN 3.546128
BYR 21233.943033
BZD 2.184203
CAD 1.46108
CDF 2995.50307
CHF 0.954
CLF 0.038485
CLP 1061.918063
CNY 7.795245
COP 4293.719954
CRC 557.547453
CUC 1.083364
CUP 28.709158
CVE 110.774441
CZK 25.381175
DJF 192.535955
DKK 7.463136
DOP 63.706039
DZD 145.709719
EGP 33.418191
ERN 16.250467
ETB 61.416355
FJD 2.421541
FKP 0.85668
GBP 0.854456
GEL 2.871339
GGP 0.85668
GHS 13.406678
GIP 0.85668
GMD 72.883386
GNF 9311.517751
GTQ 8.467796
GYD 226.704031
HKD 8.474131
HNL 26.894565
HRK 7.616155
HTG 143.708648
HUF 389.502437
IDR 16894.14759
ILS 3.933859
IMP 0.85668
INR 89.791466
IQD 1419.207417
IRR 45536.519981
ISK 149.291754
JEP 0.85668
JMD 169.479925
JOD 0.768148
JPY 163.030141
KES 158.171589
KGS 96.885698
KHR 4420.127297
KMF 492.877068
KPW 975.01648
KRW 1441.958449
KWD 0.333464
KYD 0.903046
KZT 488.713489
LAK 22631.48354
LBP 97123.622467
LKR 336.908156
LRD 206.543844
LSL 20.790177
LTL 3.198894
LVL 0.655317
LYD 5.243896
MAD 10.894859
MDL 19.40157
MGA 4913.058113
MKD 61.670062
MMK 2275.505174
MNT 3688.132938
MOP 8.731708
MRU 43.064147
MUR 49.425405
MVR 16.687865
MWK 1823.302727
MXN 18.543087
MYR 5.175778
MZN 68.797685
NAD 20.790172
NGN 1740.967029
NIO 39.894937
NOK 11.48421
NPR 144.103649
NZD 1.748208
OMR 0.417043
PAB 1.083595
PEN 4.129248
PGK 4.035574
PHP 60.598032
PKR 303.04416
PLN 4.310957
PYG 7888.33068
QAR 3.943992
RON 4.981206
RSD 117.369578
RUB 100.81252
RWF 1381.289662
SAR 4.063217
SBD 9.209101
SCR 14.617878
SDG 651.102397
SEK 11.150978
SGD 1.455
SHP 1.371811
SLE 24.346941
SLL 21396.448066
SOS 619.146748
SRD 38.677235
STD 22423.456614
SVC 9.481828
SYP 14085.780506
SZL 20.790164
THB 38.925684
TJS 11.865232
TMT 3.802609
TND 3.383893
TOP 2.557069
TRY 33.387867
TTD 7.365115
TWD 34.252774
TZS 2762.579687
UAH 41.474585
UGX 4263.52002
USD 1.083364
UYU 42.384406
UZS 13582.685596
VEF 3923766.120604
VES 39.202867
VND 26694.099813
VUV 130.164436
WST 2.972175
XAF 656.499015
XAG 0.047222
XAU 0.000532
XCD 2.927847
XDR 0.817975
XOF 654.897702
XPF 119.331742
YER 271.220681
ZAR 20.863476
ZMK 9751.58389
ZMW 24.895209
ZWL 348.842908
  • AEX

    -2.5700

    854.97

    -0.3%

  • BEL20

    11.4600

    3707.48

    +0.31%

  • PX1

    55.3800

    7966.68

    +0.7%

  • ISEQ

    98.4900

    9660.86

    +1.03%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260.8

    -0.22%

  • PSI20

    42.7800

    6242.11

    +0.69%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    7.0800

    2291.87

    +0.31%

  • N150

    0.6500

    3268.76

    +0.02%

Paquebot géant cherche client, un port allemand retient son souffle
Paquebot géant cherche client, un port allemand retient son souffle

Paquebot géant cherche client, un port allemand retient son souffle

Un des plus gros bateaux de croisière du monde attend, inachevé, dans un hangar balayé par les vents. Il ne verra jamais la mer si les chantiers navals de Wismar, emblème du nord de l'Allemagne, ne trouvent pas de repreneur.

Taille du texte:

"Nous sommes des victimes classiques du Covid", déplore Carsten Haake, le PDG des chantiers de MV Werften, qui ont déposé le bilan début janvier.

Conséquence : la construction du "Global Dream", mastodonte qui doit devenir le premier navire au monde pouvant accueillir plus de 10.000 passagers et membres d'équipage, a été stoppée net.

Et c'est toute la ville portuaire des bords de la Baltique qui se demande de quoi son avenir sera fait.

Le sort de l'entreprise s'est joué à des milliers de kilomètres de là, en Asie, dans les bureaux de la société Genting HK, à la fois propriétaire de quatre chantiers navals en Allemagne -dont celui de Wismar-, et de la compagnie de croisière "Dream Cruises", à qui était destinée le bateau.

Spécialisé dans les casinos et les voyages, le groupe a fait faillite, terrassé par l'impact de la pandémie et abandonné par sa maison mère, le malaisien Genting.

L'Etat allemand, en raison d'un manque de garantie, a coupé les aides publiques.

Depuis, le grand paquebot blanc de 342 mètres de long -un peu plus long que la tour Eiffel-, agrémenté de dessins bariolés d'astronautes et de sirènes, espère un sauveur.

Le projet, au coût total évalué à 1,5 milliard d'euros, est achevé "à 75%", selon la direction, mais a besoin de 600 millions d'euros pour se poursuivre.

L'incertitude grandit chez les 2.000 salariés des chantiers de MV Werften des villes de Stralsund, Rostock et Wismar, tous situés en Poméranie occidentale, une ancienne région est-allemande.

- Compte à rebours -

Un administrateur judiciaire, Christoph Morgen a été nommé. Sa mission : trouver un repreneur, et, surtout, "un nouveau client" pour le Global Dream.

Mais le paquebot a été pensé dans un contexte de croissance folle pour le secteur de la croisière, brutalement stoppéee par la pandémie.

Désormais, même si des "investisseurs ont fait part de leur intérêt", selon Christoph Morgen, trouver un acquéreur à bon prix pour un tel géant semble difficile, alors que la crise sanitaire n'est pas terminée.

Le compte à rebours est lancé : l'administrateur n'a que jusqu'au 1er mars pour trouver une solution viable.

La situation est observée avec attention par les autorités locales, pour qui la faillite a été un "choc, comme dans l'ensemble de la ville", car "de nombreuses familles sont dépendantes de cette usine, des générations y ont travaillé", affirme à l'AFP le maire social-démocrate (SPD) de Wismar, Thomas Beyer.

Les chantiers sont intimement liés à l'histoire de la cité : construits après la Seconde guerre mondiale, ils ont d'abord été destinés à réparer les bateaux de l'Armée rouge soviétique, avant de se diversifier dans les années 50.

La chute du Mur de Berlin et l'effondrement de l'industrie est-allemande, trop peu compétitive pour une économie libéralisée, ont entraîné des licenciements massifs.

Privatisés au début des années 90, ils ont ensuite vu se succéder une dizaine de propriétaires, allemands et internationaux, mais ont survécu aux secousses. Jusqu'à la pandémie de coronavirus.

- "Pas Wismar"-

Sur la place centrale de Wismar, bordée de petits immeubles colorés typiques des cités hanséatiques, Heike Reimann, 67 ans, s'inquiète de la possible disparition d'une activité emblématique.

"Wismar, sans son chantier naval, ce n'est pas Wismar", déplore cette habitante dont le mari, Siegfried, a travaillé dix ans dans l'entreprise.

Si aucun repreneur maritime ne veut investir, il faudra se résoudre à reconvertir le site dans "l'éolien off-shore", ou "l'hydrogène", deux industries d'avenir pour la transition écologique, observe M. Morgen.

Une perspective qui intéresse certains habitants : "est-ce encore judicieux de construire de si gros bateaux, avec le réchauffement climatique ? ", s'interroge Christian Bünger, 63 ans, croisé sur le port.

Mais cette option serait une catastrophe sociale, selon les syndicats.

"Pour un projet différent, il faudra des salariés avec des qualifications différentes", affirme Henning Groskreutz, syndicaliste IG Metall.

A la mairie, on refuse également ce scénario. "Nous devons garder notre industrie maritime, elle nous colle à la peau", dit Thomas Beyer.

(F.Schuster--BBZ)