Berliner Boersenzeitung - L'embargo américain contre Cuba, 60 ans et de beaux jours devant lui

EUR -
AED 3.982855
AFN 78.614354
ALL 103.718911
AMD 440.407105
ANG 1.953726
AOA 901.1026
ARS 911.940346
AUD 1.656711
AWG 1.951846
AZN 1.844173
BAM 1.952746
BBD 2.188777
BDT 118.973915
BGN 1.955529
BHD 0.408718
BIF 3107.772816
BMD 1.084359
BND 1.456282
BOB 7.507189
BRL 5.350117
BSD 1.084005
BTN 89.801415
BWP 14.911265
BYN 3.547553
BYR 21253.435869
BZD 2.184992
CAD 1.467517
CDF 3003.67429
CHF 0.953428
CLF 0.03857
CLP 1064.276484
CNY 7.80565
COP 4263.385017
CRC 557.722533
CUC 1.084359
CUP 28.735513
CVE 110.604634
CZK 25.328678
DJF 192.712184
DKK 7.455405
DOP 63.678969
DZD 145.994872
EGP 33.509728
ERN 16.265385
ETB 61.499359
FJD 2.454445
FKP 0.85511
GBP 0.855245
GEL 2.884612
GGP 0.85511
GHS 13.635836
GIP 0.85511
GMD 73.620742
GNF 9322.770125
GTQ 8.460689
GYD 226.80317
HKD 8.484518
HNL 26.859809
HRK 7.623147
HTG 143.904921
HUF 391.030461
IDR 16979.001234
ILS 3.912682
IMP 0.85511
INR 89.943293
IQD 1420.510255
IRR 45589.173857
ISK 149.326765
JEP 0.85511
JMD 168.988675
JOD 0.768777
JPY 163.213386
KES 158.316366
KGS 96.974029
KHR 4424.184372
KMF 492.244605
KPW 975.917039
KRW 1443.704243
KWD 0.333647
KYD 0.903362
KZT 487.926594
LAK 22630.57214
LBP 97266.999522
LKR 336.659466
LRD 206.899849
LSL 20.6892
LTL 3.20183
LVL 0.655918
LYD 5.248604
MAD 10.91293
MDL 19.295642
MGA 4928.411228
MKD 61.606988
MMK 2276.444981
MNT 3689.831885
MOP 8.737054
MRU 43.298338
MUR 49.562695
MVR 16.694621
MWK 1824.975788
MXN 18.509902
MYR 5.160492
MZN 68.858812
NAD 20.689385
NGN 1712.289514
NIO 39.872134
NOK 11.423933
NPR 143.681945
NZD 1.757185
OMR 0.417402
PAB 1.08396
PEN 4.121595
PGK 4.038966
PHP 60.820634
PKR 303.081497
PLN 4.307185
PYG 7892.328221
QAR 3.947611
RON 4.968097
RSD 117.21269
RUB 99.815283
RWF 1400.449614
SAR 4.066694
SBD 9.190143
SCR 14.635796
SDG 651.699919
SEK 11.179123
SGD 1.457498
SHP 1.375238
SLE 24.405153
SLL 21416.090075
SOS 619.703898
SRD 38.281109
STD 22444.041427
SVC 9.484728
SYP 14098.617439
SZL 20.68984
THB 38.919744
TJS 11.880725
TMT 3.8061
TND 3.382929
TOP 2.561853
TRY 33.777132
TTD 7.358423
TWD 34.254592
TZS 2765.115945
UAH 41.498571
UGX 4262.333358
USD 1.084359
UYU 42.361789
UZS 13587.018265
VEF 3905976.95019
VES 39.064617
VND 26713.183297
VUV 130.086467
WST 2.952779
XAF 654.914541
XAG 0.048329
XAU 0.000534
XCD 2.930534
XDR 0.8168
XOF 654.376525
XPF 119.331742
YER 271.468859
ZAR 20.703018
ZMK 9760.533221
ZMW 25.149432
ZWL 349.163147
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

L'embargo américain contre Cuba, 60 ans et de beaux jours devant lui
L'embargo américain contre Cuba, 60 ans et de beaux jours devant lui

L'embargo américain contre Cuba, 60 ans et de beaux jours devant lui

En vigueur depuis 60 ans, l'embargo américain contre Cuba est devenu endémique, une réalité à laquelle ses habitants se sont tant bien que mal habitués, sans grand espoir de le voir levé ni allégé prochainement.

Taille du texte:

"Moi je sais que tout ça, c'est dû à la situation économique, au manque de produits, au blocus, à toutes ces choses", soupire Urbano Navarro, charpentier en retraite de 62 ans, dans une rue de La Havane où les files d'attente sont interminables face aux magasins.

L'imposition d'un embargo le 7 février 1962 répondait à un climat de confrontation croissante entre les deux pays voisins, qui culminera avec la crise des missiles en octobre de la même année, plongeant le monde au bord de la guerre nucléaire.

Il "est apparu comme un instrument dans cette guerre (...), un instrument stratégique et militaire", rappelle à l'AFP le politologue Rafael Hernandez.

En face, aucune concession n'a jamais été obtenue de La Havane, déterminée à être communiste "au nez et à la barbe de l'empire", comme disait Fidel Castro.

Et même si les temps ont changé, une récente conversation téléphonique entre les présidents cubain Miguel Diaz-Canel et russe Vladimir Poutine, qui ont dit vouloir renforcer leur "coopération stratégique", a rappelé les heures de la guerre froide.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov n'a d'ailleurs pas écarté un déploiement militaire à Cuba, si le conflit avec Washington autour de l'Ukraine dégénère.

La Havane s'appuie aussi sur le soutien de ses alliés comme la Chine, le Vietnam et un nombre croissant de gouvernements de gauche en Amérique latine.

- "Un virus" -

Il n'en reste pas moins que son développement économique est empêché par l'embargo. "Le blocus, c'est aussi un virus", clament les autorités depuis des mois, organisant des caravanes de voitures, vélos et motos à travers le pays pour dénoncer ces sanctions.

Aujourd'hui encore, ce sont "les intérêts géopolitiques" des Etats-Unis qui déterminent l'assouplissement de l'embargo ou son durcissement, explique Rafael Hernandez, qui souligne que Barack Obama est celui qui avait apporté la plus grande détente.

Mais personne n'avait à ce point durci les sanctions comme Donald Trump, qui a ajouté 243 mesures. Et malgré les promesses de campagne de Joe Biden, ce dernier n'a rien allégé.

Il a même prononcé de nouvelles sanctions contre des responsables cubains, fustigeant la "répression" des manifestations historiques du 11 juillet 2021.

Selon les analystes, le président démocrate espère une meilleure position de son camp à l'issue des élections de demi-mandat en octobre.

Toutefois les perspectives du scrutin "sont plutôt négatives, et dangereuses pour l'île" si les Républicains gagnent du terrain au Congrès, note une récente étude de Carlos Ciaño, du Centre de recherches en politique internationale, un institut de l'Etat cubain.

Le problème est que, pour l'administration Biden, "le calcul électoral pèse beaucoup plus que le devoir humanitaire", regrette James Buckwalter–Arias, de l'association Cubano-Américains pour l'engagement (Cafe).

- "Résistance créative" -

Récemment, le président Diaz-Canel a demandé aux Cubains de faire preuve de "résistance créative" face à l'embargo.

Mais difficile d'être créatif quand l'île traverse sa pire crise économique en 30 ans, avec une inflation de 70% et une pénurie aggravée d'aliments et de médicaments.

Pour les défenseurs du gouvernement, l'embargo est la cause de tous les maux. Ses détracteurs répliquent que les propres inefficacités et problèmes structurels de l'économie pèsent davantage.

"Il n'y a pas de blocus, juste un embargo partiel", affirme l'organisation d'opposition Cubadecide, dirigée depuis l'exil par Rosa Maria Paya.

"Le vrai blocus a été imposé par l'Etat cubain" et ne sera éliminé qu'à travers "une transition vers la démocratie représentative".

Depuis 2000, Cuba peut acheter aux Etats-Unis des aliments, désormais exemptés d'embargo. Entre 2015 et 2020, l'île a importé pour 1,5 milliard de dollars de nourriture - principalement du poulet - de son voisin.

Mais ces achats doivent être payés en avance et comptants, des conditions difficiles à remplir.

De manière générale, l'embargo est "contre-productif", estime Carlos Gutiérrez, Cubano-Américain qui fut secrétaire du Commerce aux Etats-Unis de 2005 à 2009: "absolument rien n'a été obtenu" de La Havane.

C'est "une politique très cynique" si l'objectif est de déclencher une explosion sociale, "que les gens sortent dans la rue faire couler le sang", dénonce-t-il, rappelant à l'inverse la "politique très astucieuse" d'ouverture d'Obama, qui avait apporté à Cuba "deux années très productives" en dopant le secteur privé.

(H.Schneide--BBZ)