Berliner Boersenzeitung - Mode contre tradition: à Oman, on ne plaisante pas avec la dishdasha

EUR -
AED 3.976817
AFN 79.63706
ALL 103.809202
AMD 438.726736
ANG 1.946373
AOA 900.281451
ARS 907.128497
AUD 1.652764
AWG 1.948889
AZN 1.837943
BAM 1.955973
BBD 2.180593
BDT 118.530507
BGN 1.955883
BHD 0.407925
BIF 3084.730717
BMD 1.082716
BND 1.452109
BOB 7.462662
BRL 5.344828
BSD 1.079996
BTN 89.613661
BWP 14.784311
BYN 3.533813
BYR 21221.233207
BZD 2.176993
CAD 1.460064
CDF 2988.296297
CHF 0.951513
CLF 0.038049
CLP 1049.887811
CNY 7.787864
COP 4249.876765
CRC 554.44915
CUC 1.082716
CUP 28.691973
CVE 110.274776
CZK 25.320936
DJF 192.317048
DKK 7.454305
DOP 63.265608
DZD 145.447863
EGP 33.45257
ERN 16.24074
ETB 61.237529
FJD 2.45016
FKP 0.857822
GBP 0.856602
GEL 2.863772
GGP 0.857822
GHS 13.521199
GIP 0.857822
GMD 73.297019
GNF 9282.908643
GTQ 8.423513
GYD 226.130046
HKD 8.467884
HNL 26.660363
HRK 7.611596
HTG 143.105329
HUF 387.296707
IDR 16940.174223
ILS 3.983437
IMP 0.857822
INR 89.811345
IQD 1414.79275
IRR 45506.552402
ISK 148.905894
JEP 0.857822
JMD 169.09499
JOD 0.767637
JPY 162.826436
KES 158.076429
KGS 96.826926
KHR 4402.430925
KMF 492.971757
KPW 974.42371
KRW 1442.004622
KWD 0.333173
KYD 0.89998
KZT 486.993171
LAK 22534.997669
LBP 96721.474108
LKR 336.469827
LRD 206.396799
LSL 20.527961
LTL 3.196979
LVL 0.654924
LYD 5.221463
MAD 10.904767
MDL 19.374718
MGA 4908.43512
MKD 61.630463
MMK 2268.001052
MNT 3684.138835
MOP 8.70117
MRU 43.037973
MUR 49.55302
MVR 16.670896
MWK 1818.061166
MXN 18.453597
MYR 5.188918
MZN 68.748069
NAD 20.528223
NGN 1739.188308
NIO 39.752422
NOK 11.343502
NPR 143.385711
NZD 1.749523
OMR 0.416775
PAB 1.079996
PEN 4.087668
PGK 4.114365
PHP 60.551434
PKR 301.858859
PLN 4.31825
PYG 7879.698515
QAR 3.941626
RON 4.976923
RSD 117.201834
RUB 99.615261
RWF 1376.922061
SAR 4.06031
SBD 9.215272
SCR 14.717398
SDG 650.712493
SEK 11.214165
SGD 1.454526
SHP 1.368013
SLE 24.697332
SLL 21383.64042
SOS 618.789764
SRD 38.648657
STD 22410.03479
SVC 9.449838
SYP 14077.255052
SZL 20.427811
THB 38.86755
TJS 11.831021
TMT 3.789506
TND 3.385669
TOP 2.55797
TRY 33.586873
TTD 7.33565
TWD 34.166732
TZS 2755.511919
UAH 41.724099
UGX 4204.372707
USD 1.082716
UYU 42.222573
UZS 13331.874002
VEF 3924146.723494
VES 39.248193
VND 26634.813107
VUV 130.080104
WST 2.967294
XAF 656.015154
XAG 0.047263
XAU 0.000534
XCD 2.926094
XDR 0.815272
XOF 656.015154
XPF 119.331742
YER 269.406776
ZAR 20.489856
ZMK 9745.742464
ZMW 24.651185
ZWL 348.634104
  • AEX

    -1.5300

    846.79

    -0.18%

  • BEL20

    8.4400

    3677.35

    +0.23%

  • PX1

    17.1500

    7812.09

    +0.22%

  • ISEQ

    76.4400

    9513.58

    +0.81%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260

    -0.22%

  • PSI20

    24.2800

    6250.49

    +0.39%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    5.2000

    2265.23

    +0.23%

  • N150

    10.3300

    3239.63

    +0.32%

Mode contre tradition: à Oman, on ne plaisante pas avec la dishdasha
Mode contre tradition: à Oman, on ne plaisante pas avec la dishdasha

Mode contre tradition: à Oman, on ne plaisante pas avec la dishdasha

Avec leur dishdasha nationale, les Omanais font look à part dans le Golfe.

Taille du texte:

Et le sultanat conservateur a décidé de sévir contre ceux qui voudraient changer le design de cette robe traditionnelle portée par les hommes.

Dans la région, les Saoudiens, les Emiratis ou encore les Koweïtiens arborent généralement des robes blanches très sobres et sont coiffés d'un keffieh.

Mais ces dernières années ont vu l'apparition de nouvelles tendances, en particulier chez les jeunes, ainsi que le développement de la production de cette robe à l'étranger. Le gouvernement a alors décidé de réagir.

Il est désormais "interdit d'importer ou de concevoir des vêtements" qui ne respectent pas les critères de fabrication du pays et qui portent ainsi atteinte à "l'identité omanaise", d'après un décret du ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Promotion des investissements, publié en janvier, en référence à la dishdasha.

Le non-respect du décret est puni d'une amende de 1.000 riyals (environ 2.300 euros), le double en cas de récidive.

Une peine similaire est appliquée pour le port ou la fabrication de chapeaux non conformes aux traditions, selon des médias locaux.

- Goûts et couleurs -

Selon le texte, les fabricants de dishdashas doivent utiliser principalement du coton, n'ajouter des broderies qu'autour du cou et sur les manches, ou encore réserver cet habit aux seuls hommes.

"Le tissu utilisé doit être d'une couleur unique", explique encore à l'AFP un responsable au sein du ministère, ajoutant que le blanc ou les couleurs sobres doivent être privilégiés.

Dans la capitale Mascate, de jeunes Omanais s'agacent d'une telle atteinte à leurs "libertés personnelles".

Mais dans un pays où les critiques publiques contre les autorités sont très rares, la plupart disent comprendre le gouvernement.

Pour Ouahib Al-Jadidi, 36 ans, cette décision "peut être bonne pour fixer certaines règles, mais elle entre en conflit avec la liberté personnelle".

"Certains hommes veulent porter des dishdashas qui correspondent à leurs goûts", confie à l'AFP ce jeune entrepreneur, qui regrette que la nouvelle loi les en "empêche".

Propriétaire d'un atelier et d'un magasin de dishdashas et d'accessoires pour hommes, Nabegh Al-Qarni estime lui que la robe nationale a subi trop "d'altérations".

"Parmi les plus importantes, il y a le raccourcissement de la dishdasha ou encore des inscriptions, des motifs et des broderies de trop grande taille", énumère cet Omanais de 35 ans. "On a aussi vu des couleurs inhabituelles", dit-il à l'AFP.

Selon Nabegh Al-Qarni, beaucoup d'Omanais rejettent certaines de ces nouveautés, "en particulier les personnes les plus âgées".

- Made in Oman -

Mais la dishdasha n'est pas seulement un "symbole du peuple omanais" et de son "patrimoine", elle revêt aussi une "grande importance économique", souligne auprès de l'AFP l'analyste Khalfan Al-Touqi.

Si elle n'est pas obligatoire, elle est cependant portée par la quasi-totalité des 1,4 million d'hommes omanais du pays.

Or, selon M. Touqi, de nombreux commerçants ont acheté des dishdashas à l'étranger, en particulier en Chine et en Inde, "ce qui a nui à l'identité et à l'économie d'Oman".

Les autorités ont d'ailleurs, estime-t-il, instauré les nouvelles mesures pour inciter les magasins à se fournir auprès d'usines locales tenues de respecter le décret.

Il s'agit, continue l'analyste, d'empêcher une situation dans laquelle "un produit omanais bénéficie aux pays étrangers au lieu de profiter au pays d'origine".

Les nouvelles régulations concernant la dishdasha surviennent dans un contexte difficile pour l'économie du sultanat. Celle-ci a été lourdement affectée par la chute des prix du pétrole ces dernières années, puis par l'impact du Covid-19 qui a notamment touché le secteur touristique dans ce pays prisé pour ses vallées pittoresques, ses eaux bleues et une faune marine exceptionnelle.

Sur fond de hausse du chômage, le gouvernement a pris diverses mesures destinées à attirer les investissements mais aussi à privilégier l'économie locale, en réservant de nombreux emplois et secteurs d'activité aux seuls ressortissants omanais, les étrangers représentant près de 40% des 4,5 millions d'habitants.

(L.Kaufmann--BBZ)