Berliner Boersenzeitung - À Fessenheim, l'amertume d'un territoire qui voulait croire au nucléaire

EUR -
AED 3.974725
AFN 78.462004
ALL 103.726906
AMD 439.46597
ANG 1.950723
AOA 899.832783
ARS 907.890647
AUD 1.649181
AWG 1.947915
AZN 1.843994
BAM 1.95524
BBD 2.185504
BDT 118.797611
BGN 1.955669
BHD 0.407809
BIF 3101.513422
BMD 1.082175
BND 1.455403
BOB 7.478857
BRL 5.405144
BSD 1.082405
BTN 89.965693
BWP 14.939927
BYN 3.542234
BYR 21210.629122
BZD 2.181805
CAD 1.461353
CDF 2992.214143
CHF 0.953725
CLF 0.038443
CLP 1060.752125
CNY 7.787227
COP 4288.929891
CRC 556.935291
CUC 1.082175
CUP 28.677636
CVE 110.652816
CZK 25.355147
DJF 192.324559
DKK 7.454173
DOP 63.636093
DZD 145.549356
EGP 33.437263
ERN 16.232624
ETB 61.348923
FJD 2.419423
FKP 0.855739
GBP 0.854273
GEL 2.868187
GGP 0.855739
GHS 13.391958
GIP 0.855739
GMD 72.803363
GNF 9301.294125
GTQ 8.458498
GYD 226.45512
HKD 8.467641
HNL 26.865036
HRK 7.607793
HTG 143.550862
HUF 388.999029
IDR 16877.005405
ILS 3.928732
IMP 0.855739
INR 89.67454
IQD 1417.649191
IRR 45486.522938
ISK 149.113305
JEP 0.855739
JMD 169.293844
JOD 0.767305
JPY 162.871702
KES 157.997923
KGS 96.779322
KHR 4415.274197
KMF 492.335911
KPW 973.945956
KRW 1439.785123
KWD 0.333098
KYD 0.902054
KZT 488.176903
LAK 22606.635192
LBP 97016.985113
LKR 336.538246
LRD 206.317068
LSL 20.76735
LTL 3.195382
LVL 0.654597
LYD 5.238139
MAD 10.882897
MDL 19.380268
MGA 4907.663797
MKD 61.602351
MMK 2273.006772
MNT 3684.083534
MOP 8.722121
MRU 43.016865
MUR 49.371139
MVR 16.669543
MWK 1821.300823
MXN 18.524713
MYR 5.170095
MZN 68.722148
NAD 20.767346
NGN 1739.055525
NIO 39.851135
NOK 11.398868
NPR 143.945429
NZD 1.746614
OMR 0.41659
PAB 1.082405
PEN 4.124714
PGK 4.031143
PHP 60.540155
PKR 302.711431
PLN 4.305729
PYG 7879.669649
QAR 3.939662
RON 4.975087
RSD 117.19526
RUB 100.701832
RWF 1379.773068
SAR 4.0587
SBD 9.19899
SCR 14.761269
SDG 650.387516
SEK 11.170124
SGD 1.453459
SHP 1.370304
SLE 24.320209
SLL 21372.955732
SOS 618.466952
SRD 38.634769
STD 22398.836671
SVC 9.471418
SYP 14070.314955
SZL 20.767337
THB 38.913392
TJS 11.852204
TMT 3.798434
TND 3.380178
TOP 2.554262
TRY 33.306916
TTD 7.357028
TWD 34.197274
TZS 2759.546499
UAH 41.429048
UGX 4258.838868
USD 1.082175
UYU 42.33787
UZS 13567.77242
VEF 3919458.002514
VES 39.159824
VND 26664.790897
VUV 130.021521
WST 2.968912
XAF 655.778208
XAG 0.047199
XAU 0.000531
XCD 2.924632
XDR 0.817077
XOF 654.178653
XPF 119.331742
YER 270.922893
ZAR 20.86477
ZMK 9740.877091
ZMW 24.867875
ZWL 348.459894
  • AEX

    -2.5700

    854.97

    -0.3%

  • BEL20

    11.4600

    3707.48

    +0.31%

  • PX1

    55.3800

    7966.68

    +0.7%

  • ISEQ

    98.4900

    9660.86

    +1.03%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260.8

    -0.22%

  • PSI20

    42.7800

    6242.11

    +0.69%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    7.0800

    2291.87

    +0.31%

  • N150

    0.6500

    3268.76

    +0.02%

À Fessenheim, l'amertume d'un territoire qui voulait croire au nucléaire
À Fessenheim, l'amertume d'un territoire qui voulait croire au nucléaire

À Fessenheim, l'amertume d'un territoire qui voulait croire au nucléaire

Bientôt deux ans après l'arrêt de la centrale nucléaire, le territoire de Fessenheim (Haut-Rhin) aborde la campagne présidentielle avec une vive rancœur contre l'Etat, accusé d'avoir imposé une décision "politique", "absurde", et de ne pas avoir respecté ses promesses de compensations.

Taille du texte:

"Ici, on n'a pas peur de la centrale, on a grandi avec". A 45 ans, Sophie Wendling se souvient avec nostalgie de l'époque où "on partait en vacances avec EDF", grâce au comité d'entreprise de l'énergéticien, et ses généreuses subventions.

"Maintenant c'est fini, nos enfants ne connaîtront jamais tout ça", déplore cette coiffeuse de 45 ans à la permanente impeccable qui ne comprend toujours pas le démantèlement programmé par l'exécutif, qui a invoqué des "coûts prohibitifs" pour remettre en état la plus ancienne centrale du pays installée sur la plus grande nappe phréatique d'Europe. "Aujourd'hui, la France doit racheter de l'électricité à l'étranger, plus chère, alors qu'on avait la capacité de la produire ici", assure-t-elle.

Alors, à la prochaine élection présidentielle, hors de question de soutenir un candidat antinucléaire qui invoque les dangers de l'atome comme l'accident de Fukushima: "On veut rouler à l'électrique, mais on ne pourrait plus produire d'électricité ? C'est irréaliste".

Sur ce territoire où l'extrême droite fait régulièrement des scores élevés, la politique énergétique est un élément déterminant du vote. A Fessenheim en 2017, Marine Le Pen, opposée à la fermeture de la centrale, avait terminé en tête aux deux tours, quand Emmanuel Macron arrivait seulement troisième, derrière François Fillon et talonné par Nicolas Dupont-Aignan, deux ardents pro-nucléaires.

A en croire les affiches électorales collées dans la ville, toutes en faveur de la candidate du Rassemblement National, des résultats similaires sont à prévoir en avril. Marine Le Pen a d'ailleurs affirmé son souhait de "rouvrir Fessenheim" si elle entrait à l'Elysée.

- "Pas des moutons" -

Mais cette promesse, largement commentée ailleurs, agace localement: les habitants ont vu les convois exceptionnels évacuer les gigantesques rotors des turbo-alternateurs de la centrale et n'ont plus vraiment espoir de les voir revenir.

"On n'est pas des moutons, c'est pas parce qu'elle dit ça qu'on va voter pour elle, on réfléchit par nous-mêmes", raille Bilal Morchid, gérant du restaurant l'Eclipse, sur la commune voisine de Rumersheim-le-Haut.

A 48 ans, il a beaucoup perdu avec le départ des salariés d'EDF et des prestataires. "Ca a été un coup de genou dans l'estomac. C'était 90% de nos clients le midi. On les appelait par leur prénom, l'ambiance était belle. Quand ils ont dit +c'est notre dernier repas+, ça nous a fait bizarre". Aujourd'hui, son établissement est en vente et il tente de développer un nouveau projet. "On survit. Si on n'avance pas, on est mort".

L'impact économique local de la fermeture de la centrale demeure toutefois limité. Avec les départs de 370 agents EDF (50% des effectifs), c'est une manne de 5 millions d'euros annuels qui n'est plus dépensée dans les commerces, selon une étude de la région. Mais les aides liées à la pandémie ont globalement permis de limiter les dégâts.

Et si Fessenheim a perdu une centaine d'habitants en 2020, sur 2.400, les 70 nouveaux logements du "Jardin des poètes", un lotissement flambant neuf, ont rapidement trouvé preneur. Un nouveau quartier doit aussi voir le jour, dans un ou deux ans.

"Le village se développe malgré tout, nous avons beaucoup d'interactions avec l'Allemagne", souligne Dominique Schelcher, le directeur du Super U de la commune, par ailleurs le PDG du groupe. "J'ai toujours cru en ce territoire. D'ailleurs, j'investis 5 millions d'euros pour agrandir le magasin".

Les promesses des politiques n'ont pas été tenues, déplore-t-il toutefois. "Il devait y avoir autant de nouveaux emplois que de postes supprimés à la centrale. Il n'y en a pas un seul".

La relève tarde. Dans le périmètre de la centrale, un projet de technocentre d'EDF, s'il se concrétise, ne sera pas mis en service avant 2031, tandis que la nouvelle zone industrielle EcoRhena en est encore au stade de l'enquête publique.

- "Ping pong" électoral -

"On est laissés pour compte", résume le maire, Claude Brender. Lui voudrait que Fessenheim devienne un site d'expérimentation des petits réacteurs modulaires. "On a déjà les infrastructures, le foncier, et une population sensibilisée à l'atome", plaide-t-il.

Surtout, il réclame une politique énergétique pensée "sur le long terme", plutôt que l'actuel "ping-pong à chaque élection".

"Ca fait 15 ans que Fessenheim est un enjeu électoral", fulmine-t-il. Désabusé par les têtes d'affiches, il compte apporter son parrainage à l'entrepreneur Rafik Smati, candidat pour le mouvement "Objectif France", après avoir été sollicité de toutes parts, en dernier lieu par Eric Zemmour venu jeudi à sa rencontre.

Il y a tout de même un dossier que les élus locaux voudraient voir boucler avant la présidentielle: la fiscalité. L'arrêt de la production nucléaire entraîne la perte de 6,3 millions d'euros de recettes fiscales annuelles pour la communauté de communes. Celle-ci bataille donc pour ne plus avoir à verser 2,9 millions chaque année à l'Etat, comme au bon temps de la centrale.

(A.Berg--BBZ)