Berliner Boersenzeitung - Feu vert de Rome à la privatisation de la nouvelle Alitalia

EUR -
AED 3.916271
AFN 76.716892
ALL 101.25829
AMD 419.966182
ANG 1.920575
AOA 892.509968
ARS 926.009653
AUD 1.654966
AWG 1.919376
AZN 1.813754
BAM 1.957507
BBD 2.151656
BDT 116.951974
BGN 1.954472
BHD 0.40185
BIF 3053.791334
BMD 1.06632
BND 1.451679
BOB 7.379434
BRL 5.576947
BSD 1.065619
BTN 88.956964
BWP 14.800905
BYN 3.487408
BYR 20899.867243
BZD 2.148053
CAD 1.463391
CDF 2991.026809
CHF 0.972015
CLF 0.037065
CLP 1022.749847
CNY 7.723247
CNH 7.733852
COP 4173.970068
CRC 535.166628
CUC 1.06632
CUP 28.257474
CVE 110.361227
CZK 25.249389
DJF 189.763681
DKK 7.460938
DOP 62.884831
DZD 143.519178
EGP 51.456318
ERN 15.994796
ETB 60.549495
FJD 2.427956
FKP 0.856001
GBP 0.861117
GEL 2.84172
GGP 0.856001
GHS 14.333498
GIP 0.856001
GMD 72.402015
GNF 9161.073738
GTQ 8.288227
GYD 222.954401
HKD 8.352323
HNL 26.30894
HRK 7.549715
HTG 141.363922
HUF 394.309064
IDR 17289.201913
ILS 4.006485
IMP 0.856001
INR 88.9533
IQD 1396.004128
IRR 44852.073727
ISK 150.489513
JEP 0.856001
JMD 166.084815
JOD 0.755702
JPY 164.948469
KES 140.135807
KGS 94.920049
KHR 4330.796463
KMF 493.252807
KPW 959.688155
KRW 1473.531301
KWD 0.328821
KYD 0.888066
KZT 475.490135
LAK 22722.599446
LBP 95428.412063
LKR 321.847611
LRD 206.010572
LSL 20.41999
LTL 3.148565
LVL 0.645006
LYD 5.199485
MAD 10.795613
MDL 19.085462
MGA 4698.096416
MKD 61.603714
MMK 2237.830247
MNT 3678.803532
MOP 8.597597
MRU 42.336213
MUR 49.615438
MVR 16.474824
MWK 1847.21064
MXN 18.178033
MYR 5.101301
MZN 67.71879
NAD 20.420003
NGN 1147.093506
NIO 39.224569
NOK 11.735403
NPR 142.331103
NZD 1.801286
OMR 0.410512
PAB 1.065629
PEN 3.976067
PGK 4.049531
PHP 61.297926
PKR 296.57159
PLN 4.306643
PYG 7883.800196
QAR 3.881935
RON 4.97577
RSD 117.24583
RUB 100.124642
RWF 1374.098119
SAR 4.000193
SBD 8.999921
SCR 15.343666
SDG 624.863694
SEK 11.628612
SGD 1.45165
SHP 1.347242
SLE 24.36253
SLL 22360.196058
SOS 609.405733
SRD 36.816798
STD 22070.666085
SVC 9.324042
SYP 2679.160774
SZL 20.486863
THB 39.439432
TJS 11.642251
TMT 3.742782
TND 3.359964
TOP 2.550264
TRY 34.772597
TTD 7.236242
TWD 34.780684
TZS 2750.416122
UAH 42.428295
UGX 4060.540511
USD 1.06632
UYU 40.915676
UZS 13530.797923
VEF 3862799.339345
VES 38.703859
VND 27137.837823
VUV 126.595654
WST 2.989543
XAF 656.529448
XAG 0.037725
XAU 0.00045
XCD 2.881782
XDR 0.809206
XOF 656.523286
XPF 119.331742
YER 266.952954
ZAR 20.333327
ZMK 9598.155169
ZMW 27.3606
ZWL 343.354527
  • AEX

    -5.3700

    860.01

    -0.62%

  • BEL20

    1.1500

    3827.75

    +0.03%

  • PX1

    -0.8000

    8022.41

    -0.01%

  • ISEQ

    -10.9400

    9931

    -0.11%

  • OSEBX

    -1.3400

    1341.22

    -0.1%

  • PSI20

    -32.2700

    6295.12

    -0.51%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    -17.7000

    3322.2

    -0.53%

Feu vert de Rome à la privatisation de la nouvelle Alitalia
Feu vert de Rome à la privatisation de la nouvelle Alitalia

Feu vert de Rome à la privatisation de la nouvelle Alitalia

Après moult tentatives de Rome de se défaire d'Alitalia, qui a plombé les comptes publics, le gouvernement de Mario Draghi a ouvert vendredi la voie à la privatisation de la jeune pousse née de ses cendres, ITA Airways.

Taille du texte:

Premiers prétendants sur les rangs, le géant du transport maritime MSC et son allié Lufthansa avaient manifesté leur intérêt dès janvier, deux ans après un projet avorté de la compagnie allemande de s'emparer d'Alitalia.

Le gouvernement a présenté en conseil des ministres "un décret permettant de commencer le processus de recherche de partenaires pour ITA Airways", en vue d'une "offre publique ou une vente directe", a annoncé le ministre de l'Economie Daniele Franco.

Rome a décidé d'ouvrir le processus de vente à tous les repreneurs potentiels, sans accorder à MSC et Lufthansa la "période de 90 jours d'exclusivité" qu'ils avaient demandée.

"Nous prévoyons que, dans une première phase, le gouvernement conservera une part minoritaire et non de contrôle, qui pourra être vendue ultérieurement", a précisé M. Franco.

MSC avait justement proposé de racheter "la majorité" du capital d'ITA Airways et demandé que le gouvernement "conserve une participation minoritaire".

La valeur d'entreprise d'ITA Airways est estimée par les experts entre 1,2 et 1,4 milliard d'euros.

Une cession d'ITA Airways serait un succès majeur pour le gouvernement, car au fil des années, l'État italien a dû débourser plus de 13 milliards d'euros pour tenter de remettre à flot la compagnie nationale.

Mais rien n'y a fait: Alitalia, placée sous administration publique en 2017, a accumulé des pertes de 11,4 milliards d'euros entre 2000 et 2020 avant de mettre la clef sous la porte.

Sa dérive inexorable a été exacerbée par la pandémie de Covid-19, qui a cloué au sol les compagnies aériennes du monde entier.

ITA Airways, qui a pris son envol le 15 octobre 2021, est à la recherche de partenaires afin de se renforcer surtout dans le long-courrier.

- Argent du contribuable-

"Une cession à MSC et Lufthansa pourrait être le dernier chapitre d'une histoire qui a déjà coûté trop d'argent au contribuable", a déclaré à l'AFP Andrea Giuricin, économiste des transports à l'université Bicocca de Milan.

Une alliance avec Lufthansa pourrait selon lui permettre à ITA Airways de développer son fort potentiel pour des vols en Amérique du Sud.

"ITA Airways ne pourra pas survivre seule, sans le soutien d'une grande compagnie européenne. Pendant les deux premiers mois et demi de son existence, elle a perdu 135 euros par passager transporté", fait valoir M. Giuricin.

Elle a essuyé une perte opérationnelle de 170 millions d'euros l'an dernier, transportant 1,26 million de passagers entre la mi-octobre et fin 2021.

L'armateur italo-suisse MSC compte, lui, sur des synergies dans le fret et le transport de passagers. Le groupe dirigé par la famille Aponte, dont fait partie MSC Croisières, est numéro un mondial du fret maritime.

MSC a profité de la flambée des prix du fret et de la forte demande que connaît le transport maritime mondial depuis mi-2020, une fois dépassé le choc initial de la pandémie.

- Concurrence des low cost -

ITA Airways n'est pas sa seule cible, MSC ayant proposé en décembre au groupe français Bolloré de lui racheter ses activités de logistique en Afrique.

Grâce à des alliés de taille, ITA Airways pourra "mieux résister à la concurrence des compagnies à bas coûts", a expliqué M. Giuricin.

La part de marché de son ancêtre Alitalia sur les lignes internationales au départ et à l'arrivée d'Italie était limitée à 7,7% en 2020, loin derrière Ryanair (29,5%), Easyjet et Lufthansa.

Le bouillant PDG de Ryanair Michael O'Leary a assuré mercredi à la presse italienne "n'avoir jamais eu peur" d'ITA Airways, qui finirait comme "compagnie low cost de Lufthansa".

En guise de réponse, ITA s'est offert des pages de pub dans les journaux pour l'inviter à prendre place à bord d'un de ses vols pour "pouvoir enfin vivre cette expérience dont il n'a probablement pu que rêver, car très différente des low cost".

(F.Schuster--BBZ)