Berliner Boersenzeitung - Brésil: des chauffeurs VTC sous-payés créent leur propre application

EUR -
AED 3.924795
AFN 76.779439
ALL 100.676353
AMD 416.181319
ANG 1.915695
AOA 893.334415
ARS 932.595596
AUD 1.642197
AWG 1.923446
AZN 1.812806
BAM 1.951492
BBD 2.146651
BDT 116.682434
BGN 1.954643
BHD 0.402842
BIF 3047.130971
BMD 1.068581
BND 1.449081
BOB 7.346783
BRL 5.484283
BSD 1.063138
BTN 88.629359
BWP 14.766198
BYN 3.479303
BYR 20944.191663
BZD 2.143059
CAD 1.461541
CDF 2997.370351
CHF 0.977004
CLF 0.036933
CLP 1019.109964
CNY 7.743045
CNH 7.762532
COP 4172.756185
CRC 533.514827
CUC 1.068581
CUP 28.317402
CVE 110.022136
CZK 25.2448
DJF 189.321205
DKK 7.458059
DOP 62.571002
DZD 143.876339
EGP 51.187215
ERN 16.028718
ETB 60.533329
FJD 2.450417
FKP 0.857816
GBP 0.859738
GEL 2.858508
GGP 0.857816
GHS 14.342341
GIP 0.857816
GMD 72.583378
GNF 9138.698897
GTQ 8.265754
GYD 222.429009
HKD 8.369288
HNL 26.240919
HRK 7.565726
HTG 140.867072
HUF 393.55899
IDR 17273.241212
ILS 4.014986
IMP 0.857816
INR 89.039105
IQD 1392.719186
IRR 44960.553806
ISK 150.327814
JEP 0.857816
JMD 165.382432
JOD 0.75741
JPY 165.506108
KES 143.727094
KGS 94.94408
KHR 4318.427065
KMF 493.818059
KPW 961.723461
KRW 1466.900162
KWD 0.329176
KYD 0.88594
KZT 471.995905
LAK 22675.839111
LBP 95205.996222
LKR 319.213872
LRD 206.452821
LSL 20.484757
LTL 3.155243
LVL 0.646374
LYD 5.18952
MAD 10.785891
MDL 18.956068
MGA 4712.531378
MKD 61.472298
MMK 2232.640316
MNT 3686.605535
MOP 8.581417
MRU 42.43345
MUR 49.615163
MVR 16.520222
MWK 1842.470832
MXN 18.137168
MYR 5.105146
MZN 67.858714
NAD 20.484899
NGN 1346.945816
NIO 39.133068
NOK 11.685046
NPR 141.804988
NZD 1.799218
OMR 0.411362
PAB 1.063153
PEN 3.933417
PGK 4.041023
PHP 61.507244
PKR 296.326727
PLN 4.317926
PYG 7888.549855
QAR 3.890273
RON 4.97637
RSD 117.188103
RUB 100.200936
RWF 1371.103964
SAR 4.007986
SBD 9.13384
SCR 14.656868
SDG 626.188766
SEK 11.594202
SGD 1.454125
SHP 1.350099
SLE 24.414198
SLL 22407.617542
SOS 610.691465
SRD 36.805678
STD 22117.473534
SVC 9.302422
SYP 2684.842736
SZL 20.453564
THB 39.544453
TJS 11.620395
TMT 3.740034
TND 3.371398
TOP 2.553214
TRY 34.72611
TTD 7.21504
TWD 34.813201
TZS 2772.968258
UAH 42.086108
UGX 4057.044455
USD 1.068581
UYU 40.959586
UZS 13514.105646
VEF 3870991.56072
VES 38.791317
VND 27144.634118
VUV 126.864138
WST 2.995883
XAF 654.383908
XAG 0.039266
XAU 0.000461
XCD 2.887894
XDR 0.808803
XOF 654.50917
XPF 119.331742
YER 267.545979
ZAR 20.459858
ZMK 9618.514712
ZMW 27.509147
ZWL 344.082713
  • AEX

    5.9500

    880.74

    +0.68%

  • BEL20

    16.3400

    3907.19

    +0.42%

  • PX1

    32.4200

    8138.27

    +0.4%

  • ISEQ

    -53.3500

    10013.33

    -0.53%

  • OSEBX

    12.8600

    1352.61

    +0.96%

  • PSI20

    -38.9000

    6554.28

    -0.59%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    60.5800

    2093.61

    +2.98%

  • N150

    5.0500

    3374.83

    +0.15%

Brésil: des chauffeurs VTC sous-payés créent leur propre application
Brésil: des chauffeurs VTC sous-payés créent leur propre application

Brésil: des chauffeurs VTC sous-payés créent leur propre application

"Je me suis mis aux maths!", lance Valmir, chauffeur VTC brésilien contraint à faire de savants calculs pour voir si la course qui apparaît sur son application est rentable ou non.

Taille du texte:

"Avec la hausse du prix des carburants et les tarifs qui ne suivent pas, il faut savoir compter vite pour bien choisir les courses", explique ce taxi de 56 ans de Sao Paulo, la plus grande métropole d'Amérique Latine, qui travaille pour des applications de transport depuis trois ans. Il a préféré ne pas révéler son nom de famille.

Au total, ils sont quelque 150.000 chauffeurs comme lui dans cette mégalopole de 12 millions d'habitants.

Lassés des marges trop faibles quand ils travaillent pour des géants comme Uber ou 99, certains d'entre eux se sont regroupés pour lancer leur propre plateforme alternative, "Me Busca" (Viens me chercher). Selon eux, il s'agit de la première initiative de ce type en Amérique Latine.

"Nous voulons offrir aux chauffeurs ce dont ils sont privés par les grandes entreprises: de meilleures rémunérations, de meilleures conditions de travail et de sécurité", explique à l'AFP Eduardo Lima, président de l'Ammasp, association de défense de professionnels du secteur à l'origine du projet de nouvelle application.

Avant même son lancement officiel à Sao Paulo, prévu pour mars, "Me Busca" compte déjà plusieurs milliers de chauffeurs adhérents et pourrait s'étendre à d'autres régions du pays.

- Inflation -

Au Brésil, le prix des carburants a augmenté de 49% en 2021, de quoi augmenter considérablement les dépenses des chauffeurs, touchés également par la hausse des coûts d'entretien des véhicules (+11%).

Raniel de Queiroz, 42 ans, est employé d'une entreprise de technologie. Mais dès 18 heures, après son travail, il se met au volant de sa voiture pendant huit heures pour arrondir ses fins de mois.

"Mon salaire n'a pas suivi l'inflation, et conduire est la meilleure façon de compenser" la baisse de pouvoir d'achat, explique à l'AFP ce père de famille qui dort peu.

Face à la hausse du prix des carburants, il a dû installer dans sa voiture une bonbonne de gaz naturel, bien moins cher que l'essence, pour augmenter sa marge.

Même si les tarifs des grandes applications ont augmenté de 60,5% en 2021 à Sao Paulo, Valmir a toujours du mal à joindre les deux bouts.

"Je travaille plus qu'avant, 12 à 13 heures par jour, pour gagner autant qu'avant", déplore ce chauffeur qui gagne entre 250 et 300 réais bruts par jour (42 à 51 euros).

- Bras de fer -

Les applications "offrent de faibles rémunérations, profitant du chômage au Brésil", dit Marlon Luz, conseiller municipal de Sao Paulo qui défend les chauffeurs.

Le Brésil compte plus de 12 millions de chômeurs. Le taux de chômage, qui a atteint 14,9% au troisième trimestre 2020, au plus fort de la pandémie, est actuellement de 11,6%, mais avec des emplois plus précaires et des salaires moins élevés.

Les plateformes de transport "prélèvent de 14% à 40%" du tarif payé par les usagers, selon Eduardo Lima.

"Me Busca", en revanche, s'engage "à maintenir un pourcentage fixe, qui permettra aux chauffeurs de gagner en moyenne environ 2.000 réais (environ 340 euros) supplémentaires par mois", assure-t-il.

Uber, qui est arrivé au Brésil en 2014 et compte environ 1 million de chauffeurs et livreurs, prélève un pourcentage variable sur chaque course depuis 2018. Auparavant, il était fixe, de 25%.

Le chauffeur "va toujours gagner la plus grande partie du tarif payé par l'usager", a assuré Uber à l'AFP.

La compagnie américaine explique que l'augmentation de la demande a causé un "déséquilibre temporaire dans le marché", qu'elle tente de résorber avec un système de prix dynamiques pour éviter les annulations de courses trop fréquentes.

La plateforme 99, entreprise brésilienne financée par des investisseurs chinois, dit avoir augmenté "entre 10 à 25%" les rémunérations en 2021, sans compter une hausse de la course de 8% par kilomètre à partir de cette année à Sao Paulo.

Mais les chauffeurs ne décolèrent pas. "J'espère que la nouvelle application va bien marcher. Si c'est le cas, les grandes entreprises vont regretter de ne pas nous avoir écoutés", conclut Raniel de Queiroz.

(A.Lehmann--BBZ)