Berliner Boersenzeitung - Avec ses films engagés, le cinéma africain se fraye une place à la Berlinale

EUR -
AED 3.917574
AFN 76.742265
ALL 101.29178
AMD 420.105081
ANG 1.92121
AOA 892.804731
ARS 929.329717
AUD 1.657623
AWG 1.92001
AZN 1.816187
BAM 1.958154
BBD 2.152368
BDT 116.990655
BGN 1.955332
BHD 0.402084
BIF 3054.801347
BMD 1.066672
BND 1.45216
BOB 7.381875
BRL 5.578792
BSD 1.065972
BTN 88.986386
BWP 14.805801
BYN 3.488562
BYR 20906.779677
BZD 2.148763
CAD 1.463832
CDF 2992.016024
CHF 0.972162
CLF 0.037078
CLP 1023.088489
CNY 7.726016
CNH 7.73426
COP 4175.35057
CRC 535.34363
CUC 1.066672
CUP 28.266819
CVE 110.397728
CZK 25.241948
DJF 189.826444
DKK 7.461251
DOP 62.90563
DZD 143.564975
EGP 51.700554
ERN 16.000086
ETB 60.569521
FJD 2.425453
FKP 0.856284
GBP 0.861301
GEL 2.842664
GGP 0.856284
GHS 14.338238
GIP 0.856284
GMD 72.424532
GNF 9164.103676
GTQ 8.290968
GYD 223.028141
HKD 8.3558
HNL 26.317641
HRK 7.552212
HTG 141.410677
HUF 394.073061
IDR 17306.173547
ILS 4.013195
IMP 0.856284
INR 88.973868
IQD 1396.465843
IRR 44866.909047
ISK 150.529045
JEP 0.856284
JMD 166.139745
JOD 0.756058
JPY 165.078133
KES 140.182376
KGS 94.951448
KHR 4332.228833
KMF 493.415969
KPW 960.005563
KRW 1471.39991
KWD 0.32875
KYD 0.88836
KZT 475.647399
LAK 22730.114731
LBP 95459.974109
LKR 321.954059
LRD 206.081336
LSL 20.427026
LTL 3.149606
LVL 0.645219
LYD 5.201205
MAD 10.799184
MDL 19.091775
MGA 4699.650267
MKD 61.627851
MMK 2238.570388
MNT 3680.020261
MOP 8.60044
MRU 42.349126
MUR 49.632536
MVR 16.479962
MWK 1847.821588
MXN 18.165745
MYR 5.104038
MZN 67.733315
NAD 20.426585
NGN 1147.472663
NIO 39.237542
NOK 11.746518
NPR 142.378178
NZD 1.804815
OMR 0.410627
PAB 1.065982
PEN 3.977382
PGK 4.05087
PHP 61.324048
PKR 296.669678
PLN 4.304531
PYG 7886.407688
QAR 3.88322
RON 4.976031
RSD 117.150557
RUB 100.153469
RWF 1374.552589
SAR 4.001304
SBD 9.002898
SCR 15.048606
SDG 625.070171
SEK 11.63521
SGD 1.45205
SHP 1.347687
SLE 24.370588
SLL 22367.591482
SOS 609.603536
SRD 36.829027
STD 22077.965749
SVC 9.327126
SYP 2680.046881
SZL 20.493639
THB 39.434593
TJS 11.646102
TMT 3.74402
TND 3.361051
TOP 2.55356
TRY 34.783013
TTD 7.238635
TWD 34.819176
TZS 2752.014554
UAH 42.442327
UGX 4061.883497
USD 1.066672
UYU 40.929208
UZS 13535.273106
VEF 3864076.923726
VES 38.71666
VND 27147.346743
VUV 126.637525
WST 2.990532
XAF 656.746589
XAG 0.038311
XAU 0.000451
XCD 2.882736
XDR 0.809473
XOF 656.740425
XPF 119.331742
YER 267.041519
ZAR 20.358542
ZMK 9601.3306
ZMW 27.369649
ZWL 343.468088
  • AEX

    -5.3700

    860.01

    -0.62%

  • BEL20

    1.1500

    3827.75

    +0.03%

  • PX1

    -0.8000

    8022.41

    -0.01%

  • ISEQ

    -10.9400

    9931

    -0.11%

  • OSEBX

    -1.3400

    1341.22

    -0.1%

  • PSI20

    -32.2700

    6295.12

    -0.51%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    -17.7000

    3322.2

    -0.53%

Avec ses films engagés, le cinéma africain se fraye une place à la Berlinale
Avec ses films engagés, le cinéma africain se fraye une place à la Berlinale

Avec ses films engagés, le cinéma africain se fraye une place à la Berlinale

Le Soudan du Sud, plus jeune pays du monde, fait ses débuts à la Berlinale avec un documentaire engagé qui, à l'instar d'autres films africains présentés au festival, se penche sur les soubresauts politiques et sociaux du continent.

Taille du texte:

Aucun réalisateur africain n'est en compétition pour l'Ours d'or qui sera remis mercredi soir au meilleur film de la compétition, mais plusieurs ont présenté des oeuvres remarquées dans les sections parallèles.

Dans son documentaire "No Simple Way Home", la réalisatrice Akuol de Mabior jette un regard très personnel sur l'histoire récente du Soudan du Sud en racontant son pays à travers l'héritage laissé par son père, John Garang, chef historique de la guerre d'indépendance contre le Soudan, tué en 2005 dans un accident d'hélicoptère.

Pour son premier long métrage, la trentenaire, née à Cuba mais qui a grandi au Kenya, donne la parole à sa mère et sa soeur en s'efforçant de trouver un sens et de l'espoir dans son pays de coeur, accablé par des années de guerres civiles et d'instabilité politique.

Ce documentaire vise à "générer des discussions sur ce que signifie, dans un contexte africain, le fait de se sentir chez soi dans son propre pays", explique Mme De Mabior à l'AFP.

"Au départ, je voulais faire un film sur ma mère, car l'histoire a tendance à oublier les contributions des femmes. J'avais le sentiment que l'on se souviendrait de mon père et j'avais peur qu'elle soit oubliée", ajoute la réalisatrice.

Indépendant depuis 2011, le Soudan du Sud est miné par la pauvreté et déchiré par des conflits communautaires et des luttes de pouvoir.

Entre fin 2013 et 2018 une guerre civile accompagnée de terribles exactions a opposé les forces du président Salva Kiir à celles de son adjoint Riek Machar, issus des deux principales ethnies Dinka et Nuer.

- Filmer la migration autrement -

Le film a pris un tour plus politique lorsque la mère de la réalisatrice, Rebecca Nyandeng, a été désignée en 2020 à l'un des postes de vice-présidents du gouvernement d'union nationale issu de l'accord de paix au Soudan du Sud.

"J'ai commencé à réfléchir plus largement à l'impact qu'elle pourrait avoir sur le pays, à la question de savoir si les dirigeants qui ont participé à la lutte pour la libération sont les bonnes personnes pour faire avancer les choses", observe Mme De Mabior.

"No Simple Way Home" est l'un des deux films présentés à la Berlinale dans le cadre de "Génération Afrique", projet finançant des documentaires offrant un nouveau récit sur la migration.

Le second s'intitule "No U-Turn" ("Pas de demi-tour possible"), du réalisateur nigérian Ike Nnaebue, pilier de "Nollywood", la puissante industrie du cinéma nigérian.

Ce cinéaste maintes fois primé reprend la route qu'il a empruntée, il y a une vingtaine d'années, quand il voulait rejoindre l'Europe.

Du Nigeria au Maroc, en passant par le Bénin, le Mali et la Mauritanie, il s'entretient avec des jeunes gens tentés par l'exil, qui évoquent leurs espoirs et les raisons les poussant à partir: pression familiale, chômage, contexte économique et social.

Lui avait à l'époque abandonné et fait demi-tour pour étudier la réalisation dans son pays natal.

- Casser les clichés -

Dans la section "Encounters", un autre documentaire émouvant, "Father's Day" du réalisateur Kivu Ruhorahoza, raconte le quotidien de trois familles du Rwanda et leurs déchirements.

Tour à tour, le spectateur fait la connaissance d'une mère qui tente de surmonter la perte de son fils décédé dans un accident et qui pour se protéger prend peu à peu ses distances avec son mari, d'un petit criminel qui aspire à transmettre la sagesse à son fils et d'une jeune femme s'occupant du père malade qu'elle n'a jamais vraiment aimé.

Parmi les courts-métrages, "We, Students !" sort du lot: réalisé par Rafiki Fariala, il dépeint la vie chaotique d'un groupe d'étudiants en économie à l'université de Bangui, en Centrafrique, deuxième pays le moins développé au monde selon l'ONU et en guerre civile depuis plus de huit ans.

Le film "n'est pas là pour changer le monde mais sert à raconter notre histoire, pour montrer qui nous sommes", déclare M. Fariala à l'AFP qui souhaite aussi casser les clichés sur l'Afrique: "nous avons aussi une autre histoire (...), du talent. Nous avons une autre façon de voir les choses".

(Y.Yildiz--BBZ)