Berliner Boersenzeitung - Argentine: tragédie à feu lent, les incendies rongent le nord-est

EUR -
AED 3.946733
AFN 75.21664
ALL 99.983389
AMD 417.846513
ANG 1.937215
AOA 918.178404
ARS 973.17176
AUD 1.610476
AWG 1.935475
AZN 1.828134
BAM 1.955559
BBD 2.170403
BDT 126.294421
BGN 1.95567
BHD 0.40495
BIF 3086.904906
BMD 1.074517
BND 1.451151
BOB 7.427084
BRL 5.828188
BSD 1.074902
BTN 89.642962
BWP 14.506683
BYN 3.517781
BYR 21060.54212
BZD 2.166703
CAD 1.473223
CDF 3057.002174
CHF 0.95009
CLF 0.036317
CLP 1002.084375
CNY 7.798096
CNH 7.822444
COP 4472.678907
CRC 561.846381
CUC 1.074517
CUP 28.474713
CVE 110.621792
CZK 24.901407
DJF 190.963214
DKK 7.458322
DOP 63.715129
DZD 144.546216
EGP 51.26942
ERN 16.117762
ETB 61.526403
FJD 2.427818
FKP 0.843069
GBP 0.844999
GEL 3.051179
GGP 0.843069
GHS 16.221498
GIP 0.843069
GMD 72.798374
GNF 9240.850564
GTQ 8.340932
GYD 224.88226
HKD 8.388274
HNL 26.916525
HRK 7.541434
HTG 142.445915
HUF 396.249507
IDR 17621.87136
ILS 3.985331
IMP 0.843069
INR 89.63587
IQD 1407.617866
IRR 45223.749133
ISK 149.497377
JEP 0.843069
JMD 167.324032
JOD 0.761505
JPY 169.810826
KES 138.612958
KGS 93.806909
KHR 4437.756887
KMF 492.667897
KPW 967.06585
KRW 1486.041481
KWD 0.329468
KYD 0.895815
KZT 495.082753
LAK 23599.10124
LBP 96273.867619
LKR 328.010223
LRD 208.887188
LSL 19.328945
LTL 3.172771
LVL 0.649965
LYD 5.211527
MAD 10.704879
MDL 19.187258
MGA 4808.465622
MKD 61.616861
MMK 3489.99078
MNT 3707.085325
MOP 8.643756
MRU 42.131979
MUR 50.126303
MVR 16.543934
MWK 1861.603218
MXN 19.812171
MYR 5.061
MZN 68.441432
NAD 19.287252
NGN 1601.03132
NIO 39.515403
NOK 11.361018
NPR 143.428312
NZD 1.751415
OMR 0.413619
PAB 1.074867
PEN 4.076178
PGK 4.188738
PHP 63.169824
PKR 299.387412
PLN 4.325798
PYG 8095.26511
QAR 3.911786
RON 4.976047
RSD 117.05956
RUB 89.717595
RWF 1407.617866
SAR 4.030728
SBD 9.122198
SCR 14.700187
SDG 645.785137
SEK 11.224506
SGD 1.451571
SHP 1.357599
SLE 24.549826
SLL 22532.095834
SOS 613.550104
SRD 33.455636
STD 22240.341878
SVC 9.405102
SYP 2699.757799
SZL 19.28728
THB 39.424586
TJS 11.367321
TMT 3.771556
TND 3.36433
TOP 2.536826
TRY 34.940943
TTD 7.301303
TWD 34.735387
TZS 2820.608206
UAH 43.567642
UGX 4014.504799
USD 1.074517
UYU 42.304585
UZS 13614.135866
VEF 3892495.930237
VES 39.045324
VND 27349.155526
VUV 127.568835
WST 3.00931
XAF 655.894406
XAG 0.036104
XAU 0.000461
XCD 2.903937
XDR 0.815822
XOF 655.997268
XPF 119.331742
YER 269.005272
ZAR 19.271916
ZMK 9671.94731
ZMW 27.437509
ZWL 345.994182
  • AEX

    -3.4300

    924.78

    -0.37%

  • BEL20

    -3.8700

    3861.38

    -0.1%

  • PX1

    -58.7400

    7570.2

    -0.77%

  • ISEQ

    86.4400

    9585.07

    +0.91%

  • OSEBX

    1.1200

    1404.23

    +0.08%

  • PSI20

    -28.9100

    6541.8

    -0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.9300

    2067.07

    -0.43%

  • N150

    -8.6800

    3328.77

    -0.26%

Argentine: tragédie à feu lent, les incendies rongent le nord-est
Argentine: tragédie à feu lent, les incendies rongent le nord-est

Argentine: tragédie à feu lent, les incendies rongent le nord-est

Sans drame humain mais sans répit, la province de Corrientes, dans le nord-est de l'Argentine, est depuis deux mois rongée par de multiples incendies nourris par une sécheresse inédite, qui augure de pertes agricoles sans précédent et d'un avenir environnemental incertain.

Taille du texte:

Les chiffres ne parlent pas, ou si peu. Deux mois de feux mais pas une victime humaine recensée et quelques dizaines de familles évacuées, d'habitations détruites. Mais Uguay, un hameau en bordure du Parc naturel d'Ibera, une zone humide, illustre la désolation locale.

Les flancs de la Route 40 qui mène à Uguay (780 km de Buenos Aires) ne sont que tapis noircis à perte de vue. La pinède a brûlé il y a une semaine mais des fumeroles sont encore visibles, à la merci d'un souffle de vent pour être ravivées. Entre dimanche et lundi, 50.000 hectares y ont brûlé.

Les yeux rougis par la fumée, Carlos Sanchez, un petit éleveur bovin fait des va-et-vient avec des citernes d'eau pour aider les pompiers. "On se relaie avec une douzaine de voisins, pour aider avec nos moyens", explique-t-il à l'AFP.

Ailleurs dans la province ce sont des pâturages, rizières, zones boisées, cultures d'herbe à (infusion de) maté, une grosse production locale, qui sont partis en fumée.

"La situation est critique, l'incendie incontrôlable", explique à l'AFP Mauricio Alba, chef des pompiers d'une brigade venue en renfort de Cordoba, comme d'autres provinces, de Bolivie et du Brésil voisins.

"Le vent est très changeant à Corrientes et les prévisions de pluie, seule chose qui aiderait, sont tombées à 20%. Le feu ne faiblit pas".

- Humide... sans eau -

Le, ou plutôt les feux. Dans cette province plus grande que l'Autriche, le Service national de gestion des incendies faisait état mardi de 10 foyers toujours actifs, distants pour certains de centaines de kilomètres.

Pas des "méga-feux" spectaculaires, comme ceux ayant ravagé Australie ou Californie ces dernières années, et dont un rapport de l'ONU-Environnement a mardi prédit la multiplication à l'avenir. Mais des feux quasi-constants en été, omniprésents. Presque endémiques.

C'est tout un écosystème qui souffre, jusqu'au parc des Esteros de Ibera, vaste réseau de marécages et d'étangs de 12.000 km2, une zone humide... sans eau. Selon l'INTA, la surface couverte d'eau y est normalement de 40% à cette époque, contre 10% actuellement. Une sécheresse "colossale" de plus de deux ans, selon le vice-ministre l'Environnement Sergio Federovisky.

"On n'a jamais rien vu de tel. Mais le problème n'est pas que le feu, aujourd'hui c'est ce qui vient en termes économiques et sociaux", souffle Carlos Sanchez. "Je ne pleure jamais, mais je pense que parfois l'homme doit pleurer, les revenus ici vont chuter à 30%".

Coninagro, une confédération regroupant des coopératives agricoles, estime que la filière du riz à Corrientes a perdu 44 millions de dollars à la suite des incendies, celle de l'herbe à maté plus de 4 millions, l'élevage 78 millions.

Dans le parc d'Ibera, des animaux réintroduits récemment, tels les fourmiliers, des poussins de perroquets aras, ont été évacués.

Une grande partie des espèces est indemne "à l'abri dans la zone centrale du parc,", explique à l'AFP Sofia Heinonen, biologiste de l'ONG Rewilding Argentina, qui suit les espèces dans le parc.

- Bombe à retardement -

Pour l'instant. Car le feu est aussi présent au coeur des estuaires de l'Ibera, "où se trouve une île où se reproduisent les jaguars", plus grand félin des Amériques, que Rewilding réintroduit actuellement. Si à terme les animaux n'ont nul part où aller, c'est de faim qu'ils mourront.

Surtout, nul se sait vraiment quand le combustible se tarira. La zone humide "contient des matières (végétales) en décomposition qui flottent, mais si elles sèchent, elles se transforment en tourbe et cette matière organique reste en combustion. "Une bombe à retardement", s'inquiète Sofia Heinonen.

Les flammes de Corrientes ne doivent pas pour autant conduire "à diaboliser le feu", souligne Sebastian di Martino, biologiste à Rewilding Argentina. "C'est une régénération des prairies qui se produit naturellement de temps en temps". Mais "le changement climatique a transformé ce feu, naturel et souhaitable ici, en une catastrophe", en asséchant les cours d'eau qui jadis le freinaient.

Près de 80 plaintes ont été déposées contre ces incendies, très souvent liés à des brûlis "contrôlés". La pratique ne cessera pas, mais il faudra l'adapter "vers des zones marginales car nous aurons de plus en plus de changement climatique", a-t-il averti.

(A.Berg--BBZ)