Berliner Boersenzeitung - Simple piste ou "scandale écologique"? A Spéracèdes, les gravats de la discorde

EUR -
AED 3.934105
AFN 74.975606
ALL 99.663629
AMD 415.749348
ANG 1.930043
AOA 915.239485
ARS 970.036764
AUD 1.608138
AWG 1.927937
AZN 1.818511
BAM 1.952221
BBD 2.162216
BDT 125.830481
BGN 1.956133
BHD 0.403737
BIF 2656.269269
BMD 1.071076
BND 1.448631
BOB 7.400432
BRL 5.837799
BSD 1.070927
BTN 89.572344
BWP 14.491297
BYN 3.504176
BYR 20993.095838
BZD 2.158642
CAD 1.466786
CDF 3047.211862
CHF 0.954474
CLF 0.036115
CLP 996.524955
CNY 7.776442
CNH 7.810048
COP 4468.766037
CRC 559.76851
CUC 1.071076
CUP 28.383522
CVE 110.267056
CZK 24.899285
DJF 190.351937
DKK 7.458759
DOP 63.516637
DZD 144.104766
EGP 51.092587
ERN 16.066145
ETB 61.63995
FJD 2.415545
FKP 0.840369
GBP 0.845336
GEL 2.993626
GGP 0.840369
GHS 16.174093
GIP 0.840369
GMD 72.565087
GNF 9211.256324
GTQ 8.31146
GYD 224.049234
HKD 8.359269
HNL 26.830617
HRK 7.517283
HTG 142.091433
HUF 396.880365
IDR 17672.652144
ILS 3.988522
IMP 0.840369
INR 89.57572
IQD 1403.109977
IRR 45078.94085
ISK 149.104681
JEP 0.840369
JMD 166.546214
JOD 0.759069
JPY 170.165642
KES 138.168694
KGS 93.073214
KHR 4423.544934
KMF 491.082839
KPW 963.968827
KRW 1490.798922
KWD 0.328402
KYD 0.892455
KZT 493.141284
LAK 23523.519727
LBP 95914.884439
LKR 326.920633
LRD 208.212586
LSL 19.400033
LTL 3.16261
LVL 0.647883
LYD 5.192529
MAD 10.670598
MDL 19.147716
MGA 4793.066167
MKD 61.55979
MMK 3478.814102
MNT 3695.213403
MOP 8.609136
MRU 42.006379
MUR 49.968256
MVR 16.500433
MWK 1855.637703
MXN 19.611477
MYR 5.045304
MZN 68.222248
NAD 19.226025
NGN 1590.548466
NIO 39.388803
NOK 11.297393
NPR 143.316578
NZD 1.749276
OMR 0.412291
PAB 1.070937
PEN 4.063132
PGK 4.175324
PHP 63.055872
PKR 298.428618
PLN 4.328965
PYG 8059.22444
QAR 3.899259
RON 4.971507
RSD 117.075085
RUB 93.450088
RWF 1403.109977
SAR 4.018337
SBD 9.092984
SCR 14.852514
SDG 643.717464
SEK 11.237192
SGD 1.450232
SHP 1.353251
SLE 24.471205
SLL 22459.936909
SOS 611.584819
SRD 32.874006
STD 22169.117293
SVC 9.370907
SYP 2691.111838
SZL 19.225394
THB 39.362514
TJS 11.378545
TMT 3.759478
TND 3.347156
TOP 2.525707
TRY 35.177366
TTD 7.273597
TWD 34.699445
TZS 2811.575186
UAH 43.397941
UGX 4010.646991
USD 1.071076
UYU 42.183057
UZS 13570.536971
VEF 3880030.231268
VES 38.919728
VND 27258.8923
VUV 127.160296
WST 2.999672
XAF 654.750486
XAG 0.034844
XAU 0.000454
XCD 2.894638
XDR 0.812806
XOF 653.895555
XPF 119.331742
YER 268.143692
ZAR 19.27702
ZMK 9640.975734
ZMW 27.280984
ZWL 344.886137
  • AEX

    9.0600

    933.84

    +0.98%

  • BEL20

    27.8000

    3889.35

    +0.72%

  • PX1

    101.4400

    7671.34

    +1.34%

  • ISEQ

    -39.3000

    9545.64

    -0.41%

  • OSEBX

    5.0600

    1409.34

    +0.36%

  • PSI20

    109.2500

    6650.92

    +1.67%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    27.4900

    2094.59

    +1.33%

  • N150

    49.9300

    3378.63

    +1.5%

Simple piste ou "scandale écologique"? A Spéracèdes, les gravats de la discorde
Simple piste ou "scandale écologique"? A Spéracèdes, les gravats de la discorde

Simple piste ou "scandale écologique"? A Spéracèdes, les gravats de la discorde

Une verrue gigantesque, dans un paysage de rêve: près de Grasse (Alpes-Maritimes), une piste de 400 mètres de long et 15 mètres de haut constituée de milliers de tonnes de gravats pollués est apparue peu à peu, et le combat est désormais judiciaire.

Taille du texte:

Pendant deux ans, à la suite d'une simple autorisation de défrichement, une société de BTP, la SEETP, a déversé des matériaux de chantiers sur la commune de Spéracèdes, village des Alpes-Maritimes d'à peine 1.400 habitants. Dans les remblais de cette piste, des résidus de fer, de plastique, de bitume et même d'amiante.

"Un scandale sanitaire et écologique" selon Florence Pintus, élue municipale d'opposition et membre de l'Aspic, une association locale de protection de l’environnement.

Pire, selon l'association, qui a interpellé la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, la sous-préfecture des Alpes-Maritimes aurait renoncé à la remise en état du site pour "privilégier une solution de régularisation" de cette décharge illégale, et ce avant même la conclusion de l'enquête judiciaire.

Tout débute en 2019, à Spéracèdes donc, à 10 kilomètres de Grasse, la "capitale du parfum". Le panorama est somptueux, la Méditerranée d'un côté, le massif enneigé de l'Audibergue de l'autre.

Le maire de l'époque, Joël Pasquelin, podologue de profession, souhaite construire une piste "pour desservir six villas qui se trouvent au col de Cabris", sur la commune limitrophe de Saint-Cézaire, et en faire ensuite "une piste DFCI", réservée donc aux services de lutte contre les incendies, comme il l'explique à l'AFP.

Contre un simple accord verbal, 35.000 m3 de terre vont être déversés, soit "plus de 4.000 rotations de camions", selon Me Gérard Germani, l'avocat mandaté par l'Aspic. Des barres rocheuses, refuge de chauve-souris et lézards, sont détruites, ainsi que de nombreux arbres.

La SEETP "nous faisait la piste gracieusement", se défend M. Pasquelin.

- "De l'amiante ?" -

Le seul document existant est pourtant un devis, de 11.000 euros, à la charge de la mairie. Non seulement l'entreprise aurait été rémunérée, mais de surcroît elle se serait débarrassée à bon compte de déchets dont le traitement dans une décharge légale "lui aurait coûté des millions d'euros", dénonce Mme Pintus.

Contactée à plusieurs reprises par l'AFP, la SEETP, basée à Grasse, n'a jamais répondu.

Selon M. Pasquelin, la Direction départementale des territoires et de la mer "devait envoyer les documents officiels": "Mais comme il y a eu cette histoire du Covid, je n'ai rien reçu jusqu'en juin 2020", explique-t-il.

A cette même date, ce sont les élections municipales. Et l'ancien maire perd son écharpe tricolore.

Sur place, des observations avaient "démontré la présence de divers déchets plastiques, bitumeux, de métaux, filets, céramiques et carrelages", et même d'amiante, comme "confirmé par un laboratoire indépendant", ainsi que l'a souligné Me Germani dans un courrier à la sous-préfecture.

"De l'amiante? Je l'ignorais", s'étonne M. Pasquelin, interrogé au téléphone depuis sa maison du Morvan où il s'est retiré: "Je tombe des nues (...) Ca me surprend de la part de SEETP, une société très sérieuse, qui faisait des travaux sur la commune".

- Permis d'aménager rétroactif -

En 2011, cette entreprise avait en effet déversé des tonnes de terre sur un autre site communal, destiné à devenir une piste de BMX. Mais le projet avait finalement été abandonné: "Ils n'avaient plus de terre propre, alors ils avaient arrêté", avance l'ex-élu.

C'est après une plainte de France Nature Environnement (FNE), en janvier 2020, devant le procureur de la République de Grasse, qu'une enquête pénale est enfin ouverte. Elle "est toujours en cours", a confirmé à l'AFP Fabien Cézanne, substitut du procureur de Grasse, en précisant que les analyses sur la nature des matériaux déversés sont attendues et qu'"à présent les auditions de toutes les personnes concernées doivent être réalisées".

Parmi elles, Jean-Marc Macario, maire depuis 2020, déjà entendu par les gendarmes et accusé par l'Aspic d'avoir tardé à arrêter les travaux, qui ont duré jusqu'en décembre 2021.

Le 14 octobre, une réunion s'est tenue à la sous-préfecture de Grasse, au cours de laquelle "une stratégie a été élaborée, sous l'égide de la sous-préfète, consistant à ne pas verbaliser SEETP et à habiller la piste par un permis d'aménager" rétroactif, accuse Mme Pintus.

Dans des courriels de la fin octobre 2021, consultés par l'AFP, le secrétaire général de la sous-préfecture remercie ainsi une élue pour les documents transmis, expliquant qu'il lui adressera "dès que possible le projet de calendrier pour la mise en oeuvre de la démarche de régularisation de cette situation".

Contactée par l'AFP, la sous-préfecture s'est refusée à tout commentaire, "cette affaire étant placée sous l'autorité du parquet de Grasse". Quant à la sous-préfète en poste lors de cette réunion, elle n'est plus à Grasse.

(Y.Berger--BBZ)