Berliner Boersenzeitung - Inondations: l'élan de solidarité des Brésiliens, par-delà les divisions

EUR -
AED 3.985014
AFN 77.867561
ALL 100.40975
AMD 420.238869
ANG 1.95399
AOA 920.431634
ARS 966.428532
AUD 1.635077
AWG 1.955632
AZN 1.843369
BAM 1.955918
BBD 2.189113
BDT 127.16766
BGN 1.955254
BHD 0.408936
BIF 3112.102187
BMD 1.084955
BND 1.463942
BOB 7.491451
BRL 5.575715
BSD 1.084205
BTN 90.113135
BWP 14.73043
BYN 3.548145
BYR 21265.124859
BZD 2.185412
CAD 1.482386
CDF 3048.724854
CHF 0.992279
CLF 0.035632
CLP 983.207988
CNY 7.857256
CNH 7.875593
COP 4193.070339
CRC 555.853974
CUC 1.084955
CUP 28.751317
CVE 110.274183
CZK 24.646604
DJF 193.038744
DKK 7.461694
DOP 63.8462
DZD 145.954755
EGP 50.883971
ERN 16.27433
ETB 62.294849
FJD 2.417502
FKP 0.863732
GBP 0.851722
GEL 2.940138
GGP 0.863732
GHS 15.774023
GIP 0.863732
GMD 73.532834
GNF 9319.90497
GTQ 8.421779
GYD 226.824708
HKD 8.47457
HNL 26.792602
HRK 7.572941
HTG 144.143996
HUF 384.171294
IDR 17431.977608
ILS 3.974137
IMP 0.863732
INR 90.133643
IQD 1420.185542
IRR 45649.496765
ISK 149.929765
JEP 0.863732
JMD 169.676476
JOD 0.769125
JPY 170.106884
KES 144.027677
KGS 95.428007
KHR 4422.429421
KMF 494.360114
KPW 976.459486
KRW 1480.864244
KWD 0.332995
KYD 0.903454
KZT 480.178923
LAK 23205.253247
LBP 97088.727387
LKR 324.781537
LRD 210.020206
LSL 20.05008
LTL 3.203591
LVL 0.656279
LYD 5.25351
MAD 10.814151
MDL 19.233868
MGA 4804.466517
MKD 61.620699
MMK 2276.821081
MNT 3743.095712
MOP 8.724485
MRU 43.11671
MUR 50.201119
MVR 16.773526
MWK 1879.782528
MXN 18.096893
MYR 5.108514
MZN 68.948252
NAD 20.050208
NGN 1593.21395
NIO 39.903875
NOK 11.472909
NPR 144.182
NZD 1.770273
OMR 0.417534
PAB 1.084165
PEN 4.053044
PGK 4.213409
PHP 63.026681
PKR 301.608486
PLN 4.253527
PYG 8154.791836
QAR 3.950862
RON 4.976041
RSD 117.176246
RUB 99.409067
RWF 1425.73844
SAR 4.069233
SBD 9.195197
SCR 14.866069
SDG 652.057901
SEK 11.560009
SGD 1.464408
SHP 1.370787
SLE 24.788303
SLL 22750.972231
SOS 619.509821
SRD 35.016387
STD 22456.385228
SVC 9.486571
SYP 2725.982708
SZL 19.932936
THB 39.646428
TJS 11.687104
TMT 3.808193
TND 3.383705
TOP 2.563261
TRY 34.958113
TTD 7.362443
TWD 34.908422
TZS 2810.0345
UAH 43.517226
UGX 4125.267488
USD 1.084955
UYU 41.723859
UZS 13782.766658
VEF 3930307.752755
VES 39.601678
VND 27626.218076
VUV 128.808058
WST 3.041231
XAF 656.0207
XAG 0.035197
XAU 0.000463
XCD 2.932146
XDR 0.81898
XOF 656.0207
XPF 119.331742
YER 271.618044
ZAR 19.964317
ZMK 9765.898848
ZMW 28.93681
ZWL 349.35518
  • AEX

    0.9100

    915.21

    +0.1%

  • BEL20

    -5.9600

    3969.92

    -0.15%

  • PX1

    -7.2900

    8094.97

    -0.09%

  • ISEQ

    -49.6000

    10071.84

    -0.49%

  • OSEBX

    -1.5700

    1423.46

    -0.11%

  • PSI20

    -24.2400

    6900.34

    -0.35%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    12.5900

    3509.44

    +0.36%

Inondations: l'élan de solidarité des Brésiliens, par-delà les divisions
Inondations: l'élan de solidarité des Brésiliens, par-delà les divisions / Photo: MAURO PIMENTEL - AFP

Inondations: l'élan de solidarité des Brésiliens, par-delà les divisions

Dans une ancienne gare de Rio de Janeiro, denrées alimentaires, bouteilles d'eau et vêtements s'amoncellent: ils témoignent de l'immense élan de solidarité des Brésiliens envers le sud du pays dévasté par des inondations historiques, par-delà les divisions politiques.

Taille du texte:

"C'est extrêmement triste, c'est dévastateur", dit à l'AFP Natalia Maria Montenegro Cardoso en débarquant de sa petite voiture dans le quartier populaire de Gamboa, près du port de Rio, une vingtaine de packs de bouteilles d'eau.

Le sort des habitants du Rio Grande do Sul a ému le pays tout entier. Le bilan est lourd: quelque 150 morts, plus d'une centaine de disparus, environ 600.000 personnes forcées de quitter leur domicile, et des dégâts considérables après deux semaines de désastre.

Natalia Maria Montenegro Cardoso raconte avoir lancé une collecte auprès de ses collègues. "Demain, nous apporterons de la nourriture pour animaux et des couvertures", dit cette aide-soignante de 30 ans.

Dans ses locaux, au pied d'une favela, l'ONG Açao da Cidadania (Action citoyenne) recueille les dons de particuliers et d'entreprises, déposés par un incessant ballet de voitures et de camionnettes.

"La mobilisation est encore très forte", souligne Rodrigo Fernandes Afonso, président de cette ONG très implantée dans le pays. Son organisation a recueilli jusqu'à présent environ 15 millions de réais (2,7 millions d'euros) et réceptionné quelque 3.500 tonnes de dons.

Cette aide s'inscrit dans la myriade d'initiatives lancées par des associations, des particuliers et des organismes publics.

L'Etat du Rio Grande do Sul a lui-même lancé une collecte. Il a indiqué mardi avoir reçu jusqu'à présent près de 98 millions de réais (17,6 millions d'euros) de dons envoyés via Pix, une application de paiement instantané très populaire.

Le président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva s'est félicité sur le réseau social X du "plus grand élan de dons jamais enregistré dans l'histoire" du Brésil.

Son gouvernement a aussi envoyé de l'aide aux "gauchos", comme sont appelés les habitants de la région, a dépêché sur place militaires et secours, tout en multipliant les annonces pour soulager les finances du Rio Grande do Sul.

- "Unité nationale" -

Mais c'est la mobilisation de la société civile qui est la plus impressionnante.

Le monde du foot, emmené par des stars comme Vinicius, Neymar ou Ronaldinho, natif de la région sinistrée, a participé via des appels aux dons et en mettant à disposition des avions privés pour acheminer l'aide.

A Rio, la statue du Christ Rédempteur s'est illuminée avec des messages de soutien aux sinistrés.

A Porto Alegre, la capitale du Rio Grande do Sul, les bénévoles sont nombreux dans les rues encore inondées ou dans les abris, a constaté l'AFP. "La solidarité est impressionnante", confie Tauane Bassoler, 26 ans, en pliant des vêtements dans un complexe sportif transformé en refuge.

"En ce moment, il y a une image d'unité nationale", observe le politologue André César, évoquant "des retrouvailles entre Brésiliens" aux côtés des sinistrés.

Un symbole de cette unité est la coopération affichée entre Lula et Eduardo Leite, le gouverneur du Rio Grande do Sul. Sur tous les fronts, ce membre de l'opposition souligne sans relâche le besoin de mettre de côté les clivages partisans face à la catastrophe.

Mais l'élan de solidarité des Brésiliens en faveur du Sud n'efface pas les fractures, dans un pays profondément polarisé après quatre années de présidence du leader de la droite et de l'extrême droite Jair Bolosonaro (2019-2022).

Des élus de son bord pilonnent le gouvernement pour une réponse jugée trop lente ou pas assez massive. Et sur les réseaux sociaux, les autorités font face à une déferlante de critiques et d'infox.

"Il y a un sentiment général de solidarité et, en même temps, un sentiment de division politique", estime Sergio Praça, analyste politique à la Fondation Getulio Vargas.

Ce qui est en jeu aussi, c'est le positionnement face au changement climatique. Selon les experts, les pluies torrentielles dans le sud du Brésil sont liées au réchauffement, associé au phénomène météorologique El Niño.

"Pendant quatre ans, nous avons eu un gouvernement qui était totalement dans le déni sur le changement climatique, juge Sergio Praça. Ses partisans ne sont pas prêts à admettre qu'ils avaient tort. Cela brouille quelque peu les actions de solidarité".

(Y.Berger--BBZ)