Berliner Boersenzeitung - En Gironde, une jeune entreprise cultive l'avenir avec de l'urine humaine

EUR -
AED 3.986208
AFN 75.969848
ALL 100.191809
AMD 420.991499
ANG 1.954999
AOA 947.055678
ARS 1004.984496
AUD 1.641108
AWG 1.953507
AZN 1.843176
BAM 1.953301
BBD 2.190198
BDT 127.456924
BGN 1.955788
BHD 0.409097
BIF 3131.036912
BMD 1.085281
BND 1.459433
BOB 7.49541
BRL 6.066942
BSD 1.084812
BTN 90.807116
BWP 14.738143
BYN 3.549958
BYR 21271.515937
BZD 2.186602
CAD 1.494486
CDF 3109.330899
CHF 0.967388
CLF 0.037257
CLP 1028.032879
CNY 7.895313
CNH 7.910366
COP 4357.220425
CRC 574.664739
CUC 1.085281
CUP 28.759958
CVE 110.752624
CZK 25.387997
DJF 192.876404
DKK 7.461964
DOP 64.438544
DZD 146.140192
EGP 52.481707
ERN 16.279221
ETB 62.701276
FJD 2.441612
FKP 0.836275
GBP 0.840892
GEL 2.946544
GGP 0.836275
GHS 16.838261
GIP 0.836275
GMD 73.527937
GNF 9121.790194
GTQ 8.414234
GYD 226.949627
HKD 8.475017
HNL 26.86263
HRK 7.49707
HTG 143.186798
HUF 390.321667
IDR 17597.187144
ILS 3.937499
IMP 0.836275
INR 90.833225
IQD 1421.081782
IRR 45695.774792
ISK 149.714956
JEP 0.836275
JMD 169.453191
JOD 0.769244
JPY 168.992409
KES 143.798027
KGS 91.56161
KHR 4465.933161
KMF 491.360906
KPW 976.753663
KRW 1503.769571
KWD 0.331836
KYD 0.903943
KZT 514.022329
LAK 24032.251685
LBP 97140.412687
LKR 329.558343
LRD 211.529357
LSL 19.911224
LTL 3.204554
LVL 0.656476
LYD 5.243291
MAD 10.688824
MDL 19.243379
MGA 4920.704154
MKD 61.531273
MMK 3524.951735
MNT 3744.221293
MOP 8.723638
MRU 42.908101
MUR 50.541329
MVR 16.658761
MWK 1880.993343
MXN 19.670296
MYR 5.070465
MZN 69.349473
NAD 19.911224
NGN 1744.047012
NIO 39.928913
NOK 11.960903
NPR 145.291106
NZD 1.823094
OMR 0.417801
PAB 1.084712
PEN 4.076085
PGK 4.250562
PHP 63.445365
PKR 301.997806
PLN 4.277548
PYG 8208.497552
QAR 3.953442
RON 4.972868
RSD 117.073683
RUB 95.340264
RWF 1420.882038
SAR 4.07103
SBD 9.178881
SCR 14.87055
SDG 635.975458
SEK 11.678339
SGD 1.460262
SHP 0.836275
SLE 24.795753
SLL 22757.812826
SOS 619.906854
SRD 31.821563
STD 22463.134331
SVC 9.491856
SYP 2726.802541
SZL 19.907529
THB 39.233265
TJS 11.552719
TMT 3.809338
TND 3.37143
TOP 2.574993
TRY 35.632286
TTD 7.363579
TWD 35.562517
TZS 2913.980463
UAH 44.761629
UGX 4009.869531
USD 1.085281
UYU 43.903827
UZS 13660.521903
VEF 3931488.978058
VES 39.596489
VND 27528.163355
VUV 128.846822
WST 3.042704
XAF 655.118801
XAG 0.037279
XAU 0.000451
XCD 2.933027
XDR 0.818153
XOF 655.118801
XPF 119.331742
YER 271.700461
ZAR 19.966877
ZMK 9768.829904
ZMW 28.122019
ZWL 349.460176
  • AEX

    -2.0200

    914.97

    -0.22%

  • BEL20

    5.2400

    4038.15

    +0.13%

  • PX1

    -23.6300

    7598.63

    -0.31%

  • ISEQ

    39.3400

    9406.6

    +0.42%

  • OSEBX

    -5.6600

    1446.85

    -0.39%

  • PSI20

    -6.1700

    6854.32

    -0.09%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    11.2200

    2398.23

    +0.47%

  • N150

    -11.8900

    3385.69

    -0.35%

En Gironde, une jeune entreprise cultive l'avenir avec de l'urine humaine
En Gironde, une jeune entreprise cultive l'avenir avec de l'urine humaine / Photo: Philippe LOPEZ - AFP

En Gironde, une jeune entreprise cultive l'avenir avec de l'urine humaine

Dans un hangar gris, entre champs et forêts du Sud-Gironde, la jeune société Toopi organics est prête à valoriser chaque année, via des bactéries, 250.000 litres d'urine humaine en un volume égal de "bio-solution" afin de réduire les engrais minéraux dans l'agriculture.

Taille du texte:

Cette "unité de transformation", inaugurée vendredi à Loupiac-de-la-Réole, à 60 km au sud-est de Bordeaux, abrite des dizaines de réservoirs en plastique de 1.000 litres et des grandes cuves reliées à des tuyaux, où des bactéries fermentent dans de l'urine humaine collectée au Futuroscope, sur des aires d'autoroutes Vinci, des lycées alentour ou des festivals de musique.

"L'urine est un support, ce sont les bactéries qui vont agir dans le champ", explique dans le hangar un chargé de production logistique de Toopi (de l'anglais "To pee", faire pipi, et du français toupie, "pour le côté économie circulaire", explique-t-on).

"Dans cinq ans, nous espérons avoir installé 20 usines comme celle-là en France, à l'interface des grandes villes, où les volumes d'urine sont disponibles, et de la campagne, où l'on a besoin d'engrais", annonce Michael Roes, son jeune président-fondateur (33 ans). Il table à cet horizon sur un chiffre d'affaires en France de 80 millions d'euros.

Selon lui, "recycler les excréments humains est un des leviers d'une agriculture durable", car cela s'inscrit notamment dans un cercle vertueux.

Quand les plantes, qui ont besoin d'azote, phosphore et potassium pour croître, ou les animaux qui les ingèrent sont mangés par l'homme, celui-ci excrète ces nutriments, en majorité via l'urine. Si elle est collectée et valorisée, le cycle s'enclenche.

Pendant longtemps les excréments des villes ont d'ailleurs servi dans les champs, avant d'être supplantés par les engrais chimiques.

"Nous sommes les seuls sur le marché mondial à avoir une technique de recyclage de l’urine, à des fins agricoles économiquement viables", et qui permet de réduire l'empreinte carbone de l'agriculture et la pollution des sols, assure à l'AFP M. Roes. "Et sans produire de déchet", un litre d'urine donnant autant d'engrais naturel.

- "Sur tous les fronts" -

"La production annuelle d'une usine comme celle-là permet de baisser de 20% la part d'engrais minéraux sur une superficie de 60.000 hectares", à rendement équivalent et un coût inférieur et un impact environnemental moindre, affirme-t-il.

Le gain écologique vient notamment du fait d'utiliser moins de gaz, une énergie fossile, pour produire de l'engrais azoté. Pour le phosphate et le potassium, cela signifie aussi moins d'extraction minière, industrie très polluante, et moins de rejets dans les eaux de ruissellement car Toopi assure qu'avec ses produits, la plante fixe 100% du nutriment disponible, ce qu'elle ne fait pas avec les engrais minéraux, qui se retrouvent parfois dans les rivières, favorisant par exemple l'apparition des algues vertes.

Pour Alain Rousset, président PS de la région Nouvelle-Aquitaine, qui aide Toopi organics depuis sa création en 2019: "On gagne sur tous les fronts car la fabrication d'engrais azoté a un coût énergétique énorme et en plus nous l'importons".

Et avec la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie, les prix du gaz comme des engrais se sont envolés, rendant plus pressante pour les pays la question de leur souveraineté alimentaire.

Dans un autre bâtiment, des responsables montrent les urinoirs sans eau qui collectent la matière première. Y compris un urinoir féminin. "Des lycéennes ont demandé à avoir les leurs car elles voulaient participer à l'opération de collecte", explique un des 22 salariés de Toopi, qui seront 250 d'ici 5 ans si les projets de Michael Roes se réalisent.

Le jeune patron assure qu'"aujourd'hui, on ne peut plus se permettre de faire pipi dans de l'eau potable". Il assure pouvoir collecter 3 millions de litres d'urine par an. Largement de quoi satisfaire ses besoins de production.

Alors qu'il attend, sous peu, une autorisation de mise sur le marché, les 250.000 premiers litres qui sortiront du site de Loupiac-de-la-Réole, soit la première année de production, sont déjà vendus, se félicite-t-il.

(G.Gruner--BBZ)