Berliner Boersenzeitung - Le "no man's land" de Chypre, un havre pour la faune et la flore

EUR -
AED 3.974725
AFN 78.462004
ALL 103.726906
AMD 439.46597
ANG 1.950723
AOA 899.832783
ARS 907.890647
AUD 1.649181
AWG 1.947915
AZN 1.843994
BAM 1.95524
BBD 2.185504
BDT 118.797611
BGN 1.955669
BHD 0.407809
BIF 3101.513422
BMD 1.082175
BND 1.455403
BOB 7.478857
BRL 5.405144
BSD 1.082405
BTN 89.965693
BWP 14.939927
BYN 3.542234
BYR 21210.629122
BZD 2.181805
CAD 1.461353
CDF 2992.214143
CHF 0.953725
CLF 0.038443
CLP 1060.752125
CNY 7.787227
COP 4288.929891
CRC 556.935291
CUC 1.082175
CUP 28.677636
CVE 110.652816
CZK 25.355147
DJF 192.324559
DKK 7.454173
DOP 63.636093
DZD 145.549356
EGP 33.437263
ERN 16.232624
ETB 61.348923
FJD 2.419423
FKP 0.855739
GBP 0.854273
GEL 2.868187
GGP 0.855739
GHS 13.391958
GIP 0.855739
GMD 72.803363
GNF 9301.294125
GTQ 8.458498
GYD 226.45512
HKD 8.467641
HNL 26.865036
HRK 7.607793
HTG 143.550862
HUF 388.999029
IDR 16877.005405
ILS 3.928732
IMP 0.855739
INR 89.67454
IQD 1417.649191
IRR 45486.522938
ISK 149.113305
JEP 0.855739
JMD 169.293844
JOD 0.767305
JPY 162.871702
KES 157.997923
KGS 96.779322
KHR 4415.274197
KMF 492.335911
KPW 973.945956
KRW 1439.785123
KWD 0.333098
KYD 0.902054
KZT 488.176903
LAK 22606.635192
LBP 97016.985113
LKR 336.538246
LRD 206.317068
LSL 20.76735
LTL 3.195382
LVL 0.654597
LYD 5.238139
MAD 10.882897
MDL 19.380268
MGA 4907.663797
MKD 61.602351
MMK 2273.006772
MNT 3684.083534
MOP 8.722121
MRU 43.016865
MUR 49.371139
MVR 16.669543
MWK 1821.300823
MXN 18.524713
MYR 5.170095
MZN 68.722148
NAD 20.767346
NGN 1739.055525
NIO 39.851135
NOK 11.398868
NPR 143.945429
NZD 1.746614
OMR 0.41659
PAB 1.082405
PEN 4.124714
PGK 4.031143
PHP 60.540155
PKR 302.711431
PLN 4.305729
PYG 7879.669649
QAR 3.939662
RON 4.975087
RSD 117.19526
RUB 100.701832
RWF 1379.773068
SAR 4.0587
SBD 9.19899
SCR 14.761269
SDG 650.387516
SEK 11.170124
SGD 1.453459
SHP 1.370304
SLE 24.320209
SLL 21372.955732
SOS 618.466952
SRD 38.634769
STD 22398.836671
SVC 9.471418
SYP 14070.314955
SZL 20.767337
THB 38.913392
TJS 11.852204
TMT 3.798434
TND 3.380178
TOP 2.554262
TRY 33.306916
TTD 7.357028
TWD 34.197274
TZS 2759.546499
UAH 41.429048
UGX 4258.838868
USD 1.082175
UYU 42.33787
UZS 13567.77242
VEF 3919458.002514
VES 39.159824
VND 26664.790897
VUV 130.021521
WST 2.968912
XAF 655.778208
XAG 0.047199
XAU 0.000531
XCD 2.924632
XDR 0.817077
XOF 654.178653
XPF 119.331742
YER 270.922893
ZAR 20.86477
ZMK 9740.877091
ZMW 24.867875
ZWL 348.459894
  • AEX

    -2.5700

    854.97

    -0.3%

  • BEL20

    11.4600

    3707.48

    +0.31%

  • PX1

    55.3800

    7966.68

    +0.7%

  • ISEQ

    98.4900

    9660.86

    +1.03%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260.8

    -0.22%

  • PSI20

    42.7800

    6242.11

    +0.69%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    7.0800

    2291.87

    +0.31%

  • N150

    0.6500

    3268.76

    +0.02%

Le "no man's land" de Chypre, un havre pour la faune et la flore
Le "no man's land" de Chypre, un havre pour la faune et la flore

Le "no man's land" de Chypre, un havre pour la faune et la flore

Si la zone tampon à Chypre, appelée aussi "no man's land", est le symbole tragique d'années de division, elle offre cependant un environnement exceptionnel pour la flore et la faune, à l'image du mouflon, une espèce endémique et emblématique de l'île méditerranéenne.

Taille du texte:

"En l'absence d'influence humaine, la faune et la flore se sont développées", explique le botaniste chypriote-turc Salih Gucel, dans le village abandonné de Variseia, à quelque 55 km à l'ouest de la capitale Nicosie.

"C'est comme faire un voyage dans le passé en observant ce que nos grands-parents auraient vu il y a 100 ans", poursuit-il, en regardant une orchidée qui a poussé sur les ruines d'une maison de la zone tampon.

Depuis l'invasion du nord de Chypre par l'armée turque en 1974 en réaction à un coup d'Etat de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient rattacher l’île à la Grèce, Chypre est partagée en deux.

- No man's land -

La partie nord, autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN) en 1983, n'est reconnue que par Ankara tandis que le gouvernement chypriote n'exerce son autorité que sur la partie sud.

La zone tampon divise Chypre d'est en ouest sur 180 km et peut atteindre jusqu'à 8 km de largeur, selon la Force des Nations unies chargée du maintien de la paix à Chypre (Unficyp).

Seuls quelques fermiers dotés d'autorisations, et surtout les Casques bleus de l'Unficyp qui surveillent ce no man's land, guettant notamment contrebandiers ou des migrants qui tenteraient de la traverser, peuvent pénétrer dans cette "zone morte".

Zone pourtant bien vivante pour de nombreuses espèces rares de plantes et d'animaux pour lesquelles elle est devenue un "havre", note l'ornithologue chypriote-grecque Iris Charalambidou.

"C'est un secteur où les espèces peuvent fuir l'intense activité humaine", ajoute-t-elle, notant que la région de Variseia accueille à elle seule entre 200 et 300 mouflons --un ruminant sauvage proche du bouquetin--, sur une population de quelque 3.000 sur l'île.

"Ce sont des zones où la biodiversité se développe", indique-t-elle. "Des espèces, quand elles deviennent trop nombreuses, se propagent dans d'autres secteurs."

A travers le feuillage d'oliviers, un couple de mouflons observe avec méfiance les intrus --l'équipe de l'AFP et des experts en faune, accompagnés de Casques bleus argentins--, avant de s'éloigner lorsqu'ils tentent d'approcher.

Considéré comme un symbole national, le mouflon était autrefois chassé et en voie d'extinction au XXe siècle.

Certaines espèces d'orchidées ou encore de rares reptiles ou des mammifères restent en danger, comme le rat épineux, note Mme Charalambidou, de l'université de Nicosie.

"Quand l'activité humaine n'est pas trop forte dans certaines zones, vous pouvez voir la nature reprendre le dessus", explique-t-elle.

Cette zone a de fait échappé au développement immobilier effréné qui a ravagé ailleurs l'habitat de nombreuses espèces, sur une île connue pour la richesse de sa biodiversité.

- "Travailler ensemble" -

Si les dirigeants respectifs des deux parties de l'île s'opposent sur la façon de résoudre le "problème" chypriote, Mme Charalambidou et M. Gucel, directeur de l'Institut des sciences de l'environnement à la Near East University, en RTCN, collaborent au sein d'un projet soutenu par l'ONU chargé d'identifier les "hauts lieux de la biodiversité" dans la zone tampon.

"La situation politique de l'île demeure très difficile (...) mais beaucoup de travail pour la réconciliation peut être encore fait sur le terrain", explique Aleem Siddique, porte-parole de l'Unficyp.

"L'un des buts de notre projet était de faire travailler ensemble des gens des deux communautés qui s'intéressent à l'environnement", raconte M. Gucel.

Près d'un demi-siècle après la division de l'île, les communautés chypriote-grecque et chypriote-turque semblent mener leur vie chacune de leur côté, avec très peu de contacts.

"Plus on peut faire travailler les deux communautés ensemble, plus on peut les faire s'entendre sur des sujets en commun, et cela ne bénéficiera pas seulement à l'environnement mais aussi au processus de paix", veut croire M. Siddique.

"Nous avons un but commun et des intérêts communs", abonde Mme Charalambidou, regardant des fleurs jaunes qui se sont frayé un chemin à travers des fils barbelés. "Cela unit les gens."

(U.Gruber--BBZ)