Berliner Boersenzeitung - Après la sécheresse, le déluge: des éleveurs kényans voient leur monde s'écrouler

EUR -
AED 3.926175
AFN 77.213022
ALL 100.930094
AMD 417.028244
ANG 1.926875
AOA 893.649785
ARS 932.925067
AUD 1.64246
AWG 1.924126
AZN 1.823016
BAM 1.956383
BBD 2.158744
BDT 117.334985
BGN 1.955565
BHD 0.402952
BIF 3064.513727
BMD 1.068959
BND 1.455134
BOB 7.388168
BRL 5.480877
BSD 1.069119
BTN 89.076343
BWP 14.828491
BYN 3.498943
BYR 20951.591004
BZD 2.155143
CAD 1.46333
CDF 2998.429348
CHF 0.977595
CLF 0.037051
CLP 1022.341763
CNY 7.745645
CNH 7.772164
COP 4174.230372
CRC 536.259893
CUC 1.068959
CUP 28.327406
CVE 110.297887
CZK 25.240574
DJF 190.386766
DKK 7.457485
DOP 62.879042
DZD 143.647727
EGP 51.201315
ERN 16.034381
ETB 60.791526
FJD 2.451283
FKP 0.858119
GBP 0.859625
GEL 2.859447
GGP 0.858119
GHS 14.433236
GIP 0.858119
GMD 72.609048
GNF 9193.74124
GTQ 8.310478
GYD 223.805684
HKD 8.373058
HNL 26.392869
HRK 7.568399
HTG 141.752265
HUF 393.23459
IDR 17283.512588
ILS 4.036121
IMP 0.858119
INR 89.074994
IQD 1400.617613
IRR 44976.438604
ISK 150.31695
JEP 0.858119
JMD 166.539656
JOD 0.757675
JPY 165.629275
KES 144.309245
KGS 94.978375
KHR 4342.294715
KMF 493.992566
KPW 962.063226
KRW 1469.978697
KWD 0.329218
KYD 0.89097
KZT 474.491476
LAK 22813.802248
LBP 95742.947073
LKR 318.945098
LRD 206.52596
LSL 20.492206
LTL 3.156358
LVL 0.646602
LYD 5.218556
MAD 10.849335
MDL 19.030674
MGA 4746.415209
MKD 61.562989
MMK 2245.279963
MNT 3687.90797
MOP 8.626172
MRU 42.448279
MUR 49.636442
MVR 16.525775
MWK 1853.243902
MXN 18.077214
MYR 5.10695
MZN 67.882423
NAD 20.491433
NGN 1379.480333
NIO 39.351733
NOK 11.733356
NPR 142.522495
NZD 1.801126
OMR 0.4115
PAB 1.069119
PEN 3.96652
PGK 4.064212
PHP 61.650593
PKR 297.653149
PLN 4.318825
PYG 7942.368126
QAR 3.89165
RON 4.975892
RSD 117.162155
RUB 100.235925
RWF 1379.617805
SAR 4.009346
SBD 9.137067
SCR 14.571073
SDG 626.410197
SEK 11.622158
SGD 1.455115
SHP 1.350576
SLE 24.422824
SLL 22415.533895
SOS 610.943904
SRD 36.818684
STD 22125.287382
SVC 9.354921
SYP 2685.79126
SZL 20.49311
THB 39.610245
TJS 11.691295
TMT 3.741356
TND 3.372591
TOP 2.554117
TRY 34.762202
TTD 7.254163
TWD 34.848483
TZS 2771.809554
UAH 42.270101
UGX 4076.21538
USD 1.068959
UYU 41.022231
UZS 13584.050271
VEF 3872359.137398
VES 38.80502
VND 27172.930782
VUV 126.908958
WST 2.996942
XAF 656.152641
XAG 0.039445
XAU 0.000462
XCD 2.888915
XDR 0.813346
XOF 656.152641
XPF 119.331742
YER 267.640566
ZAR 20.507065
ZMK 9621.913877
ZMW 27.931328
ZWL 344.204273
  • AEX

    4.5500

    879.34

    +0.52%

  • BEL20

    7.3900

    3897.96

    +0.19%

  • PX1

    21.8800

    8127.28

    +0.27%

  • ISEQ

    -99.6600

    9967.48

    -0.99%

  • OSEBX

    11.2500

    1351.07

    +0.84%

  • PSI20

    -60.6500

    6532.2

    -0.92%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    60.5800

    2093.61

    +2.98%

  • N150

    -4.3800

    3365.4

    -0.13%

Après la sécheresse, le déluge: des éleveurs kényans voient leur monde s'écrouler
Après la sécheresse, le déluge: des éleveurs kényans voient leur monde s'écrouler

Après la sécheresse, le déluge: des éleveurs kényans voient leur monde s'écrouler

Dabaso Galgalo a fini par s'habituer à l'odeur épouvantable et au spectacle désolant du bétail pourrissant à terre tout autour de lui sur la plaine.

Taille du texte:

Dans la brousse aride du nord du Kenya, où gisent éparpillées sous un soleil de plomb des charognes de moutons et de chèvres par centaines, cet éleveur de 56 ans lutte pour la survie de ses précieux animaux, et pour la sienne, dans un pays éreinté par une succession de désastres météorologiques.

Ce qui restait de son troupeau après une vague de sécheresse de plusieurs mois a été décimé en janvier par des précipitations d'une ampleur exceptionnelle, comme on n'en voit qu'une fois par génération.

La pluie tant attendue "a tué le bétail qui s'était rassemblé autour de ce point d'eau", dit-il à l'AFP en arpentant le terrain autour de Kambi ya Nyoka ("Le camp du Serpent"), implantation pastorale dans le comté de Marsabit.

"Nous avons perdu énormément de ressources avec cette tragédie", explique M. Galgalo, "si quelqu'un avait 500 chèvres, il ne lui en reste plus désormais qu'entre cinq et vingt".

Depuis plusieurs décennies, les pasteurs nomades des zones arides d'Afrique de l'Est ont appris à composer avec les caprices du temps, poursuivant leur quête inlassable d'eau et de pâturages dans des régions très peu hospitalières.

Mais le changement climatique vient sérieusement éprouver leur capacité de résistance.

D'octobre à décembre 2021, le nord du Kenya a connu une troisième mauvaise saison des pluies d'affilée. Un an plus tôt, la région avait été dévastée par une invasion de criquets catastrophique.

Accablés par cette succession de plaies, les animaux sont aujourd'hui trop faibles pour donner du lait et trop maigres pour pouvoir être vendus.

- Tensions intercommunautaires -

Au vu de la situation, certains craignent désormais qu'en cas de nouvelle détérioration, les tensions entre différentes communautés pastorales ne s'aiguisent, sur fond de compétition pour un accès à des ressources limitées, tout particulièrement dans la région de Marsabit, où le conflit entre les groupes rivaux des Borana et des Gabra ne date pas d'hier.

En septembre, le président kényan Uhuru Kenyatta a reconnu à la sécheresse le statut de catastrophe naturelle, vue son ampleur.

Selon des chiffres gouvernementaux, 2,1 million de personnes, soit environ 4% de la population du pays, souffrent déjà de la faim, et 23 des 47 comtés du pays font face "à des difficultés d'approvisionnement en eau et à une situation d'insécurité alimentaire".

L'organisation météorologique nationale a mis en garde contre une possible hausse "des conflits humains et des conflits entre l'homme et la faune".

Les autorités ont alloué 450 millions de shillings (3,4 millions d'euros) pour acheter 11.250 bovins et 3.200 chèvres aux éleveurs des comtés les plus touchés.

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a plaidé lundi en faveur d'une politique "agressive" pour remédier à la situation", faisant part de son inquiétude face à "la situation sur le terrain".

"Nous devons nous engager à agir différemment", a déclaré sa directrice générale adjointe, Beth Bechdol, lors d'une conférence de presse à Nairobi avant une visite dans le Nord, frappé par la sécheresse.

"Nous avons vu trop d'efforts pendant trop d'années qui ont été répétés et essayés inlassablement pour ne produire souvent que les mêmes résultats décevants", a-t-elle ajouté.

Selon les scientifiques, le changement climatique entraîne une multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, tout particulièrement en Afrique, pourtant le continent qui contribue le moins au réchauffement de la planète.

A Kambi ya Nyoka, M. Galgalo, n'a désormais plus qu'un seul but : tout faire pour sauver les animaux qui lui restent et protéger ainsi sa seule source de revenu.

Mais il commence à perdre espoir. Ses bêtes, dit-il, souffrent désormais "de pneumonie et continuent de mourir".

(Y.Yildiz--BBZ)