Berliner Boersenzeitung - Les impacts dévastateurs du réchauffement au crible de 195 pays

EUR -
AED 3.906704
AFN 76.817546
ALL 101.061602
AMD 420.445721
ANG 1.916268
AOA 885.936569
ARS 924.127111
AUD 1.659928
AWG 1.914792
AZN 1.809662
BAM 1.957011
BBD 2.146829
BDT 116.692227
BGN 1.956481
BHD 0.401048
BIF 3051.965949
BMD 1.063773
BND 1.451198
BOB 7.373495
BRL 5.608752
BSD 1.063258
BTN 88.904191
BWP 14.696096
BYN 3.479654
BYR 20849.95908
BZD 2.143227
CAD 1.470315
CDF 2967.92823
CHF 0.970379
CLF 0.038111
CLP 1051.592896
CNY 7.700123
CNH 7.726724
COP 4184.959108
CRC 532.5246
CUC 1.063773
CUP 28.189996
CVE 110.333291
CZK 25.260392
DJF 189.347196
DKK 7.46087
DOP 62.818291
DZD 143.400961
EGP 51.594038
ERN 15.956601
ETB 60.499577
FJD 2.424322
FKP 0.853957
GBP 0.85472
GEL 2.839865
GGP 0.853957
GHS 14.279704
GIP 0.853957
GMD 72.150447
GNF 9138.656371
GTQ 8.270041
GYD 222.625701
HKD 8.33175
HNL 26.250248
HRK 7.531686
HTG 140.987264
HUF 394.798051
IDR 17315.891016
ILS 3.996506
IMP 0.853957
INR 89.010124
IQD 1392.862112
IRR 44758.267018
ISK 150.694384
JEP 0.853957
JMD 165.172233
JOD 0.753895
JPY 164.351908
KES 139.882803
KGS 94.788702
KHR 4299.661275
KMF 492.367662
KPW 957.396453
KRW 1480.224725
KWD 0.327812
KYD 0.886048
KZT 477.255397
LAK 22615.785439
LBP 95216.138941
LKR 319.207573
LRD 205.308105
LSL 20.107997
LTL 3.141046
LVL 0.643466
LYD 5.139181
MAD 10.814694
MDL 18.926537
MGA 4673.848942
MKD 61.581622
MMK 2232.882042
MNT 3670.018676
MOP 8.577328
MRU 42.205167
MUR 49.673935
MVR 16.429993
MWK 1843.023414
MXN 18.135794
MYR 5.097565
MZN 67.539433
NAD 20.109316
NGN 1220.895492
NIO 39.134222
NOK 11.670898
NPR 142.246706
NZD 1.807029
OMR 0.409491
PAB 1.063258
PEN 3.96628
PGK 4.026492
PHP 60.624982
PKR 295.858522
PLN 4.358632
PYG 7873.79947
QAR 3.872933
RON 4.977079
RSD 117.137386
RUB 99.27669
RWF 1370.348177
SAR 3.990419
SBD 9.015676
SCR 14.432049
SDG 623.371123
SEK 11.622246
SGD 1.45096
SHP 1.344025
SLE 24.304353
SLL 22306.80068
SOS 607.938902
SRD 37.002826
STD 22017.962095
SVC 9.303759
SYP 2672.76303
SZL 20.267545
THB 38.99049
TJS 11.626887
TMT 3.723207
TND 3.310991
TOP 2.542953
TRY 34.562748
TTD 7.217399
TWD 34.577918
TZS 2755.173028
UAH 42.080846
UGX 4077.523783
USD 1.063773
UYU 41.365603
UZS 13468.336225
VEF 3853575.107604
VES 38.548093
VND 26902.829854
VUV 126.293348
WST 2.982404
XAF 656.363256
XAG 0.037492
XAU 0.000445
XCD 2.8749
XDR 0.8079
XOF 656.363256
XPF 119.331742
YER 266.28911
ZAR 20.235413
ZMK 9575.231212
ZMW 26.661251
ZWL 342.534608
  • AEX

    -9.3700

    874.67

    -1.06%

  • BEL20

    -56.6500

    3796.92

    -1.47%

  • PX1

    -112.6300

    7932.61

    -1.4%

  • ISEQ

    -119.7700

    9778.52

    -1.21%

  • OSEBX

    -18.7900

    1343.16

    -1.38%

  • PSI20

    -44.5100

    6224.16

    -0.71%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -44.6300

    2080.62

    -2.1%

  • N150

    -41.3000

    3316.46

    -1.23%

Les impacts dévastateurs du réchauffement au crible de 195 pays
Les impacts dévastateurs du réchauffement au crible de 195 pays

Les impacts dévastateurs du réchauffement au crible de 195 pays

Alors que le réchauffement de la planète s'accélère, 195 pays commencent lundi l'adoption d'un rapport scientifique de référence sur ses impacts dévastateurs, qui peindra sans aucun doute une image sombre de l'avenir auquel l'humanité doit se préparer.

Taille du texte:

Après plus d'un siècle et demi de développement économique consacrant les énergies fossiles, le monde a gagné environ +1,1°C par rapport à l'ère pré-industrielle, multipliant déjà canicules, sécheresses, tempêtes ou inondations dévastatrices.

Dans le premier volet de leur rapport publié en août dernier, les experts climat de l'ONU (Giec) estimaient que le mercure atteindrait autour de 2030, soit dix ans plus tôt qu'escompté, le seuil de +1,5°C, objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris.

Avant un troisième opus en avril sur les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le deuxième dont les négociations débutent lundi se penche sur les impacts du réchauffement, et la façon de s'y préparer ("l'adaptation").

Il doit décliner ces conséquences sur tous les continents et dans tous leurs aspects: santé, sécurité alimentaire, pénurie d'eau, déplacement de populations, destruction des écosystèmes...

"La vie sur la planète est frappée par le changement climatique et de nombreux systèmes atteignent leurs limites (...). Nous aussi avons nos limites. Comme les autres espèces, notre espace de vie se réduit", a commenté il y a quelques jours Hans-Otto Pörtner, co-président du groupe de près de 300 scientifiques ayant préparé ce rapport.

Une version préliminaire de ce texte, que l'AFP avait obtenue en juin dernier, montrait que la vie telle que nous la connaissons allait inéluctablement être transformée, à court terme.

Sur presque tous les continents, le monde voit d'ailleurs déjà de ses propres yeux les catastrophes à l'oeuvre. Comme l'an dernier avec les flammes ravageant l'Ouest américain, la Grèce ou la Turquie, des flots submergeant des régions d'Allemagne ou de Chine, ou un thermomètre qui frôle les 50°C au Canada.

- "Bon coup de pied au..." -

Face à ce constat et à la nécessité de réduire les émissions de près de 50% d'ici à 2030 pour ne pas dépasser +1,5°C, le monde a promis lors de la COP26 de Glasgow en novembre d'accélérer la lutte contre le réchauffement.

"Pas assez" pour éloigner "la catastrophe climatique qui frappe toujours à la porte", avait alors réagi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui réclame notamment la sortie du charbon.

Alors que les Etats sont appelés à renforcer leur ambition d'ici à la COP27 en Egypte fin 2022, "j'espère que ce rapport sera un bon coup de pied où je pense pour certains", a déclaré à l'AFP l'envoyé américain pour le climat John Kerry.

Même si "on ne devrait pas avoir besoin de nouvelles statistiques inquiétantes pour savoir ce qu'il faut faire".

C'est le 28 février que sera dévoilée cette nouvelle évaluation du Giec, après deux semaines de réunion virtuelle des 195 États membres qui passeront au crible, ligne par ligne, mot par mot, le "résumé pour les décideurs", condensé politiquement sensible des milliers de pages du rapport scientifique complet.

Evolution comparée au précédent rapport d'il y a sept ans, l'attention portée à l"adaptation", c'est-à-dire les solutions pour faire face aux impacts des dérèglements climatiques.

"L'accent sur les solutions (d'adaptation) n'est pas simplement une liste de courses de ce qui pourrait être fait, mais également une évaluation de l'efficacité et de la faisabilité" des mesures, a expliqué l'autre co-présidente du groupe du Giec Debra Roberts.

Mais "il y a des limites à l'adaptation", souligne à l'AFP le climatologue Laurent Bopp, un des auteurs du rapport.

"Dans certaines zones, si les températures dépassent des niveaux très élevés, la vie humaine n'est plus possible. Si dans certaines zones côtières, le niveau des mers monte de plus d'un mètre, la protection avec des digues n'est plus possible non plus. Donc dans certains scénarios, on peut s'attendre à des migrations de populations importantes", ajoute-t-il.

Scientifiques et ONG appellent à prendre toutes les décisions nécessaires pour limiter au maximum les conséquences irréversibles.

Avec le nouveau rapport, "la réalité de ceux qui vivent dans les situations les plus vulnérables sera impossible à ignorer", espère Kaisa Kosonen, de Greenpeace.

"Les faits incontestables qui seront présentés rendront le manque d'actions et d'engagements des grands émetteurs plus évident, et les appels à la justice encore plus fort".

(L.Kaufmann--BBZ)