Berliner Boersenzeitung - A la frontière hongroise, les premiers Ukrainiens fuient les combats

EUR -
AED 3.931539
AFN 75.621895
ALL 100.232512
AMD 414.610392
ANG 1.925048
AOA 914.641261
ARS 967.444549
AUD 1.602121
AWG 1.926678
AZN 1.82389
BAM 1.955849
BBD 2.156654
BDT 125.503146
BGN 1.95818
BHD 0.40301
BIF 3071.376984
BMD 1.070377
BND 1.447136
BOB 7.380185
BRL 5.814398
BSD 1.068127
BTN 89.193736
BWP 14.395361
BYN 3.495488
BYR 20979.385849
BZD 2.152954
CAD 1.466363
CDF 3050.57435
CHF 0.95639
CLF 0.036076
CLP 995.457951
CNY 7.772332
CNH 7.803519
COP 4456.311698
CRC 558.313994
CUC 1.070377
CUP 28.364986
CVE 110.267764
CZK 24.956054
DJF 190.174767
DKK 7.465241
DOP 63.04158
DZD 143.800604
EGP 51.014279
ERN 16.055652
ETB 61.631245
FJD 2.400588
FKP 0.83982
GBP 0.845914
GEL 3.00245
GGP 0.83982
GHS 16.182406
GIP 0.83982
GMD 72.518447
GNF 9195.230479
GTQ 8.288208
GYD 223.335598
HKD 8.355758
HNL 26.420662
HRK 7.512373
HTG 141.573549
HUF 396.821217
IDR 17637.187719
ILS 4.020421
IMP 0.83982
INR 89.443846
IQD 1399.235072
IRR 45049.488876
ISK 149.214612
JEP 0.83982
JMD 166.344169
JOD 0.75858
JPY 171.059601
KES 138.323467
KGS 92.864507
KHR 4403.110364
KMF 492.962459
KPW 963.339286
KRW 1487.171273
KWD 0.328339
KYD 0.890122
KZT 497.142461
LAK 23479.588516
LBP 95649.597459
LKR 326.158175
LRD 207.325197
LSL 19.119879
LTL 3.160545
LVL 0.647461
LYD 5.17813
MAD 10.637567
MDL 19.119479
MGA 4836.121217
MKD 61.536542
MMK 3476.542188
MNT 3692.800165
MOP 8.584815
MRU 42.062054
MUR 50.136856
MVR 16.487805
MWK 1851.946419
MXN 19.386125
MYR 5.044728
MZN 68.177694
NAD 19.119879
NGN 1592.72109
NIO 39.320986
NOK 11.313712
NPR 142.709577
NZD 1.749353
OMR 0.41161
PAB 1.068127
PEN 4.064802
PGK 4.166104
PHP 63.013485
PKR 297.469856
PLN 4.328741
PYG 8040.201528
QAR 3.895698
RON 4.979932
RSD 117.058434
RUB 94.352365
RWF 1402.435152
SAR 4.017427
SBD 9.049442
SCR 15.71353
SDG 643.296837
SEK 11.248837
SGD 1.450579
SHP 1.352367
SLE 24.455224
SLL 22445.268968
SOS 610.4153
SRD 32.964436
STD 22154.639278
SVC 9.346234
SYP 2689.35435
SZL 19.111479
THB 39.288222
TJS 11.354085
TMT 3.757023
TND 3.349284
TOP 2.525822
TRY 35.14973
TTD 7.248182
TWD 34.653076
TZS 2803.770277
UAH 43.202683
UGX 4005.100388
USD 1.070377
UYU 42.071055
UZS 13500.338386
VEF 3877496.294765
VES 38.884603
VND 27246.442183
VUV 127.077251
WST 2.997713
XAF 655.973442
XAG 0.036234
XAU 0.000461
XCD 2.892747
XDR 0.81062
XOF 655.973442
XPF 119.331742
YER 267.969228
ZAR 19.231102
ZMK 9634.679752
ZMW 27.210682
ZWL 344.660902
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

A la frontière hongroise, les premiers Ukrainiens fuient les combats
A la frontière hongroise, les premiers Ukrainiens fuient les combats

A la frontière hongroise, les premiers Ukrainiens fuient les combats

"Tous ceux qui le peuvent fuient à l'étranger": Krisztian Szavla fait partie des premiers Ukrainiens à avoir franchi la frontière hongroise, à pied ou en voiture, par peur des bombardements et combats après l'invasion de leur pays par la Russie.

Taille du texte:

Rencontré par l'AFP dans une station service de Zahony, ce spécialiste en marketing de 28 ans est originaire de la région de Transcarpatie (ouest), qui compte 130.000 Magyars.

Quelques bagages remplis à la hâte, la poussette chargée dans le coffre de sa voiture, il a pris la route avec sa femme et sa petite fille dès qu'il a appris le déclenchement par l'armée de Vladimir Poutine d'une attaque massive contre l'Ukraine.

"Nous ne voulons pas vivre ce que nos amis et compatriotes subissent dans l'est du pays, nous réveiller aux sons des sirènes, à chaque bombardement russe", confie Krisztian Szavla, barbe fournie et bonnet noir vissé sur la tête.

"Je refuse que mon enfant grandisse sans père", ajoute-t-il, expliquant qu'il ne voulait pas être enrôlé dans l'armée.

Dans l'immédiat, il prévoit de rester chez des amis. En attendant de voir comment évolue la situation.

- Distributeurs et magasins assaillis -

En ce premier jour de guerre ouverte, la police hongroise a fait état de longues queues de véhicules patientant pour entrer dans le pays, aux cinq points de passage répartis le long des 140 km de frontière avec l'Ukraine.

"Les automobilistes font le plein d'essence, les distributeurs d'argent sont vides, et les magasins pris d'assaut", raconte M. Szavla.

"Au moins 400 ou 500 personnes" ont par ailleurs traversé à pied, selon l'agence de presse MTI.

Un médecin ukrainien, lui, fait rouler sa valise dans l'autre sens. Bogdan Khmenitsky, 33 ans, était venu à Budapest pour participer à un congrès. Mais il a décidé de rentrer chez lui en découvrant les nouvelles au réveil.

"La situation en Ukraine est terrible, mes proches quittent Kiev et les autres villes", dit-il.

"Nous avons écourté notre séjour pour prêter main forte en Ukraine", poursuit-il, bien décidé à faire du stop avec ses deux collègues pour rejoindre la capitale.

Si l'affluence n'était pas massive jeudi en Hongrie, le Premier ministre souverainiste Viktor Orban, connu pour sa position dure sur l'asile, a dit s'attendre à une vague de réfugiés.

Le chiffre de 600.000 est évoqué, selon une carte déployée lors d'une réunion la veille et visible sur sa page Facebook.

"Nous sommes prêts à les accueillir, à relever rapidement et efficacement ce défi", a déclaré le dirigeant dans un message vidéo.

Le gouvernement a annoncé le déploiement de troupes, à des fins de sécurité et d'aide humanitaire.

- La Roumanie "pas préparée" -

La Roumanie voisine anticipe également un large afflux, "effet collatéral" de l'invasion de l'Ukraine, selon les termes du ministre de la Défense Vasile Dancu.

Jeudi, la Police des frontières a constaté une hausse du nombre d'arrivées, recensant quelque 5.300 personnes, contre 2.400 la veille.

Plusieurs centaines, notamment des femmes accompagnées d'enfants, ont franchi le poste-frontière de Sighetul Marmatiei (nord), d'après des images retransmises par les télévisions.

"La plupart d'entre eux se renseignent sur les moyens de se rendre en Pologne ou en République tchèque", a déclaré le maire de la ville, Vasile Moldovan.

Car la Roumanie, un des pays les plus pauvres de l'Union européenne, "n'est absolument pas préparée", estime Flavius Ilioni-Loga, responsable d'une ONG d’aide aux réfugiés.

"Comment les autorités vont-elles faire pour mettre en place tout ce qui relève de l'assistance humanitaire? Qui va leur fournir la nourriture et les médicaments nécessaires?", s'inquiète-t-il. "Et ce sans même parler d'une intégration à long terme, qui implique l'accès à un emploi, à un logement social ou à une école pour les enfants".

(O.Joost--BBZ)