Berliner Boersenzeitung - Face à la Russie, la souveraineté du Bélarus également en danger

EUR -
AED 3.931468
AFN 75.621904
ALL 100.232524
AMD 414.61044
ANG 1.925048
AOA 914.603793
ARS 967.444661
AUD 1.602121
AWG 1.926679
AZN 1.793207
BAM 1.955849
BBD 2.156654
BDT 125.50316
BGN 1.95818
BHD 0.40301
BIF 3071.377339
BMD 1.070377
BND 1.447136
BOB 7.380186
BRL 5.814392
BSD 1.068127
BTN 89.193746
BWP 14.395362
BYN 3.495488
BYR 20979.388273
BZD 2.152954
CAD 1.466363
CDF 3050.574705
CHF 0.95639
CLF 0.036076
CLP 995.458066
CNY 7.772325
CNH 7.803519
COP 4456.312213
CRC 558.314059
CUC 1.070377
CUP 28.364989
CVE 110.267777
CZK 24.956054
DJF 190.174789
DKK 7.465234
DOP 63.041587
DZD 143.800621
EGP 51.014285
ERN 16.055654
ETB 61.631252
FJD 2.400588
FKP 0.83982
GBP 0.845914
GEL 3.002431
GGP 0.83982
GHS 16.182407
GIP 0.83982
GMD 72.517963
GNF 9195.231541
GTQ 8.288209
GYD 223.335624
HKD 8.355758
HNL 26.420665
HRK 7.512374
HTG 141.573565
HUF 396.820498
IDR 17637.189757
ILS 4.020421
IMP 0.83982
INR 89.443856
IQD 1399.235234
IRR 45049.48867
ISK 149.210638
JEP 0.83982
JMD 166.344189
JOD 0.758579
JPY 171.059619
KES 138.323483
KGS 92.864518
KHR 4403.110873
KMF 492.962081
KPW 963.339398
KRW 1487.170913
KWD 0.328338
KYD 0.890122
KZT 497.142518
LAK 23479.59123
LBP 95649.608514
LKR 326.158213
LRD 207.325221
LSL 19.119881
LTL 3.160544
LVL 0.64746
LYD 5.17813
MAD 10.637568
MDL 19.119481
MGA 4836.121776
MKD 61.53655
MMK 3476.54259
MNT 3692.800591
MOP 8.584816
MRU 42.062059
MUR 50.136335
MVR 16.479822
MWK 1851.946633
MXN 19.386127
MYR 5.044696
MZN 68.177702
NAD 19.119881
NGN 1592.720909
NIO 39.32099
NOK 11.313713
NPR 142.709594
NZD 1.749354
OMR 0.41161
PAB 1.068127
PEN 4.064802
PGK 4.166105
PHP 63.012851
PKR 297.46989
PLN 4.328741
PYG 8040.202457
QAR 3.895698
RON 4.979929
RSD 117.058448
RUB 94.352376
RWF 1402.435314
SAR 4.017427
SBD 9.049443
SCR 15.713194
SDG 643.296452
SEK 11.248838
SGD 1.450578
SHP 1.352368
SLE 24.455226
SLL 22445.271562
SOS 610.415371
SRD 32.964335
STD 22154.641839
SVC 9.346235
SYP 2689.354661
SZL 19.111481
THB 39.288185
TJS 11.354086
TMT 3.757023
TND 3.349284
TOP 2.525822
TRY 35.149734
TTD 7.248183
TWD 34.653079
TZS 2803.770601
UAH 43.202688
UGX 4005.100851
USD 1.070377
UYU 42.071059
UZS 13500.339947
VEF 3877496.742894
VES 38.884607
VND 27246.445332
VUV 127.077266
WST 2.997714
XAF 655.973518
XAG 0.036234
XAU 0.000461
XCD 2.892747
XDR 0.81062
XOF 655.973518
XPF 119.331742
YER 267.968757
ZAR 19.231104
ZMK 9634.673406
ZMW 27.210685
ZWL 344.660942
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

Face à la Russie, la souveraineté du Bélarus également en danger
Face à la Russie, la souveraineté du Bélarus également en danger

Face à la Russie, la souveraineté du Bélarus également en danger

Alors que la Russie poursuit son invasion de l'Ukraine, le Bélarus semble risquer de perdre progressivement sa souveraineté au profit de son puissant voisin, du fait de l'affaiblissement de son président Alexandre Loukachenko vis-à-vis de Vladimir Poutine.

Taille du texte:

Le chef de l'État bélarusse a autorisé la présence sur son territoire de troupes russes quelques semaines avant qu'elles n'envahissent l'Ukraine : quelque 30.000 militaires de Moscou, qui officiellement participaient à des exercices, se sont ainsi retrouvés à 200 kilomètres de la capitale ukrainienne Kiev.

À la tête depuis bientôt 30 ans d'un pays qu'il dirige d'une main de fer, Alexandre Loukachenko a en outre décidé de la tenue d'un référendum constitutionnel dimanche, qualifié d'illégitime par l'opposition et considéré comme une tentative de prolonger encore son séjour au pouvoir.

Des amendements à la Loi fondamentale proposés par le régime s'avèrent particulièrement problématiques pour la souveraineté nationale : ils comprennent une modification du statut post-soviétique de neutralité du Bélarus, qui permettrait au pays d'accueillir en permanence des armes nucléaires et des forces russes.

Cette initiative intervient dans un climat politique déjà étouffant dans le pays. L'opposition a dénoncé des fraudes massives lors des élections d'août 2020 qui ont permis à Loukachenko de garder les rênes du Bélarus, malgré des semaines de protestations populaires.

Plus de 1.000 contestataires croupissent toujours en prison, selon l'opposition. Svetlana Tikhanovskaïa qui, selon l'Occident, avait remporté ces élections, vit désormais en exil.

Au plus fort de la tourmente post-électorale, le Kremlin avait toutefois choisi de soutenir Loukachenko, le laissant "dépendant" de Vladimir Poutine pour rester au pouvoir, observe Olga Dryndova, du Centre de recherche pour les études est-européennes de l'Université de Brême (Allemagne).

L'annexion du Bélarus n'est pas l'option privilégiée par Moscou car elle "provoquerait le mécontentement et la résistance de la population", explique-t-elle. Mais avec des chars russes dans le pays, si Loukachenko reste "le visage du régime, le véritable pouvoir se trouve ailleurs", poursuit Mme Dryndova.

- 'Vassal' de la Russie -

Les Bélarusses "méritent mieux" que de devenir les "vassaux" de la Russie, a lancé vendredi le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à l'issue d'une rencontre avec la cheffe de l'opposition bélarusse Svetlana Tikhanovskaïa à Paris.

"La complicité du régime d'Alexandre Loukachenko dans l'invasion de l'Ukraine par la Russie, au mépris le plus total du droit international et des accords signés, marque une nouvelle et très grave étape dans le processus de soumission de M. Loukachenko à la Russie", a-t-il regretté.

L'Otan devra évaluer "les conséquences" du référendum voulu par Minsk, a encore estimé M. Le Drian. Le Bélarus partage des frontières avec la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, ainsi qu'avec la Pologne et la Russie.

Dans une interview accordée à l'AFP cette semaine, Svetlana Tikhanovskaïa a estimé que Loukachenko était prêt à sacrifier la souveraineté du pays parce qu'il était "reconnaissant" du soutien du Kremlin au lendemain de l'élection de 2020.

"Nous voulons être amis avec nos voisins mais nous ne voulons pas être l'appendice d'un autre pays", a-t-elle aussi dit, lors de sa visite à Paris.

M. Loukachenko, autrefois accusé par les États-Unis de diriger la dernière dictature d'Europe, a longtemps projeté une image de franc-tireur, apparaissant souvent en uniforme et émaillant ses commentaires d'expressions terre à terre et parfois vulgaires.

Alors que les tensions s'exacerbaient, avant l'invasion russe, il a lancé : "Si nécessaire, ceux d'entre nous qui ont des galons sur leur uniforme seront les premiers à défendre la patrie".

Mais cette verve masque une grande faiblesse, la présence des troupes russes représentant une menace pour son propre pouvoir. "Il peut aussi penser qu'un jour, lorsque le Kremlin n'aura plus besoin de lui, il pourra s'en débarrasser", a commenté Svetlana Tikhanovskaïa à l'AFP.

Selon Mme Dryndova, il est probable que les autorités bélarusses n'avaient pas imaginé au départ que les soldats russes resteraient aussi longtemps et utiliseraient le pays comme rampe de lancement contre l'Ukraine.

"Je n'ai pas l'impression que Loukachenko était favorable à cette option, avance-t-elle. Mais il n'est plus assez fort pour dire non à Poutine."

(B.Hartmann--BBZ)