Berliner Boersenzeitung - Macron et les agriculteurs: de la défiance à la détente

EUR -
AED 3.9268
AFN 75.677586
ALL 100.305858
AMD 414.913785
ANG 1.926403
AOA 914.580027
ARS 968.340462
AUD 1.603463
AWG 1.924341
AZN 1.814721
BAM 1.95728
BBD 2.158232
BDT 125.590281
BGN 1.956599
BHD 0.402926
BIF 3073.509394
BMD 1.069079
BND 1.448195
BOB 7.385585
BRL 5.813668
BSD 1.068908
BTN 89.259004
BWP 14.405895
BYN 3.498045
BYR 20953.938752
BZD 2.154529
CAD 1.463531
CDF 3044.735655
CHF 0.953629
CLF 0.036108
CLP 996.328153
CNY 7.762259
CNH 7.790749
COP 4460.430732
CRC 558.722543
CUC 1.069079
CUP 28.33058
CVE 110.346903
CZK 24.945558
DJF 190.313928
DKK 7.457784
DOP 63.087121
DZD 143.956711
EGP 50.998894
ERN 16.036178
ETB 61.676344
FJD 2.397676
FKP 0.838801
GBP 0.845503
GEL 2.961293
GGP 0.838801
GHS 16.194247
GIP 0.838801
GMD 72.456804
GNF 9201.614587
GTQ 8.29404
GYD 223.499025
HKD 8.342394
HNL 26.439501
HRK 7.503261
HTG 141.675819
HUF 396.882529
IDR 17602.965624
ILS 4.008825
IMP 0.838801
INR 89.335833
IQD 1400.245861
IRR 45008.204922
ISK 149.093864
JEP 0.838801
JMD 166.465893
JOD 0.757658
JPY 169.843451
KES 137.379843
KGS 92.899607
KHR 4406.33236
KMF 491.722562
KPW 962.170797
KRW 1484.918058
KWD 0.327961
KYD 0.890774
KZT 497.506247
LAK 23496.769809
LBP 95719.589476
LKR 326.396843
LRD 207.476908
LSL 19.133333
LTL 3.156711
LVL 0.646674
LYD 5.181919
MAD 10.644952
MDL 19.13347
MGA 4839.660071
MKD 61.576568
MMK 3472.325291
MNT 3688.320956
MOP 8.591097
MRU 42.091257
MUR 50.075382
MVR 16.447742
MWK 1853.301589
MXN 19.529822
MYR 5.038594
MZN 68.094998
NAD 19.133512
NGN 1602.549002
NIO 39.349022
NOK 11.268317
NPR 142.814005
NZD 1.743138
OMR 0.411526
PAB 1.068908
PEN 4.067624
PGK 4.168997
PHP 62.903553
PKR 297.687531
PLN 4.321589
PYG 8045.783717
QAR 3.898494
RON 4.976989
RSD 117.052312
RUB 94.611643
RWF 1403.46139
SAR 4.010464
SBD 9.023205
SCR 14.567934
SDG 642.51627
SEK 11.243151
SGD 1.447046
SHP 1.350727
SLE 24.42556
SLL 22418.043818
SOS 610.861974
SRD 32.812692
STD 22127.76665
SVC 9.352942
SYP 2686.092279
SZL 19.124927
THB 39.159694
TJS 11.362393
TMT 3.741775
TND 3.351735
TOP 2.522758
TRY 35.122119
TTD 7.253486
TWD 34.578272
TZS 2806.331519
UAH 43.232678
UGX 4008.031138
USD 1.069079
UYU 42.101249
UZS 13510.027619
VEF 3872793.057869
VES 38.840321
VND 27216.066112
VUV 126.923112
WST 2.994077
XAF 656.453453
XAG 0.035025
XAU 0.000452
XCD 2.889238
XDR 0.811213
XOF 656.444236
XPF 119.331742
YER 267.644047
ZAR 19.135968
ZMK 9622.993081
ZMW 27.230594
ZWL 344.242843
  • AEX

    -6.7200

    927.15

    -0.72%

  • BEL20

    -3.8900

    3885.63

    -0.1%

  • PX1

    -32.2200

    7639.27

    -0.42%

  • ISEQ

    -108.8100

    9435.65

    -1.14%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -51.8800

    6599.13

    -0.78%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    27.4900

    2094.59

    +1.33%

  • N150

    -30.7500

    3347.92

    -0.91%

Macron et les agriculteurs: de la défiance à la détente
Macron et les agriculteurs: de la défiance à la détente

Macron et les agriculteurs: de la défiance à la détente

Les relations entre Emmanuel Macron et les agriculteurs ont débuté sous le signe de la défiance avant de devenir franchement cordiales en fin de quinquennat, "un peu comme dans les comédies américaines" selon l'expression d'un politologue.

Taille du texte:

"Je tenais à être présent à vos côtés". C'est un président de la République aux traits tirés, accaparé par la guerre russe en Ukraine, qui a inauguré samedi matin le Salon de l'agriculture. "Merci pour ce que vous faites", "bon courage", a-t-il reçu comme mots d'accueil, au milieu d'une assemblée composée de représentants professionnels.

Lors de cette visite express, avant l'ouverture du salon au public, il était accompagné par son ministre de l'Agriculture Julien Denormandie.

Les rapports entre la majorité présidentielle et le monde agricole représenté par la FNSEA se sont réchauffés en cinq ans, et tout particulièrement depuis l'arrivée de cet ingénieur agronome au ministère de la rue de Varenne en juillet 2020.

Il "a su leur parler, adopter les mots qu'ils souhaitaient entendre", remarque le sociologue François Purseigle.

Le chercheur voit dans Julien Denormandie "une carte maîtresse dans le jeu d'Emmanuel Macron" qui a "mis en place une stratégie de conquête par rapport à cet électorat qui n'était plus acquis à la droite".

En 2017, "ce n'était pas très bien parti", retrace le politologue Eddy Fougier.

"Un peu comme dans les comédies américaines, ça commence mal et puis à la fin il y a le grand rapprochement", poursuit M. Fougier.

"Il y a eu une entrée dans le quinquennat avec des thèmes très anxiogènes pour les agriculteurs", dit Dominique Chargé, qui défend les intérêts des 2.200 coopératives agricoles françaises.

Il pense notamment à la volonté du chef de l'État en 2017 de sortir "au plus tard dans trois ans" du glyphosate, désherbant aussi controversé qu'efficace. La France a finalement juste restreint les usages de l'herbicide.

- Les "leçons" du président -

Le monde agricole majoritaire, qui goûte peu la présence au gouvernement de Nicolas Hulot, est aussi bousculé par un discours fleuve en 2017.

"Nous devons repenser collectivement une nouvelle France agricole", lance M. Macron devant les professionnels réunis sur le marché de gros de Rungis.

Il suggère d'"arrêter des productions, qu'il s'agisse de la volaille ou du porc, qui ne correspondent plus à nos goûts, à nos besoins".

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert, éleveuse de porcs, explique avoir du mal à encaisser les "leçons" du président.

Les agriculteurs lui reprochent une forme de double discours alors qu'ils font face à la concurrence de produits issus de pays moins regardants en termes sanitaires et environnementaux et que les députés ratifient en 2019 le traité de libre-échange entre l'Europe et le Canada (Ceta).

"Parler verdissement, recevoir (à l'Assemblée l'égérie de la lutte climatique) Greta Thunberg le jour où on signe le Ceta. On était dans l'incohérence politique majeure", estime le président de la Fédération nationale bovine, Bruno Dufayet.

Selon Eddy Fougier, "on commence à ne plus se regarder en chiens de faïence" courant 2019, quand l'exécutif reprend le terme d'"agribashing" qui sert aux agriculteurs aussi bien à dénoncer les intrusions de militants anti-viande dans les élevages que la remise en question des pesticides.

Le gouvernement décide même de créer une cellule spécifique au sein de la gendarmerie, nommée Demeter, dont les activités de prévention des "actions de nature idéologique" ont récemment été jugées illégales par la justice administrative. Les ministres de l'Intérieur et de l'Agriculture viennent de faire appel.

Les agriculteurs sont globalement reconnaissants envers l'exécutif d'avoir tenté d'améliorer leurs revenus via les lois Egalim et Egalim 2, réformé l'assurance récolte, et permis aux planteurs de betteraves à sucre de réutiliser des insecticides nocifs pour les abeilles afin de préserver la production.

Ou encore d'avoir défendu, surtout depuis la crise sanitaire, la "qualité du modèle français" et la nécessité de "reconquête" face aux importations.

La Confédération paysanne dresse à l'inverse un bilan "complètement négatif".

"Le discours qu'Emmanuel Macron a fait à Rungis semblait poser les bases d'une remise en question du modèle agricole. Cinq ans après, on a l'impression d'avoir été roulés dans la farine", dit Nicolas Girod, porte-parole du syndicat opposé à l'agriculture intensive.

"On va continuer à utiliser des produits chimiques pour produire plus à moins cher et être concurrentiel par rapport à d'autres pays du monde", déplore l'éleveur du Jura.

(P.Werner--BBZ)