Berliner Boersenzeitung - Dans l'ouest de l'Ukraine, le désarroi des déplacés fuyant l'invasion russe

EUR -
AED 3.931468
AFN 75.621904
ALL 100.232524
AMD 414.61044
ANG 1.925048
AOA 914.603793
ARS 967.444661
AUD 1.602121
AWG 1.926679
AZN 1.793207
BAM 1.955849
BBD 2.156654
BDT 125.50316
BGN 1.95818
BHD 0.40301
BIF 3071.377339
BMD 1.070377
BND 1.447136
BOB 7.380186
BRL 5.814392
BSD 1.068127
BTN 89.193746
BWP 14.395362
BYN 3.495488
BYR 20979.388273
BZD 2.152954
CAD 1.466363
CDF 3050.574705
CHF 0.95639
CLF 0.036076
CLP 995.458066
CNY 7.772325
CNH 7.803519
COP 4456.312213
CRC 558.314059
CUC 1.070377
CUP 28.364989
CVE 110.267777
CZK 24.956054
DJF 190.174789
DKK 7.465234
DOP 63.041587
DZD 143.800621
EGP 51.014285
ERN 16.055654
ETB 61.631252
FJD 2.400588
FKP 0.83982
GBP 0.845914
GEL 3.002431
GGP 0.83982
GHS 16.182407
GIP 0.83982
GMD 72.517963
GNF 9195.231541
GTQ 8.288209
GYD 223.335624
HKD 8.355758
HNL 26.420665
HRK 7.512374
HTG 141.573565
HUF 396.820498
IDR 17637.189757
ILS 4.020421
IMP 0.83982
INR 89.443856
IQD 1399.235234
IRR 45049.48867
ISK 149.210638
JEP 0.83982
JMD 166.344189
JOD 0.758579
JPY 171.059619
KES 138.323483
KGS 92.864518
KHR 4403.110873
KMF 492.962081
KPW 963.339398
KRW 1487.170913
KWD 0.328338
KYD 0.890122
KZT 497.142518
LAK 23479.59123
LBP 95649.608514
LKR 326.158213
LRD 207.325221
LSL 19.119881
LTL 3.160544
LVL 0.64746
LYD 5.17813
MAD 10.637568
MDL 19.119481
MGA 4836.121776
MKD 61.53655
MMK 3476.54259
MNT 3692.800591
MOP 8.584816
MRU 42.062059
MUR 50.136335
MVR 16.479822
MWK 1851.946633
MXN 19.386127
MYR 5.044696
MZN 68.177702
NAD 19.119881
NGN 1592.720909
NIO 39.32099
NOK 11.313713
NPR 142.709594
NZD 1.749354
OMR 0.41161
PAB 1.068127
PEN 4.064802
PGK 4.166105
PHP 63.012851
PKR 297.46989
PLN 4.328741
PYG 8040.202457
QAR 3.895698
RON 4.979929
RSD 117.058448
RUB 94.352376
RWF 1402.435314
SAR 4.017427
SBD 9.049443
SCR 15.713194
SDG 643.296452
SEK 11.248838
SGD 1.450578
SHP 1.352368
SLE 24.455226
SLL 22445.271562
SOS 610.415371
SRD 32.964335
STD 22154.641839
SVC 9.346235
SYP 2689.354661
SZL 19.111481
THB 39.288185
TJS 11.354086
TMT 3.757023
TND 3.349284
TOP 2.525822
TRY 35.149734
TTD 7.248183
TWD 34.653079
TZS 2803.770601
UAH 43.202688
UGX 4005.100851
USD 1.070377
UYU 42.071059
UZS 13500.339947
VEF 3877496.742894
VES 38.884607
VND 27246.445332
VUV 127.077266
WST 2.997714
XAF 655.973518
XAG 0.036234
XAU 0.000461
XCD 2.892747
XDR 0.81062
XOF 655.973518
XPF 119.331742
YER 267.968757
ZAR 19.231104
ZMK 9634.673406
ZMW 27.210685
ZWL 344.660942
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

Dans l'ouest de l'Ukraine, le désarroi des déplacés fuyant l'invasion russe
Dans l'ouest de l'Ukraine, le désarroi des déplacés fuyant l'invasion russe

Dans l'ouest de l'Ukraine, le désarroi des déplacés fuyant l'invasion russe

A la gare de Lviv, pleine à craquer, Olga Kovaltchouk a l'air perdu parmi des milliers d'autres Ukrainiens arrivés dans l'ouest de leur pays pour y trouver un refuge ou partir vers l'Union européenne, se sauvant face à l'invasion russe.

Taille du texte:

Elle n'a pas de billet, encore moins de plans pour l'avenir et espère juste pouvoir prendre le train vers la Pologne où sa nièce doit l'accueillir.

"On part car ça tire et qu'on doit se cacher dans des abris, je ne veux pas traumatiser mon enfant car elle a peur", raconte cette bibliothécaire de Jytomyr, dans le centre de l'Ukraine, à côté de sa fille de dix ans.

La Russie a lancé le 24 février une invasion massive de l'Ukraine, multipliant les frappes aériennes, d'artillerie et les tirs de missile contre la majorité des régions ukrainiennes, des attaques qui ont fait à ce jour plus de 350 morts parmi les civils, dont 16 enfants, selon Kiev.

Fuyant les violents combats, des centaines de milliers d'Ukrainiens se sont lancés pour chercher un abri, le plus souvent dans l'ouest du pays, frontalier de l'Union européenne.

Plus de 500.000 réfugiés, selon l'ONU, se sont déjà retrouvés dans des pays limitrophes, surtout en Pologne, qui a accueilli près de 300.000 Ukrainiens.

La ville de Lviv et sa région, où plusieurs capitales occidentales ont transféré leurs ambassades, sont devenues pour beaucoup une étape clef de ce voyage au point que trouver un logement y est devenu un défi et que des produits de première nécessité commencent à manquer dans des supermarchés.

Certains y font une escale avant de continuer leur périple vers l'ouest, malgré des embouteillages ayant atteint 25 à 30 kilomètres devant la frontière. D'autres s'installent sans savoir combien de temps ils resteront.

Alors que les autorités ont organisé des trains d'évacuation gratuits à travers l'Ukraine et vers plusieurs pays de l'UE, la gare de Lviv, qui accueille des trains bondés, est en proie à la cohue et au chaos.

- Hébergement gratuit -

Regard hagard, les passagers scrutent le tableau des horaires, traînant avec eux valises et poussettes d'enfant. Des patrouilles policières et militaires circulent sans répit. Des bénévoles en gilets jaunes distribuent des biscuits et du thé.

Maryna, une travailleuse sociale de 32 ans, arrivée à Lviv depuis Dnipro (centre-est) avec ses deux enfants, attend elle aussi de pouvoir partir vers la Pologne et ne croit pas qu'elle pourra retourner chez elle un jour.

"On reste ici pour la journée, on n'a pas de plan, il y a trop de gens, on ne comprend rien", avoue la jeune femme dont le mari combat contre les Russes.

Face à l'affluence des migrants, des habitants ont multiplié des initiatives visant à aider leurs compatriotes.

Propriétaire d'un ranch situé dans le village de Lopouchna, près de Lviv, Ostap Lun leur a ouvert les portes de son petit hôtel qui affiche complet.

"Évidemment, on ne prend pas d'argent pour le logement", dit cet homme robuste de 47 ans. "Nous allons tout faire pour créer des conditions confortables et surtout sûres pour des gens qui se sont retrouvés sans abri".

Si elle s'y sent plus en sécurité, une de ses locataires, Iryna Plakhouta, retient à peine ses larmes.

"Nos maris sont restés à Kiev, ils protègent l'Ukraine. C'est tellement dur", confie cette femme d'affaires svelte de 43 ans.

Enceinte de son deuxième enfant, elle dit dormir habillée car des sirènes d'alerte retentissent régulièrement dans cette région, forçant des habitants à descendre dans des abris.

"Si nos gars ne peuvent pas tenir Kiev, s'il y a des frappes aériennes contre Lviv (...), il n'y aura pas d'autre solution" que d'émigrer, craint la jeune femme.

Si elle sent "beaucoup de peine pour ses compatriotes" et surtout pour les enfants, Olga Kovaltchouk tente malgré tout de "ne pas baisser les bras".

"Nous espérons que l'Ukraine va gagner car la justice est de notre côté. Nous n'avons fait de mal à personne", dit-elle.

(Y.Yildiz--BBZ)