Berliner Boersenzeitung - Présidentielle: Taubira se retire, Macron toujours concentré sur l'Ukraine

EUR -
AED 3.935672
AFN 76.021312
ALL 100.451015
AMD 417.240403
ANG 1.935134
AOA 916.691547
ARS 970.524041
AUD 1.608636
AWG 1.928744
AZN 1.761418
BAM 1.95736
BBD 2.167948
BDT 126.160572
BGN 1.957535
BHD 0.403753
BIF 3087.346759
BMD 1.071524
BND 1.452451
BOB 7.419984
BRL 5.843987
BSD 1.073766
BTN 89.810671
BWP 14.52714
BYN 3.513434
BYR 21001.874238
BZD 2.164346
CAD 1.466164
CDF 3051.700363
CHF 0.955476
CLF 0.036211
CLP 999.174685
CNY 7.780125
CNH 7.809467
COP 4462.308937
CRC 561.247414
CUC 1.071524
CUP 28.395391
CVE 110.355032
CZK 24.913576
DJF 191.184192
DKK 7.458891
DOP 63.330486
DZD 144.324831
EGP 51.124773
ERN 16.072863
ETB 61.946983
FJD 2.40316
FKP 0.84072
GBP 0.846311
GEL 2.967835
GGP 0.84072
GHS 16.26712
GIP 0.84072
GMD 72.622544
GNF 9242.454139
GTQ 8.332798
GYD 224.641176
HKD 8.360536
HNL 26.552167
HRK 7.520426
HTG 142.452896
HUF 396.704506
IDR 17637.288263
ILS 3.99019
IMP 0.84072
INR 89.58746
IQD 1406.634466
IRR 45111.168079
ISK 149.102245
JEP 0.84072
JMD 166.984675
JOD 0.759385
JPY 170.303782
KES 137.693631
KGS 93.11213
KHR 4426.508061
KMF 492.847736
KPW 964.371917
KRW 1489.636743
KWD 0.328605
KYD 0.894822
KZT 494.448778
LAK 23555.998166
LBP 96153.548874
LKR 327.784362
LRD 208.41003
LSL 19.451288
LTL 3.163932
LVL 0.648154
LYD 5.206199
MAD 10.684117
MDL 19.198484
MGA 4839.044694
MKD 61.580067
MMK 3480.26879
MNT 3696.75858
MOP 8.631881
MRU 42.116574
MUR 49.984132
MVR 16.48544
MWK 1861.6754
MXN 19.661558
MYR 5.054913
MZN 68.250776
NAD 19.451288
NGN 1595.499629
NIO 39.521875
NOK 11.295954
NPR 143.69455
NZD 1.750244
OMR 0.412442
PAB 1.073766
PEN 4.103872
PGK 4.186376
PHP 63.037706
PKR 299.144263
PLN 4.328417
PYG 8080.517024
QAR 3.916195
RON 4.975947
RSD 117.053996
RUB 93.625367
RWF 1409.636887
SAR 4.019829
SBD 9.043847
SCR 14.509577
SDG 643.986328
SEK 11.240616
SGD 1.450405
SHP 1.353817
SLE 24.481438
SLL 22469.328678
SOS 613.594871
SRD 32.887756
STD 22178.387455
SVC 9.395578
SYP 2692.237144
SZL 19.44168
THB 39.367678
TJS 11.408608
TMT 3.750335
TND 3.360041
TOP 2.526766
TRY 35.197208
TTD 7.292882
TWD 34.66372
TZS 2812.751144
UAH 43.504473
UGX 4021.243176
USD 1.071524
UYU 42.294506
UZS 13575.822351
VEF 3881652.691254
VES 38.932242
VND 27272.969594
VUV 127.213469
WST 3.000927
XAF 656.486463
XAG 0.035117
XAU 0.000454
XCD 2.895847
XDR 0.814813
XOF 656.486463
XPF 119.331742
YER 268.255683
ZAR 19.243701
ZMK 9645.000691
ZMW 27.353061
ZWL 345.030354
  • AEX

    9.0600

    933.84

    +0.98%

  • BEL20

    27.8000

    3889.35

    +0.72%

  • PX1

    101.4400

    7671.34

    +1.34%

  • ISEQ

    -39.3000

    9545.64

    -0.41%

  • OSEBX

    5.0600

    1409.34

    +0.36%

  • PSI20

    109.2500

    6650.92

    +1.67%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    27.4900

    2094.59

    +1.33%

  • N150

    49.9300

    3378.63

    +1.5%

Présidentielle: Taubira se retire, Macron toujours concentré sur l'Ukraine
Présidentielle: Taubira se retire, Macron toujours concentré sur l'Ukraine

Présidentielle: Taubira se retire, Macron toujours concentré sur l'Ukraine

Fin de l'aventure présidentielle pour Christiane Taubira, passe difficile à droite pour Valérie Pécresse: la campagne électorale se poursuit mercredi dans l'attente de l'officialisation de la candidature d'Emmanuel Macron, qui doit s'exprimer en soirée sur la guerre en Ukraine.

Taille du texte:

Loin des champs de bataille, cette "drôle de campagne" présidentielle compte une candidate de moins. Figure et électron libre de la gauche, Christiane Taubira a mis "un terme à un inutile suspense" en se retirant à la mi-journée de la course à l'Elysée.

L'ancienne ministre de la Justice de François Hollande, créditée dans les derniers sondages de seulement 2% des intentions de vote, ne comptait que 181 signatures d'élus, très loin des 500 requises, selon le dernier décompte du Conseil constitutionnel.

 

- "Délitement" de la démocratie -

La Guyanaise de 70 ans a également fustigé dans son discours le "délitement de notre démocratie" et la "fracture" entre les institutions et les citoyens, critiquant les partis "qui n’en finissent pas d’agoniser", "boudés par leurs militants", "délaissés par leur électorat" et qui "n’ont plus que leur capacité de nuisance".

Christiane Taubira s'était lancée tardivement, le 15 janvier, dans la course à l'Elysée avec l'ambition de rassembler une gauche divisée.

Fin janvier, elle était sortie vainqueure de la Primaire populaire, une initiative citoyenne inédite avec près de 400.000 votants. Mais les principaux candidats de gauche avaient refusé de faire union, l'accusant même d'ajouter de la confusion à la division de sa famille politique avec une "candidature de plus".

Sept jours après le début de l'invasion russe en Ukraine, le chef de l'Etat reste pour sa part au-dessus de la mêlée dans ses fonctions régaliennes de chef des armées. Il a présidé en matinée un nouveau conseil de défense. Et fera une nouvelle allocution solennelle à 20h00.

"Il n'y aura pas de déclaration de candidature ou d'expression sur la campagne présidentielle dans cette allocution bien évidemment", a indiqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l'issue du Conseil des ministres.

"Il y aura une campagne, il y a aura un débat démocratique, il est important", a-t-il ajouté, répondant aux craintes de l'opposition de voir les sujets nationaux, comme le pouvoir d'achat ou la santé, éclipsés par les crises internationales.

Mais pour la candidate RN Marine Le Pen, "il va falloir qu’il prenne son autre casquette de candidat à la présidentielle parce qu'il doit un bilan aux Français".

"Si le président de la République, par stratégie, essaie de passer au-dessus des réponses qu’il doit aux Français sur ces sujets, il commet une véritable erreur et il est déconnnecté de l'attente forte du peuple", a-t-elle estimé, lors d'une visite au Salon de l'agriculture.

Emmanuel Macron doit envoyer au Conseil constitutionnel avant vendredi 18h00 une déclaration de patrimoine et une lettre indiquant son consentement à être candidat. A 39 jours du scrutin, le plus grand flou entoure la manière dont il annoncera aux Français son souhait de briguer un second mandat.

A droite, passe difficile pour Valérie Pécresse. Elle accuse une baisse dans les sondages, qui la placent souvent derrière ses rivaux d'extrême droite Marine Le Pen et Eric Zemmour. La candidate LR n'a toujours pas reçu le soutien officiel de l'ancien président Nicolas Sarkozy, qui selon plusieurs médias ne se prive pas de la critiquer en privé.

- Raffarin vote Macron -

Et mercredi matin, c'est même Jean-Pierre Raffarin, ancien chef du gouvernement de Jacques Chirac (2002-2005), qui apporte son soutien à Emmanuel Macron, "le plus jeune et le plus expérimenté" et qui, selon lui, "a tout en mains pour réussir son second mandat".

"Je pense que Valérie Pécresse n'a pas cette capacité aujourd'hui d'être un barrage à l'extrême droite et donc, par sécurité, il est clair que ceux qui veulent un barrage à l'extrême droite ont à voter Macron", a argumenté sur LCI M. Raffarin, qui a quitté LR depuis plusieurs années.

Plusieurs figures LR avaient rejoint le camp présidentiel après sa victoire en 2017. Les deux Premiers ministres de son quinquennat, Edouard Philippe et Jean Castex, sont d'anciens Républicains, tout comme ses ministres de l'Economie Bruno Le Maire ou de l'Intérieur Gérald Darmanin, deux poids lourds du gouvernement.

Transfuges aussi à l'extrême droite. Marine Le Pen s'est dite mardi soir sur BFMTV "convaincue" que sa nièce Marion Maréchal allait rejoindre la campagne de son rival Eric Zemmour.

"Ca m'attriste personnellement et ça me plonge dans un abîme de perplexité politiquement" car "je suis la seule à pouvoir gagner face à Emmanuel Macron", a-t-elle affirmé, en s'appuyant sur les intentions de vote qui la donnent autour de 17%, en seconde position derrière le président sortant (autour de 25-27%).

(L.Kaufmann--BBZ)