Berliner Boersenzeitung - Présidentielle: Macron appelle les Français à faire front face à la guerre en Ukraine

EUR -
AED 3.931539
AFN 75.621895
ALL 100.232512
AMD 414.610392
ANG 1.925048
AOA 914.641261
ARS 967.444549
AUD 1.602121
AWG 1.926678
AZN 1.82389
BAM 1.955849
BBD 2.156654
BDT 125.503146
BGN 1.95818
BHD 0.40301
BIF 3071.376984
BMD 1.070377
BND 1.447136
BOB 7.380185
BRL 5.814398
BSD 1.068127
BTN 89.193736
BWP 14.395361
BYN 3.495488
BYR 20979.385849
BZD 2.152954
CAD 1.466363
CDF 3050.57435
CHF 0.95639
CLF 0.036076
CLP 995.457951
CNY 7.772332
CNH 7.803519
COP 4456.311698
CRC 558.313994
CUC 1.070377
CUP 28.364986
CVE 110.267764
CZK 24.956054
DJF 190.174767
DKK 7.465241
DOP 63.04158
DZD 143.800604
EGP 51.014279
ERN 16.055652
ETB 61.631245
FJD 2.400588
FKP 0.83982
GBP 0.845914
GEL 3.00245
GGP 0.83982
GHS 16.182406
GIP 0.83982
GMD 72.518447
GNF 9195.230479
GTQ 8.288208
GYD 223.335598
HKD 8.354452
HNL 26.420662
HRK 7.512373
HTG 141.573549
HUF 396.821217
IDR 17637.187719
ILS 4.024193
IMP 0.83982
INR 89.443846
IQD 1399.235072
IRR 45049.488876
ISK 149.214612
JEP 0.83982
JMD 166.344169
JOD 0.75858
JPY 171.0195
KES 138.323467
KGS 92.864507
KHR 4403.110364
KMF 492.962459
KPW 963.339286
KRW 1487.171273
KWD 0.328339
KYD 0.890122
KZT 497.142461
LAK 23479.588516
LBP 95649.597459
LKR 326.158175
LRD 207.325197
LSL 19.119879
LTL 3.160545
LVL 0.647461
LYD 5.17813
MAD 10.637567
MDL 19.119479
MGA 4836.121217
MKD 61.536542
MMK 3476.542188
MNT 3692.800165
MOP 8.584815
MRU 42.062054
MUR 50.136856
MVR 16.487805
MWK 1851.946419
MXN 19.385385
MYR 5.044728
MZN 68.177694
NAD 19.119879
NGN 1592.72109
NIO 39.320986
NOK 11.318438
NPR 142.709577
NZD 1.749411
OMR 0.41161
PAB 1.068127
PEN 4.064802
PGK 4.166104
PHP 63.013485
PKR 297.469856
PLN 4.328741
PYG 8040.201528
QAR 3.895698
RON 4.979932
RSD 117.058434
RUB 94.352365
RWF 1402.435152
SAR 4.017427
SBD 9.049442
SCR 15.71353
SDG 643.296837
SEK 11.246989
SGD 1.450579
SHP 1.352367
SLE 24.455224
SLL 22445.268968
SOS 610.4153
SRD 32.964436
STD 22154.639278
SVC 9.346234
SYP 2689.35435
SZL 19.111479
THB 39.288222
TJS 11.354085
TMT 3.757023
TND 3.349284
TOP 2.525822
TRY 35.140865
TTD 7.248182
TWD 34.653076
TZS 2803.770277
UAH 43.202683
UGX 4005.100388
USD 1.070377
UYU 42.071055
UZS 13500.338386
VEF 3877496.294765
VES 38.884603
VND 27246.442183
VUV 127.077251
WST 2.997713
XAF 655.973442
XAG 0.036234
XAU 0.000461
XCD 2.892747
XDR 0.81062
XOF 655.973442
XPF 119.331742
YER 267.969228
ZAR 19.228207
ZMK 9634.679752
ZMW 27.210682
ZWL 344.660902
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

Présidentielle: Macron appelle les Français à faire front face à la guerre en Ukraine
Présidentielle: Macron appelle les Français à faire front face à la guerre en Ukraine

Présidentielle: Macron appelle les Français à faire front face à la guerre en Ukraine

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français mercredi soir sur la guerre en Ukraine, les assurant qu'il ferait tout pour les "protéger" des conséquences du conflit, reconnaissant que cette crise venait "percuter" la campagne présidentielle à 39 jours du scrutin.

Taille du texte:

Lors d'une allocution télévisée, le chef de l'Etat a déclaré que la France se "tenait" aux côtés de l'Ukraine, sept jours après le début de l'invasion russe que "nous avons tout fait pour éviter". Il a salué le fait que la France et ses alliés aient "pris de manière rapide et proportionnée des sanctions à l'égard de la Russie" tout en affirmant que "nous ne sommes pas en guerre contre la Russie".

"La Russie n'est pas agressée, elle est l'agresseur", "cette guerre n'est pas un conflit entre l'Otan et la Russie" et "encore moins une lutte contre le nazisme, c'est un mensonge", a-t-il ajouté accusant le président russe Vladimir Poutine d'être le "seul" à avoir provoqué la guerre.

Le président Macron a encore dit vouloir oeuvrer pour donner plus d'indépendance à la France et à l'Europe notamment en matière de défense et énergétique. Il a aussi mis en garde les Français contre les conséquences de ce conflit, évoquant l'arrivée de réfugiés ukrainiens sur le territoire ou encore l'impact sur la croissance économique et les prix de l'énergie disant qu'il n'aurait qu'"une boussole, vous protéger".

En réaction, la candidate d'extrême droite Marine Le Pen a estimé sur Twitter que "Emmanuel Macron incarne autant qu'il constate les politiques qui ont affaibli la France et l'Europe".

De son côté, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a affirmé sur LCI qu'"il y a des gens qui poussent à la guerre et je veux être celui qui pousse à la paix", saluant la "prudence" du président mais regrettant qu'il ne propose pas par exemple "le blocage" des prix.

Avec cette allocution solennelle, le chef de l'Etat reste au-dessus de la mêlée dans ses fonctions régaliennes - il avait présidé dans la matinée un nouveau conseil de défense -, mais il n'a toujours pas officialisé sa candidature.

Parlant de la campagne en cours, il a admis que la guerre "vient percuter notre vie démocratique" mais que le débat aurait bien lieu alors que l'opposition craint de voir les sujets nationaux, comme le pouvoir d'achat ou la santé, éclipsés par la crise internationale.

Plusieurs candidats dont Marine Le Pen ont de nouveau dit craindre que les Français soient privés de débats.

"Il va falloir qu’il prenne son autre casquette de candidat à la présidentielle parce qu'il doit un bilan aux Français", a déclaré Mme Le Pen lors d'une visite au Salon de l'agriculture.

Car à 39 jours du scrutin, le plus grand flou entoure la manière dont il annoncera aux Français son souhait de briguer un second mandat. Emmanuel Macron doit aussi envoyer au Conseil constitutionnel avant vendredi 18h00 une déclaration de patrimoine et une lettre indiquant son consentement à être candidat.

- Taubira jette l'éponge -

Loin des champs de bataille, cette "drôle de campagne" présidentielle compte une candidate de moins. Figure et , Christiane Taubira a mis "un terme à un inutile suspense" en se retirant à la mi-journée de la course à l'Elysée.

L'ancienne ministre de la Justice de François Hollande, créditée dans les derniers sondages de seulement 2% des intentions de vote, ne comptait que 181 signatures d'élus, très loin des 500 requises, selon le dernier décompte du Conseil constitutionnel.

La Guyanaise de 70 ans a fustigé dans son discours le "délitement de notre démocratie", critiquant les partis "qui n’en finissent pas d’agoniser", "boudés par leurs militants", "délaissés par leur électorat" et qui "n’ont plus que leur capacité de nuisance".

Plusieurs de ses rivaux de gauche dont l'écologiste Yannick Jadot lui ont aussitôt tendu la main assurant qu'elle serait "bienvenue" chez eux.

Christiane Taubira s'était lancée tardivement, le 15 janvier, dans la course à l'Elysée avec l'ambition de rassembler une gauche divisée.

Fin janvier, elle était sortie vainqueure de la Primaire populaire, une initiative citoyenne inédite avec près de 400.000 votants. Mais les principaux candidats de gauche avaient refusé de faire union, l'accusant même d'ajouter de la confusion à la division de sa famille politique avec une "candidature de plus".

- Raffarin soutient Macron -

A droite, passe difficile pour Valérie Pécresse. Elle accuse une baisse dans les sondages, qui la placent souvent derrière ses rivaux d'extrême droite Marine Le Pen et Eric Zemmour. La candidate LR n'a toujours pas reçu le soutien officiel de l'ancien président Nicolas Sarkozy, qui selon plusieurs médias ne se prive pas de la critiquer en privé.

Et mercredi, c'est même Jean-Pierre Raffarin, ancien chef du gouvernement de Jacques Chirac (2002-2005), qui a apporté son soutien à Emmanuel Macron.

"Je pense que Valérie Pécresse n'a pas cette capacité aujourd'hui d'être un barrage à l'extrême droite" et d'être au second tour, a argumenté sur LCI M. Raffarin, qui a quitté LR depuis plusieurs années.

Faux, a affirmé Valérie Pécresse qui s'est posée mercredi soir sur France 5 comme la seule "vraie alternance à Emmanuel Macron" capable de le battre.

(U.Gruber--BBZ)