Berliner Boersenzeitung - Emeutes en Nouvelle-Calédonie: deux morts, un gendarme gravement blessé malgé les appels au calme

EUR -
AED 3.976002
AFN 77.875123
ALL 100.346033
AMD 419.387297
ANG 1.953123
AOA 920.664265
ARS 963.418067
AUD 1.633964
AWG 1.951201
AZN 1.820226
BAM 1.955741
BBD 2.188114
BDT 126.956154
BGN 1.955331
BHD 0.408005
BIF 3110.705198
BMD 1.082497
BND 1.461481
BOB 7.488773
BRL 5.577782
BSD 1.083757
BTN 90.2299
BWP 14.644421
BYN 3.546543
BYR 21216.945328
BZD 2.184414
CAD 1.481105
CDF 3030.992289
CHF 0.990718
CLF 0.035256
CLP 972.829618
CNY 7.84237
CNH 7.854399
COP 4145.585443
CRC 555.670202
CUC 1.082497
CUP 28.686176
CVE 110.262679
CZK 24.714278
DJF 192.952373
DKK 7.462076
DOP 63.596017
DZD 145.56119
EGP 50.6088
ERN 16.237458
ETB 62.260451
FJD 2.453046
FKP 0.861775
GBP 0.850672
GEL 2.944759
GGP 0.861775
GHS 15.714669
GIP 0.861775
GMD 73.339021
GNF 9316.459606
GTQ 8.420823
GYD 226.735227
HKD 8.451835
HNL 26.782818
HRK 7.555783
HTG 144.398289
HUF 386.948363
IDR 17393.56518
ILS 3.97927
IMP 0.861775
INR 90.142468
IQD 1419.637327
IRR 45532.535935
ISK 150.09927
JEP 0.861775
JMD 169.073317
JOD 0.767384
JPY 169.600249
KES 143.425021
KGS 95.282484
KHR 4415.641896
KMF 492.373853
KPW 974.247162
KRW 1475.855432
KWD 0.332283
KYD 0.90316
KZT 479.828817
LAK 23149.191874
LBP 96886.32495
LKR 325.048653
LRD 209.544384
LSL 19.79888
LTL 3.196333
LVL 0.654792
LYD 5.244793
MAD 10.730474
MDL 19.149382
MGA 4802.810153
MKD 61.540629
MMK 2275.810041
MNT 3734.615131
MOP 8.713515
MRU 43.007583
MUR 50.087003
MVR 16.724707
MWK 1879.025725
MXN 18.019687
MYR 5.10127
MZN 68.736156
NAD 19.799272
NGN 1547.971103
NIO 39.887686
NOK 11.59006
NPR 144.363293
NZD 1.769845
OMR 0.416503
PAB 1.083767
PEN 4.046777
PGK 4.211736
PHP 62.982395
PKR 301.653376
PLN 4.263711
PYG 8153.677698
QAR 3.941643
RON 4.975378
RSD 117.132683
RUB 97.636749
RWF 1425.04367
SAR 4.059952
SBD 9.201477
SCR 15.782314
SDG 650.581021
SEK 11.616063
SGD 1.461593
SHP 1.367681
SLE 24.732142
SLL 22699.426275
SOS 618.105999
SRD 35.19218
STD 22405.506706
SVC 9.482581
SYP 2719.80656
SZL 19.703221
THB 39.587242
TJS 11.687884
TMT 3.78874
TND 3.379016
TOP 2.560485
TRY 34.851436
TTD 7.354675
TWD 34.885653
TZS 2809.080303
UAH 43.117996
UGX 4130.913033
USD 1.082497
UYU 41.639123
UZS 13772.582821
VEF 3921403.013786
VES 39.511951
VND 27568.497711
VUV 128.516223
WST 3.03434
XAF 655.931072
XAG 0.035679
XAU 0.000458
XCD 2.925503
XDR 0.818668
XOF 655.931072
XPF 119.331742
YER 271.045583
ZAR 19.855327
ZMK 9743.779833
ZMW 28.257883
ZWL 348.56366
  • AEX

    4.7300

    915.23

    +0.52%

  • BEL20

    -10.7900

    3985.99

    -0.27%

  • PX1

    12.1400

    8104.41

    +0.15%

  • ISEQ

    5.0300

    10058.48

    +0.05%

  • OSEBX

    4.5400

    1422.78

    +0.32%

  • PSI20

    -43.0900

    6907.06

    -0.62%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    49.4400

    2059.11

    +2.46%

  • N150

    -2.1000

    3502.1

    -0.06%

Emeutes en Nouvelle-Calédonie: deux morts, un gendarme gravement blessé malgé les appels au calme
Emeutes en Nouvelle-Calédonie: deux morts, un gendarme gravement blessé malgé les appels au calme / Photo: Delphine Mayeur - AFP

Emeutes en Nouvelle-Calédonie: deux morts, un gendarme gravement blessé malgé les appels au calme

Les principaux partis politiques de Nouvelle-Calédonie ont lancé mercredi un appel commun "au calme et à la raison" après deux nuits d'émeutes qui ont fait deux morts et des centaines blessés dans l'archipel, secoué par la fronde des indépendantistes contre une réforme électorale votée par le Parlement.

Taille du texte:

Dans un communiqué commun, les cinq principaux partis indépendantistes et non-indépendantistes de territoire français du Pacifique Sud ont appelé mercredi "solennellement l'ensemble de (sa) population (...) au calme et à la raison".

"Nous sommes convaincus que c'est par le dialogue et la résilience que nous pourront sortir collectivement de cette situation", écrivent l'UC-FLNKS, l'Union nationale pour l'indépendance, Les Loyalistes, le Rassemblement-LR et l'Eveil océanien.

Le président de la République Emmanuel Macron a annulé un déplacement en région et réuni à l'Elysée un conseil de défense et de sécurité nationale pour évoquer la situation décrite comme "insurrectionnelle" par les autorités.

Selon un bilan provisoire rendu public par le haut-commissaire de la République, Louis Le Franc, les violences qui ont débuté lundi dans le territoire français du Pacifique Sud, les plus graves depuis les années 1980, ont fait deux morts dans la nuit de mardi à mercredi.

 

Une deuxième personne a également trouvé la mort pendant la nuit, selon ses services, sans autre détail sur les circonstances de ce décès.

- "Centaines" de blessés -

Incendies, pillages, affrontements armés entre émeutiers et population ou avec les forces de l'ordre, tout l'archipel est le théâtre d'émeutes particulièrement violentes, malgré l'instauration d'un couvre-feu à Nouméa et dans son agglomération.

Mercredi, un gendarme mobile a été très grièvement blessé à la tête dans le secteur de Plum, au sud de l'île, a rapporté à l'AFP une source proche du dossier, précisant que son pronostic vital était engagé.

Le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin a plus tôt fait état de "centaines" de blessés au total, dont une "centaine" de policiers et gendarmes.

"On est dans une situation que je qualifierais d'insurrectionnelle", s'est inquiété sur l'île M. Le Franc. "L'heure doit être à l'apaisement (...) l'appel au calme est impératif".

Le haut-commissaire a fait état d'"échanges de tirs de chevrotine entre les émeutiers et les groupes de défense civile à Nouméa et Paita" et indiqué avoir fait intervenir les policiers d'élite du RAID contre des émeutiers qui se dirigeaient vers un dépôt de gaz.

Le ministre de la Fonction publique du gouvernement local, Vaimu'a Muliava, a lui rapporté que deux personnes avaient été blessées par balles à Ducos, dans le nord-ouest de Nouméa, "par un garagiste qui protégeait son entreprise".

"Je vous laisse imaginer ce qui va se passer si des milices se mettaient à tirer sur des gens armés", a insisté M. Le Franc, "on est dans une spirale mortelle".

Les forces de l'ordre ont mené un total de 140 interpellations dans la seule agglomération de Nouméa, selon un nouveau bilan dressé par Louis Le Franc.

- "Spirale mortelle" -

En métropole, les députés ont adopté dans la nuit de mardi à mercredi par 351 voix contre 153 le texte qui élargit le corps électoral. La réforme constitutionnelle devra encore réunir les trois cinquièmes des voix des parlementaires réunis en Congrès à Versailles.

Dans un courrier adressé mercredi aux représentants calédoniens condamnant des violences "indigne(s)" et appelant au "calme", Emmanuel Macron a précisé que ce Congrès se réunirait "avant la fin juin", à moins qu'indépendantistes et loyalistes ne se mettent d'accord d'ici là sur un texte plus global.

Le texte voté par les sénateurs et maintenant les députés vise à élargir le corps électoral aux élections provinciales, cruciales dans l'archipel. Les partisans de l'indépendance jugent que ce dégel risque de réduire leur poids électoral et "minoriser encore plus le peuple autochtone kanak".

Mercredi, le président indépendantiste du gouvernement du territoire, Louis Mapou, a "pris acte" de la réforme votée à Paris mais déploré une "démarche qui impacte lourdement notre capacité à mener les affaires de la Nouvelle-Calédonie".

"Nous lançons un appel au calme", a poursuivi Louis Mapou. "Les mobilisations doivent se passer dans un cadre", a enchaîné le président du sénat coutumier Victor Gogny, "depuis deux jours on est sorti de ce cadre et le pays est en feu".

Dans un courrier adressé au chef de l'Etat, la principale figure du camp non-indépendantiste, l'ex-secrétaire d'Etat Sonia Backès, a demandé de son côté au chef de l'Etat de déclarer l'état d'urgence. "Nous sommes en état de guerre civile", a-t-elle averti.

A Paris, l'opposition de droite, Républicains et Rassemblement national en tête, ont appuyé cette requête. "Il faut aussi mobiliser l'armée", a appuyé sur LCI Olivier Marleix, le président du groupe LR à l'Assemblée nationale.

A l'inverse, la gauche a réclamé la suspension de la réforme constitutionnelle. "Tout doit être fait pour retrouvé le calme et le dialogue", a plaidé le communiste Fabien Roussel.

- Pénuries -

Mercredi matin, faute d'approvisionnement des commerces, les pénuries alimentaires ont provoqué de très longues files d'attente devant les magasins.

Dans les quartiers, la débrouille s'est organisée. "Nous nous sommes organisés spontanément", a expliqué à l'AFP David, un habitant du quartier de Ouema qui a souhaité garder l'anonymat.

"Hier en fin de journée, des gens ont essayé de faire entrer quatre barils d'essence. Nous filtrons la circulation la journée", a-t-il indiqué.

A Tuband, un autre quartier de Nouméa, des habitants patrouillaient armés de bâtons ou de battes de base-ball, encagoulés ou casqués.

"Les flics sont débordés alors on essaye de se protéger et des que ça chauffe, nous prévenons les flics pour qu'ils viennent nous aider. On essaye de faire en sorte que chaque quartier ait sa milice", a affirmé un habitant, Sébastien, 42 ans.

Pour contenir les émeutes, des éléments du GIGN, le groupe d'intervention de la gendarmerie, du RAID, son équivalent pour la police, quatre escadrons de gendarmes mobiles et deux sections de la CRS 8, une unité spécialisée dans les violences urbaines, ont été mobilisés.

D'autres renforts étaient en cours d'acheminement dans l'archipel, selon Gérald Darmanin, dont des membres du GIGN.

L'aéroport de Nouméa est fermé depuis lundi jusqu'à nouvel ordre. Le Haut-commissaire a indiqué mercredi qu'il avait demandé le renfort de l'armée pour le protéger.

(Y.Yildiz--BBZ)