Berliner Boersenzeitung - Dans les "villes martyres" près de Kiev, on déblaie pour reconstruire

EUR -
AED 4.000343
AFN 77.204987
ALL 100.234543
AMD 422.542664
ANG 1.96341
AOA 950.396427
ARS 1004.958841
AUD 1.618053
AWG 1.960944
AZN 1.850912
BAM 1.954895
BBD 2.199602
BDT 128.01077
BGN 1.957143
BHD 0.41057
BIF 3136.677486
BMD 1.089111
BND 1.463936
BOB 7.527586
BRL 5.909301
BSD 1.089406
BTN 91.042411
BWP 14.722323
BYN 3.565183
BYR 21346.577117
BZD 2.195904
CAD 1.4898
CDF 3093.075373
CHF 0.974425
CLF 0.03593
CLP 991.428618
CNY 7.908799
CNH 7.937486
COP 4337.929421
CRC 570.24139
CUC 1.089111
CUP 28.861444
CVE 110.214005
CZK 25.319677
DJF 193.556888
DKK 7.458821
DOP 64.380803
DZD 146.462387
EGP 52.325812
ERN 16.336666
ETB 62.945853
FJD 2.430623
FKP 0.839226
GBP 0.840303
GEL 2.956945
GGP 0.839226
GHS 16.831135
GIP 0.839226
GMD 73.814474
GNF 9382.658722
GTQ 8.448169
GYD 227.886311
HKD 8.503709
HNL 26.983515
HRK 7.523525
HTG 143.804783
HUF 392.101398
IDR 17613.104344
ILS 3.947243
IMP 0.839226
INR 90.990763
IQD 1427.152772
IRR 45851.576226
ISK 149.306721
JEP 0.839226
JMD 170.151272
JOD 0.771852
JPY 172.554945
KES 141.58426
KGS 92.82755
KHR 4472.909887
KMF 492.332799
KPW 980.200351
KRW 1507.460552
KWD 0.332953
KYD 0.907888
KZT 517.705216
LAK 24134.054969
LBP 97560.755238
LKR 330.530101
LRD 212.433659
LSL 19.726673
LTL 3.215862
LVL 0.658792
LYD 5.265612
MAD 10.702346
MDL 19.29325
MGA 4896.779262
MKD 61.520542
MMK 3537.390296
MNT 3757.433594
MOP 8.756909
MRU 43.11805
MUR 50.754619
MVR 16.775081
MWK 1889.060637
MXN 19.232803
MYR 5.092693
MZN 69.594188
NAD 19.726854
NGN 1763.118424
NIO 40.101813
NOK 11.77622
NPR 145.665933
NZD 1.801434
OMR 0.41927
PAB 1.089406
PEN 4.054161
PGK 4.264066
PHP 63.591031
PKR 303.481268
PLN 4.285263
PYG 8233.190572
QAR 3.971962
RON 4.96874
RSD 117.041297
RUB 96.277831
RWF 1426.553044
SAR 4.084867
SBD 9.211271
SCR 15.137903
SDG 654.556009
SEK 11.554478
SGD 1.464446
SHP 0.839226
SLE 24.883251
SLL 22838.118729
SOS 622.617637
SRD 32.34009
STD 22542.400396
SVC 9.532589
SYP 2736.424658
SZL 19.720057
THB 39.229434
TJS 11.602245
TMT 3.82278
TND 3.365443
TOP 2.567634
TRY 35.996041
TTD 7.396646
TWD 35.528436
TZS 2891.58982
UAH 44.984199
UGX 4025.174544
USD 1.089111
UYU 43.709776
UZS 13734.645095
VEF 3945362.093765
VES 39.703361
VND 27641.639145
VUV 129.301486
WST 3.053441
XAF 655.650626
XAG 0.03481
XAU 0.000442
XCD 2.943377
XDR 0.821727
XOF 655.653635
XPF 119.331742
YER 272.631766
ZAR 19.655907
ZMK 9803.306077
ZMW 28.188216
ZWL 350.693323
  • AEX

    -4.0300

    933.47

    -0.43%

  • BEL20

    -0.4000

    4006.47

    -0.01%

  • PX1

    -52.6700

    7580.03

    -0.69%

  • ISEQ

    67.2100

    9808.33

    +0.69%

  • OSEBX

    -2.1400

    1425.29

    -0.15%

  • PSI20

    69.7400

    6775.93

    +1.04%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    16.2200

    2401.01

    +0.68%

  • N150

    0.0000

    3375.48

    0%

Dans les "villes martyres" près de Kiev, on déblaie pour reconstruire
Dans les "villes martyres" près de Kiev, on déblaie pour reconstruire / Photo: Sergei SUPINSKY - AFP

Dans les "villes martyres" près de Kiev, on déblaie pour reconstruire

Zoïa Potapova a planté des fleurs derrière les ruines de sa maison près de Kiev bombardée par Moscou en mars avant même d'avoir posé la première brique d'une reconstruction qu'elle espère rapide.

Taille du texte:

A l'image de cette retraitée, les habitants des territoires au nord de Kiev portant les stigmates du passage des Russes croient en la promesse du gouvernement, qui souhaite "restaurer le parc" immobilier "endommagé".

Mais à Gorenka, petite localité pilonnée lourdement au début de l'invasion du pays, l'heure est encore à la débrouille pour cette sexagénaire dont le mari a été tué.

"J'espère qu'on ne sera pas oubliés car on a fait beaucoup pour stopper la progression en direction de la capitale", lance en larmes à l'AFP la retraitée toute habillée de noir, dans les gravats où la suie dégage encore une forte odeur.

- Gâchage du béton -

En attendant, son grand potager est prometteur: sous les arbres fruitiers décapités par les éclats d'obus poussent rapidement dans les cendres des pommes de terres et des framboises.

Selon une responsable de Gorenka, Tetiana Chepeleva, 1.000 dossiers ont déjà été remplis par des administrés au domicile rendu totalement ou partiellement insalubre.

A la faveur des beaux jours, certains ont déjà commencé le gâchage du béton par eux-même, mais les bras et "les matériaux manquent" dans ce bourg qui comptait 10.000 habitants avant l'invasion.

Les besoins sont immenses et fin mai, le Premier ministre Denys Chmygal a évalué le coût des destructions à 561 milliards d'euros à l'échelle du pays.

Pour l'instant, dans les communes au nord de Kiev à nouveau accessibles depuis le printemps pour le gouvernement, l'AFP a constaté des déblayages nombreux et des opérations de déminage toujours en cours.

Le réseau d'électricité est progressivement rétabli et des travaux ont lieu sur un pont.

Une conférence doit avoir lieu les 4 et 5 juillet prochains en Suisse pour mobiliser des fonds à l'international en vue d'accélérer le mouvement.

A Boutcha, où des corps de civils ont été découverts après le retrait des troupes envoyées par le Kremlin, 600 familles cherchent un toit et on réquisitionne les locations saisonnières vacantes.

Avant le conflit, la ville était plaisante et appréciée par les vacanciers pour son calme et ses forêts de pin apaisantes.

Les premiers relogés s'installent aussi dans des containers gris déposés sur le parking d'un grand marché couvert qui n'est plus qu'un amas de tôle.

Récemment, le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki a inauguré le premier camp de déplacés installé à Borodianka, non loin de Gorenka.

Plusieurs de ces installations provisoires sont actuellement montées dans les endroits où les militaires russes sont accusés d'avoir commis des exactions, en prévision du prochain hiver à venir.

"C'est mis gratuitement à disposition par le gouvernement et "il y a de la place pour 92 familles", explique le maire de Boutcha Anatoli Fedorouk, 50 ans, en présentant des petits box d'une vingtaine de mètres carrés pouvant chacun accueillir quatre personnes.

Grâce à l'aide des Polonais en coopération avec le gouvernement ukrainien, il doit recevoir trois autres camps préfabriqués.

- Réconfort -

Oksana Polichtchouk découvre ces lieux d'une propreté impeccable, avec des toilettes désinfectées et des grands réfectoires aux murs colorés.

Bénéficiaire, elle a l'impression de renaître alors que son stand de produits alimentaires est parti en fumée il y a plus de deux mois juste à côté et qu'elle a miraculeusement survécu dans son immeuble à demi effondré.

Des écriteaux, pas encore accrochés sur les murs, dictent les nouvelles règles du vivre ensemble dans les parties communes: il faut se tenir les coudes, rester joyeux et espérer.

Un début de réconfort apprécié, avant de s'endormir sous les couvertures impersonnelles de l'Unicef, dans un univers aseptisé de plastique.

Mais la commerçante de 41 ans ne se voit pas, avec ses petits de six et neuf ans, rester dans la région.

"Je veux être dédommagée et reconstruire ma vie ailleurs", dit-elle en évoquant son actuel suivi psychologique et ses crises de panique.

"Les Ukrainiens n'ont pas peur du chantier qui les attend", lâche-t-elle en se reprenant avant de dire au revoir.

"Tout ce qu'on avait avant, on va le récupérer. La seule chose qui compte, c'est de gagner cette guerre".

(A.Lehmann--BBZ)