Berliner Boersenzeitung - Ayant épuisé tout son armement, l'Ukraine dépend totalement des alliés

EUR -
AED 4.000915
AFN 76.948109
ALL 100.310571
AMD 422.34451
ANG 1.961807
AOA 950.530629
ARS 1006.627086
AUD 1.629416
AWG 1.960677
AZN 1.856075
BAM 1.956006
BBD 2.197832
BDT 127.903479
BGN 1.956006
BHD 0.410243
BIF 3135.230413
BMD 1.089265
BND 1.464254
BOB 7.521793
BRL 6.035436
BSD 1.088515
BTN 91.067997
BWP 14.740553
BYN 3.562375
BYR 21349.589973
BZD 2.194131
CAD 1.500081
CDF 3082.619763
CHF 0.968132
CLF 0.037177
CLP 1025.818108
CNY 7.919386
CNH 7.936051
COP 4407.46449
CRC 571.160193
CUC 1.089265
CUP 28.865517
CVE 110.276622
CZK 25.249707
DJF 193.810425
DKK 7.467895
DOP 64.446792
DZD 146.524442
EGP 52.520535
ERN 16.338972
ETB 62.400776
FJD 2.435274
FKP 0.839344
GBP 0.843247
GEL 2.957398
GGP 0.839344
GHS 16.79577
GIP 0.839344
GMD 73.856348
GNF 9369.987476
GTQ 8.457891
GYD 227.734
HKD 8.507975
HNL 26.959841
HRK 7.524587
HTG 143.685143
HUF 391.079161
IDR 17660.304577
ILS 3.970701
IMP 0.839344
INR 91.203978
IQD 1425.950277
IRR 45849.88252
ISK 149.850578
JEP 0.839344
JMD 170.107927
JOD 0.771966
JPY 171.542909
KES 139.874741
KGS 92.198318
KHR 4472.471341
KMF 493.165054
KPW 980.338696
KRW 1513.864339
KWD 0.333119
KYD 0.907096
KZT 518.614655
LAK 24138.543893
LBP 97478.773011
LKR 330.484829
LRD 212.432388
LSL 19.966104
LTL 3.216316
LVL 0.658886
LYD 5.249553
MAD 10.72583
MDL 19.26703
MGA 4903.516768
MKD 61.616494
MMK 3537.889563
MNT 3757.963918
MOP 8.755523
MRU 42.953527
MUR 50.8364
MVR 16.720627
MWK 1887.498918
MXN 19.676375
MYR 5.105933
MZN 69.604011
NAD 19.966104
NGN 1748.818685
NIO 40.064222
NOK 11.898153
NPR 145.708356
NZD 1.811065
OMR 0.418974
PAB 1.088515
PEN 4.07603
PGK 4.263449
PHP 63.610927
PKR 302.722903
PLN 4.289989
PYG 8230.867428
QAR 3.972819
RON 4.974023
RSD 117.062937
RUB 95.710087
RWF 1426.250308
SAR 4.085679
SBD 9.212571
SCR 15.371746
SDG 638.309539
SEK 11.633327
SGD 1.465103
SHP 0.839344
SLE 24.886763
SLL 22841.3421
SOS 622.065558
SRD 32.35992
STD 22545.58203
SVC 9.525004
SYP 2736.810877
SZL 19.970105
THB 39.607888
TJS 11.57662
TMT 3.823319
TND 3.374656
TOP 2.574046
TRY 35.976279
TTD 7.392779
TWD 35.723315
TZS 2922.708016
UAH 45.16486
UGX 4022.423912
USD 1.089265
UYU 43.864623
UZS 13716.445537
VEF 3945918.942083
VES 39.824606
VND 27588.354083
VUV 129.319736
WST 3.053872
XAF 656.026137
XAG 0.037281
XAU 0.000454
XCD 2.943793
XDR 0.821087
XOF 656.026137
XPF 119.331742
YER 272.697837
ZAR 19.909092
ZMK 9804.694175
ZMW 27.784928
ZWL 350.742819
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Ayant épuisé tout son armement, l'Ukraine dépend totalement des alliés
Ayant épuisé tout son armement, l'Ukraine dépend totalement des alliés / Photo: Fayez Nureldine - AFP/Archives

Ayant épuisé tout son armement, l'Ukraine dépend totalement des alliés

L'Ukraine a épuisé tout son armement de fabrication russe et soviétique et dépend désormais exclusivement des armes que lui fournissent ses alliés étrangers, notamment de l'artillerie occidentale, selon plusieurs sources militaires américaines.

Taille du texte:

Dès l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, les Occidentaux se sont mobilisés pour soutenir Kiev qui réclamait des armes et des munitions, tout en évitant à tout prix de mener toute action pouvant être vue comme une provocation par la Russie - de crainte que le conflit ne s'étende au-delà des frontières de l'Ukraine.

Sans le dire, ils craignaient aussi que leurs armes de pointe ne tombent aux mains de l'armée russe.

Ils se sont donc tournés vers les anciens pays du bloc soviétique, qui disposaient encore de munitions aux standards soviétiques, pour remplacer celles que les forces ukrainiennes tiraient sur l'armée russe.

Mais même ces stocks se sont épuisés, et l'arsenal européen de fabrication russe "a disparu de la surface de la planète", a indiqué un responsable militaire à l'AFP.

C'est pourquoi les Etats-Unis et les autres alliés de l'Otan ont décidé de faire fi des risques d'extension du conflit ou de fuites technologiques. Washington a commencé à remettre à l'Ukraine de l'équipement lourd comme des obusiers Howitzers dans un premier temps, puis des équipements de pointe comme les lance-roquettes Himars, des pièces d'artillerie de haute précision et d'une portée supérieure à celles de l'armée russe.

- "Flux continu" -

Les alliés s'efforcent de coordonner leur assistance militaire à Kiev, et de la synchroniser de façon à ce que les forces ukrainiennes reçoivent un "flux continu de munitions", mais aussi de pièces détachées et d'armement léger, a expliqué un autre responsable militaire américain.

C'est l'objectif affiché du Groupe de contact pour l'Ukraine créé par le ministre de la Défense américain Lloyd Austin, dont la première réunion s'est tenue en avril en présence d'une quarantaine de pays à Ramstein, en Allemagne.

Après une deuxième réunion virtuelle en mai, les alliés de l'Ukraine doivent se réunir le 15 juin à Bruxelles.

Et si l'armement occidental semble arriver au compte-goutte en Ukraine, c'est parce que les alliés veulent s'assurer que Kiev est capable de l'absorber en toute sécurité et de limiter les risques de bombardement de ses stocks de munitions.

Les Etats-Unis envoient donc leur assistance militaire par tranche, dont la dernière en date, de 700 millions, annoncée le 1er juin, comprenait quatre systèmes d'artillerie Himars, mais aussi 1.000 missiles anti-chars Javelin supplémentaires et quatre hélicoptères Mi-17, 15.000 obus destinés aux Howitzers, 15 blindés légers, et d'autres munitions de calibres divers.

"Nous essayons de maintenir un flux constant", indique le deuxième responsable militaire.

- Ballon d'essai -

Questionné sur le faible nombre de Himars alors que les Ukrainiens apparaissent en difficulté dans le Donbass, le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a expliqué mercredi que Washington voulait s'assurer que les soldats ukrainiens les maitrisaient bien avant d'en envoyer davantage.

Le Himars est un système "sophistiqué", et "il faut certifier ces garçons, s'assurer qu'ils savent comment utiliser ces systèmes correctement", a déclaré le plus haut gradé américain.

Il faut former les opérateurs, mais aussi les soldats chargés de la maintenance, ainsi que les officiers et sous-officiers pour qu'ils soient déployés là où il faut, quand il le faut, a-t-il expliqué.

Pour Washington, ce premier envoi est surtout un ballon d'essai pour s'assurer que la technologie des Himars ne tombe pas entre des mains ennemies et que les Ukrainiens emploient à bon escient ce matériel coûteux et sensible. Mais cela n'empêche pas le Pentagone de préparer la prochaine tranche d'aide militaire.

Des Himars supplémentaires et leurs munitions sont déjà prépositionnés en Allemagne, et ils seront envoyés en Ukraine si l'expérience avec les quatre premiers exemplaires s'avère positive, selon une autre source militaire américaine.

En revanche, Washington a exclu d'accorder à Kiev des drones de combat de longue portée comme le "Grey Eagle", dont le rayon d'action atteint 300 km, suffisamment pour frapper une grande ville russe, selon cette source.

(F.Schuster--BBZ)