Berliner Boersenzeitung - 60 ans d'embargo américain contre Cuba : cinq choses à savoir

EUR -
AED 3.975758
AFN 78.482387
ALL 103.753853
AMD 439.580139
ANG 1.95123
AOA 900.06655
ARS 908.134927
AUD 1.64922
AWG 1.948421
AZN 1.844473
BAM 1.955748
BBD 2.186072
BDT 118.828473
BGN 1.954029
BHD 0.408037
BIF 3102.319162
BMD 1.082456
BND 1.455781
BOB 7.4808
BRL 5.394208
BSD 1.082686
BTN 89.989065
BWP 14.943808
BYN 3.543154
BYR 21216.13942
BZD 2.182372
CAD 1.461451
CDF 2992.991488
CHF 0.95354
CLF 0.038504
CLP 1062.441908
CNY 7.789398
COP 4290.119882
CRC 557.079977
CUC 1.082456
CUP 28.685086
CVE 110.681562
CZK 25.351018
DJF 192.374523
DKK 7.45441
DOP 63.652625
DZD 145.839884
EGP 33.445772
ERN 16.236841
ETB 61.36486
FJD 2.41951
FKP 0.855961
GBP 0.853809
GEL 2.868932
GGP 0.855961
GHS 13.395438
GIP 0.855961
GMD 72.822277
GNF 9303.710503
GTQ 8.460696
GYD 226.513951
HKD 8.470273
HNL 26.872016
HRK 7.609769
HTG 143.588155
HUF 388.830681
IDR 16878.737856
ILS 3.929753
IMP 0.855961
INR 89.710393
IQD 1418.017482
IRR 45498.339857
ISK 149.09792
JEP 0.855961
JMD 169.337824
JOD 0.767504
JPY 162.803604
KES 158.03897
KGS 96.804465
KHR 4416.421239
KMF 492.463815
KPW 974.198977
KRW 1439.877725
KWD 0.333184
KYD 0.902288
KZT 488.303726
LAK 22612.508158
LBP 97042.189104
LKR 336.625675
LRD 206.370667
LSL 20.772745
LTL 3.196212
LVL 0.654767
LYD 5.2395
MAD 10.885724
MDL 19.385303
MGA 4908.938757
MKD 61.618354
MMK 2273.597275
MNT 3685.04062
MOP 8.724386
MRU 43.02804
MUR 49.511952
MVR 16.673873
MWK 1821.773978
MXN 18.53298
MYR 5.171438
MZN 68.740001
NAD 20.772741
NGN 1739.507314
NIO 39.861488
NOK 11.402998
NPR 143.982825
NZD 1.747068
OMR 0.416721
PAB 1.082686
PEN 4.125786
PGK 4.032191
PHP 60.524492
PKR 302.790072
PLN 4.307204
PYG 7881.716705
QAR 3.940686
RON 4.975189
RSD 117.199728
RUB 100.727993
RWF 1380.131518
SAR 4.059904
SBD 9.20138
SCR 14.902711
SDG 650.556479
SEK 11.168809
SGD 1.45395
SHP 1.37066
SLE 24.326527
SLL 21378.508201
SOS 618.627624
SRD 38.644806
STD 22404.655652
SVC 9.473878
SYP 14073.970275
SZL 20.772732
THB 38.903872
TJS 11.855283
TMT 3.799421
TND 3.381056
TOP 2.554925
TRY 33.61741
TTD 7.358939
TWD 34.185591
TZS 2760.2634
UAH 41.439811
UGX 4259.945269
USD 1.082456
UYU 42.348869
UZS 13571.297185
VEF 3920476.236401
VES 39.169998
VND 26671.718128
VUV 130.055299
WST 2.969683
XAF 655.948573
XAG 0.047093
XAU 0.000531
XCD 2.925392
XDR 0.817289
XOF 654.348602
XPF 119.331742
YER 270.993276
ZAR 20.8585
ZMK 9743.407668
ZMW 24.874336
ZWL 348.55042
  • AEX

    -2.5700

    854.97

    -0.3%

  • BEL20

    11.4600

    3707.48

    +0.31%

  • PX1

    55.3800

    7966.68

    +0.7%

  • ISEQ

    98.4900

    9660.86

    +1.03%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260.8

    -0.22%

  • PSI20

    42.7800

    6242.11

    +0.69%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    7.0800

    2291.87

    +0.31%

  • N150

    0.6500

    3268.76

    +0.02%

60 ans d'embargo américain contre Cuba : cinq choses à savoir
60 ans d'embargo américain contre Cuba : cinq choses à savoir

60 ans d'embargo américain contre Cuba : cinq choses à savoir

Décrété en février 1962 et toujours en vigueur: l'embargo américain contre Cuba, l'un des plus longs régimes au monde de sanctions unilatérales, empoisonne depuis 60 ans les relations diplomatiques entre les deux pays.

Taille du texte:

Voici cinq choses à savoir sur ce système de sanctions:

1 - L'objectif: changer le régime

L'ordre exécutif présidentiel 3447, signé le 3 février 1962 par le président John Fitzgerald Kennedy, décrète un "embargo sur tout commerce avec Cuba". La veille de son entrée en vigueur le 7, il commande 1.200 cigares cubains pour son usage personnel... un bien depuis interdit aux citoyens américains.

Avec le temps, "le but officiel (de l'embargo) a évolué", note John Kavulich, président du Conseil économique cubano-américain. "De manière générale, le but non-officiel a été d'obtenir un changement de régime, et publiquement d'obtenir un changement d'attitude du régime".

Ces dernières années, le gouvernement américain a justifié son embargo autour de deux questions: les droits de l'homme et le soutien de La Havane au gouvernement de Nicolas Maduro au Venezuela. Sans obtenir de concessions cubaines sur ces points.

2 - Renforcé au fil des ans...

"Non seulement la justification a évolué, mais aussi le type d'actions" mis en oeuvre, souligne Alina Lopez Hernandez, chercheuse et éditorialiste du média en ligne La Joven Cuba.

"Tant que (l'embargo) était bilatéral, c'était plus facile pour Cuba", c'était d'ailleurs un sujet "à peine mentionné dans les trois premières décennies de la révolution" par le gouvernement cubain, alors soutenu par le grand frère soviétique.

Mais depuis les lois Torricelli (1992) et Helms-Burton (1996) les entreprises et banques étrangères opérant avec Cuba risquent de lourdes sanctions.

Selon Alina Lopez, "avec ces deux lois, (l'embargo) a perdu son caractère bilatéral, il s'est externalisé et est devenu un blocus", le terme employé par le gouvernement cubain qui estime les dommages accumulés pour son économie à 150 milliards de dollars à prix courants.

Depuis 2000, les aliments sont exemptés d'embargo mais Cuba doit les payer comptants.

3 - ... mais condamné chaque année à l'ONU

Depuis 1992, chaque année Cuba présente une motion condamnant l'embargo. Si, la première fois, seuls 59 pays ont voté pour, le soutien a ensuite grimpé. Désormais la quasi-totalité votent en sa faveur.

Seuls les Etats-Unis et Israël ont toujours voté contre, sauf en 2016, lors du bref réchauffement diplomatique sous Barack Obama.

La loi Helms-Burton "visait à créer un embargo international contre Cuba", explique Ric Herrero, directeur du Groupe d'études sur Cuba, qui prône l'ouverture entre Washington et La Havane. Le vote de l'ONU montre à quel point cela a été "un échec retentissant".

4 - Un casse-tête pour le lever

"La politique envers Cuba a été dictée par la politique interne (américaine) depuis la fin de la Guerre froide", précise Ric Herrero. Traditionnellement, le poids électoral de la Floride - Etat susceptible de faire basculer les élections et avec une forte diaspora cubaine - a empêché toute détente.

Mais actuellement, "il n'y a aucune chance que les démocrates gagnent la Floride", assure M. Herrero. "La pression interne vient entièrement du sénateur Bob Menendez, car le Sénat est divisé à 50-50, donc il faut son vote pour passer l'agenda législatif. Pour le satisfaire, l'administration (Biden) l'a suivi sur Cuba".

Et si même Obama, qui avait assoupli certaines sanctions, n'a pas réussi à le lever, c'est aussi un héritage de la loi Helms-Burton: elle interdit à tout président d'en changer les normes ou de le supprimer par décret, une prérogative réservée aux membres du Congrès.

5 - L'autre embargo, interne

A Cuba, on l'appelle le "bloqueo interno" : "la bureaucratie, la centralisation excessive, le manque d'incitations pour les producteurs", résume l'économiste Omar Everleny Pérez. "Economiquement, le blocus (américain) est l'une des causes de la situation à Cuba, mais pas la seule".

Faute d'une production locale, notamment agricole, suffisante, l'île importe 80% de ce qu'elle consomme. Quant à l'ouverture au secteur privé, elle est arrivée tardivement et affronte encore des obstacles administratifs.

Pour Alina Pérez, "les politiques internes pèsent plus sur la situation de Cuba que le blocus, car le renforcement de l'embargo date des années 1990 mais les mauvaises politiques sont historiques, elles remontent aux années 1960".

(F.Schuster--BBZ)