Berliner Boersenzeitung - Pour la macronie, l'espoir ténu d'obtenir une majorité absolue

EUR -
AED 4.000915
AFN 76.948109
ALL 100.310571
AMD 422.34451
ANG 1.961807
AOA 950.530629
ARS 1006.627086
AUD 1.629416
AWG 1.960677
AZN 1.856075
BAM 1.956006
BBD 2.197832
BDT 127.903479
BGN 1.956006
BHD 0.410243
BIF 3135.230413
BMD 1.089265
BND 1.464254
BOB 7.521793
BRL 6.035436
BSD 1.088515
BTN 91.067997
BWP 14.740553
BYN 3.562375
BYR 21349.589973
BZD 2.194131
CAD 1.500081
CDF 3082.619763
CHF 0.968132
CLF 0.037177
CLP 1025.818108
CNY 7.919386
CNH 7.936051
COP 4407.46449
CRC 571.160193
CUC 1.089265
CUP 28.865517
CVE 110.276622
CZK 25.249707
DJF 193.810425
DKK 7.467895
DOP 64.446792
DZD 146.524442
EGP 52.520535
ERN 16.338972
ETB 62.400776
FJD 2.435274
FKP 0.839344
GBP 0.843247
GEL 2.957398
GGP 0.839344
GHS 16.79577
GIP 0.839344
GMD 73.856348
GNF 9369.987476
GTQ 8.457891
GYD 227.734
HKD 8.507975
HNL 26.959841
HRK 7.524587
HTG 143.685143
HUF 391.079161
IDR 17660.304577
ILS 3.970701
IMP 0.839344
INR 91.203978
IQD 1425.950277
IRR 45849.88252
ISK 149.850578
JEP 0.839344
JMD 170.107927
JOD 0.771966
JPY 171.542909
KES 139.874741
KGS 92.198318
KHR 4472.471341
KMF 493.165054
KPW 980.338696
KRW 1513.864339
KWD 0.333119
KYD 0.907096
KZT 518.614655
LAK 24138.543893
LBP 97478.773011
LKR 330.484829
LRD 212.432388
LSL 19.966104
LTL 3.216316
LVL 0.658886
LYD 5.249553
MAD 10.72583
MDL 19.26703
MGA 4903.516768
MKD 61.616494
MMK 3537.889563
MNT 3757.963918
MOP 8.755523
MRU 42.953527
MUR 50.8364
MVR 16.720627
MWK 1887.498918
MXN 19.676375
MYR 5.105933
MZN 69.604011
NAD 19.966104
NGN 1748.818685
NIO 40.064222
NOK 11.898153
NPR 145.708356
NZD 1.811065
OMR 0.418974
PAB 1.088515
PEN 4.07603
PGK 4.263449
PHP 63.610927
PKR 302.722903
PLN 4.289989
PYG 8230.867428
QAR 3.972819
RON 4.974023
RSD 117.062937
RUB 95.710087
RWF 1426.250308
SAR 4.085679
SBD 9.212571
SCR 15.371746
SDG 638.309539
SEK 11.633327
SGD 1.465103
SHP 0.839344
SLE 24.886763
SLL 22841.3421
SOS 622.065558
SRD 32.35992
STD 22545.58203
SVC 9.525004
SYP 2736.810877
SZL 19.970105
THB 39.607888
TJS 11.57662
TMT 3.823319
TND 3.374656
TOP 2.574046
TRY 35.976279
TTD 7.392779
TWD 35.723315
TZS 2922.708016
UAH 45.16486
UGX 4022.423912
USD 1.089265
UYU 43.864623
UZS 13716.445537
VEF 3945918.942083
VES 39.824606
VND 27588.354083
VUV 129.319736
WST 3.053872
XAF 656.026137
XAG 0.037281
XAU 0.000454
XCD 2.943793
XDR 0.821087
XOF 656.026137
XPF 119.331742
YER 272.697837
ZAR 19.909092
ZMK 9804.694175
ZMW 27.784928
ZWL 350.742819
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Pour la macronie, l'espoir ténu d'obtenir une majorité absolue
Pour la macronie, l'espoir ténu d'obtenir une majorité absolue / Photo: JOEL SAGET - AFP/Archives

Pour la macronie, l'espoir ténu d'obtenir une majorité absolue

En arrivant au coude-à-coude avec la coalition de gauche lors du premier tour des élections législatives, l'alliance de La République en marche, du MoDem et d'Horizons part favorite pour rester la première force de la prochaine Assemblée et garde l'espoir d'obtenir une majorité absolue.

Taille du texte:

Selon trois instituts, la coalition de gauche Nupes devance de quelques dixièmes de point les macronistes réunis sous la bannière Ensemble!. Mais le faible écart a rassuré les troupes d'Emmanuel Macron, dimanche soir, qui estiment avoir montré leur solidité et endigué la dynamique mélenchoniste mise en évidence ces derniers jours par les sondeurs.

"Nous sommes la seule force politique en mesure d'obtenir la majorité à l'Assemblée nationale", a martelé la Première ministre, Elisabeth Borne, depuis le siège parisien de La République en marche.

"Ce sont nos valeurs qui sont en jeu: la liberté, l'égalité, la fraternité et la laïcité", a voulu dramatiser la cheffe du gouvernement, en estimant que "comme cela ne s'était jamais produit dans l'histoire politique de notre pays, nous avons face à nous une confusion inédite entre les extrêmes".

La République en marche a indiqué qu'elle ne donnerait pas de consigne nationale mais "au cas par cas" dans les circonscriptions où s'opposeront des candidats du RN et Nupes dimanche prochain, en défendant un "Front Républicain contre les extrêmes".

Des sueurs froides avaient gagné la macronie à mesure d'une campagne jugée poussive, sans dynamique, certains s'interrogeant sur la stratégie de reporter le plus tard possible le top départ de la bataille électorale.

La polémique autour des accusations à l'endroit du nouveau ministre Damien Abad, celle consécutive aux débordements du Stade de France lors de la finale de la Ligue des Champions ou les premiers pas parfois hésitants d'Elisabeth Borne, avaient achevé d'instiller le doute.

Le score obtenu dimanche par la majorité sortante témoigne de ces ratés, puisqu'elle obtient environ 1 à 3 points de moins qu'Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle le 10 avril.

Par rapport aux législatives de 2017, la déperdition est encore plus nette: 5 à 7 points de moins.

Et si l'espoir de conserver une majorité absolue - 289 sièges - dimanche prochain demeure, il devient ténu: les projections des sondeurs accordent entre 260 et 310 députés à la coalition Ensemble!.

- Blanquer et Wargon éliminés -

Les 15 membres du gouvernement qui concourent au scrutin jouent leur poste ministériel, qu'ils perdront en cas d'échec à se faire élire dimanche prochain.

Elisabeth Borne, arrivée en tête dans la sixième circonscription du Calvados, est largement favorite. De même pour Olivier Dussopt (Travail) en Ardèche, Marc Fesneau (Agriculture) dans le Loir-et-Cher, Gérald Darmanin (Intérieur) dans le Nord, Brigitte Bourguignon (Santé) dans le Pas-de-Calais, Franck Riester (Commerce extérieur) en Seine-et-Marne ou Justine Bénin (Mer) en Guadeloupe.

Damien Abad, ex-LR, devance de près de dix points son adversaire Nupes et part également favori pour conserver son poste.

Selon un sondage Ifop, Olivier Véran (Relations avec le Parlement) est en tête dans l'Isère.

Mais la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin, est en grande difficulté dans l'Essonne, devancée de dix points par Jérôme Guedj (Nupes), de même que le ministre de l'Europe, Clément Beaune, derrière la candidate Nupes, selon deux sondages Ifop.

Parmi les personnalités de la macronie, les anciens ministres Christophe Castaner (Alpes-de-Haute-Provence), Brigitte Klinkert (Haut-Rhin), Joël Giraud (Hautes-Alpes) ou la MoDem Geneviève Darrieussecq (Landes) sont en ballotage favorable. Idem pour le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, dans le Finistère, ou Eric Woerth, ex-LR, dans l'Oise.

A contrario, Jean-Michel Blanquer a été sèchement éliminé dès le premier tour dans le Loiret, ainsi que l'ancienne ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, dans le Val-de-Marne.

Le résultat de dimanche soir est ainsi apparu en trompe l'œil pour plusieurs responsables de la majorité: d'un côté, Emmanuel Macron est en passe de réussir son pari de reconduire une majorité à l'Assemblée, ce qui n'était pas arrivé depuis 15 ans.

Mais l'espoir que La République en marche obtienne à elle seule la majorité absolue est devenu illusoire, les marcheurs devant compter sur les troupes du MoDem et surtout celles d'Edouard Philippe pour espérer atteindre les 289 sièges.

Les députés devront par ailleurs faire face à un puissant groupe de gauche, à rebours de la dernière législature.

Pire: le risque que leur majorité ne soit que relative complique singulièrement la tâche de la macronie.

Seul exemple dans l'histoire de la Ve République: les élections législatives de 1988, lorsque les socialistes et leurs alliés n'étaient pas parvenus à obtenir une majorité absolue. A l'époque, un mois et demi après la réélection de François Mitterrand, la majorité présidentielle était arrivée en deuxième position au premier tour.

Le gouvernement de Michel Rocard avait alors dû faire des alliances avec le centre-droit pour faire voter ses textes, souvent à l'aide de l'article 49.3 de la Constitution.

(B.Hartmann--BBZ)