Berliner Boersenzeitung - Législatives: secouée par la Nupes, la Macronie veut batailler pour conserver sa majorité absolue

EUR -
AED 4.000343
AFN 77.204987
ALL 100.234543
AMD 422.542664
ANG 1.96341
AOA 950.396427
ARS 1004.958841
AUD 1.618053
AWG 1.960944
AZN 1.850912
BAM 1.954895
BBD 2.199602
BDT 128.01077
BGN 1.957143
BHD 0.41057
BIF 3136.677486
BMD 1.089111
BND 1.463936
BOB 7.527586
BRL 5.909301
BSD 1.089406
BTN 91.042411
BWP 14.722323
BYN 3.565183
BYR 21346.577117
BZD 2.195904
CAD 1.4898
CDF 3093.075373
CHF 0.974425
CLF 0.03593
CLP 991.428618
CNY 7.908799
CNH 7.937486
COP 4337.929421
CRC 570.24139
CUC 1.089111
CUP 28.861444
CVE 110.214005
CZK 25.319677
DJF 193.556888
DKK 7.458821
DOP 64.380803
DZD 146.462387
EGP 52.325812
ERN 16.336666
ETB 62.945853
FJD 2.430623
FKP 0.839226
GBP 0.840303
GEL 2.956945
GGP 0.839226
GHS 16.831135
GIP 0.839226
GMD 73.814474
GNF 9382.658722
GTQ 8.448169
GYD 227.886311
HKD 8.503709
HNL 26.983515
HRK 7.523525
HTG 143.804783
HUF 392.101398
IDR 17613.104344
ILS 3.947243
IMP 0.839226
INR 90.990763
IQD 1427.152772
IRR 45851.576226
ISK 149.306721
JEP 0.839226
JMD 170.151272
JOD 0.771852
JPY 172.554945
KES 141.58426
KGS 92.82755
KHR 4472.909887
KMF 492.332799
KPW 980.200351
KRW 1507.460552
KWD 0.332953
KYD 0.907888
KZT 517.705216
LAK 24134.054969
LBP 97560.755238
LKR 330.530101
LRD 212.433659
LSL 19.726673
LTL 3.215862
LVL 0.658792
LYD 5.265612
MAD 10.702346
MDL 19.29325
MGA 4896.779262
MKD 61.520542
MMK 3537.390296
MNT 3757.433594
MOP 8.756909
MRU 43.11805
MUR 50.754619
MVR 16.775081
MWK 1889.060637
MXN 19.232803
MYR 5.092693
MZN 69.594188
NAD 19.726854
NGN 1763.118424
NIO 40.101813
NOK 11.77622
NPR 145.665933
NZD 1.801434
OMR 0.41927
PAB 1.089406
PEN 4.054161
PGK 4.264066
PHP 63.591031
PKR 303.481268
PLN 4.285263
PYG 8233.190572
QAR 3.971962
RON 4.96874
RSD 117.041297
RUB 96.277831
RWF 1426.553044
SAR 4.084867
SBD 9.211271
SCR 15.137903
SDG 654.556009
SEK 11.554478
SGD 1.464446
SHP 0.839226
SLE 24.883251
SLL 22838.118729
SOS 622.617637
SRD 32.34009
STD 22542.400396
SVC 9.532589
SYP 2736.424658
SZL 19.720057
THB 39.229434
TJS 11.602245
TMT 3.82278
TND 3.365443
TOP 2.567634
TRY 35.996041
TTD 7.396646
TWD 35.528436
TZS 2891.58982
UAH 44.984199
UGX 4025.174544
USD 1.089111
UYU 43.709776
UZS 13734.645095
VEF 3945362.093765
VES 39.703361
VND 27641.639145
VUV 129.301486
WST 3.053441
XAF 655.650626
XAG 0.03481
XAU 0.000442
XCD 2.943377
XDR 0.821727
XOF 655.653635
XPF 119.331742
YER 272.631766
ZAR 19.655907
ZMK 9803.306077
ZMW 28.188216
ZWL 350.693323
  • AEX

    -4.0300

    933.47

    -0.43%

  • BEL20

    -0.4000

    4006.47

    -0.01%

  • PX1

    -52.6700

    7580.03

    -0.69%

  • ISEQ

    67.2100

    9808.33

    +0.69%

  • OSEBX

    -2.1400

    1425.29

    -0.15%

  • PSI20

    69.7400

    6775.93

    +1.04%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    16.2200

    2401.01

    +0.68%

  • N150

    0.0000

    3375.48

    0%

Législatives: secouée par la Nupes, la Macronie veut batailler pour conserver sa majorité absolue
Législatives: secouée par la Nupes, la Macronie veut batailler pour conserver sa majorité absolue / Photo: Ludovic MARIN - POOL/AFP

Législatives: secouée par la Nupes, la Macronie veut batailler pour conserver sa majorité absolue

Secouée par la Nupes au premier tour dimanche des élections législatives, la Macronie repart lundi en campagne pour tenter de conserver la majorité absolue à l'Assemblée nationale lors du second tour dans une semaine.

Taille du texte:

La coalition présidentielle, réunie sous l'étiquette Ensemble!, a devancé la gauche unie d'un peu plus de 21.000 voix seulement, sur 23,3 millions de votants au premier tour (25,75% des voix, contre 25,66% pour la Nupes) et garde l'avantage dans les projections des 577 sièges de députés.

Mais le suspense est total pour savoir si Emmanuel Macron parviendra, deux mois après sa réélection, à conserver une majorité absolue de 289 sièges, lui permettant de faire voter ses réformes, à commencer par celle des retraites.

Les différents instituts donnent le camp Macron dans une fourchette de 255 à 295 sièges, quand la gauche (LFI, PCF, PS et EELV) rassemblée sous la bannière Nupes, est évaluée entre 150 à 210 sièges.

"Nous sommes la seule force politique en mesure d'obtenir une majorité forte et claire", a insisté la Première ministre Elisabeth Borne qui repart en campagne dès lundi dans la 6e circonscription du Calvados où elle est arrivée confortablement en tête au premier tour.

Mais reste à savoir jusqu'où ira le tassement pour la majorité sortante, alors qu'en 2017, La République en marche et le Modem avaient raflé plus de 32% au premier tour avant d'obtenir près de 350 députés au second.

- "Sérieux avertissement" -

"La majorité est loin d'être acquise (...) C'est un très sérieux avertissement qui est adressé à Emmanuel Macron", insiste Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos France.

"Ce qui était acquis au lendemain de la présidentielle l'est moins ce soir. Mais le second tour, le mode de scrutin va mécaniquement favoriser la coalition Ensemble!", avance pour sa part Adélaïde Zulfikarpasic, directrice de BVA Opinion.

L'autre grand enjeu du scrutin du 19 juin sera le sort réservé aux quinze ministres candidats, sachant qu'une défaite rimerait aussitôt avec départ du gouvernement.

Tous ont passé le premier tour. Mais certains sont en grande difficulté, à commencer par la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Amélie Montchalin, pièce maîtresse du gouvernement. Le ministre des Affaires européennes Clément Beaune est également en ballotage défavorable à Paris où la Nupes a obtenu trois élues dès le premier tour et arrive en tête dans douze des dix-huit circonscriptions.

D'autres comme Elisabeth Borne ou les ministres Gabriel Attal et Olivier Véran sont en revanche bien partis pour l'emporter et conserver ainsi leur poste au gouvernement.

Les deux camps ont une semaine pour conjurer une abstention record qui a atteint 52,49% des inscrits, dépassant le précédent en 2017 (51,3%).

Le leader de la Nupes Jean-Luc Mélenchon a appelé le "peuple" à "déferler dimanche prochain" dans les isoloirs pour lui permettre de devenir Premier ministre et imposer une cohabitation à Emmanuel Macron, comme la gauche plurielle y était parvenue en 1997 avec Lionel Jospin.

- Scandaleux" -

D'ores et déjà M. Mélenchon a réussi son coup puisque la gauche, grâce à son accord d'union historique, devrait être le principal bloc d'opposition au Palais-Bourbon, au relais des Républicains qui vont compter leurs survivants parmi la centaine de sortants.

LREM a indiqué qu'elle ne donnerait pas de consigne nationale mais "au cas par cas" dans les circonscriptions où s'opposent des candidats du RN et de la Nupes, jugeant que certains candidats de la gauche unie étaient des "extrêmes".

Un choix jugé "scandaleux" par l'écologiste Yannick Jadot et de nombreux Insoumis. "Un scandale démocratique", a accusé le président de SOS racisme Dominique Sopo qui a souligné que l'extrême droite était "le camp du racisme tout autant que du refus de l'égalité et de la démocratie".

Face à un début de polémique Elisabeth Borne a tweeté dans la soirée: "Face à l'extrême droite nous soutiendrons toujours les candidats qui respectent les valeurs républicaines", réponse à une demande de clarification de Fabien Roussel. "Notre ligne: ne jamais donner une voix à l'extrême droite", a-t-elle clarifié.

Comme prévu, les candidats du Rassemblement national (18,5% à 19,8%) n'ont pas réussi à capitaliser sur la dynamique de Marine Le Pen qui avait engrangé à la présidentielle plus de 40% des voix au second tour.

Cantonné à huit élus en 2017, le contingent de députés RN devrait cependant être nettement plus étoffé cette fois, et compter encore dans ses rangs Mme Le Pen,largement en tête dans sa circonscription du Pas-de-Calais (53,96% mais non élue au premier tour faute de votants suffisants).

Depuis son fief d'Hénin-Beaumont, elle a exhorté les électeurs à "envoyer un groupe très important de députés patriotes dans la nouvelle Assemblée nationale".

En cas de duel entre Ensemble! et la Nupes, Mme Le Pen incité ses électeurs à "ne pas choisir". "La France n'est ni une salle de marché, ni une ZAD", a-t-elle tonné.

De son côté, Eric Zemmour, qui fut l'un des animateurs de la présidentielle, a raté son atterrissage en politique. Le polémiste d'extrême droite a été éliminé dans le Var, tout comme les autres ambassadeurs de son parti Reconquête!, Guillaume Peltier dans le Loir-et-Cher et Stanislas Rigault dans le Vaucluse.

(U.Gruber--BBZ)