Berliner Boersenzeitung - Dans la zone d'exclusion de Tchernobyl, les forces ukrainiennes se préparent à combattre

EUR -
AED 3.979511
AFN 79.238928
ALL 103.851019
AMD 439.315824
ANG 1.950158
AOA 897.680247
ARS 911.911808
AUD 1.663124
AWG 1.950268
AZN 1.840054
BAM 1.956743
BBD 2.184853
BDT 118.757246
BGN 1.955528
BHD 0.408352
BIF 3091.818927
BMD 1.083482
BND 1.456916
BOB 7.477674
BRL 5.38361
BSD 1.082132
BTN 89.719077
BWP 14.935337
BYN 3.541567
BYR 21236.252796
BZD 2.181151
CAD 1.470681
CDF 3001.245641
CHF 0.951731
CLF 0.038447
CLP 1060.881167
CNY 7.795976
COP 4252.602962
CRC 556.47338
CUC 1.083482
CUP 28.712281
CVE 110.319197
CZK 25.29384
DJF 192.694666
DKK 7.454131
DOP 63.501196
DZD 145.563671
EGP 33.480686
ERN 16.252234
ETB 61.395462
FJD 2.464218
FKP 0.855345
GBP 0.855653
GEL 2.882341
GGP 0.855345
GHS 13.634698
GIP 0.855345
GMD 73.572754
GNF 9299.654499
GTQ 8.445149
GYD 226.39122
HKD 8.480313
HNL 26.721127
HRK 7.616983
HTG 143.811978
HUF 393.555409
IDR 17051.085771
ILS 3.898417
IMP 0.855345
INR 89.830704
IQD 1417.483288
IRR 45552.304208
ISK 149.314338
JEP 0.855345
JMD 169.011471
JOD 0.768226
JPY 162.421569
KES 157.648342
KGS 96.895816
KHR 4405.204816
KMF 492.279953
KPW 975.192137
KRW 1444.655661
KWD 0.333344
KYD 0.901726
KZT 487.40045
LAK 22585.179986
LBP 96909.353189
LKR 335.668709
LRD 206.73461
LSL 20.672966
LTL 3.199242
LVL 0.655388
LYD 5.23057
MAD 10.97109
MDL 19.279251
MGA 4899.406946
MKD 61.645285
MMK 2272.416377
MNT 3681.860701
MOP 8.722805
MRU 43.263905
MUR 49.569305
MVR 16.690082
MWK 1821.494851
MXN 18.507362
MYR 5.159547
MZN 68.802738
NAD 20.67278
NGN 1766.79105
NIO 39.829935
NOK 11.469462
NPR 143.550522
NZD 1.775892
OMR 0.417098
PAB 1.082132
PEN 4.099976
PGK 4.125027
PHP 60.875992
PKR 302.035982
PLN 4.32239
PYG 7895.879031
QAR 3.944413
RON 4.96776
RSD 117.186173
RUB 99.734844
RWF 1380.965685
SAR 4.063446
SBD 9.182713
SCR 15.624591
SDG 651.172485
SEK 11.201015
SGD 1.456953
SHP 1.374127
SLE 24.647115
SLL 21398.775561
SOS 619.207594
SRD 38.279144
STD 22425.895768
SVC 9.468477
SYP 14087.392111
SZL 20.838237
THB 38.911638
TJS 11.876054
TMT 3.803023
TND 3.380194
TOP 2.56861
TRY 33.830327
TTD 7.346474
TWD 34.300336
TZS 2757.216496
UAH 41.286383
UGX 4263.094343
USD 1.083482
UYU 42.281162
UZS 13509.512171
VEF 3905134.266798
VES 39.033034
VND 26699.71222
VUV 130.239777
WST 2.970178
XAF 656.273352
XAG 0.048149
XAU 0.000532
XCD 2.928165
XDR 0.815301
XOF 656.279412
XPF 119.331742
YER 271.249626
ZAR 20.860323
ZMK 9752.679601
ZMW 25.131114
ZWL 348.880854
  • AEX

    -2.8000

    844.63

    -0.33%

  • BEL20

    -16.6500

    3683.33

    -0.45%

  • PX1

    3.9800

    7958.23

    +0.05%

  • ISEQ

    11.4400

    9541.28

    +0.12%

  • OSEBX

    0.6300

    1264.39

    +0.05%

  • PSI20

    9.2900

    6201.54

    +0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -45.2000

    2249.36

    -1.97%

  • N150

    2.6100

    3264.61

    +0.08%

Dans la zone d'exclusion de Tchernobyl, les forces ukrainiennes se préparent à combattre
Dans la zone d'exclusion de Tchernobyl, les forces ukrainiennes se préparent à combattre

Dans la zone d'exclusion de Tchernobyl, les forces ukrainiennes se préparent à combattre

C'est l'un des lieux les plus radioactifs de la planète, inhabité depuis plus de 35 ans, et pourtant des tirs résonnent: les forces ukrainiennes s'entraînent au combat urbain dans la zone d'exclusion de Tchernobyl, près de la frontière bélarusse.

Taille du texte:

Les troupes de la Garde nationale ukrainienne ont organisé vendredi des exercices à balles réelles dans des immeubles abandonnés de Pripiat, ville-fantôme située à seulement quelques kilomètres de la centrale de Tchernobyl et dont presque 50.000 habitants avaient été évacués en trois heures le 27 avril 1986 pour ne plus jamais revenir chez eux.

La zone est désormais sensible pour une autre raison: Moscou a massé plus de 100.000 soldats le long de la frontière ukrainienne, ce qui fait craindre aux Occidentaux une offensive en Ukraine, et a déployé des militaires au Bélarus, à seulement 10 kilomètres au nord de Pripiat pour des manoeuvres militaires.

Pour les forces ukrainiennes, les rues désertes et les immeubles vides de la ville évacuée lors de la pire catastrophe nucléaire de l'Histoire, constituent un terrain d'entraînement idéal.

En tenue de camouflage hivernale, ces forces d'élite se sont exercées à déloger des assaillants armés des bâtiments ou à affronter des snipers en environnement urbain.

Les services d'urgence ont organisé des évacuations, ordonnées par des hauts-parleurs portés par des drones, et combattu les incendies déclenchés par des combats.

"Comme il n'y a pas de civils dans les environs, nous pouvons effectuer des exercices avec de vraies munitions dans des conditions aussi proches que possible d'une véritable guérilla urbaine", explique un membre de la Garde nationale, qui se présente sous le surnom Litva.

Avant l'entraînement (inédit à Pripiat), des employés équipés de compteurs Geiger ont dû étudier les lieux pour vérifier qu'il n'y avait pas de point trop radioactif.

"Tout a été vérifié et il n'y a aucun danger", assure Litva, serrant son fusil automatique contre sa poitrine.

Certaines capitales occidentales comme Washington et Londres accusent la Russie de préparer une offensive prochaine contre l'Ukraine. Les autorités de Kiev se montrent plus mesurées, jugeant inutile de semer la "panique".

- Forêts, marécages et radiation -

A Pripiat, le ministre de la Défense Oleksiï Reznikov a minimisé la probabilité d'une incursion des forces russes envoyées au Bélarus.

Alors que les États-Unis estiment que ces troupes pourraient représenter 30.000 militaires, il a insisté sur le fait que les "quelques milliers" de Russes qui traversent actuellement la frontière bélarusse ne sont pas assez nombreux pour attaquer.

"Cette zone est très difficile à traverser, avec des forêts, des marécages, des rivières, c'est déjà compliqué de se déplacer à pied et encore plus avec un char", a expliqué le ministre aux journalistes invités à un voyage de presse pour assister aux entraînements.

"Et n'oubliez pas que, depuis la catastrophe, il reste encore des zones hautement radioactives sur la route du Bélarus".

Le ministre ukrainien de l'Intérieur Denys Monastyrskiï, a indiqué qu'en raison du regain de tension, la sécurité avait été renforcée autour de tous les réacteurs nucléaires, y compris le site de Tchernobyl, désormais recouvert d'un gigantesque sarcophage de protection.

"Nous sommes absolument sûrs que la centrale nucléaire de Tchernobyl n'est pas menacée", a affirmé M. Monastyrskiï.

Les troupes de la Garde nationale à Pripiat ne s'entraînaient pas à contrer une invasion russe à grande échelle.

Elles se préparaient plutôt à faire face à la menace d'agents infiltrés en civil qui pourraient s'emparer de bâtiments et provoquer des troubles.

C'est ce qui s'est produit lorsque la Russie a annexé la péninsule de Crimée en 2014 et a soutenu la rébellion séparatiste dans l'Est de l'Ukraine. Et c'est ce type de scénario que dit aujourd'hui craindre Kiev, plus qu'une offensive à grande échelle.

"Nous devons montrer que nous sommes prêts à réagir à tous les événements", a expliqué M. Monastyrskiï.

(T.Burkhard--BBZ)